Article

PDF
Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Free Article !

Journal de Gynécologie Obstétrique et Biologie de la Reproduction
Vol 30, N° 2  - mars 2001
p. 180
Doi : JGYN-04-2001-30-02-0368-2315-101019-ART9
FAITS CLINIQUES

Carcinome adénoïde kystique de l'endocol (ou cylindrome du col utérin). Traitement laparoscopico-vaginal exclusif
 

J. Salvat [1], P.-Y. Schifferli [2], P. Annani [3]
[1] Chef de service, Hôpitaux du Léman Site G. Pianta, 74203 Thonon.
[2] Route de Malagnou, 34, 1208 Genève (Suisse).
[3] Laboratoire AMS, 1000 Lausanne (Suisse).

Abstract

Un cas rare d'adénocarcinome adénoide kystique (cylindrome) a été traité avec succès par coelio-lymphadénectomie et hystérectomie élargie selon Schauta-Dargent. Des coupes histologiques ont été présentées. Une revue actualisée de cette lésion rare et grave a été effectuée sur cette lésion rare et grave.

Abstract
Adenoid carcinoma of the endocervix (cylindroma): exclusive laparosocpic vaginal treatment.

We report a rare case of adenoid carcinoma of the endocervix (cylindroma). Laparoscopic lymphadenectomy and extended vaginal hysterectomy (Schauta-Dargent operation) was successfully performed. We present illustrative pathology findings and review the literature on this severe disease.


Mots clés : Cancer du col. , Cylindrome. , Anatomo-pathologie. , Traitement chirurgical. , Endoscopie. , Traitement laparoscopico-vaginal.

Keywords: Cervical cancer. , Cylindroma. , Pathology. , Laparoscopic vaginal hysterectomy.


OBSERVATION

Les carcinomes de l'endocol restent un problème car ils sont mal accessibles au dépistage. Les carcinomes adénoïdes kystiques tels que celui que nous avons rencontré sont habituels au niveau des glandes salivaires. Ils sont exceptionnels au niveau du col utérin. L'intérêt de notre observation, outre les images anatomo-pathologiques, tient à l'originalité du traitement qui a été un traitement laparoscopico-vaginal exclusif.

Mme K. M. était âgée de 61 ans. Elle avait des antécédents de péritonite traitée par laparotomie. À l'occasion de métrorragies post-ménopausiques, un polype du col de 2,8 cm a été découvert et biopsié. « Presque toute la masse est constituée d'un foyer de prolifération carcinomateuse. La structure est microkystique avec un aspect adénoïde et quelques images cribriformes. Les cellules sont cylindriques avec pseudostratification. Les noyaux sont hyperchromatiques avec quelques petits nucléoles... du matériel de sécrétion est reconnaissable dans la lumière. À un endroit on observe un foyer de différenciation glandulaire et solide avec une atypie cellulaire plus marquée. La prolifération carcinomateuse infiltre un stroma fibromusculaire... Il s'agit d'un

carcinome adénoïde kystique de l'endocol

» figure 1

, figure 2

.

Un curetage biopsique étagé, pratiqué quelques jours plus tard n'a pu localiser avec précision les lésions. Un scanner pré-opératoire a été pratiqué : « au niveau du thorax : rien à signaler ; au niveau abdominal et pelvien : absence d'envahissement des chaînes ganglionnaires pelviennes des axes iliaques et obturateurs, et des chaînes para-aortiques et inter aortico-caves. Absence d'effet de masse pelvien ou d'infiltration suspecte des paramètres. Reins et voies urinaires d'aspect normal, (kystes parapyéliques au sein du sinus des deux reins). Foie homogène sans lésion (Dr M. Kiener) ».

La patiente a subi le 1/8/99 une coelio-lymphadénectomie transpéritonéale avec hystérectomie vaginale élargie coelio-préparée selon Schauta-Dargent et annexectomie bilatérale. La coelio-préparation a été laborieuse en raison des adhérences survenues après la péritonite. Une coelio-lymphadénectomie « interiliaque » trans-péritonéale a précédé l'exérèse avec examen anatomo-pathologique per-opératoire des ganglions prélevés. Comme ils étaient négatifs, une coelio-préparation des paramètres a pu être effectuée à la pince endo-gia. Les tranches de section réalisaient une hystérectomie élargie de type Piver III. La section-agraffage a été complétée par une coagulation bipolaire. L'hystérectomie élargie aux paramètres selon Schauta-Dargent a comporté la découpe d'une collerette de vagin, la dissection recto puis vésico-utérine, la section des piliers vésicaux, la dissection de l'uretère et une annexectomie bilatérale. La collerette vaginale était située à plus de 1 cm à distance de la réflexion du vagin sur le col.

Les suites opératoires ont été simples avec sortie à J + 3.

L'examen anatomo-pathologique de la pièce a révèlé un « microfoyer de tumeur résiduelle sous forme de quelques glandes carcinomateuses de l'endocol. Tranches de section en tissu sain. Les 7 ganglions prélevés étaient normaux. Il existait une hyperplasie glandulaire sans atypie de l'endomètre... » La lésion était une tumeur du col pT1b, pN0.

Après concertation oncologique, une irradiation ou une chimiothérapie de complément n'ont pas été jugées nécessaires.

La surveillance clinique a été normale. Le frottis de contrôle du 8/11/99 était normal. Un contrôle par scanner hélicoïdal a été pratiqué le 20/01/2000 : « thorax : rien à signaler, foie homogène. Pas de masse ou d'adénopathie mésentérique, ni para-aortique ni inter-aortico-cave. Voies urinaires libres . Image de lymphocèle bilatérale minime. (Dr M. Kiener) ».

Un an après l'intervention l'examen clinique de la patiente était normal. Un nouveau contrôle du scanner a été pratiqué le 3/07/00 : « aspect inchangé par rapport au scanner précédent. Persistance d'images liquidiennes évoquant des lymphocèles bilatéraux prédominant à droite » (Dr Kiener).

DISCUSSION

Les carcinomes adénoïdes kystiques de l'endocol appelés encore cylindromes seraient plus fréquents dans les glandes salivaires [ [1]]. Ils seraient plus graves au niveau du col utérin. Ces tumeurs sont rares au niveau du col utérin : 0,4 à 1,67 % de l'ensemble des cancers du col [ [2]], moins de 1 à 3 % des carcinomes de l'endocol [ [3]].

Ces tumeurs seraient le plus souvent tardives après 60 ans comme dans notre observation.

Les cylindromes seraient le plus souvent asymptomatiques, ou à un stade de début [ [2]] comme dans notre observation, même si un cas de stade Figo III b chez une patiente de 30 ans a pu être rapporté [ [4]].

La cytologie par frottis a pu être confondue avec celle d'un adénocarcinome de l'endomètre.

Le virus HPV 16 a pu être mis en évidence

a posteriori

sur lames dans 7 cas sur 8 adénocarcinomes adénoides [ [5]].

La différence entre adénocarcinome kystique adénoïde et basal est faite par les colorations immunohistochimiques. Le carcinome adénoïde kystique comporterait de l'actine musculaire et il aurait un stroma hyalin, du collagène IV et de la laminine [ [6]]. Le carcinome adénoïde basal serait identifié par les cytokératines KL1 [ [7]], les kératines 14, 17, et 19 [ [8]].

Les carcinomes adénoïdes peuvent être associés à des carcinomes du col utérin, souvent in situ [ [1]], [ [3]], [ [7]], [ [9]], [ [10]] ou à un carcinome de l'endomètre [ [8]].

L'envahissement lymphatique est mal connu au niveau du col utérin. Il se ferait dans les cylindromes des glandes salivaires plus souvent par envahissement de contiguïté que par embols lymphatiques. Les risques de récidives locales et de métastases seraient plus élevés avec le carcinome adénoïde kystique qu'avec le carcinome adénoïde basal [ [11]]. Le carcinome adénoïde basal serait moins grave [ [8]], [ [9]]. L'adénocarcinome basal serait un précurseur du carcinome adénoïde kystique [ [6]]. Les deux tumeurs se développeraient à partir des cellules basales de réserve multipotentes [ [3]].

Le pronostic serait plus sévère pour les stades avancés [ [2]]. Dans ces stades avancés sont rencontrés des récidives locales et à distance (poumons de 29,4 % [ [12]] à 51 %, cavité abdominale, cerveau) [ [2]].

Nous n'avons pas retrouvé dans la littérature d'observation publiée de traitement chirurgical exclusif par voie laparoscopico-vaginale d'un cylindrome du col utérin. Nous n'avons pas fait de complément radiothérapique compte-tenu de la faible extension des lésions, du status adhérentiel majeur de l'abdomen, bien que la radiothérapie ait pu être recommandée même pour les stades I [ [2]].

La survie sans récidive serait de 48 % avec un suivi moyen de 39 mois [ [2]].

Au total, les cylindromes du col utérin sont des tumeurs plutôt des femmes âgées, rares, développées aux dépens des cellules de réserve, parfois associées à d'autres tumeurs, de pronostic sévère avec souvent des métastases pulmonaires.

Références

[1]
[2]
Seffert P, Bozon Y, Boucheron S, Bozon C, La Selve A. Carcinome adénoïde kystique ou cylindrome du col utérin. Revue de le littérature, à propos d'un cas personnel. J Gynecol Obstet Biol Reprod 1987 ; 16 : 471-8.
[3]
Dixit S, Singhal S, Vyas R, Murthy A, Baboo HA. Adenoid cystic carcinoma of the cervix. J Postgrad Med 1993; 39 : 211-5.
[4]
Vuong PN, Neveux Y, Schoonaert MF, Guettier C, Houissa-Vuong S. Adenoid cystic (cylindromatous) carcinoma associated with squamous cell carcinoma of the cervix uteri: cytologic presentation of a case with histologic and ultrastructural correlations. Acta Cytol 1996; 40 : 289-94.
[5]
Dixit S, Singhal S, Neema J, Soornarayan R, Baboo HA. Adenoid cystic carcinoma of the cervix in a young patient. J Postgrad Med 1994; 40 : 94-5.
[6]
Grayson W, Taylor L, Cooper K. Detection of integrated high risk human papillomavirus in adenoid cystic carcinoma of the uterine cervix. J Clin Pathol 1996; 49 : 805-9.
[7]
Grayson W, Taylor LF, Cooper K. Adenoid cystic and adenoid basal carcinoma of the uterine cervix: comparative morphologic, mucin, and immunohistochemical profile of two rare neoplasms of putative "reserve cell" origin. Ann Surg Pathol 1999; 23 : 448-58
[8]
Lefrancq T, de Muret A, Michalak S, Lhuintre Y, Fetissof F. Carcinome adénoïde basal et adénocarcinome adénoïde kystique du col utérin. Ann Pathol 1997; 17 : 196-9.
[9]
Senzaki H, Osaki T, Uemura Y, Kijyozuka Y, Ogura E, Okamura A, Tsubura A. Adenoid basal carcinoma of the uterine cervix: immunohistochemical study and literature review. Jpn J Clin Oncol 1997; 27 : 437-41.
YoshidaT, Fujiwara K, Shimizu M, Kohno L, Mikami Y, Manabe T. Adenoid basal carcinoma of the uteri: a case report. Pathol Int 1997; 47 : 775-7.
Yang YJ, Gordon GB. Cervical adenoid cystic carcinoma coexisting with multiple human papilloma virus-associated genital lesions. A common etiology? Gynecol Obstet Invest 1999; 47 : 272-7.
Ferry JA, Scully RE. Adenoid cystic carcinoma and adenoid basal carcinoma of the uterine cervix. A study of 28 cases. Am J Surg Pathol 1988; 12: 134-44.
Musa AG, Hughes RR, Coleman SA. Adenoid cystic carcinoma of the cervix: a report of 17 cases. Gynecol Oncol 1985; 22 : 167-73.




© 2001 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline