Article

PDF @@113110@@
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Free Article !

Journal Français d'Ophtalmologie
Vol 25, N° 9  - novembre 2002
p. 983
Doi : JFO-11-2002-25-9-0181-5512-101019-BKR21
Revue de presse

Nouvelles fluoroquinolones ; quelles applications en ophtalmologie ?
 
M. Labetoulle [1]
[1]  CHU Kremlin-Bicêtre.

De nouvelles fluoroquinolones sont disponibles depuis peu sur le marché français (la levofloxacine, la moxifloxacine et prochainement la gatifloxacine). Si elles sont aujourd'hui réservées aux infections pulmonaires ou sinusiennes, il est très probable que les ophtalmologistes disposeront un jour de ces nouvelles molécules pour le traitement topique ou général des infections oculaires bactériennes.


L'arrivée des premières fluoroquinolones (péfloxacine, ciprofloxacine, ofloxacine) a marqué dans les années 80 un véritable tournant dans le traitement par voie générale des infections oculaires sévères telles que les endophtalmies post-opératoires. Dans les années 90, leur présentation en collyre (norfloxacine, ofloxacine, ciprofloxacine) a là encore permis aux ophtalmologistes de disposer d'un traitement local efficace dans nombre d'infections bactériennes sérieuses de la surface oculaire. Toutefois, les streptocoques, très fréquemment en cause dans les kératites bactériennes, sont naturellement peu sensibles à ces fluoroquinolones. Par ailleurs, plusieurs auteurs ont récemment signalé une émergence de la résistance à ces antibiotiques parmi les souches bactériennes isolées à partir d'infections cornéennes, notamment le bacille pyocyanique ( Pseudomonas aeruginosa ) qui est souvent impliqué dans les kératites après lentilles de contact.

Fort heureusement, le progrès pharmaceutique a anticipé l'évolution prévisible de ces résistances bactériennes. Les nouvelles fluoroquinolones ont un spectre d'activité plus large comprenant les streptocoques. La levofloxacine et surtout la moxifloxacine ont respectivement obtenu en 2001 et 2002 une AMM pour le traitement oral des infections pulmonaires et sinusiennes à germes sensibles. Compte tenu du rôle des streptocoques (dont le pneumocoque) dans les infections oculaires, il est fort probable que ces molécules soit proposée à court ou moyen terme dans leur traitement.

En l'attente d'essais cliniques prospectifs dans le cadre d'infections oculaires humaines, Mather et collaborateurs ont récemment publié dans l' American Journal of Ophthalmology une étude comparant la sensibilité des souches bactériennes isolées à partir d'endophtalmies pour la levofloxacine, la moxifloxacine et la gatifloxacine versus les fluoroquinolones “ classiques ”. Les staphylocoques dorés ou à coagulase négative résistants à la ciprofloxacine et l'ofloxacine sont apparus sensibles à la moxifloxacine et la gatifloxacine. De même, des streptocoques viridans et pneumocoques étaient plus sensibles aux nouvelles fluoroquinolones. En revanche, ces dernières n'étaient pas plus efficaces sur les bacilles gram négatifs (dont P. aeruginosa ). De façon complémentaire, Dali et collaborateurs ont montré dans Antimicrobial Agents and Chemotherapy que des souches oculaires de Propionibacterium acnes , isolées à partir d'endophtalmies post-opératoires sont sensibles à la moxifloxacine, sans toutefois d'avantage majeur par rapport à la ciprofloxacine.

Ces deux études étudiant la sensibilité in vitro montrent l'intérêt potentiel des nouvelles fluoroquinolones dans la prise en charge des infections oculaires sévères et résistantes aux traitements habituels. D'ailleurs, Hariprasad et collaborateurs avaient rapporté lors du congres de l'ARVO 2002 (Fort Lauderdale, USA) que deux prises orales de 400 mg de gatifloxacine permettent chez l'homme d'obtenir dans le vitré et l'humeur aqueuse une concentration égale au quart de celle obtenue dans le sang mais tout de même suffisante pour inhiber la croissance de la plupart des souches de cocci Gram-positifs et de bacilles Gram négatifs ( P. aeruginosa non testé). Les études chez l'animal ont aussi montré que des instillations répétées (jusqu'à 32/jour) d'un collyre à 0,5 % de gatifloxacine n'induit pas chez le chien d'effets indésirables locaux ou généraux (Carpenter et collaborateurs, ARVO 2002) et qu'une concentration de 0,3 % est au moins aussi efficace qu'un collyre à la ciprofloxacine (Jensen et collaborateurs, ARVO 2002).

Même si les nouvelles fluoroquinolones ont été développées de manière à contrer plus longtemps les mécanismes bactériens de résistance acquise, leur utilisation en ophtalmologie lorsqu'elles seront disponibles devra dans tous les cas rester rationnelle, en évitant les traitements de première intention devant un tableau clinique a priori classique. Les futurs essais thérapeutiques permettront vraisemblablement d'en mieux cerner les bonnes pratiques.




Mather R: Fourth generation fluoroquinolones: new weapons in the arsenal of ophthalmic antibiotics.
Am. J. Ophthalmol. 2002;133:463-466.
Dali P et collaborateurs: Susceptibilities of Propionibacterium acnes ophthalmic isolates to moxifloxacin.
Antimicrob. Agents Chemother. 2001;45:2969-2970.

© 2002 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline