Article

Access to the text (HTML) Access to the text (HTML)
PDF Access to the PDF text
Advertising


Access to the full text of this article requires a subscription.
  • If you are a subscriber, please sign in 'My Account' at the top right of the screen.

  • If you want to subscribe to this journal, see our rates

  • You can purchase this item in Pay Per ViewPay per View - FAQ : 33,00 € Taxes included to order
    Pages Iconography Videos Other
    2 0 0 0


Nutrition clinique et métabolisme
Volume 31, n° 3
pages 231-232 (septembre 2017)
Doi : 10.1016/j.nupar.2017.06.037
Vers un meilleur dépistage de la dénutrition en milieu hospitalier : révision des seuils de la transthyrétine
 

L. Pouga 1, , S. Dellière 1, N. Neveux 1, 2, J.-P. De Bandt 1, 2, L. Cynober 1, 2
1 Service de biochimie, hôpital Cochin, HUPC, AP–HP, France 
2 Laboratoire de biologie de la nutrition EA4466 Pretram, université Paris-Descartes, Paris, France 

Auteur correspondant.
@@#100979@@
Introduction et but de l’étude

En dépit de l’utilité démontrée de la transthyrétine dans le dépistage de la dénutrition, son utilisation demeure controversée principalement pour deux raisons : l’influence de l’état inflammatoire sur sa valeur et l’absence de consensus sur les seuils à utiliser. Une étude rétrospective menée sur une large cohorte nous a permis de proposer de nouveaux seuils ([transthyrétine]<0,2g/L pour la dénutrition et [transthyrétine]<0,11g/L pour la dénutrition sévère) permettant de ne pas sous-diagnostiquer la dénutrition [1]. Le but de la présente étude était double : valider prospectivement ces seuils et démontrer l’utilité de la transthyrétine y compris en présence d’une inflammation.

Matériel et méthodes

L’étude prospective que nous avons conduite au sein de 29 services appartenant à notre centre hospitalo-universitaire a été réalisée entre octobre 2015 et mars 2016. Les patients, sélectionnés en fonction de la valeur des concentrations de transthyrétine (normale :0,2g/L ; basse :<0,2) et de protéine c-réactive [CRP] (basse :<15mg/L ; haute :15) ont été répartis en quatre groupes : [transthyrétine] normale /CRP]basse (n =50), [transthyrétine]normale /[CRP]haute (n =50), [transthyrétine]basse /[CRP]haute (n =57), [transthyrétine]basse /[CRP]basse (n =59). Le statut nutritionnel des participants (non dénutris, n =138 contre dénutrition modérée, n =43 contre dénutrition sévère, n =35) était déterminé cliniquement.

Résultats

Parmi les 216 patients sélectionnés, les prévalences de dénutrition étaient significativement différentes entre les groupes, qu’il y ait présence d’un syndrome inflammatoire biologique ([transthyrétine]normale /[CRP]haute contre [transthyrétine]basse /[CRP]haute  : 30 % contre 50 %, Pearson χ 2=8,523 ; p =0,014) ou non ([transthyrétine]normale /[CRP]basse contre [transthyrétine]basse /[CRP]basse  : 14 % contre 49 %, Pearson χ 2=17,162 ; p <0,001). L’analyse des courbes ROC a révélé qu’un seuil de concentration de transthyrétine à 0,17g/L (n =216, AUC =0,674) permettait de dépister la dénutrition avec une bonne sensibilité (0,68) sans pour autant la surdiagnostiquer (spécificité de 0,67). Chez les patients dénutris, un seuil de 0,12g/L (n =78, AUC =0,609) permettait d’obtenir un bon compromis entre sensibilité et spécificité pour caractériser le degré de sévérité de la dénutrition (sensibilité : 0,53 ; spécificité : 0,73). Enfin, les valeurs des concentrations de protéine c-réactive et de transthyrétine n’étaient pas corrélées chez les patients dénutris (n =78 ; Spearman r =−0,190 ; p =0,096) ; ce qui n’était pas le cas pour les patients indemnes de dénutrition (n =138 ; Spearman r =−0,407 ; p <0,001).

Conclusion

Des seuils de concentration de transthyrétine à 0,17g/L pour la dénutrition et de 0,12g/L pour déterminer la sévérité de celle-ci semblent être davantage adaptés pour diagnostiquer et caractériser efficacement la dénutrition, comparés aux seuils actuellement proposés par la Haute Autorité de santé (concentration de transthyrétine inférieure à 0,11g/L pour la dénutrition et à 0,05 pour la dénutrition sévère) qui sous-estiment clairement la dénutrition [2]. En outre, nos données suggèrent que la transthyrétine puisse tout à fait être utilisée en présence d’un syndrome inflammatoire biologique chez les patients dénutris ; ce qui peut se révéler très utile lorsqu’il s’agit de suivre l’efficacité de la renutrition, étant donné le manque d’outils suffisamment sensibles pour cela.

The full text of this article is available in PDF format.


© 2017  Published by Elsevier Masson SAS.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline