Article

PDF
Access to the PDF text
Advertising


Free Article !

Journal de radiologie
Vol 78, N° 11  - novembre 1997
p. 1175
Doi : JR-11-1997-78-11-0221-0363-101019-ART69
ASPECT IRM D'UNE INFILTRATION TUMORALE DISCALE
 

J Radiol 1997; 78 : 1175-1177.

© Editions françaises de radiologie, Paris, 1997.

Fait cliniqueJR 427

ASPECT IRM D'UNE INFILTRATION TUMORALE DISCALE
O Wargnier, R Roger, R Bibi, A de Muret et D Alison

INTRODUCTION

Les infiltrations tumorales discales sont très rares. Leur aspect en résonance magnétique nucléaire n'a pas été encore décrit à notre connaissance. Nous rapportons un cas d'infiltration tumorale discale visualisée en IRM et confirmée par l'anatomopathologie.

OBSERVATION

Mme M. 74 ans, a été hospitalisée pour fièvre (38 °C), lombalgies d'horaire nocturne et altération de l'état général évoluant depuis plusieurs mois.

L'examen clinique était normal en dehors d'un rachis lombaire douloureux lors de sa mobilisation. Biologiquement, la VS était à 76 mm à la 1re heure, la CRP à 133 mg/l et il existait une hyperleucocytose à 15 000/mm3 prédominant sur les neutrophiles.

Sur la radiographie standard, l'espace discal L4-L5 avait disparu, les plateaux vertébraux correspondants étaient irréguliers, flous, érodés (fig. 1).

À la scintigraphie, il existait une hyperfixation globalement inhomogène sur l'ensemble du rachis avec une hyperfixation plus marquée centrée sur l'espace discal L4-L5.

Ces éléments ont fait évoquer le diagnostic de spondylodiscite infectieuse.

Les prélèvements bactériologiques périphériques sont restés stériles.

En IRM, l'espace discal L4-L5 avait un signal intermédiaire en séquence pondérée T1 (fig. 2), prenait le contraste après injection de Gadolinium (fig. 3) et était en hypersignal en séquence pondérée T2 (fig. 4). La fente nucléaire avait disparu.

Les plateaux vertébraux correspondant à l'espace discal L4-L5 étaient en hyposignal en séquences pondérées T1 et T2, prenaient le contraste après injection de Gadolinium. Il existait également sur l'ensemble des vertèbres, de nombreuses anomalies de signal compatibles avec des métastases.

L'aspect IRM de l'espace discal L4-L5 et de l'ensemble du rachis était compatible avec le diagnostic de spondylodiscite infectieuse associée à des métastases.

Une biopsie disco-vertébrale a été réalisée. De nombreux prélèvements bactériologiques et histologiques ont été effectués au niveau de l'espace discal ainsi qu'au niveau des plateaux adjacents. Trois hémocultures ont également été pratiquées juste après la biopsie. L'examen anatomopathologique montrait une prolifération carcinomateuse peu différenciée (fig. 5), à grandes cellules claires, évoquant une origine rénale. La prolifération touchait les plateaux vertébraux et infiltrait le disque. Il n'y avait aucun argument en faveur d'une spondylodiscite infectieuse. L'examen bactériologique est resté négatif (germes usuels aérobie et anaérobie, mycobactéries, brucellose...).

Un examen tomodensitométrique confirmait l'existence d'un cancer du rein.

Après radiothérapie rachidienne et en l'absence d'antibiothérapie, l'hyperthermie ainsi que les douleurs lombaires disparaissaient alors que persistait le syndrome inflammatoire.

DISCUSSION

Les infiltrations tumorales discales sont extrêmement rares. Les seules descriptions publiées sont des études autopsiques (1, 2). Yasuma (2), dans une série de 140 métastases envahissant les plateaux vertébraux ne trouve que 10 cas d'infiltration tumorale du disque. La relative préservation du disque s'expliquerait par l'absence de vascularisation du disque et par les qualités de la plaque cartilagineuse qui inhiberait la prolifération tumorale.

En cas d'infiltration, l'atteinte du disque se fait selon 2 mécanismes : voie hématogène directe, exceptionnelle; infiltration par contiguïté, la plus fréquente. Dans ce dernier cas, la prolifération tumorale chemine soit par des solutions de continuité au niveau de la plaque cartilagineuse, soit par la périphérie du corps vertébral où le disque est directement en contact avec l'os spongieux, soit enfin à travers l'espace entre le ligament vertébral et le corps vertébral.

L'aspect IRM d'une infiltration tumorale discale n'a pas encore été décrit à notre connaissance. Dans notre observation, l'infiltration tumorale du disque apparaît en signal intermédiaire en séquence pondérée T1, prend le contraste après injection de Gadolinium, apparaît en franc hypersignal sur la séquence pondérée T2. La fente nucléaire a disparu. Les anomalies de signal du disque s'accompagnent également d'anomalies morphologiques et de signal des plateaux. Cette description pose le problème du diagnostic différentiel entre infiltration tumorale du disque et spondylodiscite infectieuse.

Classiquement, les tumeurs vertébrales respectent le disque, alors que la spondylodiscite infectieuse entraîne des modifications de signal du disque (disparition de la fente nucléaire, hypersignal du disque en séquence pondérée T2) (3-6). Seul Thajeb (7) suggère, sur une série de 6 cas associant spondylodiscites et métastases vertébrales, que le disque peut être atteint dans les deux pathologies.

Dans notre observation, l'infiltration tumorale discale est associée aux mêmes anomalies IRM que lors d'une spondylodiscite infectieuse. Les éléments qui pourraient orienter vers le diagnostic d'infiltration tumorale discale sont : la présence de métastases vertébrales à distance et au niveau des plateaux vertébraux correspondant au disque atteint, l'existence d'un cancer primitif connu. En cas de doute, seule la biopsie disco-vertébrale permet une certitude diagnostique.

CONCLUSION

L'infiltration tumorale discale est exceptionnelle. Son aspect IRM est identique à celui d'une spondylodiscite infectieuse avec disparition de la fente nucléaire et hypersignal du disque en séquence pondérée T2.

Les signes qui permettent d'orienter le diagnostic vers l'infiltration tumorale discale sont la présence de métastases vertébrales à distance, l'existence d'un cancer primitif connu.

La certitude diagnostique est apportée par la biopsie disco-vertébrale, permettant l'examen anatomopathologique et les prélèvements bactériologiques.

ABSTRACT

Tumoral infiltration in intervertebral disk
at MR

We report a case of tumor infiltration into an intervertebral disk imaged at MR.

The MRI appearence of a tumor infiltration into an intervertebral disk is the same as a spondylodiscitis : loss of the internuclear cleft, increased signal intensity of the disk on T2 weighted imaging.

Other metastatic infiltration in vertebrae and a primitive tumor suggest the diagnosis. It is confirmed by percutaneous biopsy.

Key words :

Spine, MR. Spine, secondary neoplasm. Intervertebral osteomyelitis. Intervertebral disk.

(1) Service de Radiologie
(2) Service d'Anatomo-pathologie,

Hôpital Trousseau,
37044 Tours Cedex 1

Correspondance : O Wargnier

Fig. 1 :

Disparition de l'espace discal L4-L5.

Fig. 1 :

Involvement of the L4-L5 intervertebral disk.

Fig. 2 :

IRM, SET1, coupe sagittale, signal intermédiaire de l'espace discal L4-L5, hyposignal normal des autres disques.

Fig. 2 :

MR, unenhanced sagittal T1 weighted imaging, intermediate signal intensity of the L4-L5 intervertebral disk, normal decreased signal intensity of the other intervertebral disk.

Fig. 3 :

IRM, SE T1, coupe sagittale, après Gadolinium, prise de contraste de l'espace discal L4-L5.

Fig. 3 :

MR, sagittal T1, weighted imaging after intravenous administration of Gadolinium, enhancement of the L4-L5 intervertebral disk.

Fig. 4 :

IRM, SET2, coupe sagittale, hypersignal de l'espace discal L4-L5.

Fig. 4 :

MR, sagittal T2 weighted imaging, increased signal intensity of the L4-L5 intervertebral disk.

Fig. 5 :

Prolifération tumorale carcinomateuse peu différenciée (HES Gx250).

Fig. 5 :

Metastatic undifferenciated carcinoma (HES Gx250).

RÉSUMÉ

Nous rapportons un cas d'infiltration tumorale discale visualisée en résonance magnétique nucléaire.

L'aspect IRM d'une infiltration tumorale discale est le même que celui d'une spondylodiscite infectieuse : disparition de la fente nucléaire, hypersignal du disque en séquence pondérée T2.

Le diagnostic est évoqué sur la présence d'autres localisations secondaires vertébrales et sur l'existence d'un cancer primitif connu. Il est confirmé par la biopsie percutanée disco-vertébrale.

Mots clés :

Rachis, IRM. Rachis, tumeur secondaire. Spondylodiscite. Disque intervertébral.

REFERENCE(S)1. Resnick D, Niwayama G. Intervertebral disc abnormalities associated with vertebral metastasis : Observations in patients and cadavers with prostatic cancer. Invest Radiol 1978;13:182-90. PubMed

2. Yasuma T, Yamauchi Y, Arai K, Mackino E. Histopathologic study on tumor infiltration into the intervertebral disc. Spine 1989;14:1245-8. PubMed

3. Aguila LA, Piraino DW, Modic MT et al. The intranuclear cleft of the intervertebral disk. Magnetic Resonance Imaging. Radiology 1985;155:155-8. PubMed

4. Frocrain L, Duvauferrier R, Chales G et al. Une nouvelle méthode diagnostique de la spondylodiscite : l'imagerie par résonance magnétique. J Radiol 1987;68: 373-80. PubMed

5. Modic MT, Feiglin DH, Piraino DW et al. Vertebral osteomyelitis : assessment using MR. Radiology 1985;157 :157-66. PubMed

6. Modic MT, Pflanze W, Feiglin DHI, Belhobek G. Magnetic Resonance Imaging of musculo Skeletal Infections. Radiol Clin North Am 1986;24:247-58. PubMed

7. Thajeb P, Huang KM, Jeng CM, Shih CC, Lie SK, Huang JS. MRI appearence of spinal lesions : metastatic tumors or infections ? Chin Med J 1995;108(11):
839-43.<


© 1997 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline
@@#110903@@