Article

PDF
Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Free Article !

Journal Français d'Ophtalmologie
Vol 23, N° 8  - octobre 2000
p. 750
Doi : JFO-10-2000-23-8-0181-5512-101019-ART86
ÉDITORIAUX

DMLA et JFO : le futur
 

G. Soubrane [1]
[1] Clinique ophtalmologique universitaire, Créteil.

La dégénérescence maculaire liée à l'âge est devenue pour les ophtalmologistes ces dernières années une préoccupation fondamentale liée non seulement à sa grande fréquence, mais aussi à son évolution inexorable vers la perte de la vision centrale. Ces deux éléments ont conduit à une recherche active tant sur le plan étiopathogénique que diagnostique et thérapeutique.

Si les divers aspects des précurseurs requièrent des études épidémiologiques mais aussi immunohistochimique, pour pouvoir prouver leur implication réelle et indubitable dans la survenue de l'affection, la mise en oeuvre de larges études génétiques pourra constituer dans un avenir relativement proche une ouverture vers une prévention réelle et efficace de son développement.

L'implication de modifications de la circulation choroïdiennes n'a pu être mise en évidence que récemment grâce à la numérisation et à l'angiographie au vert d'indocyanine. C'est, en effet, au stade où se constituent les précurseurs qu'il serait fondamental d'intervenir pour éviter les complications atrophiques et néovasculaires.

Le rôle et surtout l'effet cumulatif des phénomènes oxydatifs sont suspectés depuis de nombreuses années dans l'initiation de la dégénérescence maculaire liée à l'âge. L'analyse de leurs mécanismes précis sont indispensables pour pouvoir envisager une possible modalité d'action.

Si l'étiopathogénie de la DMLA nécessite indubitablement des efforts de recherche, couronnés par des découvertes efficaces, l'explosion actuelle des diverses modalités thérapeutiques témoigne bien de l'absence d'un traitement incontournable. Il est évident que les diverses formes cliniques, qu'il s'agisse de la forme atrophique lentement évolutive, des néovaisseaux choroïdiens occultes de progression insidieuse, ou des néovaisseaux visibles détruisant rapidement la vision centrale, ne peuvent bénéficier de la même approche thérapeutique. S'il ne fait aucun doute que la photocoagulation au laser demeure un traitement efficace pour les néovaisseaux visibles, souvent de petite taille lorsqu'ils épargnent le point de fixation, l'avènement de la photothérapie dynamique permet d'obtenir une stabilisation de l'acuité visuelle dans les néovaisseaux fovéaux visibles se développant au sein d'une plage de néovaisseaux occultes qui ne pouvaient bénéficier d'aucune approche thérapeutique. Ces avancées thérapeutiques n'ont été possibles que par la collaboration internationale des ophtalmologistes. Certes, d'autres traitements pourront un jour se substituer ou mieux compléter ces deux approches, s'ils démontrent une efficacité dans des études scientifiquement conduites.

Néanmoins, tous nos efforts devraient se concentrer sur les néovaisseaux occultes, qu'ils soient ou non, associés à un décollement de l'épithélium pigmentaire. Certes, l'imagerie comparative et complémentaire par la fluorescéine et le vert d'indocyanine a déjà constitué un progrès sémiologique majeur mais cette forme clinique ne peut encore bénéficier d'aucun traitement stabilisant l'acuité visuelle, même au prix d'une destruction de la rétine avoisinante. Seule la compréhension des mécanismes initiateurs et stimulateurs du développement de ces néovaisseaux occultes, pourrait permettre la découverte d'un traitement pour stabiliser la vision centrale en l'absence d'alternative faisant actuellement cruellement défaut.

Enfin, c'est une innovation que le Journal Français d'Ophtalmologie puisse proposer à ses lecteurs un article original de l'initiateur de l'ICG, le Docteur Robert Flower, pour mieux identifier ces néovaisseaux occultes. La possibilité d'une publication en anglais pourra attirer les publications de nos collègues du monde entier. Cette initiative permettra une interaction plus efficace entre tous les professionnels de l'Europe et augmentera l'impact de notre Journal Français d'Ophtalmologie en stimulant des lecteurs non francophones de faire l'effort même de lire nos articles en français. L'ensemble du Comité de Rédaction a pensé qu'un article original en langue anglaise dans chaque volume, pourrait ainsi, par curiosité, conduire les lecteurs non francophones à mieux connaître la qualité et l'originalité de l'ophtalmologie française.



Top of the page


© 2000 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline