Article

PDF
Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Free Article !

Journal de Gynécologie Obstétrique et Biologie de la Reproduction
Vol 30, N° 8  - décembre 2001
pp. 786-788
Doi : JGYN-12-2001-30-8-0368-2315-101019-ART9
Endométriose nasale : à propos d'un cas
 

O. Laghzaoui, M. Laghzaoui
[1]  Service de Gynécologie Obstétrique, Hôpital Marocain Chirurgical de Compagne, Mitrovica (Kosovo).

Tirés à part : M. Laghzaoui,

[2]  2, rue Tarik Bnou-Ziad, Résidence Walili, Casablanca (Maroc).

@@#100979@@

Les auteurs rapportent l'observation d'une endométriose nasale, localisation exceptionnelle de l'endométriose externe. Il s'agit d'une femme qui présente une tuméfaction nasale associée à des épistaxis à répétition cycliques depuis la puberté et des périodes d'accalmie. Une exérèse chirurgicale du nodule nasal a confirmé le diagnostic d'endométriose. Le bilan local et général n'a pas noté d'autres localisations. L'évolution à court et à moyen terme était favorable. L'endométriose est une pathologie fréquente mais les localisations extra-pelviennes sont rares et la localisation nasale est exceptionnelle.

Abstract
Endonasal endometriosis: a case report.

The nasal mucosa is an exceptional localization for endometriosis. We report a case observed in a woman who developed nasal tumefaction associated with epistaxis that had followed a cyclic repetitive pattern since puberty. Surgical excision of the nasal nodule confirmed the diagnosis of endometriosis. Local and general evaluated identified other localizations. Outcome has been favorable at short and mid term. Endometriosis is a frequent condition although extra-pelvic localizations are uncommon. The nasal localization is highly exceptional.


Mots clés : Endométriose , Endométriose nasale , Epistaxis , Hémorragie


Mots clés : Endometriosis , Nasal endometriosis , Epistaxis , Hemorrhage


L'endométriose externe est une pathologie fréquente, de localisation surtout pelvienne [1]. Les formes extra-pelviennes sont rares [2]. Elles s'expriment souvent sous forme d'hémorragies ou de douleurs cycliques [1], [2]. Nous vous proposons un cas d'endométriose nasale ; localisation exceptionnelle de l'endométriose externe en insistant sur l'épidémiologie, la physiopathologie, la clinique, le diagnostic et le traitement de l'endométriose externe.

Observation

Mme M.N., âgée de 24 ans, mère de 3 enfants. Le 8 février 2001, elle a consulté à l'Hôpital Marocain Chirurgical de Campagne de Mitrovica (Kosovo), pour une infection génitale. L'examen a mis en évidence une femme en bon état général, l'examen de l'appareil génital a retrouvé une vulve et un périnée d'aspect normal, une paroi vaginale rose, un col siège de leucorrhées jaunâtres, le touché vaginal était sans particularité. L'examen général a noté un nodule bleuâtre au niveau de la partie basse de la paroi interne de l'orifice nasal gauche d'un cm de diamètre indolore et mobile par rapport au plan profond figure 1. L'interrogatoire orienté a révélé que le nodule est apparu dés la puberté ; à l'âge de 15 ans, ce dernier est accompagné d'épistaxis cycliques rythmés par le cycle menstruel, sans aucun autre signe accompagnateur. Lors des trois grossesses la malade a constaté l'augmentation de la taille de la tuméfaction et disparition des d'épistaxis avec retour à son aspect antérieur à la grossesse dans les suites de couche. Le reste de l'examen est sans particularités. Vu les données de l'interrogatoire et de l'examen clinique, le diagnostic de l'endométriose nasal est fortement suspecté. Un bilan à la recherche d'autres localisations a été pratiqué. L'interrogatoire n'a pas retrouvé de dysménorrhée ni de douleur abdomino-pelvienne cyclique ni de saignement en dehors de l'épistaxis et l'échographie abdomino-pelvienne était sans particularité. L'examen oto-rhino-laryngologique était normal en dehors du nodule déjà décrit. Une biopsie exérèse du nodule a été réalisée figure 2, et a confirmé le diagnostic d'endométriose nasale en montrant un chorion cytogène et des glandes à épithélium cylindrique. La zone d'exérèse est passée in sano ; au niveau de la muqueuse nasale. L'exérèse était complète et les berges de la pièce étaient saines. L'infection génitale a été traitée par de l'amoxicilline et des antiseptiques vaginaux. L'évolution a été marquée par la guérison de l'infection génitale, la cicatrisation de la zone de l'exérèse du nodule endométriosique et l'absence de récidive de l'endométriose après un recul de 3 mois.

Discussion

L'endométriose se définit par la présence d'îlots de tissu endométrial en situation hétérotopique ; en dehors de la cavité utérine [1]. On en distingue 2 types. L'endométriose interne ou adénomyose ; c'est la présence de l'endomètre dans le myomètre [1]et l'endométriose externe ; qui est la présence de l'endomètre en dehors de la cavité utérine et du myomètre [1]. L'endométriose externe est le plus souvent de localisation pelvienne, les localisations extra-pelviennes sont rares [2]. La localisation nasale décrite chez notre malade est une forme exceptionnelle. Plusieurs mécanismes physiopathologiques expliquent l'endométriose externe [3], [4], [5]. La théorie du reflux ; le reflux menstruel du à des malformations génitales explique les localisations pelviennes surtout au niveau des ligaments larges et les ligaments utérosacrées. La théorie métaplasique ; les cellules dérivées de l'épithélium coelomique (épithélium germinatif ovarien, péritoine pelvien) subissent une métaplasie en cellules endométriales sous l'effet de divers stimulus. Cette théorie explique les rares cas de l'endométriose masculine. Certains auteurs étendent cette théorie à l'épithélium müllerien afin d'expliquer l'endométriose pulmonaire. La théorie mixte engobe les deux dernières théories et la théorie métastatique par voie veineuse ou lymphatique qui explique l'endométriose extra-abdominale et extra-génitale dont l'endométriose nasale décrite chez notre malade [5]. L'endomètre ectopique est hormono-dépendante, ce qui explique le caractère cyclique de la symptomatologie [1], [5], [6]. L'endométriose externe s'exprime surtout sous forme d'algies pelviennes dans sa localisation habituelle. Dans les localisations cutanées et muqueuses l'endométriose se manifeste sous forme d'hémorragies cycliques [6]; c'est le cas de notre malade qui présentait des epistaxis concomitantes aux menstruations. Plusieurs organes peuvent être le siège d'endométriose ; c'est le cas de l'endométriose pulmonaire, urinaire et digestive [2] [3] [4] [5] [6] [7] [8]. Les localisations peuvent être multiples [5], d'où l'examen oto-rhino-laryngologique et l'échographie abdomino-pelvienne, réalisés chez notre malade, qui se sont révélés normaux. La confirmation diagnostique de l'endométriose nécessite obligatoirement l'étude histologique qui montre un chorion cytogène dense et des glandes faites d'un épithélium cylindrique ; la répartition des deux contingents varie en fonction de l'imprégnation hormonale [6]. L'étude histologique de la pièce opératoire de notre malade a confirmé le diagnostic en montrant des glandes faites d'un épithélium cylindrique qui repose sur un chorion cytogène dense. Le traitement de l'endométriose peut être médical, chirurgical ou les deux [2], [6]. Dans les localisations pelviennes multiples, on prescrit des anti-oestrogènes (progestatifs ou danazol), mais quand la localisation est unique comme c'est le cas chez notre malade une exérèse chirurgicale permet la guérison. Notre malade n'a reçu aucun traitement complémentaire à la chirurgie vue que la localisation est unique et l'évolution à moyen terme n'a pas noté de récidive.

Conclusion

L'endométriose nasale est une pathologie rare. La théorie métastatique est le mécanisme physiopathologique le plus logique de cette localisation. Elle s'exprime par des epistaxis à répétition, cycliques et concomitantes aux menstruations. Le caractère cyclique rend le diagnostic facile de la maladie. Le bilan consiste à rechercher d'autres localisations de l'endométriose. Quand l'endométriose est unique et accessible au traitement chirurgical, il n'y a pas d'indication de traitement médical.

Références

[1]
Ota H, Igarashi S, Tanaka T. Xanthine oxidase in eutopic and ectopic endometrium in endometriosis and adenomyosis. Fertil Steril 2001; 75 : 785-90.
[2]
Tripp HF, Thomas LP, Obney JA. Current therapy of catamenial pneumothorax. Heart Surg Forum 1998; 1 : 146-9.
[3]
Li XF, Charnock-Jones DS, Zhang E, Hiby S, Malik S, Day K, et al. Angiogenic growth factor messenger ribonucleic acids in uterine natural killer cells. J Clin Endocrinol Metab 2001; 86 : 1823-34.
[4]
Suzumori N, Sato M, Ikuta K, Suzumori K. Secretory leukocyte protease inhibitor in ovarian endometriomas following GnRH agonist therapy. Obstet Gynecol 2001; 97 : 561-6.
[5]
Yantiss RK, Clement PB, Young RH. Endometriosis of the intestinal tract: a study of 44 cases of a disease that may cause diverse challenges in clinical and pathologic evaluation. Am J Surg Pathol 2001; 25 : 445-54.
[6]
Toullalan O, Baque P, Benchimol D, Bernard JL, Rahili A, Gillet JY, Bourgeon A. [Endometriosis of the rectus abdominis muscles]. Ann Chir 2000; 125 : 880-3.
[7]
Batler RA, Kim SC, Nadler RB. Bladder endometriosis: pertinent clinical images. Urology 2001; 57 : 798-9.
[8]
Csata S, Ivanyi A, Repassy D. [Urinary bladder and paraurethral endometriosis]. Orv Hetil 2001; 142 : 241-4.




© 2001 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline