Article

PDF
Access to the PDF text
Advertising


Free Article !

Journal de radiologie
Vol 79, N° 2  - mars 1998
p. 163
Doi : JR-03-1998-79-2-0221-0363-101019-ART62
PERFORATION TARDIVE D'UNE COLOPLASTIE PRÉSTERNALE : UN DIAGNOSTICÉCHOGRAPHIQUE
 

J Radiol 1998; 79 : 163-165

© Editions françaises de radiologie, Paris, 1998.

FAIT CLINIQUE JR 485

PERFORATION TARDIVE D'UNE COLOPLASTIE PRÉSTERNALE : UN DIAGNOSTICÉCHOGRAPHIQUE

F Essodegui (1), Y Menu (1), A Denys (1) et F Fékété(2)

ABSTRACT

Late perforation of the presternal esophagocoloplasty : role of sonography

The authors report a previously non described case of late rupture ofa presternal colon esophagoplasty in a patient with history of caustic ingestion.The role of sonography was the diagnosis of the rupture due to presternalposition of the coloplasty.

Key words: Esophagoplasty. Perforation. Sonography.

RÉSUMÉ

Les auteurs rapportent un cas original de rupture de l'oesophagoplastiecolique présternale survenant après 26 ans d'évolutionchez un patient ayant dans les antécédents une ingestion accidentellede soude compliquée de sténose oesophagienne. L'échographiea permis le diagnostic de la rupture du fait du siège présternalde la coloplastie.

Mots-clés : oesophagite. Coloplastie. Échographie.

 

INTRODUCTION

L'oesophagoplastie colique est une méthode pour rétablirla continuité digestive après oesophagectomie, ou pour pallierune obstruction oesophagienne sans faire d'oesophagectomie. La plastie peutêtre implantée dans le médiastin ou en position présternale,qui a l'avantage d'éviter une dissection médiastinale, parexemple quand la plastie colique est exclusivement palliative. Elle estactuellement peu pratiquée. Les complications de l'oesophagoplastiecolique peuvent être précoces ou tardives (1-4). Ces dernièressont représentées par l'ischémie chronique, la sténosefibreuse, l'ulcère anastomotique ou la distension de la plastie (5-7).Nous rapportons une observation originale de rupture tardive d'une oesophagoplastiecolique présternale, détectée par échographie,et traitée médicalement.

OBSERVATION

Un homme âgé de 56 ans a présenté une douleurviolente présternale d'apparition brutale avec une tuméfactionde la paroi antérieure du thorax. Une oesophagectomie avec coloplastieprésternale avait été faite à l'âge de30 ans en raison d'une oesophagite caustique accidentelle. Lors de l'examend'admission, le patient était apyrétique, avec une collectionprésternale de 7 centimètres de diamètre, rouge, chaudeet douloureuse à la palpation, sans souffle à l'auscultation.Une échographie a été réalisée avec unesonde de 7 MHz. La masse était une collection de liquide échogène,avec du gaz d'origine digestive. En regard de la collection, il y avaitune interruption de la paroi à l'emporte-pièce, sur 7 millimètresde diamètre environ (fig. 1 a et b). L'orifice se situaiten avant du manubrium sternal, sur le bord gauche de la plastie. Il n'yavait pas d'épaississement de la paroi colique autour de cet orifice.Ainsi, le diagnostic de rupture pariétale de la plastie colique aveccollection de liquide digestif péricolique a été posésur les données de l'échographie.

La tomodensitométrie thoracique réalisée àJ7, montrait une image aérique autour de la plastie colique, ce quiconfirmait la rupture (fig. 2).

Le traitement a consisté au début en une alimentation parentéraleet une antibiothérapie. Une tentative de sondage de la plastie pouralimentation entérale a échoué. L'endoscopie montraitune muqueuse normale et ne visualisait pas la fistule. Une jéjunostomieétait alors pratiquée.

L'évolution a été marquée par la régressionde la collection inflammatoire présternale et l'amendement du syndromeinfectieux.

Une opacification de la coloplastie par un produit hydrosoluble àtrois semaines ne montrait pas de fistule.

COMMENTAIRES

L'oesophagoplastie colique pour pathologie oesophagienne bénigneou maligne est source de complications précoces ou tardives (1-3).Les complications tardives sont l'ischémie chronique, la sténosefibreuse de l'anastomose oesocolique, l'ulcération de la plastieet le reflux avec malabsorption (4-7). Aucun cas de rupture tardive aprèsplusieurs années d'évolution de l'oesophagoplastie coliquen'a été rapporté.

L'ischémie chronique de la plastie survient quinze jours àquatre mois après l'intervention (5). Elle se manifeste par une dysphagieprogressive, liée à une sténose longue et régulière.La sténose fibreuse se manifeste plus tardivement que la sténoseischémique au-delà de trois mois d'évolution. Elleest favorisée par les fistules anastomotiques supérieures,ce qui justifie l'opacification aux produits hydrosolubles de contrôleà la fin de la première semaine de la coloplastie. La sténosefibreuse réalise à l'opacification haute une sténosecourte régulière et centrée (4, 5). L'ischémiechronique nécessite une réintervention chirurgicale alorsque la sténose fibreuse peut être dilatée au débutet opérée seulement en cas d'échec.

L'ulcère anastomotique est une complication rare et grave (4-6).Sa survenue dépend largement de la technique opératoire. Ilest favorisé par la stase gastrique, le reflux gastrocolique et l'aciditédu suc gastrique. Il peut être secondaire au sondage gastrique. Fékétéet coll. incriminent dans la genèse de l'ulcère, la possibilitéde traumatisme local des plasties présternales ou de stase entraînéepar le passage du rebord costal (6).

Aucun cas de rupture tardive après plusieurs années d'évolutionde l'oesophagoplastie colique n'a été rapporté dansla littérature. La coloplastie présternale ou sous-cutanéepeut être utile quand la dissection du médiastin est inutileou dangereuse, par exemple quand on souhaite seulement faire une interventionpalliative en cas de cancer obstructif et non résécable. Elleest actuellement peu utilisée, à cause des faibles résultatsfonctionnels et du siège sous-cutané inesthétique.De plus, cette intervention nécessite un long segment colique etdeux interventions chirurgicales (4, 7). Enfin, on dispose maintenant deméthodes palliatives locales permettant l'alimentation en agissantsur la tumeur (prothèses, laser par exemple). Il n'est donc pas étonnantque les complications tardives de l'oesophagoplastie présternalessoient peu décrites puisque cette intervention ne s'adresse en principepas à des patients ayant une espérance de vie prolongée,au contraire de notre observation.

La rupture de la coloplastie est généralement un événementprécoce dans l'évolution. Aucun cas de rupture tardive n'aété décrit. Le diagnostic de rupture est fait par laradiographie standard, l'opacification digestive haute aux hydrosolubleset le scanner thoracique (8-13). Dans notre observation, le diagnostic positifa été possible à l'échographie du fait du siègeprésternal sous-cutané de la coloplastie, et confirmépar le scanner thoracique. Ce dernier est performant dans les tableaux atypiquesde perforation et dans les formes compliquées, de plus il permetde sélectionner les patients devant bénéficier d'untraitement médical. Il est évidemment supérieur àl'échographie pour le diagnostic des ruptures intrathoraciques.

Quelques hypothèses peuvent être avancées pour expliquerla rupture de cette coloplastie. Le siège présternal sous-cutanéde la plastie pourrait l'exposer aux microtraumatismes répétés.Une deuxième hypothèse serait une agression de la muqueusecolique par l'acidité du suc gastrique en cas de reflux. Une troisièmeserait la présence d'une lésion colique associée, commeun diverticule. Dans notre observation aucune cause n'a étéretrouvée.

CONCLUSION

Ce cas original montre l'apport de l'échographie dans l'explorationdu tube digestif lorsqu'il est accessible, et rapporte une complicationjusqu'à présent non décrite de la coloplastie présternale.

(1) Service de Radiologie

(2) Service de Chirurgie Digestive

Hopital Beaujon, 92118 Clichy Cedex, France

Correspondance : Y Menu

Fig. 1 a, b :

Coupes échographiques longitudinale (a) et transversale (b) dela coloplastie présternale : rupture de la paroi antérieurede 7 mm de diamètre (flèches).

Fig. 1 a, b :

Ultrasonography : longitudinal (a) and transversal (b) scan of presternalcoloplasty showing a 7 mm rupture of the anterior wall (arrows).

Fig. 2 :

Coupe scanographique passant par le tiers supérieur du thorax: coloplastie présternale opacifiée (flèche) ; présenced'air dans les parties molles en dehors de la paroi colique (têtede flèche).

Fig. 2 :

CT of the chest showing coloplasty with oral contrast (arrow). Aircollection is seen on anterior aspect of the coloplasty (arrowhead).

REFERENCE(S)

1. Anbari MM, Levine MS, Cohen RB, Rubesin SE, Laufer I, Rosato EF. Delayedleaks and fistulas after esophagogastrectomy : Radiologic evaluation. AJR1993;160:1217-20.

2. Chien KY, Wang PY. Esophagoplasty for corrosive stricture of the esophagus: an analysis of 60 cas. Ann Surg 1974;179:510-5.

3. Petrov BA. Retrosternal artificial esophagus created from colon :100 operations. Surgery 1964;55:520-3.

4. Gerzic ZB, Knezevic JB, Milicevic MN, Jovanovic BK. Esophagocoloplastyin the management of post corrosive strictures of the esophagus. Ann Surg1990;211:329-36.

5. Mouelhi MM, Gayet B, Grenier Ph, Biagini J, FékétéF, Nahum H. Les complications des oesophagoplasties coliques : aspects radiologiques.J Radiol 1986;67:605-11.

6. Fékété F, Hugentobler JP, Breil Ph. Ulcèresanastomotiques des oesophagoplasties coliques. Ann Chir 1982;
36:334-9.

7. Urschel JD. Late dysphagia after presternal colon interposition. Dysphagia1996;11:75-7.

8. Han SY, McElvein RB, Aldrete JS, Tishler JM, Perforation of the esophagus: correlation of site and cause with plain film findings. AJR 1985;145:537-40.

9. White CS, Templeton PA, Attar S. Esophageal perforation : CT findings.AJR 1993;160:767-70.

10. Faling LJ, Pugatch RD, Robbins AH. Case report : The diagnosis ofunsuspected esophageal perforation by computed tomography. Am J Med Sci1981;281:31-3.

11. Bladergroen MR, Lowe JE, Postlethwait RW. Diagnosis and recommentedmanagement of esophageal perforation and rupture. Ann Thorac Surg 1986;
42:235-9.

12. Backer CL, Locicero J, Hartz RS, Donaldson JS, Shields T. Computedtomography in patients with esophageal perforation. Chest 1990;98:1078-80.

13. Ghahremani GG. Radiologic evaluation of suspected gastro-intestinalperforations. Radiol Clin North Am 1993;31: 1219-34.


© 1998 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline
@@#110903@@