Article

PDF
Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Free Article !

Journal Français d'Ophtalmologie
Vol 24, N° 7  - septembre 2001
pp. 765-768
Doi : JFO-09-2001-24-7-0181-5512-101019-ART14
Étiologies et prévention des corps étrangers intra-oculaires
 

J.-C. Zech [1]
[1] Service d'Ophtalmologie, Pavillon C, Hôpital E. Herriot, 5, Place d'Arsonval, 69437 Lyon Cedex 03. E-mail :jczech@rockefeller.univ-lyon1.fr

Communication présentée lors du congrès de la Société Française d'Ophtalmologie, mai 2000, Paris.


@@#100979@@
Étiologies et prévention des corps étrangers intra-oculaires

La principale étiologie des corps étrangers intra-oculaires est représentée par la pénétration dans l'oeil d'un bout de métal de petite taille à la suite d'un choc « métal contre métal » au cours du travail. Les autres corps étrangers métalliques après agression par armes à feu sont moins fréquents qu'auparavant grâce à une modification de la législation. Les corps étrangers intra-oculaires après explosion, d'origine telluriques ou en verre, sont plus rares.

Le traitement est avant tout préventif. Les accidents oculaires par corps étrangers dans le cadre du travail sont fréquents. Ainsi, des normes européennes imposent des équipements de protection individuelle adaptés aux besoins de l'utilisateur. Ces habitudes doivent être prises non seulement dans les entreprises, mais aussi au domicile pour le bricolage.

Abstract
Causes and prevention of intraocular foreign bodies

The most frequent cause of intraocular foreign bodies involves a small piece of metal penetrating the eye following a metal-on-metal impact occurring at work. Other metallic foreign bodies resulting from aggression with firearms have become less frequent due to changes in the law. More rarely, intra-ocular foreign bodies may come from explosion, have a telluric origin, or else be made of glass.

Treatment is primarily preventive. Eye accidents caused by foreign bodies at work are common. European-level standards therefore impose individual protective equipment adapted to user needs. These measures should be adopted not only in companies but also for handiwork at home.


La traumatologie oculaire représente une part non négligeable de nos consultations journalières. Malgré les protections anatomiques de l'oeil, ce dernier peut être l'objet d'atteintes diverses de gravité variable [1]. Parmi ces traumatismes oculaires, les corps étrangers intra-oculaires (CEIO) sont relativement fréquents [2]. Le pronostic est lié à la mauvaise récupération de l'acuité visuelle en relation avec l'atteinte possible de la macula ou du centre de la cornée, ou également suite à une endophtalmie [3]. Nous avons envisagé dans cette étude les différentes étiologies des CEIO (métalliques, telluriques, verre) et les moyens de prévention actuellement à notre disposition.

ÉTIOLOGIES
CEIO métalliques

La situation typique est représentée par un homme (92 %) qui présente un CEIO à la suite d'un accident de travail (75 %) ou de bricolage au domicile. L'accident survient le plus souvent avec l'utilisation d'un marteau (72 %), plus rarement au cours de l'utilisation de machine-outil ou d'engins agricoles (18 %).

Le CEIO est projeté avec une très forte énergie cinétique, traverse parfois les paupières et se retrouve souvent dans le segment postérieur Figure 1.

Dans ce contexte, le CEIO est toujours unique et mesure en moyenne 4 mm (1 – 25). La porte d'entrée est cornéenne dans 58 % des cas, cornéo-sclérale dans 10 % des cas et sclérale dans 32 % des cas [4].

Les complications sont représentées par l'évolution d'une cataracte traumatique dans 60 % des cas. Cette cataracte ne représente pas un critère de pronostic fonctionnel important car 68 % des patients ont par la suite une acuité visuelle supérieure ou égale à 1/10. La complication majeure est en fait représentée par l'apparition d'un décollement de la rétine dans 15 % des cas environ Figure 2. Celui-ci survient surtout entre le 7 e et le 45 e jour après le traumatisme. Le facteur de risque le plus important pour l'apparition d'un décollement de rétine est un corps étranger de taille supérieure à 3 mm.

La sidérose est une complication qui est anecdotique mais les quelques cas que nous voyons encore sont en trop et nous incitent à encore plus de vigilance.

CEIO par armes à feu

Ils sont représentés par 2 situations cliniques [5].

Les accidents de chasse

Le traumatisme est en fait rarement perforant. En effet, le plus souvent, la balle traverse la conjonctive, glisse le long de la paroi sclérale et finit son trajet dans la graisse orbitaire. Il s'agit surtout d'un traumatisme contusif de la sclère ; le fond d'oeil note alors un oedème rétinien et des hémorragies en regard de la zone de contusion.

Les agressions par arme de poing (pistolet à grenailles, pistolet d'alarme)

Elles représentaient il y a quelques années 23 % des CEIO métalliques [6]. Heureusement, la fréquence de ces traumatismes est actuellement en baisse grâce à une modification de la législation. En effet, ces armes sont maintenant classées en 4 e atégorie et sont donc réservées pour le tir sportif ou la compétition ! La législation est subtile car elle autorise l'achat de ces armes mais empêche leur utilisation… Ces traumatismes touchent habituellement une population jeune et l'atteinte est bilatérale dans 25 % des cas. Il existe souvent plusieurs CEIO dans le même oeil Figure 3. Les dégâts intra-oculaires sont importants et l'acuité visuelle finale est mauvaise dans 50 % des cas.

CEIO par explosion

Les situations cliniques sont variées : explosion de batteries, fumigènes, feux d'artifices. On peut rencontrer ces traumatismes dans les pays en guerre : explosion d'obus, de grenade… Ces traumatismes sont souvent associés à des brûlures et à une contusion [7].

CEIO telluriques

Ils sont surtout rencontrés dans le monde agricole. Il s'agit le plus souvent de CEIO en pierre, bois ou plastique. Le pronostic est réservé car il s'agit souvent de corps étrangers de grande taille. Le risque le plus important est l'endophtalmie, son incidence est augmentée en cas de diagnostic tardif.

CEIO en verre

Les étiologies sont nombreuses. La classique étiologie liée à l'éclatement du pare-brise en cas d'accident de voiture a heureusement disparu depuis l'apparition des pare-brises feuilletés en 1984 Figure 4. Parfois, pendant la saison estivale, on rencontre des traumatismes oculaires par éclatement de rétroviseur (lorsque 2 voitures se croisent sur une route étroite) ; il s'agit le plus souvent d'atteinte superficielle ou de plaie cornéenne mais rarement de CEIO.

Les CEIO en verre sont le plus souvent représentés par l'éclatement d'un verre ou d'une bouteille sous pression après une chute sur le sol par exemple. L'éclat de verre peut parfois provenir d'un bris de lunettes après une contusion Figure 5. Ce dernier cas souligne encore l'intérêt des verres correcteurs incassables.

Dans ce cas, on retrouve souvent une plaie oculaire importante et complexe et le corps étranger est le plus souvent localisé dans le segment antérieur.

PRÉVENTION DES CORPS ÉTRANGERS INTRA-OCULAIRES
Épidémiologie et normes européennes

La nécessité de prévention part du constat que 1 accident du travail sur 5 est un accident oculaire. Ces accidents sont trop fréquents, il y a en France 65 000 accidents oculaires par an. Ce sont aussi des accidents qui coûtent cher par le fait que des arrêts de travail sont nécessaires dans 3,68 % des cas et qu'ils entraînent une invalidité dans 1,87 % des cas. L'indemnisation d'un oeil « perdu » représente une somme de 500 000 à 2 millions de francs.

Une protection oculaire dans le cadre du travail apparaît évidement fondamentale [8]. Des normes européennes imposent cela aux entreprises. Ainsi, chaque employeur a une obligation de mise à disposition, à titre gratuit, d'un équipement de protection individuelle parfaitement adapté aux besoins de l'utilisateur (extrait de la Directive Européenne 89/656CE (01/07/95)). Il doit donc identifier les risques pour chaque poste de travail et commander les produits adaptés aux risques. De même, les fabriquants doivent vendre des produits adaptés aux risques, faire apparaître le domaine d'utilisation et les risques couverts et apposer la marque CE sur les produits et emballage (extrait de la Directive Européenne 89/686CE).

Les moyens de prévention

Depuis le 1 er juillet 1995, tous les équipements de protection individuelle (EPI) sont soumis aux exigences prévues par les normes EN 165-172. Les lunettes de protection, équipées de verres neutres ou correcteurs, sont des équipements de niveau 2 (engagement de la responsabilité pénale) et doivent donc subir un examen de certification par un laboratoire notifié Européen. Cet examen va permettre de mettre en évidence les perfomances de l'équipement sur les critères prévus par la norme. Les symboles correspondant aux niveaux de performances obtenus sont ensuite marqués sur la monture et les verres.

Dans le cas présent des CEIO, les critères de protection sont dépendant de la puissance d'impact et de la vitesse du corps étranger. La solidité de la monture, de l'oculaire et du montage des lunettes ou masques de protection sont donc des critères importants dans le choix de l'équipement vis-à-vis du risque encouru Tableau I. Critères norminatifs de performance.

CONCLUSION

Les étiologies des corps étrangers intra-oculaires sont nombreuses. Le pronostic fonctionnel et anatomique est en général réservé et le seul traitement efficace est le traitement préventif. Le problème majeur est surtout de faire changer les habitudes de travail dans les entreprises mais aussi au domicile en cas de bricolage.

Références

[1]
Ligget PE, Pince KJ, Barlow W, Rage M, Ryan SJ. Ocular trauma in an urban population. Review of 1132 cases. Ophthalmology, 1990;97:581-4.
[2]
Dannenberg AL, Parver LM, Brechner RJ, Khoo L. Penetrating eye injuries in the workplace. Arch Ophthalmol, 1992; 110:843-8.
[3]
Korobelnik JF. Les corps étrangers intraoculaires du segment postérieur. J Fr Ophtalmol, 1995;18:238-47.
[4]
Chiquet C, Zech JC, Gain P, Adeleine P, Trepsat C. Visual outcome and prognostic factors after magnetic extraction of posterior-segment foreign bodies in 40 cases. Br J Ophthalmol, 1998;82:801-6.
[5]
Dannenberg AL, Parver LM, Fowler CJ. Penetrating eye injuries related to assault. Arch Ophthalmol, 1992;110: 849-52.
[6]
Chiquet C, Zech JC, Adeleine P, Trepsat C. Intraocular foreign bodies. Factors influencing final visual outcome. Acta Ophthalmol Scand, 1999;77: 321-5.
[7]
Mader TH, Aragones JV, Chadler AC, Hazlehurst JA, Heier J, Kingham JD, Stein E. Ocular and ocular adnexal injuries treated by United States military ophthalmologists during operations desert shield and desert storm. Ophthalmology, 1993;100:1462-7.
[8]
Baker RS, Wilson MR, FLowers CW, Lee DA, Wheeler NC. Demographic factors in a population-based survey of hospitalized, work-related, ocular injury. Am J Ophthalmol, 1996;122:213-9.




© 2001 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline