Article

PDF
Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Free Article !

Journal Français d'Ophtalmologie
Vol 26, N° 2  - février 2003
pp. 160-163
Doi : JFO-02-2003-26-2-0181-5512-101019-ART7
Aspects épidémiologiques et angiofluorographiques de la rétinopathie diabétique au Sénégal
 

M. De Médeiros-Quénum [1], P.A. Ndiaye [1], A. Cissé [2], A. Wane [1], S.N. Diop [3], P.A. Ndoye-Roth [1], E.A. Ba [1], M.R. Ndiaye [1], A. Wade [1]
[1]  Clinique Ophtalmologique, CHU de Dakar,
[2]  Laboratoire de Physique pharmaceutique, Université de Dakar,
[3]  Centre Antidiabétique, CHU de Dakar, Sénégal.

Communication libre présentée lors du 107 e congrès de la SFO en mai 2001.


Tirés à part : M. De Médeiros-Quénum, [1]

[4]  BP 6547, Dakar, Etoile, Sénégal.

@@#100979@@
Aspects épidémiologiques et angiofluorographiques de la rétinopathie diabétique au Sénégal

Introduction : L'amélioration de l'espérance de vie des diabétiques permet d'observer les complications dégénératives dont la rétinopathie diabétique (RD) liée à la microangiopathie. Nous avons évalué la fréquence de la rétinopathie et de ses différents types chez le diabétique Sénégalais.

Patients et méthodes : Nous avons réalisé une étude prospective de mars à octobre 1998. Elle incluait 51 patients ayant au moins 5 ans d'évolution ; ils jouissaient en outre, d'une transparence des milieux oculaires. Chacun a bénéficié d'un bilan biologique (glycémie, hémoglobine glyquée ou HBA 1c , créatininémie, triglycérides, cholestérol, albumine et glucose urinaire) et d'un examen ophtalmologique avec angiographie en fluorescence.

Résultats : Les patients étaient âgés de 17 à 71 ans, répartis en 27 diabétiques insulino-dépendants (DID) et 24 non insulino-dépendants (DNID). Vingt-six parmi eux présentaient une évolution supérieure à 10 ans. La rétinopathie diabétique a été décelée chez 62 yeux sur 102 soit 60,78 % avec 37,25 % de RD non proliférative (RDNP), 17,65 % de RD préproliférative (RDPP) et 5,88 % de RD proliférante (RDP). La maculopathie était présente au niveau de 10 yeux soit 9,80 %. Chez les DID, le taux de RD était de 57,14 % pour un diabète inférieur à 10 ans, contre 84,62 % pour un diabète supérieur à 10 ans ; chez les DNID, il était de 36,36 % contre 61,54 %.

Discussions : Ces résultats permettent de faire une corrélation entre le rétinopathie diabétique, l'ancienneté du diabète, le type de diabète et les autres microangiopathies. Nous retrouvons un taux de rétinopathie qui augmente avec l'âge du diabète, et dans le groupe des DID.

Conclusion : Une prise en charge multidisciplinaire du diabétique permet un dépistage précoce de la rétinopathie diabétique d'où la nécessité d'une bonne collaboration entre l'endocrinologue et l'ophtalmologiste.

Abstract
Epidemiological and angiofluorographic aspects of diabetic retinopathy in Senegal

Purpose: Attempting to improve life expectancy among diabetics reveals degenerative complications, including diabetic retinopathy (DR) linked to microangiopathy. We assessed the incidence of diabetic retinopathy in its various forms amongst diabetics in Senegal.

Patients and methods: We carried out a survey between March and October 1998. The 51 patients surveyed had been affected for more than 5 years. They were divided into two groups: insulin-dependent diabetes (IDD) and non-insulin-dependent diabetes (NIDD). Patients were aged 17–71 and included 27 IDD and 24 NIDD. Each patient was given both a biological checkup (blood sugar level, HBA1c, creatininemy, triglycerides, cholesterol, albuminaria and urinary glucose) and an ophthalmological checkup with angiography in fluorescence.

Results: Of the 51 patients studied, 26 presented a progression span of the disease of over 10 years. DR was detected in 62 eyes out of 102 (60.78%), with 37.25% of nonproliferating DR, 17.65% of preproliferating DR, and 5.88% of proliferating DR. Maculopathy was detected in 10 eyes (9.80%). Amongst the IDD patients, diabetic retinopathy accounted for 57.14% of diabetes, with a progression span of less than 10 years, compared to 84.62% for diabetes with a progression span of over 10 years. Amongst the NIDD patients, diabetic retinopathy accounted for 36.36% compared to 61.54%.

Discussion: Through these results, a connection can be made between diabetic retinopathy, the progression span of diabetes, the type of diabetes, and the other microangiopathies. We noted a rise in retinopathy that increased with the age of diabetes patients and their IDD group.

Conclusion: A multidisciplinary support of diabetes ensures early detection of diabetic retinopathy; hence the need for closer collaboration between the endocrinologist and the ophthalmogist.


Mots clés : Rétinopathie diabétique , angiofluorographie , microangiopathies

Keywords: Diabetic retinopathy , angiofluorography , microangiopathies


INTRODUCTION

L'amélioration de l'espérance de vie des diabétiques permet d'observer l'émergence de complications dégénératives, dont la rétinopathie diabétique (RD) liée à la microangiopathie. Plusieurs facteurs influencent sa survenue et son évolution.

Nous proposons d'évaluer la fréquence de la rétinopathie diabétique et de ses différents types chez le diabétique Sénégalais, et d'établir une corrélation entre la rétinopathie et le type de diabète, son ancienneté, le déséquilibre glycémique et les autres microangiopathies.

PATIENTS ET MÉTHODES

Il s'agit d'une étude prospective réalisée de mars à octobre 1998. Elle a été effectuée en collaboration avec le Centre Antidiabétique du CHU de Dakar, où étaient suivis la plupart des 51 patients. Le laboratoire de physique pharmaceutique de l'Université de Dakar et le laboratoire d'analyses de Biologie Médicale BIO 24 avaient participé à l'étude. Les critères d'inclusion étaient : avoir un diabète insulinodépendant (DID) ou non insulinodépendant (DNID), d'une durée d'évolution minimale de cinq ans. Étaient exclus tous les patients présentant un défaut de transparence des milieux oculaires.

Chaque patient a bénéficié d'un bilan biologique comprenant la glycémie à jeun et postprandiale, l'hémoglobine glyquée, la créatininémie, les triglycérides, le cholestérol HDL, LDL et total, l'albuminurie et la glycosurie. L'examen ophtalmologique a été suivi d'une angiographie en fluorescence prenant les différents quadrants, partant du temporal supérieur et suivant le sens horaire.

Nous avons adopté la classification de la Diabetic Retinopathy Study (DRS). Le logiciel Epi-info a été utilisé pour l'analyse des données.

RÉSULTATS
État diabétique

Les 51 patients (représentant 102 yeux) se répartissaient en 15 hommes (29,41 %) et 36 femmes (70,59 %) et 27 DID (52,94 %) et 24 DNID (47,06 %).

L'âge moyen était de 42,51 avec un écart type de 15,23.

Les extrêmes allaient de 17 à 71 ans.

Selon la durée d'évolution de la maladie, ils étaient regroupés en

  • DID 5–9 ans ; 13 patients (48,15 %) ;
  • DID >= 10 ans ; 14 patients (51,85 %) ;
  • DNID 5–9 ans ; 11 patients (45,83 %) ;
  • DNID >= 10 ans ; 13 patients (54,16 %).

La durée moyenne d'évolution était de 10, 33 ans avec un écart type de ± 4,68 ; les extrêmes allant de 5 à 22 ans.

L'âge à la découverte du diabète était de moins de 30 ans chez 22 DID (81,48 %) et chez 2 DNID (8,33 %). L'âge moyen de découverte était de 20,88 ans pour le DID, contre 44,92 ans pour le DNID.

Le diabète était associé à une hypertension artérielle chez 9 patients (17,65 %), dont 2 DID (7,41 %) et 7DNID (29,17 %).

Le traitement du diabète comprenait un régime diabétique associé à l'insuline chez 27 patients (52,9 %), un régime simple chez 13 patients (25,5 %) et un régime associé aux hypoglycémiants oraux chez 11 patients (21,6 %).

Rétinopathie diabétique

Soixante-deux yeux présentaient une RD, soit 60,78 % répartis en 38 RDNP (37,25 %), 18 RDPP (17,65 %) et 6 RDP (5,88 %). Une maculopathie oedémateuse non cystoïde a été retrouvée chez 10 yeux, soit 9,80 % (tableau I).

La RD était présente chez 63,9 % des femmes et chez 60 % des hommes (p = 0,48).

La RNDP était retrouvée chez 80,76 % des DID contre 67,12 des DNID. La RDPP était de 59,23 % chez les DID, et de 15,39 % chez les DNID.

Les données de la RD en fonction de la glycémie et de l'hémoglobine glyquée sont présentées dans les tableaux IIet III.

77,77 % des patients ayant une hypertension artérielle était associée, présentaient une RD (6 RDNP et 1 RDPP).

Le taux moyen de cholestérol LDL était de 1,36 avec un écart type de 0,48. Nous avons retrouvé un taux de RDP de 22,2 % chez les patients de moins de 1,36 mg/dl contre 77,77 % chez ceux ayant plus de 1,36.

82,35 % des patients ayant une albuminurie avaient une RD, de même que 85,18 % des patients présentant une glycosurie.

DISCUSSIONS

Les femmes dominent avec un sex-ratio de 1/2 contrairement à la plupart des études Africaines qui retrouvent une prédominance masculine. Sur le plan clinique, les 51 patients étaient répartis en 27 DID et 24 DNID. Le dosage du peptide-c aurait permis une classification plus exacte d'après Cissé et al. [1].

La fréquence de la RD chez le DID passe de 57,14 % avant 10 ans d'ancienneté à 84,62 % après 10 ans et chez le DNID, de 36,36 % à 61,54 %. Ceci est en faveur d'une augmentation de la fréquence de la RD en fonction de la durée du diabète et concorde avec les résultats de plusieurs auteurs [2], [3], [4], [5].

De façon globale, nous avons trouvé un taux de RD de 60,78 %. Dans deux études menées antérieurement à Dakar sans angiographie, Diallo [6]trouvait 44,2 % de RD et Wade [7]un taux de 73 %. Nos résultats se rapprochent des 50 % de Zhang [8]en France et des 70 % de Chachoua [3]en Algérie. En Côte d'Ivoire, Sangaré [5]l'évalue à 34 %, et Ayed [9]à 37,5 % en Tunisie.

La fréquence de la RD augmente avec le déséquilibre glycémique. En ce qui concerne la glycémie à jeun, la RD est retrouvée à 41,17 % chez les patients ayant un taux inférieur à 1,40 g/l. Au-delà de ce taux, la RD est à 73,53 %. Chez les patients ayant une glycémie postprandiale inférieure à 2 g/l, la fréquence est de 40 % de RD. Elle passe à 77,42 % lorsque la glycémie dépasse 2 g/l. Par ailleurs, 85,18 % des patients ayant une glycosurie présentent une RD. L'hyperglycémie est donc un facteur de risque de RD.

L'analyse de la RD en fonction de l'hémoglobine glyquée nous montre une augmentation progressive de la fréquence de RD parallèlement à celle du taux d'HBA 1c , pour tous les types de RD.

Ferris et al. [10]trouvent une fréquence de RD plus élevée chez les patients avec LDL cholestérol supérieur à 1,60 mg/dl que chez ceux avec un taux inférieur à 1,30 mg/dl. Ceci concorde avec nos résultats.

Dans notre étude, l'albuminurie ainsi que l'association à une hypertension artérielle (HTA) sont liées à une fréquence plus élevée de rétinopathie diabétique. Zhioua [11]ne trouve pas de relation entre RD et HTA contrairement à Coscas [12]qui cite l'HTA et l'altération de la fonction rénale comme étant des facteurs aggravants. La RD et la néphropathie, relevant toutes deux de la microangiopathie, sont en corrélation. Vu la nature identique du néphron et de la choriocapillaire, la simultanéité des atteintes ne peut être écartée.

La RD est une pathologie vitréo-rétinienne qui nécessite un examen biomicroscopique avec un verre de Volk ou un verre à trois miroirs de Goldmann complété d'un examen angiographique. L'angiographie en fluorescence que nous avons réalisée chez nos patients a permis d'observer des anomalies vasculaires rétiniennes. Toutefois, les progrès récents de l'angiographie au vert d'indocyanine (ICG) permettent la détection des anomalies vasculaires à la fois dans la rétine et dans la choroïde selon Shimizu et al. [13].

La réalisation en quadrants et le montage des clichés permettent une étude angiographique complète de la rétine.

La RD présente de nombreux aspects cliniques qu'il est difficile d'inclure dans des classifications, mais qui s'avèrent cependant indispensables à la surveillance de la RD et à l'indication thérapeutique d'après Massin et al. [14]. Les classifications contemporaines sont basées sur l'histoire naturelle de la RD selon Gaudric [15].

Nous avons adopté celle de la DRS pour sa simplicité [16]. Elle scinde les lésions de la rétinopathie en trois types

  • la rétinopathie non proliférante (RDNP) comprend des microanévrysmes, des hémorragies intrarétiniennes et/ou des exsudats ;
  • la rétinopathie préproliférante (RDPP) encore appelée rétinopathie non proliférante sévère est composée de veines dilatées, de nodules cotonneux, d'ischémie périphérique, d'anomalies intrarétiniennes (AMIR) et/ou d'hémorragies intrarétiniennes étendues ;
  • la rétinopathie proliférante (RDP) comporte une néovascularisation prépapillaire ou prérétinienne, des hémorragies intravitréennes, une prolifération fibrovasculaire, un décollement de rétine par traction et/ou une néovascularisation irienne.

Nous avons pu évaluer la fréquence des différents types de RD : 37 % de RDNP, 17,65 % de RDPP et 5,88 % de RDP. Nous notons la prédominance de la RDNP. Ces résultats se rapprochent de ceux de Balo et al. [17]qui trouvaient 46 % de RDNP et 6 % de RDP.

En fonction du type de diabète et de la durée d'évolution, une prédominance de la RDNP chez les DID inférieurs à 10 ans était retrouvée avec un taux de 50 %. La RDPP était plus fréquente (46,15 %) chez les DID supérieurs à 10 ans. Quant à la RDP et la maculopathie, elles étaient plus souvent retrouvées chez les DNID supérieurs à 10 ans, respectivement 15,39 % et 23,08 %.

Zaluski et al. [18], dans une étude menée dans les Pyrénées Orientales, retrouvaient un taux de RDPP de 29 % contre 71 % de RDP chez les DID et 35 % contre 65 % chez les DNID.

La maculopathie entre dans un cadre particulier. Elle est classée en maculopathie ischémique et oedémateuse, cystoïde ou non, et peut être associée à tous les types de RD. Nous avons retrouvé un oedème maculaire non cystoïde chez 10 yeux dont 6 dans le groupe des DNID supérieurs à 10 ans.

Pour 15,68 % de nos patients, il se pose une indication de photocoagulation panrétinienne au laser, seul traitement pouvant freiner l'évolution vers des complications invalidantes. La difficulté de la photocoagulation dans les pays en voie de développement accroît le risque de cécité chez les diabétiques et engage le pronostic vital par la perte de l'auto surveillance de l'équilibre glycémique.

CONCLUSION

L'ancienneté du diabète, le déséquilibre glycémique, l'hémoglobine glyquée, le cholestérol LDL, l'HTA et l'altération rénale constituent autant de facteurs de risque pour la rétinopathie diabétique.

Une prise en charge multidisciplinaire est en faveur d'une surveillance adéquate de la rétinopathie diabétique. L'évolution de certaines lésions vers des complications invalidantes ne peut être évitée que par la photocoagulation.

Références

[1]
Cissé A, Chevenne D, Chauffert M, Diop-Diouf RM, Diop SN, Sidibé EH et al. Apport du peptide-C plasmatique dans la classification du diabète sucré à Dakar (Sénégal). Dakar Médical, 1997;42:11-4.
[2]
Bacin F, Kantelip B, Menerath J M, Boulmier A. Rétinopathie diabétique : étude clinique et traitement. Encycl. Méd. Chir. (Paris - France), Ophtalmologie, 1989, 9, 21240F 20 , 24 p.
[3]
Chachoua L, Ghemri N, Mazari F, Mouaki S, Saïb I, Tayeb-bey F et al. Fréquence du diabète et de ses complications dans un échantillon de population adulte de 1 500 personnes. Oeil et Diabète, Diagnostic, 1993;17:7-9.
[4]
Grimaldi A, Grange V, Allanic H, Passa P, Rodier M, Cornet P et al. Epidemiological analysis of patients with type 2 diabetes in France. J Diabetes Complications. 2000;14:242-9.
[5]
Sangaré S, Keita Ch, Montabonne H, Crezoit E, Fanny A, Youffou-Lambin L et al. Rétinopathie diabétique. Revue Médicale de Côte d'Ivoire, 1985;75:70-5.
[6]
Diallo J, Tassy A, Moliva G. La rétinopathie diabétique à Dakar. Médecine d'Afrique Noire, 1972;19, 12:885-90.
[7]
Wade A, Ndiaye R, Diallo J. La rétinopathie diabétique chez le noir Africain. Médecine d'Afrique Noire, 1979;26:913-6.
[8]
Zhang JJ, Sterkers M, Coscas G. Prévalence et évolution de la rétinopathie diabétique à propos de 100 cas suivis pendant 10 ans. Bull. Soc. Ophtalmol. Fr, 1993;3:239-45.
[9]
Ayed S, Jeddi A, Daghfous F, Ben Osman, Sebai L. Epidémiologie de la rétinopathie diabétique. La Tunisie Médicale, 1993;71:141-4.
Ferris FL, Chew EY, Hoogwerf BJ. Early Treatment Diabetic retinopathy Study Research Group: Serum Lipids and Diabetic Retinopathy. Diabetes Care. 1996;19, 11:1291-3.
Zhioua R, Ben Romdhane B, Ben Ammar M, Karry T, Ouertani A, Zouari B. Rétinopathie diabétique et hypertension artérielle. Ophtalmologie, 1996;10:140-2.
Coscas G, Boyd BF. Rétinopathie diabétique : Nouvelles données cliniques, nouvelles techniques de LASER. Highlights of Ophthalmology letter, 1993;21:4-10.
Shimizu J, Ida T. Angiographie à la fluorescence et au vert d'indocyanine dans la rétinopathie diabétique. In : Grange JD. La rétinopathie Diabétique, Paris, Masson : 1995;241-265.
Massin P, Angioi-Duprez K, Bacin F, Cathelineau G, Chaine G, Coscas G et al. Recommandation de l'ALFEDIAM pour le dépistage, la surveillance et le traitement de la rétinopathie diabétique. J Fr Ophtalmol, 1997;20:302-10.
Gaudric A, Coscas G. Les classifications de la rétinopathie diabétique. Revue Chibret d'Ophtalmologie, 1984;105:109-19.
Bacin F. Classifications de la Rétinopathie Diabétique. Ophtalmologie, 1996;10:553- 60.
Balo KP, Mensah A, Koffi-Gue B. La Rétinopathie Diabétique : une étude angiofluorographique chez le Noir Africain. Médecine d'Afrique Noire, 1995;42:402-5.
Zaluski Z, Millan M, Karsenti G, Dubuisson C. Aspects épidémiologiques de la rétinopathie diabétique proliférante ou préproliférante dans les Pyrénées-Orientales (à propos de 145 Patients). Ophtalmologie, 1996;10:123-5.




© 2003 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline