Article

PDF
Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Free Article !

Journal Français d'Ophtalmologie
Volume 41, n° 3
pages 238-245 (mars 2018)
Doi : 10.1016/j.jfo.2017.05.025
Received : 18 April 2017 ;  accepted : 29 May 2017
Articles originaux

Comparaison de la qualité de vision objective mesurée par aberrométrie double passage chez des patients atteints de syndrome sec modéré : larmes artificielles versus sérum physiologique : une étude pilote
Comparison of objective optical quality measured by double-pass aberrometry in patients with moderate dry eye: Normal saline vs. artificial tears: A pilot study
 

G. Vandermeer a, , Y. Chamy a, P.-J. Pisella a, b
a Service d’ophtalmologie, hôpital Bretonneau, 2, boulevard Tonnellé, 37000 Tours, France 
b Université François-Rabelais, 37000 Tours, France 

Auteur correspondant.
Résumé

La sécheresse oculaire est notamment définie par une instabilité du film lacrymal ayant pour conséquence un retentissement visuel, variable mais systématique. Cette variabilité de qualité de vision associée au syndrome sec oculaire peut être objectivée à l’aide d’aberromètre en double passage type OQAS (Optical Quality Analyzing System, Visiometrics). L’objectif de ce travail est de comparer, chez des patients atteints de syndrome sec modéré, les fluctuations de qualité de vision mesurées par OQAS entre un traitement par sérum physiologique et un traitement par carmellose 0,5 % et acide hyaluronique 0,1 % (Optive Fusion, Allergan). La qualité de vision a été mesurée en évaluant les variations de l’Optical Scattering Index (OSI) sur 20 secondes à l’aide de l’OQAS. Les critères d’inclusion étaient la présence d’un syndrome sec avec un score OSDI (Ocular Surface Disease Index)>23 traité uniquement par larmes artificielles. Le patient était son propre témoin : instillation de carmellose 0,5 % et d’acide hyaluronique 0,1 % dans un œil (œil OF) et de sérum physiologique dans l’autre œil (œil témoin). Le choix de l’œil testé et œil témoin était réalisé de manière aléatoire. La mesure de l’OSI a été faite dans chaque œil avant instillation, à 5minutes et 2heures après l’instillation. Le critère de jugement principal était les fluctuations de l’OSI pendant les 20 secondes de mesure. Les critères de jugement secondaires étaient le nombre de clignement, et la préférence du patient (œil préférentiel). Les résultats préliminaires portent sur 19 patients. Le score OSI moyen était de 36,8. L’acuité visuelle moyenne était de 10/10 sans différence significative entre les deux yeux. Avant instillation, il n’existe pas de différence significative entre les deux yeux pour l’OSI et sa variabilité ainsi que pour le nombre de clignements. Dans le groupe sérum physiologique, il n’existe aucune variation significative à 5minutes et 2heures des paramètres étudiés (OSI moyen, variabilité et pente moyenne de l’OSI et nombre de clignements). En revanche, dans le groupe OF, on note une variation significative entre les mesures initiales et les mesures à 2heures de la variabilité de l’OSI (0,363 versus 0,204 ; p <0,05), de la pente moyenne de d’OSI (0,04 versus 0,01 ; p <0,05) et du nombre de clignements (4,2 versus 2,8 ; p <0,04). Soixante-cinq pour cent des patients préfèrent l’œil OF, 24 % n’ont pas de préférence et 11 % préfèrent l’œil sérum physiologique. La variabilité de l’OSI dans le syndrome sec permet de comprendre les plaintes décrites par les patients en termes de qualité de vision. La mesure objective de qualité de vision est un paramètre intéressant et nouveau pour évaluer l’efficacité d’un substitut lacrymal, qui a vocation à apporter un confort et une diminution des symptômes de sécheresse tels que la douleur ou l’irritation oculaire. Cette étude permet de démontrer que le carmellose 0,5 % et l’acide hyaluronique 0,1 % permettent également de stabiliser le film lacrymal et ainsi d’améliorer la qualité de vision de manière significative par rapport au sérum physiologique.

The full text of this article is available in PDF format.
Summary

Dry eye is defined by a tear film instability resulting in variable but systematic fluctuations in the quality of vision. Variability in optical quality can be demonstrated using a double pass aberrometer such as the OQAS (Optical Quality Analyzing System, Visiometrics). The goal of this work is to compare fluctuations in objective quality of vision measured by OQAS between treatment with normal saline eye drops and treatment with carmellose 0.5% and hyaluronic acid 0.1% (Optive Fusion [OF], Allergan) in patients with moderate dry eye syndrome. Optical quality was measured by evaluating the variations in the Optical Scattering Index (OSI) over 20seconds using the OQAS. Inclusion criteria were dry eye syndrome with an Ocular Surface Disease Index (OSDI) score>23 treated only with artificial tears. The patients were their own controls: OF in one eye and normal saline in the fellow eye. The choice of the subject eye and control eye was determined in a randomized fashion. OSI variations were measured in each eye before instillation, 5minutes and 2hours after instillation. The primary endpoint was OSI fluctuation over 20seconds of measurement. Secondary endpoints were the number of blinks and patient's preference (preferred eye). Preliminary results were obtained on 19 patients. Average OSDI score was 36.8. Visual acuity was 10/10 with no significant difference between the two eyes. Prior to instillation, there was no significant difference between “normal saline” and “OF” eyes in terms of OSI, OSI variability or number of blinks. In the normal saline eye, there was no significant variation in mean OSI, OSI variability, OSI slope, or number of blinks. However, in the “OF” eye, there was a significant variation between initial and 2-hour OSI variability (0.363 versus 0.204; P <0.05), the average slope of OSI (0.04 versus 0.01; P <0.05) and the number of blinks (4.2 versus 2.8; P <0.05). Sixty-five percent of patients preferred the OF eye, 24% did not have a preference, and 11% preferred the normal saline eye. Objective quality of vision measured by OQAS is an interesting parameter for evaluating the effectiveness of a lacrimal substitute. The purpose of artificial tears is, among other things, to provide comfort and a reduction of dry eye symptoms such as poor quality of vision. This study demonstrates that 0.5% carmellose and 0.1% hyaluronic acid allowed better stabilization of the tear film and thus a significant improvement in the quality of vision compared to normal saline.

The full text of this article is available in PDF format.

Mots clés : Syndrome sec, Film lacrymal, Qualité de vision, Aberrométrie double passage, Substitut lacrymal

Keywords : Dry eye, Tear film, Quality of vision, Double-pass aberrometry, Artificial tears


Le syndrome sec oculaire est une pathologie multifactorielle des larmes et de la surface oculaire à l’origine de symptômes d’inconfort oculaire, des troubles visuels, et d’une instabilité du film lacrymal pouvant s’accompagner des lésions de la surface oculaire [1]. Cette pathologie chronique, dont la forte prévalence augmente avec l’âge, atteint près de 15 à 20 % des patients de plus de 65 ans [2]. La prise en charge des patients atteints de syndrome sec est parfois déroutante pour le praticien en raison d’une discordance importante entre les signes fonctionnels décrits par le patient et les signes cliniques. Au-delà de l’inconfort ou de la douleur, nombre de patients rapportent une vision floue, fluctuante ou de mauvaise qualité alors même que l’examen clinique semble quasi normal pour le clinicien. En effet, aux fonctions mécaniques, antibactériennes et métaboliques du film lacrymal, s’ajoute un rôle optique essentiel puisqu’il assure la régularité de la face antérieure de la cornée [3, 4]. En effet, avec une épaisseur moyenne de 30 à 40μm, le film lacrymal est le principal dioptre de l’œil (près de 60 % du pouvoir réfractif total) grâce à l’interface air-film lacrymal et la courbure de la cornée. L’instabilité lacrymale dans le cadre d’un syndrome sec a donc pour conséquence directe un retentissement visuel, variable mais systématique. Cette altération de qualité de la vision est directement liée à l’augmentation d’aberrations optiques de haut degré (HOA) et à la majoration des phénomènes de diffusion de la lumière induits par l’irrégularité du film lacrymal. Il a ainsi été montré un lien direct entre, d’une part, la sévérité de la sécheresse oculaire et le niveau des HAO [5, 6] et, d’autre part, l’intensité du syndrome sec et la diffusion de la lumière [7]. En ce sens, les aberromètres de type Hartmann-Shack ou à double passage évaluant les fluctuations de mesures au cours d’enregistrements continus permettent d’apprécier le retentissement fonctionnel d’une sécheresse oculaire notamment dans les atteintes minimes à modérées.

Les substituts lacrymaux sont la base du traitement du syndrome sec oculaire. Bien au delà de simples agents mouillants, les propriétés pharmacologiques spécifiques des formes modernes de ces substituts permettent une stabilisation au moins partielle du film lacrymal. Il en découle une amélioration bénéfique pour les patients de la qualité optique de ce film lacrymal. Plusieurs études ont ainsi retrouvé une amélioration fonctionnelle en termes d’acuité visuelle [8], d’HOA [9, 10], de vision des contrastes [11, 12, 13] ou de diffusion optique de la lumière [14] après instillation de substituts lacrymaux.

L’objectif de cette étude est de comparer, chez des patients atteints de syndrome sec modéré, les fluctuations de qualité de vision objective mesurées par abérrometrie à double passage type OQAS (Optical Quality Analyzing System, Visiometrics) entre un traitement par sérum physiologique et un traitement par carmellose 0,5 % et acide hyaluronique 0,1 % (Optive Fusion®, laboratoires Allergan).

Patients et méthodes

Nous avons réalisé une étude prospective, monocentrique (CHRU de Tours), comparative sérum physiologique versus carmellose 0,5 % et acide hyaluronique 0,1 % (Optive Fusion® ou OF, Allergan) réalisé en simple insu : le patient étant son propre témoin (un œil « témoin » : sérum physiologique et un œil « testé » : OF). Le choix de l’œil testé et de l’œil témoin était défini de manière aléatoire. L’étude a été menée dans le respect des bonnes pratiques cliniques et en accord avec la déclaration d’Helsinki.

Des patients âgés de plus de 18 ans présentant une sécheresse oculaire modérée bilatérale et respectant les critères d’inclusion suivant ont été inclus entre août et octobre 2016 :

une symptomatologie évocatrice de sécheresse oculaire bilatérale avec un score OSDI22 témoignant d’une sécheresse oculaire d’intensité modérée ;
l’utilisation de substituts lacrymaux depuis au moins 3 mois et à raison d’une instillation minimale de 3 fois par jour ;
un score global du test d’imprégnation cornéenne4 et9 sur l’échelle d’Oxford et au moins un des signes objectifs suivants :
Test de Schirmer sans anesthésie3mm et9mm/5minutes,
ou 3 mesures consécutives du temps de rupture du film lacrymal (BUT)10 secondes.

Les critères d’exclusion étaient :

une différence d’acuité visuelle entre les deux yeux>2 lignes ou une meilleure acuité visuelle corrigée<5/10 sur au moins un œil ;
l’utilisation de collyres autres que des larmes artificielles (collyres anti-glaucomateux) ou de lentilles de contact ;
une sécheresse oculaire sévère avec l’un des troubles suivants : anomalies de la paupière, blépharite sévère, opacités cornéennes, métaplasie au niveau de la surface oculaire, kératite filamenteuse, néovascularisation cornéenne ;
un antécédent de moins de 3 mois de traumatisme, d’une infection ou d’inflammation oculaire ;
un antécédent de chirurgie de la cataracte, de chirurgie réfractive (LASIK ou PKR) dans les 12 derniers mois ;
une anomalie du drainage naso-lacrymal ou la présence de clou méatique.

Analyse de la qualité de vision

Les patients inclus ont bénéficié d’une évaluation de la qualité de vision par abérrométrie à double passage type OQAS. Ce système permet une mesure objective de l’effet conjoint des HOA et des phénomènes de diffusion de la lumière. Une mesure dynamique et continue de la fonction d’étalement du point (PSF) à été réalisée pendant 20 secondes toutes les 0,5 secondes (soit 40 acquisitions). Les fluctuations de PSF observées étaient imputables aux modifications du film lacrymal, seule variable mesurée susceptible de modifications pendant les 20 secondes consécutives de mesure. À chaque mesure de la PSF était associé un indice objectif de diffusion de la lumière (Objective Scattering Index ou OSI). Les valeurs de l’OSI augmentaient avec le niveau de diffusion intraoculaire [15]. Les clignements étaient comptabilisés lorsque l’image de la PSF ne pouvait être enregistrée.

Les mesures ont été effectuées sur chaque œil séparément et sans anesthésiant. Avant de débuter les mesures, il était demandé au patient de fermer les yeux pendant 10 secondes puis de cligner des yeux 5 fois afin d’obtenir la répartition la plus homogène possible du film lacrymal sur la surface cornéenne. Le patient avait également pour consigne de ne pas cligner les yeux autant qu’il le pouvait durant les 20 secondes que durait l’examen. Chaque mesure était réalisée 3 fois. La mesure présentant le moins de variations et le moins de clignements était conservée.

Protocole

Lors de la visite d’inclusion, un examen ophtalmologique était pratiqué dans les deux yeux, comprenant une mesure de l’acuité visuelle, un test de Schirmer, un examen à la lampe à fente et un test à la fluorescéine (BUT et échelle d’Oxford). Un questionnaire OSDI (Ocular Surface Disease Index) était également rempli par le patient.

L’examen de qualité de vision objective à l’aide de l’OQAS était réalisé à une date différente de la visite d’inclusion afin de ne pas perturber les mesures par les tests cliniques réalisés notamment par l’instillation du fluorescéine ou le test de Schirmer. Il était également demandé au patient de n’instiller aucunes larmes artificielles le jour de la mesure, ni pommade pendant les 24heures précédant l’examen. Les patients étaient randomisés en simple insu avec pour l’œil « témoin » le sérum physiologique » et pour l’œil « testé » OF. Les mesures de l’OQAS ont été réalisées avant instillation, 5minutes et 2heures après instillation à la fois pour l’œil témoin et l’œil testé.

Après la dernière mesure, il était demandé au patient de préciser l’œil préféré en termes de confort et de qualité de vision.

Analyse statistique

Les valeurs de l’OSI ont été extraites de chaque mesure et pour chaque patient afin de procéder à des calculs de moyennes et de variances. Les principaux paramètres (moyenne de l’OSI, variance de l’OSI, pente de la courbe sur 20 secondes et nombre de clignements) ont été comparés entre les deux groupes en utilisant un test de comparaison de moyenne pour données appariées (test t de Student pour les données appariées). Les analyses de corrélation ont été réalisées en utilisant un test de Pearson.

Toutes les analyses ont été réalisées en utilisant le logiciel XLSTAT (Addinsoft®). Une valeur de p <0,05 a été considérée comme statistiquement significative.

Résultats

Les résultats portent sur les premiers patients inclus dans cette étude préliminaire. Vingt-deux patients ont été inclus dans l’étude. L’analyse des résultats n’a été réalisée qu’à partir de 19 patients (les données étaient ininterprétables ou incomplètes pour 3 patients). Les caractéristiques de la population étudiée sont résumées dans le Tableau 1. L’âge moyen de la population était de 67 ans avec une forte prédominance féminine (16 femmes pour 3 hommes). L’OSDI moyen était de 36,8.

Il n’a pas été retrouvé de différence statistiquement significative entre les deux yeux dans la population étudiée avant instillation sur chacun des deux yeux testé et témoin en termes d’acuité visuelle, de BUT, de mesure de qualité de vision objective (i.e. OSI moyen, variance de l’OSI et pente moyenne de l’OSI sur 20 secondes) et de nombre de clignements pendant les 20 secondes d’acquisition de mesure. Les deux groupes sont comparables sur les paramètres évalués avant instillation.

Analyse de la qualité de vision

Les courbes de variations de l’OSI retrouvaient une augmentation globale de l’OSI au cours des 20 secondes de mesure avec un aspect en dent de scie plus ou moins marqué selon les patients et la fréquence de clignement (Figure 1A et 1B). En l’absence de clignement, l’OSI augmentait de manière linéaire (Figure 1A, courbe bleue). En cas de clignements, la « ré-homogénéisation » du film lacrymal entraînait une diminution brutale de l’OSI avec un retour à une valeur proche de la valeur initiale. Les différents types de courbe nous ont conduits à retenir la variance de l’OSI comme un des facteurs les plus pertinents pour l’analyse des modifications dynamiques du film lacrymal. La pente moyenne de l’OSI était fortement modifiée par les clignements qui modifiaient brutalement la valeur de celle-ci (Figure 1B, flèches noires). Afin d’obtenir une valeur la plus fiable possible, nous avons calculé la valeur de la pente au cours de la plus longue période sans clignement pendant les 20 secondes de mesure (Figure 1B, flèches grises).



Figure 1


Figure 1. 

Évolution de l’Objective Scattering Index (OSI) sur 20 secondes « Avant instillation », « À 5minutes » et « 2heures après instillation. A et B. Variation de l’OSI chez le même patient. Les flèches noires correspondent à un clignement avec une forte variation de l’OSI. Le calcul de la pente de la courbe a été effectué sur l’intervalle le plus long sans clignement (entre les deux flèches grises sur l’exemple du patient 1B). C et D. Moyenne des variations de l’OSI dans les groupes « OF » et « sérum physiologique ». OF : traitement avec carmellose 0,5 % et acide hyaluronique 0,1 % (Optive Fusion, Allergan).

Zoom

La moyenne de l’OSI, la variance d’OSI, la pente moyenne de l’OSI et le nombre de clignements sur les 20 secondes de mesure ont été calculés pour chaque œil et pour chaque temps de mesure (i.e. avant instillation, à 5minutes et 2heures après instillation). Les données ont été comparées œil par œil (Tableau 2). Dans le groupe témoin (i.e. groupe sérum physiologique), il n’existe aucune différence significative entre les différents temps de mesure pour toutes les données analysées. Dans le groupe testé (groupe OF), il existe une différence statistiquement significative pour le nombre de clignements avant instillation, à 5minutes et 2heures après instillation. Il n’existe pas de différence significative pour les autres variables. En revanche, lors de la comparaison « avant instillation » versus « 2heures après instillation » dans le groupe testé, il existe une différence significative pour la variance de l’OSI, la pente de l’OSI et le nombre de clignements sur 20 secondes. Dans le groupe témoin, ces mêmes comparaisons ne retrouvent aucune différence significative.

L’évolution des paramètres analysés (i.e. OSI moyen, variance d’OSI, pente de la courbe et nombre de clignements) entre les « mesures initiales » et « 5minutes » et entre « mesures initiales » et « 2heures » ont été comparés entre le groupe OF et le groupe sérum physiologique (Tableau 3). Il n’existe aucune différence significative dans l’évolution des paramètres étudiés avant instillation et à 5minutes de l’instillation entre les deux groupes. On note une diminution de la variance de l’OSI et de la pente de la courbe entre les mesures initiales et les mesures à 2heures. Cette diminution est bien illustrée dans la Figure 1C où l’on constate une stabilisation de la courbe d’OSI 2heures après instillation dans le groupe OF. À l’inverse dans le groupe sérum physiologique, les fluctuations des courbes « avant », « à 5minutes » et « 2heures » après instillation sont similaires (Figure 1D). De même, le nombre de clignements diminue dans le groupe testé alors qu’il augmente dans le groupe témoin à 2heures. Il existe une différence statistiquement significative pour la comparaison de l’évolution de ces 3 paramètres entre le groupe « testé » OF et le groupe témoin.

Discussion

Les mesures de diffusion oculaire de la lumière réalisées avec l’OQAS confirment l’association entre les fluctuations de l’OSI dans le temps et la présence d’un syndrome sec. Ces variations de l’OSI sont un indicateur objectif de la dégradation de la qualité de vision induite par l’instabilité lacrymale comme démontrée dans les travaux de Habay et al. [7] qui retrouvaient une corrélation positive entre l’importance des fluctuations de qualité de vision objective (i.e. variance de l’OSI) et la sévérité du syndrome sec oculaire. Les résultats dans notre étude en termes d’acuité visuelle, d’OSI, de variabilité d’OSI et de nombre de clignements, avant toute instillation, sont en accord avec les données de littérature et notamment les travaux précédemment cité de Habay et al. [7]. Ils retrouvaient une variance d’OSI comprise entre 0,156 et 0,51 (versus 0,36 à 0,33 dans notre étude) chez des patients présentant une sécheresse oculaire modéré. Cette similarité des résultats avant instillation confirme dans notre population d’étude le caractère modéré de la sécheresse oculaire ainsi que l’instabilité du film lacrymal qui lui est associée. Cette association entre l’OSI et l’instabilité lacrymale a également été démontrée par Benito et al. qui retrouvaient que la mesure objective du temps de rupture du film lacrymal basée sur les valeurs de l’OSI était un outil reproductible pour l’évaluation de la qualité du film lacrymal [15].

Ces fluctuations de qualité de vision induites par le biais d’augmentation des aberrations optiques [3, 4, 10] et/ou de la diffusion de la lumière [7, 15] associées à l’instabilité lacrymale sont une plainte récurrente des patients atteints de sécheresse oculaire [6, 16]. À l’inverse, l’utilisation de substituts lacrymaux vise à restaurer, au moins partiellement et transitoirement, la régularité de la surface oculaire [11, 17] et ainsi améliorer la qualité et la stabilité de la vision des patients atteints de sécheresse oculaire. Plusieurs études ont ainsi démontré l’effet bénéfique des substituts lacrymaux sur le plan clinique : amélioration de l’acuité visuelle après instillation de carboxyméthylcellulose [8], diminution des HAO (aberration sphérique et coma) après instillation de hyaluronate de sodium [9, 10, 18], amélioration de la vision des contrastes [11, 12, 19]. Une diminution de la diffusion optique intraoculaire (OSI) après instillation de larmes artificielles a également été démontrée par Diaz-Valle et al. [14].

Notre étude est, à notre connaissance, la première à évaluer l’effet d’un substitut lacrymal sur la variabilité de l’OSI. Ce paramètre nous semble être un facteur d’étude pertinent, car il témoigne directement des variations dynamiques et continues de la qualité de vision objective pendant les 20 secondes de mesure. Les résultats de notre étude montrent une diminution significative de la variabilité de l’OSI deux heures après instillation dans le groupe OF par rapport au groupe témoin sérum physiologique. Cette moindre variabilité d’OSI dans le groupe testé est associée à la diminution significative de la pente de la courbe sur 20 secondes, témoignant d’une réelle stabilisation du film lacrymal et donc de la qualité de vision avec le substitut lacrymal (Figure 1C). Ces résultats sont en concordance avec les travaux de Torkildsen et al. [20] qui retrouvaient une augmentation significative du temps pendant lequel l’acuité visuelle se maintenait entre deux clignements avec l’utilisation de substituts lacrymaux.

Contrairement à Diaz-Valle et al. [14], nous ne retrouvons pas de différence significative en termes d’OSI moyen avant instillation, à 5minutes et 2heures après instillation dans les deux groupes. Nous notons en revanche une augmentation non significative de l’OSI à 5minutes dans le groupe OF (1,61 versus 2,01). Cette augmentation peut être induite par les propriétés rhéologiques d’un substitut lacrymal qui demande quelques minutes après instillation avant de « s’homogénéiser » sur la surface oculaire et ainsi d’offrir son efficacité maximale. Cliniquement, ce résultat permet d’expliquer la remarque de certains patients qui rapportent un flou visuel dans les premières minutes qui suivent l’instillation du substitut lacrymal.

La fréquence de clignement est également un marqueur indirect de la sévérité d’un syndrome sec oculaire. Johnston et al. retrouvaient une augmentation de la fréquence de clignement chez les patients atteints de syndrome sec [21]. Nos résultats retrouvent une diminution significative dans le groupe « testé » OF du nombre de clignements. À 5minutes, on note une augmentation du nombre de clignements. Ce résultat avait déjà été observé par Bandlitz et al. [22] qui retrouvaient une majoration initiale de la fréquence de clignement à la suite de l’instillation de substituts lacrymaux. On note en revanche à 2heures, une diminution significative du nombre de clignements dans le groupe testé (4,2 versus 2,8). Cette diminution du nombre de clignements peut être expliquée, comme évoqué par Dienes et al. [23], par la stabilisation du film lacrymal permettant une meilleure protection de la surface oculaire et donc une moindre stimulation des nerfs cornéen à l’origine du clignement.

L’aberrométrie double passage est un outil précieux dans l’analyse de la sévérité du syndrome sec et de ses répercussions sur la qualité de vision. La variance de l’OSI comme paramètre d’étude est un indicateur pertinent, fiable et précis des fluctuations de la qualité de vision chez les patients souffrant de syndrome sec. Ce paramètre nous semble intéressant dans l’évaluation de l’efficacité d’un substitut lacrymal. Cette étude confirme le gain significatif obtenu par l’utilisation d’un traitement par carmellose 0,5 % et acide hyaluronique 0,1 % (Optive Fusion®, Allergan) par rapport au sérum physiologique pour stabiliser le film lacrymal et améliorer la qualité de vision pendant au moins deux heures chez des patients atteints de syndrome sec minime à modéré. La prise en charge du retentissement fonctionnel de la sécheresse oculaire, notamment en termes de qualité de vision, constitue une approche complémentaire dans cette pathologie qui apportera un bénéfice réel à de très nombreux patients, comme par exemple en postopératoire de chirurgie de cataracte.

Déclaration de liens d’intérêts

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


 Version française de l’article qui a été publié précédemment en anglais dans ce journal sous la référence : Vandermeer G, Chamy Y, Pisella PJ. Comparison of objective optical quality measured by double-pass aberrometry in patients with moderate dry eye: Normal saline vs. artificial tears: A pilot study. J Fr Ophtalmol 2018. pii : S0181-5512(17)30470-9. doi : 10.1016/j.jfo.2017.12.001.
 French version of the article that has been previously published in English language in this journal under the reference: Vandermeer G, Chamy Y, Pisella PJ. Comparison of objective optical quality measured by double-pass aberrometry in patients with moderate dry eye: Normal saline vs. artificial tears: A pilot study. J Fr Ophtalmol 2018. pii: S0181-5512(17)30470-9. doi: 10.1016/j.jfo.2017.12.001.

Références

The epidemiology of dry eye disease: report of the Epidemiology Subcommittee of the International Dry Eye WorkShop (2007) Ocul Surf 2007 ;  5 : 93-107
Schaumberg D.A., Sullivan D.A., Buring J.E., Dana M.R. Prevalence of dry eye syndrome among US women Am J Ophthalmol 2003 ;  136 : 318-326 [inter-ref]
Montés-Micó R. Role of the tear film in the optical quality of the human eye J Cataract Refract Surg 2007 ;  33 : 1631-163510.1016/j.jcrs.2007.06.019
Montés-Micó R., Cerviño A., Ferrer-Blasco T., García-Lázaro S., Madrid-Costa D. The tear film and the optical quality of the eye Ocul Surf 2010 ;  8 : 185-192
Koh S., Maeda N., Kuroda T., Hori Y., Watanabe H., Fujikado T., and al. Effect of tear film break-up on higher-order aberrations measured with wavefront sensor Am J Ophthalmol 2002 ;  134 : 115-117 [inter-ref]
Denoyer A., Rabut G., Baudouin C. Tear film aberration dynamics and vision-related quality of life in patients with dry eye disease Ophthalmology 2012 ;  119 : 1811-181810.1016/j.ophtha.2012.03.004 [cross-ref]
Habay T., Majzoub S., Perrault O., Rousseau C., Pisella P.J. Évaluation objective de l’impact fonctionnel de la sévérité de la sécheresse oculaire sur la qualité de vision par aberrométrie double passage J Fr Ophtalmol 2014 ;  37 : 188-19410.1016/j.jfo.2013.07.010 [inter-ref]
Nilforoushan M.-R., Latkany R.A., Speaker M.G. Effect of artificial tears on visual acuity Am J Ophthalmol 2005 ;  140 : 830-83510.1016/j.ajo.2005.05.001 [inter-ref]
Lekhanont K., Chuckpaiwong V., Vongthongsri A., Sangiampornpanit T. Effects of sodium hyaluronate on wavefront aberrations in dry eye patients Optom Vis Sci 2014 ;  91 : 39-4610.1097/OPX.0000000000000101 [cross-ref]
Montés-Micó R., Cerviño A., Ferrer-Blasco T., García-Lázaro S., Ortí-Navarro S. Optical quality after instillation of eyedrops in dry-eye syndrome J Cataract Refract Surg 2010 ;  36 : 935-94010.1016/j.jcrs.2009.12.044
Huang F.-C., Tseng S.-H., Shih M.-H., Chen F.K. Effect of artificial tears on corneal surface regularity, contrast sensitivity, and glare disability in dry eyes Ophthalmology 2002 ;  109 : 1934-1940 [cross-ref]
Akin T., Karadayi K., Aykan U., Certel I., Bilge A.H. The effects of artificial tear application on contrast sensitivity in dry and normal eyes Eur J Ophthalmol 2006 ;  16 : 785-790
Zhang F., Sugar A., Jacobsen G., Collins M. Visual function and patient satisfaction: comparison between bilateral diffractive multifocal intraocular lenses and monovision pseudophakia J Cataract Refract Surg 2011 ;  37 : 446-45310.1016/j.jcrs.2010.10.045 [cross-ref]
Diaz-Valle D., Arriola-Villalobos P., García-Vidal S.E., Sánchez-Pulgarín M., Borrego Sanz L., Gegúndez-Fernández J.A., and al. Effect of lubricating eyedrops on ocular light scattering as a measure of vision quality in patients with dry eye J Cataract Refract Surg 2012 ;  38 : 1192-119710.1016/j.jcrs.2012.02.040 [cross-ref]
Benito A., Pérez G.M., Mirabet S., Vilaseca M., Pujol J., Marín J.M., and al. Objective optical assessment of tear-film quality dynamics in normal and mildly symptomatic dry eyes J Cataract Refract Surg 2011 ;  37 : 1481-148710.1016/j.jcrs.2011.03.036 [cross-ref]
Begley C.G., Chalmers R.L., Abetz L., Venkataraman K., Mertzanis P., Caffery B.A., and al. The relationship between habitual patient-reported symptoms and clinical signs among patients with dry eye of varying severity Invest Ophthalmol Vis Sci 2003 ;  44 : 4753-4761 [cross-ref]
Iskeleli G., Kizilkaya M., Arslan O.S., Ozkan S. The effect of artificial tears on corneal surface regularity in patients with Sjögren syndrome Ophthalmologica 2002 ;  216 : 118-12210.1159/000048310 [cross-ref]
Koh S., Maeda N., Ikeda C., Takai Y., Fujimoto H., Oie Y., and al. Effect of instillation of eyedrops for dry eye on optical quality Invest Ophthalmol Vis Sci 2013 ;  54 : 4927-493310.1167/iovs.13-12409 [cross-ref]
Zhang Y., Potvin R., Gong L. A study of the short-term effect of artificial tears on contrast sensitivity in patients with Sjögren's syndrome Invest Ophthalmol Vis Sci 2013 ;  54 : 7977-798210.1167/iovs.13-11798 [cross-ref]
Torkildsen G. The effects of lubricant eye drops on visual function as measured by the Inter-blink interval Visual Acuity Decay test Clin Ophthalmol Auckl NZ 2009 ;  3 : 501-506 [cross-ref]
Johnston P.R., Rodriguez J., Lane K.J., Ousler G., Abelson M.B. The interblink interval in normal and dry eye subjects Clin Ophthalmol 2013 ;  7 : 253-25910.2147/OPTH.S39104 [cross-ref]
Bandlitz S., Purslow C., Murphy P.J., Pult H. Time course of changes in tear meniscus radius and blink rate after instillation of artificial tears Invest Ophthalmol Vis Sci 2014 ;  55 : 5842-584710.1167/iovs.14-14844 [cross-ref]
Dienes L., Kiss H.J., Perényi K., Szepessy Z., Nagy Z.Z., Barsi Á., and al. The effect of tear supplementation on ocular surface sensations during the interblink interval in patients with dry eye PloS One 2015 ;  10 : e013562910.1371/journal.pone.0135629



© 2018  Elsevier Masson SAS. All Rights Reserved.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline