Article

Access to the text (HTML) Access to the text (HTML)
PDF Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Access to the full text of this article requires a subscription.
  • If you are a subscriber, please sign in 'My Account' at the top right of the screen.

  • If you want to subscribe to this journal, see our rates



Annales de Dermatologie et de Vénéréologie
Volume 145, n° 4S
pages A42-A43 (mai 2018)
Doi : 10.1016/j.annder.2018.03.068
Posters

Kératodermie palmo-plantaire acquise récalcitrante : penser au mycosis fongoïde
 

H. Erraji 1, , F. Hali 1, K. Baline 1, F. Marnissi 2, S. Chiheb 1
1 Service de dermatologie-vénérologie, CHU Ibn Rochd, Casablanca, Maroc 
2 Service d’anatomopathologie, CHU Ibn Rochd, Casablanca, Maroc 

Auteur correspondant.
@@#100979@@
Introduction

Le mycosis fongoïde (MF) localisé primitivement aux paumes et aux plantes est rare. Sa présentation est souvent trompeuse, et fréquemment méconnue.

Buts

Rapporter 4 cas de mycosis fongoïde palmo-plantaire (MFPP) initialement diagnostiqués et traités comme eczéma ou psoriasis jusqu’à ce que l’examen histologique avec étude immunohistochimique redresse le diagnostic.

Méthodes

Étude rétrospective allant de janvier 2008 à décembre 2016, incluant tous les patients hospitalisés durant cette période pour MF confirmé. Parmi les 72 cas colligés de MF, quatre cas de MFPP ont été retrouvés.

Résultats

Il s’agit de 3 femmes et un homme. L’âge moyen était de 62 ans. Le délai moyen avant diagnostic était de 2 ans. Sur le plan clinique, les quatre patients avaient une kératodermie palmo-plantaire (KPP) prurigineuse, diffuse, hyperkératosique et fissuraire, isolée chez 3 cas et associés à quelques plaques érythémato-squameuses au niveau des jambes chez un cas. La KPP était traitée comme eczéma chez les 2 premiers cas et psoriasis chez les 2 derniers cas. Devant la résistance thérapeutique, la biopsie cutanée était indiquée, ayant permis ainsi de poser le diagnostic de MF. Le bilan d’extension était négatif chez tous les patients. Le méthotrexate à faible dose (25mg/sem) associé à la puvathérapie locale ou à l’UV balnéothérapie était indiqué dans 3 cas. Le 4e patient était traité par dermocorticoïde classe très forte associé à la puvathérapie locale. L’évolution était favorable chez tous les patients.

Conclusion

Nos cas soulignent l’importance de considérer le MF comme une cause rare mais sérieuse de KPP acquises. En effet, l’atteinte primitive, isolée ou prédominante de la région palmo-plantaire dans le MF n’est décrit que dans 0,6 % des cas [1]. C’est une entité qui n’a pas de présentation clinique spécifique [2] et peut se présenter sous forme de plaques hyperkératosiques, nodules verruqueux, dysidrose ou encore de pustulose, ce qui peut prêter à confusion avec plusieurs dermatoses comme le psoriasis, l’eczéma, la syphilis secondaire, la dysidrose mycosique, le lichen plan hyperkératosique et les verrues conduisant ainsi à un retard diagnostique. Quant à la prise en charge thérapeutique, il n’y a pas de consensus.

The full text of this article is available in PDF format.


© 2018  Published by Elsevier Masson SAS.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline