Article

Access to the text (HTML) Access to the text (HTML)
PDF Access to the PDF text
Advertising


Access to the full text of this article requires a subscription.
  • If you are a subscriber, please sign in 'My Account' at the top right of the screen.

  • If you want to subscribe to this journal, see our rates

  • You can purchase this item in Pay Per ViewPay per View - FAQ : 33,00 € Taxes included to order
    Pages Iconography Videos Other
    2 0 0 0


Nutrition clinique et métabolisme
Volume 31, n° 3
pages 252-253 (septembre 2017)
Doi : 10.1016/j.nupar.2017.06.082
Planification des repas : association avec la qualité de l’alimentation et le statut pondéral
 

P. Ducrot 1, C. Méjean 1, V. Aroumougame 2, G. Ibanez 2, B. Alles 1, S. Hercberg 1, S. Péneau 1,
1 Éren, Centre de recherche en épidémiologie et statistiques Sorbonne Paris Cité UMR U1153 Inserm/U1125 Inra/Cnam/université Paris 13, Bobigny 
2 Département de médecine générale, faculté de médecine, université Pierre-et-Marie-Curie Paris 6, Paris, France 

Auteur correspondant.
@@#100979@@
Introduction et but de l’étude

La planification des repas a été suggérée comme une solution pour faire face à la contrainte de temps croissante décrite comme une barrière à la préparation de repas « faits-maison » et qui, de ce fait favoriserait le recours à des aliments préparés industriellement. Pourtant, il existe à ce jour très peu de données sur l’impact d’une telle pratique sur la qualité de l’alimentation et le surpoids. L’objectif de cette étude était donc d’évaluer les associations existantes entre le fait de planifier ses repas et la qualité de l’alimentation d’une part et le statut pondéral d’autre part.

Matériel et méthodes

Le fait de planifier ses repas ou autrement dit de décider à l’avance ce qui va être préparé et consommé pour les jours à venir, a été évalué chez 47 953 participants à l’étude NutriNet-Santé. Les données alimentaires ont été calculées à partir d’enregistrements de 24h répétés (au moins trois enquêtes). La qualité de l’alimentation a été comparée sur la base des apports en énergie, nutriments, groupes d’aliments et l’adéquation aux recommandations nutritionnelles estimée par le score mPNNS-GS. Un score de variété alimentaire a été calculé à partir du questionnaire de fréquence alimentaire. Les classes d’IMC (surpoids, obésité) ont été calculées à partir des données de poids et taille autodéclarées par les participants. Les associations entre le fait de planifier ses repas et la consommation alimentaire ont été évaluées par le biais d’ancovas. Les associations avec le score mPNNS-GS (quartiles), le score de variété (quartiles) et les classes d’IMC ont été évaluées par le biais de régressions logistiques. Les modèles ont été ajustés sur les caractéristiques sociodémographiques et de modes de vie.

Résultats

Un total de 57 % des participants a déclaré planifier ses repas, au moins occasionnellement. La majorité d’entre eux ont déclaré les planifier sur quelques jours mais moins d’une semaine, à la fois les jours de semaine et le week-end. Les individus qui planifiaient leurs repas était plus susceptibles d’avoir un score mPNNS-GS plus élevé (OR quartile 4 contre 1=1,17 ; 95 % IC : [1,10–1,24]), reflétant une meilleure adéquation aux recommandations nutritionnelles, ainsi qu’un score de variété plus important (OR quartile 4 contre 1=1,33 [1,25–1,40]) (tous p <0,0001). En outre, les femmes qui planifiaient leurs repas étaient moins susceptibles d’être en surpoids (OR=0,93 [0,88–0,99], p =0,016) ou obèses (OR=0,79 [0,73–0,86], p <0,0001). Chez les hommes, seule l’association avec l’obésité était significative (OR=0,82 [0,70–0,96], p =0,012).

Conclusion

Le fait de planifier ses repas était associé à un meilleur suivi des recommandations nutritionnelles et à une plus grande variété alimentaire. Les différences en termes d’apports en énergie et en groupes d’aliments restaient cependant plus nuancées. Planifier ses repas était également associé à une moindre susceptibilité à être obèse (et en surpoids chez les femmes). Si ces associations étaient confirmées par le biais d’études prospectives, la promotion d’une telle pratique au sein de la population pourrait permettre d’améliorer la qualité de l’alimentation et de limiter la prévalence de l’obésité. Des outils pourraient notamment faciliter le déploiement de cette pratique.

The full text of this article is available in PDF format.


© 2017  Published by Elsevier Masson SAS.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline