Article

PDF
Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Free Article !

Journal Français d'Ophtalmologie
Vol 28, N° HS2  - juin 2005
p. 7
Doi : JFO-06-2005-28-HS2-0181-5512-101019-200506341
ÉDITORIAL

Éditorial
Editorial
 

Pr. J.-P. Nordmann
[1] Président du Comité de Lutte contre le Glaucome

Le glaucome est une affection dont la fréquence augmente, en particulier en raison du vieillissement de la population. À travers les données d’une étude rigoureuse réalisée en France, l’épidémiologie de cette maladie a été le premier thème abordé lors de la réunion annuelle 2004 du Comité de Lutte contre le glaucome.

Le thème principal a été consacré aux problèmes pratiques de prise en charge du glaucome à angle ouvert. Quel bilan réaliser à chaque stade de l’affection, depuis la simple hypertonie oculaire jusqu’au glaucome avancé ou au glaucome à pression normale ? Cette mise au point est nécessaire en raison en particulier de l’apparition de nombreuses avancées techniques permettant l’exploration du nerf optique ou des fibres optiques (HRT, GDX, OCT). Il faut donc déterminer dans quels cas ces appareils apportent réellement une aide pratique à la prise de décision thérapeutique. Il apparaît qu’ils servent surtout à déterminer une atteinte anatomique avant toute atteinte de la fonction visuelle et sont donc utiles dans les formes débutantes de glaucome. Ils sont donc particulièrement intéressants chez le sujet jeune chez qui l’atteinte du champ visuel est toujours tardive.

Le glaucome du sujet jeune a ainsi été abordé, à la fois sur le plan diagnostique et thérapeutique. Il pose des problèmes spécifiques puisqu’il ne s’agit ni du glaucome congénital, ni du glaucome usuel débutant à la cinquantaine. Son pronostic est plutôt défavorable en raison de la prise en charge souvent retardée de cette maladie.

Une session thérapeutique a traité à la fois certains problèmes médicaux et chirurgicaux. Les prostaglandines étant de plus en plus utilisées comme thérapeutique initiale du glaucome, il arrive qu’une de celles-ci ne soit pas efficace ou qu’elle soit mal tolérée. Faut-il alors renoncer à cette classe thérapeutique et se tourner vers d’autres traitements ou essayer une autre prostaglandine ? Par ailleurs, quel traitement médical « maximal » est-il raisonnable de proposer à un patient avant le recours au laser ou à la chirurgie ?

La session chirurgicale a abordé deux points spécifiques. Le premier est le choix de réaliser l’intervention du glaucome et de la cataracte en un ou en deux temps, le fond du problème n’étant pas technique mais pronostique : n’y a-t-il pas un risque plus grand d’échec de l’intervention filtrante si un geste sur le cristallin est fait dans le même temps opératoire ? Enfin ont été évaluées les thérapeutiques que l’on peut proposer à la fois avant et après une intervention pour prévenir les excès de cicatrisation après une chirurgie filtrante.

En conclusion, le Comité de Lutte contre le Glaucome souhaite à nouveau remercier le Journal Français d’Ophtalmologie pour la tribune qu’il propose à la diffusion de sa réunion annuelle, en espérant que l’orientation pratique des communications sera utile au plus grand nombre d’ophtalmologistes.



Top of the page


© 2005 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline