Article

Access to the text (HTML) Access to the text (HTML)
PDF Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Access to the full text of this article requires a subscription.
  • If you are a subscriber, please sign in 'My Account' at the top right of the screen.

  • If you want to subscribe to this journal, see our rates



Annales de Dermatologie et de Vénéréologie
Volume 145, n° 4S
page A42 (mai 2018)
Doi : 10.1016/j.annder.2018.03.067
Posters

Paronychies chroniques : une étude de 130 cas
 

H. Erraji 1, , A. Aboutaam 1, F. Hali 1, M. Soussi 2, S. Chiheb 1
1 Service de dermatologie-vénérologie, CHU Ibn Rochd, Casablanca, Maroc 
2 Service de parasito-mycologie, CHU Ibn Rochd, Casablanca, Maroc 

Auteur correspondant.
@@#100979@@
Introduction

Les paronychies chroniques sont liées à une inflammation des tissus péri-unguéaux, replis sus-unguéal et/ou latéraux évoluant depuis plus de 6 semaines. Leurs causes sont multiples, le plus souvent liées à la disparition de la cuticule [1].

Buts

Étudier les particularités épidémio-cliniques et étiologiques des paronychies chroniques dans notre contexte à travers une série de 130 cas.

Patients et méthodes

Étude rétrospective menée au service de dermatologie du CHU de Casablanca entre 2006 et 2017. Tous les cas de paronychies chroniques diagnostiqués durant cette période étaient inclus. Les données épidémiologiques, cliniques et étiologiques étaient collectées à travers des fiches préétablies.

Résultats

Cent trente cas étaient colligés, incluant 108 femmes et 22 hommes. L’âge moyen était de 42 ans. Quarante patients étaient suivis pour diabète ou autre immunodépression. L’exposition aux irritants était retrouvée chez 63 patients (48 %). Une atteinte polydactylique des mains était notée dans 90 cas (69 %). Le repli proximal était affecté dans 88 cas (67 %). La dystrophie unguéale était observée chez 77 patients (59,23 %). Le Candida était isolé dans 86 cas (66,15 %). L’eczéma de contact était directement en cause dans 25 cas (19 %). D’autres étiologies étaient retrouvées notamment le psoriasis dans 9 cas (7 %), l’onychotillomanie dans 4 cas (3 %), la prise médicamenteuse (rétinoïdes, chimiothérapie, étanercept) dans 3 cas (2 %), des tumeurs bénignes dans 2 cas (1,5 %) et la rétronychie dans un cas (0,7 %). Sur le plan thérapeutique, l’éviction d’irritants et l’utilisation de dermocorticoïdes était de mise. Les antifongiques systémiques étaient prescrits chez les patients ayant une surinfection mycosique.

Conclusion

La dermatite de contact est l’étiologie la plus rapportée de paronychie chronique. Cependant, dans notre étude, le Candida représente la cause la plus retrouvée avec notamment une atteinte polydactylique des mains. En effet, c’est un agent pathogène qui s’associe souvent à une paronychie chronique, toutefois, il n’est pas considéré comme agent causatif, mais plutôt comme une colonisation fongique secondaire faisant suite à une perturbation de la barrière formée par l’éponychium et l’ongle en raison d’une irritation chronique [2]. Cette dernière représente un facteur de risque établi, retrouvé chez 48 % de nos patients.

The full text of this article is available in PDF format.


© 2018  Published by Elsevier Masson SAS.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline