Article

PDF
Access to the PDF text
Advertising


Free Article !

Journal de radiologie
Vol 78, N° 11  - novembre 1997
p. 1139
Doi : JR-11-1997-78-11-0221-0363-101019-ART61
« ÉCHOGRAPHIE ARTICULAIRE PÉDIATRIQUE. ASPECTS DE LA PATHOLOGIE SYNOVIALE »
 

J Radiol 1997; 78 : 1139.

© Editions françaises de radiologie, Paris, 1997.

CommentaireJR 419

« ÉCHOGRAPHIE ARTICULAIRE PÉDIATRIQUE. ASPECTS DE LA PATHOLOGIE SYNOVIALE »
M Hassan

L'enthousiasme des auteurs qui transparaît dans les descriptions anatomo-échographiques ou séméiologiques et l'apparente précision des nombreuses images présentées, peuvent faire croire au lecteur non averti que cette technique est nécessaire et suffisante à l'imagerie des affections articulaires aiguës ou chroniques de l'enfant. De fait, la réalité est différente. Les épanchements articulaires s'accompagnent d'une séméiologie clinique et/ou radiologique claire, exception faite à la hanche où l'échographie a incontestablement apporté une contribution majeure. La suspicion de « rhume de hanche » doit être étayée actuellement par la mise en évidence échographique d'un épanchement. Encore faut-il savoir que l'on peut observer de tels épanchements « réactionnels » révélateurs d'affections aussi disparates ou rares que l'abcès du psoas, le neuroblastome ou la leucose aiguë. On a même insisté récemment sur l'intérêt de l'examen de la synoviale de hanche au cours du traitement de certaines mucopolysaccharidoses comme moyen indirect d'évaluation de l'efficacité de ce traitement, les dépôts pathologiques pouvant être quantifiés au niveau du récessus antérieur. Il est prudent aussi de noter que chez le nouveau-né, chez lequel le diagnostic précoce d'arthrite de hanche est crucial, l'exploration de l'articulation par la seule voie antérieure peut s'avérer difficile et/ou faussement rassurant. L'examen échographique des autres articulations (coude, genou et cheville), s'agissant de la mise en évidence d'un épanchement, n'est que rarement nécessaire dans la mesure où l'exploration par l'imagerie a toujours commencé par un examen radiographique simple, dont la lecture correcte, rappelons-le, implique une étude systématique des parties molles.

Si la confirmation d'un diagnostic clinique de kyste synovial poplité peut très bien se faire par échographie, cet examen a une valeur décisionnelle plus discutable, à notre avis, pour le bilan anatomique précis des affections ostéoarticulaires subaiguës ou chroniques de l'enfant souvent invalidantes où l'IRM fournit des renseignements de premier ordre, ne laissant aucune « zone d'ombre ». L'échographie risque de constituer un examen supplémentaire sans valeur ajoutée particulière.

En conclusion, il nous semble sage, dans une période où la recherche d'efficacité doit inspirer notre démarche, d'éviter le piège de la « belle image » et celui de l'examen « qui ne mange pas de pain ». Bien indiquée, l'échographie « articulaire » peut être d'un appoint remarquable. Utilisée d'une façon routinière et non ciblée, elle peut s'avérer pour le moins inutilement coûteuse et parfois trompeuse.

Radiologie,
Hôpital Robert Debré,
48, boulevard Serurier,
75019 Paris

REFERENCE(S)


© 1997 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline
@@#110903@@