Article

PDF
Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Free Article !

Journal Français d'Ophtalmologie
Vol 23, N° 9  - novembre 2000
p. 897
Doi : JFO-11-2000-23-9-0181-5512-101019-ART7
CAS CLINIQUES

Évolution spontanément favorable d'une membrane épirétinienne
 

C. Morel [1], B. Ameline [1], B. Guiberteau [1], L. Laroche [1]
[1] Centre National d'Ophtalmologie des Quinze-Vingts, 28, rue de Charenton, 75012 Paris.

Abstract
Spontaneously favorable course of an epiretinal membrane

A 28-year-old female patient presented a macular epiretinal membrane. Her visual acuity had fallen to 20/80. Five years earlier, she had undergone focal peripheral photocoagulation for retinal degeneration. During the following 5 years, the membrane contracted spontaneously and detached itself. Visual acuity returned to 20/20. Six fluorescein angiographies were performed during this 5-year follow-up. As demonstrated here in this young patient, an epiretinal membrane can evolve favorably, suggesting surgery should be carefully discussed when visual function is not excessively deteriorated.

Abstract
Évolution spontanément favorable d'une membrane épirétinienne

Une patiente de 26 ans présente une membrane épimaculaire associé à une baisse de l'acuité visuelle à 4/10 cinq ans après une photocoagulation périphérique. L'évolution spontanée se fait vers la contraction et le détachement partiel de la membrane sur une période de 5 ans permettant une remonté de l'acuité à 10/10. Six angiographies ont été réalisées durant cette période et permettent de suivre cette évolution. Ce cas clinique nous rappelle que l'évolution d'une membrane peut être favorable chez le patient jeune et que l'indication opératoire doit être discutée en l'absence d'aggravation de la fonction visuelle.


Mots clés : Membrane épirétinienne. , photocoagulation. , macula. , angiographie à la fluoresceine.

Keywords: Epiretinal membrane. , photocoagulation. , macula. , fluorescein angiography.


INTRODUCTION

Les membranes épimaculaires peuvent entraîner une baisse d'acuité visuelle et/ou la présence de métamorphopsies gênantes. De nombreuses études ont montré l'efficacité à la fois anatomique et fonctionnelle de leur ablation chirurgicale. Les résultats chirurgicaux sont d'autant meilleurs que les patients ont une acuité préopératoire relativement conservée, que les troubles visuels sont récents et qu'il n'existe pas d'oedème angiographique préopératoire [ [1]]. L'indication opératoire est prise également en fonction de l'évolutivité de la maladie et de critères individuelles comme l'âge et le retentissement fonctionnel. L'observation qui suit illustre le fait que l'évolution peut être spontanément favorable.

OBSERVATION

Il s'agit d'une patiente de 26 ans, myope de - 3.75 dioptries des 2 yeux consultant en octobre 1994 pour une baisse de l'acuité visuelle depuis 10 jours associées à des myodesopsies. On retrouve dans ses antécédents une photocoagulation cinq ans auparavant au laser argon localisée en supérieur et inférieur de l'oeil droit pour 2 plaques de givre de petite taille associées à des micro trous. L'acuité visuelle est de 4/10 P4 non améliorable à droite sans métamorphopsies et de 10/10 P2 à gauche. Le tonus est à 15 mm Hg, les segments antérieurs sans particularités. L'examen du fond d'oeil retrouve à droite une membrane épaisse tapissant le pôle postérieur et dépassant les arcades vasculaires, laissant apparaître des plis rétiniens d'orientation globalement radiaire. Il n'y a pas de décollement séreux neurorétinien clinique et la membrane semble légèrement décollée du plan rétinien dans l'air maculaire. Les cicatrices de laser périphériques sont normalement pigmentées et il n'y a pas de signe de surdosage. L'examen de l'oeil adelphe retrouve du givre diffus en extrême périphérie.

L'angiographie confirme l'absence d'oedème intra- rétinien photo 1

, photo 2

. Une mesure de l'acuité au visiomètre de Lotmar ne retrouve que 4/10.

L'option d'une vitrectomie a été discutée en raison d'une acuité inférieure à 5/10. Une approche conservatrice a été choisie en raison de l'absence d'oedème angiographique, du risque cataractogène chez cette jeune patiente et de la non-remontée de l'acuité visuelle au visiomètre de Lotmar.

La patiente est revue en janvier 95. Sa membrane s'est modifiée et l'acuité remonte à 7/10 P2 photo 3

. En novembre 95 , photo 4

, octobre 96 , photo 5

, puis juillet 99 , photo 6

l'acuité visuelle est de 10/10 P2.

DISCUSSION

La survenue d'une membrane épirétinienne reste rare chez un patient de moins de 50 ans, 95 % des patients présentant une membrane idiopathique ont dépassé cet âge. Par contre les membranes secondaires se voient fréquemment plus tôt.

L'antécédent de photocoagulation chez cette patiente en fait une membrane secondaire. La photocoagulation a été incriminée dans la survenue d'une membrane épirétinienne. La fréquence est faible et est de 0,2 % d'après une étude rétrospective de 2 000 cas réalisée par Mester [ [2]]. Sur les 4 cas, trois avaient été traités pour une déchirure rétinienne rendant l'interprétation et l'imputabilité du laser douteuse. Il est à noter que ce taux est curieusement inférieur au taux de prévalence des membranes épirétiniennes, estimé de 2 à 6 %. Bryselbart [ [3]] rapporte 14 cas de membranes épirétiniennes secondaires à une photocoagulation au laser de la rétine mais, là aussi, 11 des cas présentaient des déchirures périphériques ou une pathologie pouvant expliquer la présence d'une prolifération épirétinienne. En l'absence de surdosage, les études expérimentales ne montrent pas d'atteinte de l'interface vitréorétinienne après photocoagulation [ [4]]. Il est donc probable que, en dehors d'un surdosage, la photocoagulation de lésions dégéneratives périphériques reste une étiologie très rare de membrane épirétinienne.

Le délai entre la photocoagulation et la survenue de la baisse d'acuité est ici très important. Il est possible que la membrane soit présente depuis un certain temps et qu'en se détachant de l'aire maculaire, entraîne cette baisse brutale d'acuité (à la manière d'une feuille de papier calque qui lorsqu'elle se décolle d'un plan, devient translucide et non transparente).

Pour beaucoup d'auteurs, l'acuité peut rester stable ou s'améliorer en l'absence de traitement chirurgical chez le jeune. L'indication opératoire sera portée devant une aggravation de l'acuité [ [5]], [ [6]].

Les membranes chez le jeune sont rapportées plus évolutives et plus contractiles que chez les patients plus âgés, ceci en rapport avec une différentiation myobastique des cellules de l'épithélium pigmentaire, un contingent de myofibroblaste et une formation de collagène plus importante [ [7]].

Une séparation spontanée de la membrane épirétinienne est estimée à 1 % des cas [ [8]] et a déjà été rapportée chez le jeune [ [9]].

La plupart de ces détachements spontanés est en relation avec un décollement postérieur du vitré [ [10]]. Dans notre cas, le décollement postérieur du vitré n'est pas cliniquement visible et l'évolution semble être due à l'extrême contraction de la membrane aboutissant à son détachement partiel.

La prédiction de l'acuité visuelle au visiomètre avant ablation d'une membrane épirétinienne a été étudiée [ [11]] et rapportée comme particulièrement utile pour dépister les patients dont la récupération visuelle sera mauvaise. Ce cas clinique illustre toutefois les limites de cette technique.

Références

[1]
Gaudric A, Cohen D. Chirurgie des membranes épimaculaires idiopathiques. Facteur pronostiques. J Fr Ophtalmol 1992;15: 657-68.
[2]
Mester U, Volker B, Kroll P, Berg P. Complications of prophylactic argon laser treatment of retinal breaks and degenerations in 2000 eyes. Ophthalmic Surg 1988;19/482-4.
[3]
Bryselbart E, Scard D, Turut P. Résultats du traitement chirurgical des membranes epirétiniennes secondaires à une photocoagulation au laser de la retine. Ophtalmologie 1994;8:487-90.
[4]
Katoh N, Peyman G. In "Laser Photocoagulation of Retinal Disease" Chapter 3, Pacific Medical Press, San Francisco, california, 1988.
[5]
Laalatikainen L, Punnonen E. "Idiopathic" preretinal macular fibrosis in young individuals. Int Ophthalmol 1987;10:11.
[6]
Kimmel AS, Weingest TA, Blodi CF, Wells KK. Idiopathic premacular gliosis in children and adolescenets. Am J Ophthalmol, 1989; 108:578-81.
[7]
Smiddy W, Michels R, Gilbert H, Green R. Clinicopathologic study of idiopathic macular pucker in children and young adults. Retina 1992;12:232-36.
[8]
Byer NE, Spontaneous disappearence of early postopérative preretinal traction. Arch Ophthalmol 1973;90:133-5.
[9]
Destnik H. Treister G, Moissoeiev. Spontaneous separation of an idiopathic macular pucker in a youg girl. Am J Ophthalmol 1999; 127:729-31.
Shiraka H, Ogino N. Idiopathic epiretinal membranes with spontaneous posterior vitreous separation. Ophtalmologica, 1987;194:90-94.
Ameline-Chalumeau B, Le Mer Y, Monin Cl et al. Prédiction de la récupération fonctionnelle après chirurgie de membranes épirétiniennes maculaires. Intérêt de l'interférométrie au visiomètre de Lotmar. J Fr Ophtalmol, 1996;19:106-10.




© 2000 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline