Article

Access to the text (HTML) Access to the text (HTML)
PDF Access to the PDF text
Advertising


Access to the full text of this article requires a subscription.
  • If you are a subscriber, please sign in 'My Account' at the top right of the screen.

  • If you want to subscribe to this journal, see our rates



Nutrition clinique et métabolisme
Volume 31, n° 3
page 235 (septembre 2017)
Doi : 10.1016/j.nupar.2017.06.044
Congrès

Influence du niveau d’apports alimentaires en vitamine C sur la relation entre prise de complément en vitamine C et risque de cancer du sein : résultats de la cohorte E3N
 

C. Cadeau , A. Fournier, S. Mesrine, F. Clavel-Chapelon, G. Fagherazzi, M.-C. Boutron-Ruault
 U1018, Inserm, Villejuif, France 

Auteur correspondant.
@@#100979@@
Introduction et but de l’étude

La prise de complément en vitamine C est courante en France, mais son effet à long terme sur la santé est mal connu. Les études sur la prise de complément en vitamine C et le risque de cancer du sein sont contradictoires. Notre objectif était d’étudier si le niveau d’apports alimentaires en vitamine C pouvait influencer la relation entre prise de complément en vitamine C et risque de cancer du sein dans la cohorte E3N.

Matériel et méthodes

Entre 1995 et 2008, 2482 cas de cancer du sein invasifs incidents ont été diagnostiqués parmi 57 403 femmes ménopausées de la cohorte E3N. La prise de complément en vitamine C a été estimée dans des questionnaires envoyés en 1995, 2000, 2002, et 2005. Les apports alimentaires en vitamine C ont été estimés à partir d’un questionnaire alimentaire de fréquence semi-quantitatif envoyé entre 1993 et 1995. Les risques relatifs de cancer du sein invasif (HR) et les intervalles de confiances à 95 % (IC 95 %) ont été estimés à partir de modèles de Cox multivariés avec l’âge en échelle de temps.

Résultats

La prise de complément en vitamine C (au moins une fois par rapport à jamais) n’était pas associée au risque de cancer du sein après la ménopause globalement. Elle était associée à une augmentation du risque dans le quartile d’apports alimentaires en vitamine C le plus élevé (HR=1,31, IC 95 %=[1,03–1,66]), mais pas dans les autres quartiles (p interaction =0,03). Le quartile d’apports alimentaires en vitamine C le plus élevé était associé à une diminution de risque de cancer du sein après la ménopause chez les non-utilisatrices de complément en vitamine C (HR=0,87, IC 95 %=[0,77–0,99], p tendance =0,07), mais pas chez les utilisatrices de complément en vitamine C (HR=1,17, IC 95 %=[0,85–1,62], p tendance =0,29).

Conclusion

Nos résultats suggèrent une potentielle relation en -U ou en -J entre les apports totaux en vitamine C et le risque de cancer du sein. En termes de santé publique, nos résultats suggèrent que la prise de complément en vitamine C pourrait augmenter le risque de cancer du sein chez les femmes ayant déjà des apports alimentaires en vitamine C élevés.

The full text of this article is available in PDF format.


© 2017  Published by Elsevier Masson SAS.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline