Article

Access to the text (HTML) Access to the text (HTML)
PDF Access to the PDF text
Advertising


Access to the full text of this article requires a subscription.
  • If you are a subscriber, please sign in 'My Account' at the top right of the screen.

  • If you want to subscribe to this journal, see our rates

  • You can purchase this item in Pay Per ViewPay per View - FAQ : 33,00 € Taxes included to order
    Pages Iconography Videos Other
    2 0 0 0


Nutrition clinique et métabolisme
Volume 31, n° 3
pages 246-247 (septembre 2017)
Doi : 10.1016/j.nupar.2017.06.069
Première étude en “vie réelle” sur l’effet du téduglutide (agoniste du GLP2) à 3 mois dans une cohorte nationale de patients adultes avec syndrome de grêle court
 

F. Joly 1, , D. Quilliot 2, P. Beau 3, F. Poullenot 4, L. Armengol-Debeir 5, C. Chambrier 6, J. Lallemand 7, A. Nuzzo 1, V. Boehm 1, J. Bataille 8, S. Schneider 9
1 Service de gastroentérologie, Mici et assistance nutritive, hôpital Beaujon, Clichy-La Garenne 
2 Unité transversale de nutrition, CHU de Nancy, Nancy 
3 Hépatogastroentérologie et assistance nutritive, CHU de Poitiers, Poitiers 
4 Hépatogastroentérologie et oncologie digestive, CHU de Bordeaux, Bordeaux 
5 Gastroentérologie et hépatologie, hôpital Charles-Nicolle, CHU de Rouen, Rouen 
6 Unité de nutrition clinique intensive, hospices civils de Lyon, Lyon 
7 Anesthésie-réanimation, clinique Vert Coteau-groupe Sainte-Marguerite, Marseille 
8 Pharmacie, hôpital Beaujon, Clichy-La Garenne 
9 Gastroentérologie et nutrition clinique, CHU de Nice, Nice, France 

Auteur correspondant.
@@#100979@@
Introduction et but de l’étude

Le syndrome de grêle court est une maladie rare dont le traitement repose, en cas d’insuffisance intestinale chronique, sur un support parentéral. Les études cliniques de phase III ont montré que le traitement par téduglutide était associé à une réduction d’au moins 20 % du support parentéral à 6 mois chez des patients atteints de syndrome de grêle court. En France ce traitement coûteux est commercialisé depuis octobre 2015. Le but de l’étude était d’évaluer « en vie réelle » les facteurs prédictifs de réponse et sevrage du support parentéral très précoces chez les adultes avec syndrome de grêle court traités par téduglutide en France.

Matériel et méthodes

Il s’agit d’une étude multicentrique nationale. Les critères d’inclusion étaient : tout patient ayant débuté un traitement par téduglutide avec un suivi d’au moins 3 mois au 1/09/2016. Les répondeurs très précoces ont été définis comme les patients ayant une réduction d’au moins 20 % du volume du support parentéral au cours des 12 premières semaines après l’initiation du traitement. Les données ont été comparées en analyse univariée avec ajustement des variables nutritionnelles (âge/poids/taille) pour identifier les facteurs prédictifs de réponse très précoce et de sevrage du support parentéral à 3 mois.

Résultats

Quarante-deux patients atteints de syndrome de grêle court (21 femmes et 21 hommes), d’âge moyen de 53,2 ans (extêmes : 23–84 ans), avec une durée de support parentéral de 11 années (extrêmes : 0,5–31 années), un volume hebdomadaire du support parentéral de 10 860mL (extrêmes : 2000–38 500mL) et un apport énergétique hebdomadaire de 6280kcal (extrêmes : 0–16 800kcal) ont été mis sous téduglutide pendant au moins 3 mois. Leur longueur de grêle était de 55cm (extrêmes : 0–180cm) ; sur les 42 patients, 12 avaient une jéjunostomie, quatre une colostomie et 26 une anastomose jéjunocolique sans stomie. À 12 semaines, 13 patients sur 42 n’avaient aucune modification du support parentéral, quatre avaient une réduction inférieure à 20 % et 25 une réduction d’au moins 20 %, dont neuf (21 %) avaient pu être sevrés. Sur les 42 patients, 25 étaient donc répondeurs très précoces (59,5 %). Ces patients répondeurs très précoces avaient des ingesta basaux significativement plus élevés (2709 contre 2108kcal, p =0,012) et une réduction des apports parentéraux dès la quatrième semaine (59,7 % de réduction contre 2,2 %) indépendamment de l’âge, sexe et taille. Les facteurs associés à un sevrage précoce du support parentéral étaient la présence d’ingesta initiaux élevés (2938 contre 2237kcal/j, p =0,013) et de volumes de perfusion initiaux bas (1646 contre 2533mL/j, p =0,001). Aucune caractéristique épidémiologique et anatomique du syndrome de grêle court ne permettait de prédire la réponse thérapeutique et le sevrage au support parentéral à 12 semaines.

Conclusion

Il s’agit de la première étude « en vie réelle » évaluant l’efficacité très précoce du traitement par téduglutide dans une cohorte multicentrique de patients adultes atteints de syndrome de grêle court. Ces résultats montrent dès 3 mois une réduction importante du niveau de dépendance au support parentéral. L’hyperphagie est un facteur prédictif de réponse très précoce. Aussi l’évaluation et l’optimisation diététiques devraient faire l’objet d’une attention particulière avant toute initiation d’un traitement par téduglutide. Une évaluation de la cohorte à 6 mois permettra d’identifier le bénéfice du traitement sur une longue durée.

The full text of this article is available in PDF format.


© 2017  Published by Elsevier Masson SAS.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline