Article

PDF
Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Free Article !

Journal Français d'Ophtalmologie
Vol 25, N° 6  - juin 2002
pp. 661-662
Doi : JFO-06-2002-25-6-0181-5512-101019-BKR1
Occlusions veineuses
 
© Masson, Paris, 2002
A.Bron[1]

[1] CHU Dijon.

Encore du nouveau dans un domaine en pleine effervescence avec les nouvelles possibilités thérapeutiques audacieuses décrites récemment comme les anastomoses artério veineuses, les adventicectomies et les sections de l'anneau scléral au niveau de la papille optique. Mais cette fois il s'agit de l'apport d'une sémiologie fine pour une meilleure compréhension des rapports entre glaucome à angle ouvert et occlusion veineuse rétinienne et une nouvelle classification basée sur le site de l'occlusion. Cette « découverte » n'est pas sans rappeler toutes celles dont Jost Jonas nous a gratifiés depuis une bonne quinzaine d'années sur la papille optique par la simple observation clinique et qui conforte l'importance de la sémiologie si chère aux maîtres de la Médecine du 19e siècle.

The full text of this article is available in PDF format.
Click here to see it.

Jusq'u'à présent, la classification des occlusions veineuses (OV) se résumait aux occlusions de branche et aux occlusions du tronc de la veine centrale. L'association entre glaucome à angle ouvert (GPAO) et OV était bien décrite mais très variable suivant les rapports.

Deux collègues Australiens, à travers une étude prospective sur 15 ans portant sur 450 cas d'occlusions veineuses rétiniennes consécutifs apportent des éclaircissements extrêmement importants.

Ils ont proposé une classification basée sur la topographie du site de l'occlusion

  • Croisement artérioveineux
  • Excavation de la papille optique
  • Nerf optique avec ou sans oedème papillaire

Les deux premiers sites correspondent aux OV dites de branches et le troisième aux OV dites centrales.

Dans 197 cas (43,8 %), l'occlusion veineuse rétinienne siégeait au niveau d'un croisement artérioveineux (AV), dans 46 cas (10,2 %) au niveau de la papille et dans 207 cas au niveau du nerf optique. Parmi ces 207 cas, un oedème papillaire était présent dans 80 cas (17,8 % du total). Globalement les corrélations entre le rapport C/D et la pression intra-oculaire et entre le rapport C/D et l'âge étaient faibles. Les patients étaient statistiquement plus âgés dans le groupe « OV-excavation » et plus jeunes dans le groupe « OV-oedème papillaire ».

Les signes de glaucome étaient retrouvés de façon statistiquement significative beaucoup plus fréquemment dans les groupes avec OV dans l'excavation et à un moindre degré dans le groupe avec OV dans le nerf optique sans oedème papillaire. Ainsi le rapport C/D moyen était plus grand dans le groupe « OV-excavation »). La proportion de cas avec C/D >= 0,7 était plus élevée dans le groupe « OV-excavation » (39,1 %) contre 0 à 6,3 % pour les autres groupes. Une PIO supérieure à 21 mmHg était présente dans 20,9 % des cas et 16,4 % dans les groupes OV excavation et OV nerf optique sans oedème papillaire, contre 4,9 et 5,3 % dans les autres groupes.

La fréquence du GPAO était statistiquement plus élevée dans le groupe « OV-excavation » (39,1 %) suivi des groupes « OV-nerf » optique sans oedème papillaire (18,8 %), « OV-nerf » optique avec oedème papillaire (8,8 %) et « OV-AV » (4,1 %).

D'après les auteurs la veine centrale serait donc soumise aux mêmes forces de compression et de cisaillement que les axones des cellules ganglionnaires lors de leur passage dans la lame criblée lors des hypertonies oculaires.

Cette remarquable étude uniquement basée sur une observation rigoureuse des signes sans appareillage coûteux prouve une fois de plus combien la sémiologie bien conduite peut nous permettre de mieux comprendre certaines associations pathologiques.

E.Paul[1]H.Beaumont[1]KangKwon[1] . Ophthalmology 2002;109:282-286.
The full text of this article is available in PDF format.
Click here to see it.

Peu de temps après leur premier article décrit ci-dessus, les mêmes auteurs récidivent avec une série plus grande, 874 cas d'occlusions veineuses rétiniennes de 854 patients.

Aux trois sites d'occlusion veineuse reconnus plus haut les auteurs en ajoutent deux autres

  • Site rétinien sans croisement artérioveineux
  • Pas de site détectable

Globalement, il n'y avait pas de différence entre le côté droit et gauche, les hommes étaient plus touchés que les femmes (465 contre 409), l'âge moyen était de 64 ans et 59,6 % des patients étaient hypertendus ; 23 % étaient fumeurs et 12 % étaient glaucomateux. Par groupe les résultats étaient les suivants.

En gras figurent les principales différences entre les groupes statistiquement significatives.

Les résultats sont donc identiques à ceux retrouvés dans la publication détaillée plus haut avec des précisions supplémentaires concernant le tabac et l'hypertension artérielle plus fréquents dans les sites d'occlusion veineuse siégeant à des croisements artérioveineux.

La validité de cette classification est donc confirmée qui apporte un nouveau jour sur les relations GPAO et occlusion veineuse rétinienne. Cependant le site d'occlusion n'est pas toujours facile à déterminer, particulièrement en cas d'oedème et d'hémorragies papillaires. Les auteurs donnent un petit « truc ». Si la veine papillaire est rétrécie dans son diamètre, le site d'occlusion est l'excavation. Si au contraire elle est dilatée, le site est le nerf optique.

La discussion est très intéressante car pour chaque sous-groupe les auteurs, en s'appuyant sur les variantes et les spécificités sémiologiques, évoquent des processus physiopathologiques cohérents.

E.Paul[1]H.Beaumont[1]KangKwon[1] . Br J Ophthalmol 2002;86:572-580.
The full text of this article is available in PDF format.
Click here to see it.

Dans cette étude courte et bien réalisée les auteurs ont comparé le taux sérique d'homocystéine chez 20 patients présentant une occlusion veineuse dans les 6 mois, chez 20 sujets sains et chez 20 patients diabétiques.

L'homocystéine est un acide aminé, catabolite de la méthionine qui est un acide aminé essentiel. Son rôle dans les phénomènes athéromateux a été prouvé depuis longtemps de même que son association avec certaines pathologies comme le syndrome de Marfan.

Parmi tous les paramètres sanguins mesurés (hématocrite, lipides, urée, vitamine B12, acide folique) il n'y avait aucune différence entre les groupes. De même le sexe, l'âge, les antécédents d'accidents vasculaires cérébraux et le tabagisme ne différaient pas entre les groupes.

Seul le taux d'homocystéine sérique dans le groupe occlusion veineuse rétinienne était en moyenne plus de deux fois celui retrouvé dans les autres groupes.

Les applications pratiques ne sont pas immédiates. En effet, les méthodes de dosage diffèrent d'un laboratoire à l'autre et le mode d'action de l'homocystéine dans les facteurs athérogènes est mal connu ; on ne sait pas si elle en est une des causes ou une des conséquences.

Il est possible de baisser le taux d'homocystéine sérique en absorbant de l'acide folique et des vitamines B6 et B12, mais avant de conseiller ce traitement dans les occlusions veineuses il faut nécessairement se baser sur des études prospectives qui restent à réaliser.

BABrown[1]JLMarx[1]TPWard[1]RDHollifield[1]JSDick[1]JJBrozetti[1]RSHoward[1]ABThach[1] Homocysteine: a risk factor for retinal venous occlusive disease. Ophthalmology 2002;109:287-290.
Illustrations



© 2002 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline
@@#110903@@