Article

PDF
Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Free Article !

Journal Français d'Ophtalmologie
Vol 30, N° 9  - novembre 2007
pp. 914-917
Doi : JFO-11-2007-30-9-0181-5512-101019-200600796
Phacoémulsification des cataractes blanches en utilisant le bleu trypan
 

M. Chéour, F. Ben Brahim, A. Zarrad, N. Khémiri, K. Mghaieth, A. Kraiem
[1] Service d’ophtalmologie, Hôpital Habib Thameur, Tunis, Tunisie.

Tirés à part : M. Chéour,

[2] Service d’ophtalmologie, Hôpital Habib Thameur, 8, rue Ali Ben Ayed Montfleury 1008 Tunis, Tunisie. moniacheour@yahoo.fr

Cet article a fait l’objet d’un film au 111e congrès de la Société Française d’Ophtalmologie en mai 2005.


@@#100979@@
Phacoémulsification des cataractes blanches en utilisant le bleu trypan

But : Étudier les résultats de la phacoémulsification des cataractes blanches en utilisant le bleu trypan pour la réalisation du capsulorhexis.

Patients et méthodes : Dans une étude prospective portant sur 30 patients présentant une cataracte blanche, nous avons pratiqué une chirurgie de la cataracte par phacoémulsification en utilisant, pour la réalisation du capsulorhexis, le bleu trypan (VisionBlue® à 0,06 %). Un examen ophtalmologique préopératoire ainsi qu’une échographie en mode A et B ont été pratiqués. Les complications peropératoires ont été analysées. Un examen postopératoire a été réalisé à J1, J7 puis à 1, 3, 6 et 12 mois. Le recul moyen est de 10 mois.

Résultats : Le capsulorhexis a été complet dans 26 cas et a permis la réalisation d’une phacoémulsification avec mise d’implant pliable dans le sac capsulaire. Dans 4 cas, le capsulorhexis a été compliqué d’un trait de refend en direction de l’équateur. Une conversion en une extraction extracapsulaire du cristallin a été nécessaire dans 2 cas. Aucun cas de rupture capsulaire n’a été noté. L’acuité visuelle postopératoire était supérieure à 8/10e dans 93,3 %. Les complications postopératoires ont été : un œdème cornéen limité à l’incision dans 6 cas et une réaction inflammatoire modérée dans 3 cas. Nous n’avons pas noté de complications liées à l’utilisation du bleu de trypan.

Conclusion : Grâce au bleu trypan, le capsulorhexis en cas de cataractes blanches est rendu possible et la phacoémulsification réalisable permettant d’avoir de bons résultats fonctionnels.

Abstract
Trypan blue capsule staining for phacoemulsification in white cataract

Objective: To study the results of phacoemulsification in eyes with white cataract using trypan blue for capsule staining.

Patients and methods: Thirty patients who had white cataract were included in this prospective study. They had phacoemulsification and continuous curvilinear capsulorhexis using trypan blue. Intraoperative problems related to capsulorhexis and phacoemulsification as well as postoperative outcomes where analyzed. Postoperative examinations were done at 1 day, 1 week, and 1, 3, 6, and 12 months. The mean follow-up was 10 months.

Results: Complet capsulorhexis was achieved in 26 cases. Intraoperative complications included incomplet capsulorhexis in four cases (13.3%) and conversion to a conventional extraction technique in two cases. There were no cases of posterior capsular tear. Twenty-eight eyes (93.3%) had a final best corrected visual acuity at 8/10 or better. Postoperative complications included moderate transient corneal edema in six cases (20%) and iritis in three cases (10%). There were no complications related to the use of trypan blue.

Conclusion: Phacoemulsification using trypan blue was safe and effective in managing white cataract and had a high success rate.


Mots clés : phacoémulsification , cataracte blanche , bleu trypan

Keywords: Phacoemulsification , white cataract , trypan blue


INTRODUCTION

La phacoémulsification ne cesse de voir ses intérêts croître et ses indications s’élargir pour inclure vers la fin des années 90, les cataractes blanches qui étaient considérées comme des contre indications à la phacoémulsification en raison de la dureté du noyau cristallinien et surtout de l’absence de reflet pupillaire. Cependant, grâce à l’utilisation de colorants vitaux pour la visualisation de la capsule antérieure et la réalisation d’un capsulorhexis, la phacoémulsification des cataractes blanches est devenue possible. En 1999, Melles et al. [1] ont introduit le bleu trypan et depuis, ce colorant est utilisé par plusieurs chirurgiens. Dans cette étude, nous allons évaluer les résultats de la phacoémulsification des cataractes blanches en utilisant le bleu trypan pour la réalisation du capsulorhexis.

PATIENTS ET MÉTHODES

Nous avons mené une étude prospective portant sur 30 patients opérés de cataracte blanche totale entre janvier 2005 et septembre 2006. Nous avons inclus, dans notre étude, les patients présentant une cataracte blanche totale et non associée à des pathologies oculaires.

Tous les patients ont eu un examen à la lampe à fente et une échographie A et B. 

Au terme de ces examens, les cataractes blanches totales ont été classées en trois types : type I ou cataracte intumescente, type II ou cataracte mûre et type III ou cataracte hypermûre [2].

La phacoémulsification a été réalisée sous microscope opératoire après une anesthésie locorégionale ou générale. À travers une incision cornéenne tunellisée de 3,2 mm, une bulle d’air était injectée dans la chambre antérieure, suivie du bleu de trypan non dilué (VisionBlue® à 0.06 % des laboratoires DORC VBL-10-S). La bulle d’air était ensuite remplacée par du produit viscoélastique (Healon®). Ainsi, une coloration bleue de la capsule antérieure était obtenue (fig. 1). Le rhexis était initié au kystitome, puis complété à la pince à capsulorhexis (fig. 2). L’hydrodissection était remplacée par la mobilisation du noyau à l’aide du micromanipulateur. L’émulsification du noyau était réalisée selon la technique de nucléofracture « divide & conquer » (fig. 3). L’aspiration des masses corticales ainsi que le brossage de la capsule postérieure étaient réalisés à l’aide de la pièce à main d’irrigation- aspiration. Un implant pliable était mis dans le sac capsulaire à l’aide d’un injecteur et après injection de Healon®. En postopératoire, tous les patients ont reçu un collyre à base de corticoïde et d’antibiotique (Tobradex®) associé à un mydriatique (Mydriaticum®).

Un examen postopératoire comportant une mesure de l’acuité visuelle avant et après correction, un examen à la lampe à fente et un examen du fond d’œil, était réalisé à J1 et J7, puis à 1, 3, 6 et 12 mois.

RÉSULTATS
Résultats préopératoires

Trente patients dont 17 femmes et 13 hommes (sex-ratio : 0,7), d’âge moyen 62 ans avec des extrêmes allant de 37 à 90 ans, ont été inclus dans l’étude. Le suivi moyen des patients était de 10 ± 5 mois.

L’acuité visuelle préopératoire était limitée à des perceptions lumineuses positives chez 22 patients et à « voir bouger la main » chez 8 patients. Les cataractes blanches étaient réparties en 7 cataractes intumescentes, 19 cataractes mûres et 4 cataractes hypermûres.

Résultats peropératoires

La coloration de la capsule antérieure par le bleu trypan s’est faite de façon homogène dans 23 cas et de façon inhomogène dans 7 cas en raison de la dilution du colorant par l’humeur aqueuse. Le capsulorhexis a été complet chez 26 patients et a permis la réalisation d’une phacoémulsification avec mise en place d’un implant pliable dans le sac capsulaire. Dans 4 cas, le capsulorhexis a été compliqué d’un trait de refend en direction de l’équateur ; il a été rattrapé aux ciseaux à capsule, puis complété à la pince. La survenue de trait de refend a été notée dans 3 cas de cataracte intumescente et un cas de cataracte hypermûre.

Une conversion vers une extraction extracapsulaire du cristallin a été nécessaire dans 2 cas en raison d’un noyau cristallinien très dur et très mobile rendant la phacoémulsification difficile voire dangereuse. Aucun cas de rupture capsulaire postérieure n’a été noté. Une coloration bleue de l’incision cornéenne et de la conjonctive a été notée dans tous les cas.

Résultats postopératoires

L’acuité visuelle corrigée était supérieure ou égale à 8/10e dans 28 cas (93 %), de 3/10e dans 1 cas de maculopathie diabétique et inférieure à 1/10e dans 1 cas de rétinite pigmentaire. Les complications postopératoires étaient représentées par un œdème cornéen limité à l’incision dans 6 cas et une réaction inflammatoire modérée dans 3 cas. Toutes ces complications ont régressé sous traitement postopératoire local (Tobradex® associé à du Mydriaticum®). La coloration bleue de la conjonctive et de l’incision cornéenne a disparu spontanément 2 à 3 jours après l’intervention.

Aucune autre complication liée à l’utilisation du bleu trypan n’a été notée, et notamment pas de coloration de la capsule postérieure, ni de l’implant intraoculaire.

DISCUSSION

Le capsulorhexis est actuellement la meilleure technique de capsulotomie antérieure. En effet, il permet la réalisation d’une phacoémulsification et l’implantation dans le sac capsulaire. Cependant, sa réalisation est difficile en présence d’une cataracte blanche en raison de l’absence de reflet pupillaire. L’utilisation de colorants vitaux pour la visualisation de la capsule antérieure et la réalisation d’un capsulorhexis a rendu la phacoémulsification possible dans ces cas. Le premier colorant utilisé fut la fluorescéine en 1993, mais rapidement abandonnée en raison de sa diffusion vitréenne et du mauvais contraste entre la capsule et le contenu cristallinien puisqu’elle colore le cortex [3], [4]. Le violet de gentiane a été utilisé pour la première fois en 1998 à la concentration de 0,01 % et 0,001 %. Il permet une bonne imprégnation capsulaire, mais il augmenterait l’œdème et l’inflammation postopératoire [5]. Le vert d’indocyanine procure également une imprégnation capsulaire intense et homogène, mais son utilisation reste limitée à cause de son coût élevé et la nécessité d’une préparation préalable [6], [7]. En 1999, Melles et al. [1] ont introduit le bleu trypan. Ce colorant est un dérivé de la benzidine qui colore le tissu fibreux du cristallin sans colorer les cellules vivantes du cortex donnant ainsi, un excellent contraste entre la capsule bleue et le contenu cristallinien blanc. De plus, en raison de son poids moléculaire élevé, sa diffusion dans le segment postérieur est limitée [1], [8], [9]. En outre, plusieurs études [10], [11], [12] ont montré l’innocuité du bleu trypan sur l’endothélium cornéen ; d’ailleurs, il a été largement utilisé pour l’étude de la viabilité de la couche des cellules endothéliales des greffons cornéens.

Plusieurs techniques sont proposées pour l’utilisation du bleu de trypan ; il est injecté dans la chambre antérieure sous une bulle d’air [7], [8], [12], [13], ou mélangé au produit viscoélastique [14], [15]. Wong et al. [16], dans une étude prospective, n’ont pas trouvé de différence significative entre ces deux techniques. Ce colorant peut aussi être injecté en sous-capsulaire à l’aide d’une aiguille de 30 Gauge, le point d’injection servant de point de départ au capsulorhexis. Cette technique procure une meilleure imprégnation de la capsule antérieure et limite le contact avec les autres structures oculaires, mais expose plus aux déchirures capsulaires surtout si on injecte une quantité excessive de colorant [17].

Dans notre étude, nous avons utilisé la technique de la bulle d’air, ce qui nous a permis de réaliser un capsulorhexis complet dans 86,6 % des cas. Melles et al. [1] et Horiguchi et al. [7] ont réalisé 100 % de capsulorhesis complet en opérant des cataractes blanches et en utilisant du bleu trypan. Vasavada et al. [18] ont rapporté 95 % de succès. Soosan et al. [13] ont réalisé un capsulorhexis complet dans 96,15 % des cas. Ils ont en outre constaté que la réalisation du capsulorhexis était plus difficile en présence de cataracte hypermûre ou intumescente comme c’est le cas dans notre travail. En effet, dans les cataractes intumescentes, l’hyperpression intra-cristallinienne est pourvoyeuse de trait de refend et le cortex liquéfié gêne la visibilité de la capsule antérieure. Dans les cataractes hypermûres, la fibrose capsulaire rend le capsulorhexis plus difficile à réaliser. Chez nos patients, l’issue de cortex liquéfié dans la chambre antérieure a imposé son aspiration à l’aide d’une aiguille avec réinjection de produit viscoélastique en regard du site de la découpe pour mieux repérer celle-ci avant de la saisir à la pince à capsulorhexis. En cas de fibrose capsulaire, certains chirurgiens préfèrent utiliser un produit viscoélastique de forte viscosité [19]. Malgré, ces recommandations, un trait de refend peut survenir en direction de l’équateur, qu’on peut rattraper ou non aux ciseaux à capsule. Dans notre série, nous avons eu 4 cas (12 %) de trait de refend tous rattrapés aux ciseaux, et aucun cas de rupture capsulaire postérieure. Une conversion en une extraction extracapsulaire a été indispensable dans 2 cas (6 %) à cause d’un noyau très mobile et très dur. Dans une étude rétrospective portant sur 212 cataractes blanches opérées par phacoémulsification, Chakrabarti et al. [20] ont noté 1,9 % de conversion à cause d’une rupture capsulaire postérieure, et Soosan et Agarwal [13], 3,85 % de conversion pour un capsulorhexis incomplet.

La nucléofracture par la technique du « divide and conquer » ou le « phaco-chop » est efficace dans les cataractes blanches. La technique du « karate-chop » semble aussi bénéfique d’autant plus qu’en cas de cataracte hypermûre le noyau est très mobile [13].

Dans notre étude, l’acuité visuelle finale est satisfaisante avec dans 9 % des cas une acuité visuelle corrigée supérieure ou égale à 8/10e. Ces résultats sont comparables à ceux rapportés par Soosan et Agarwal [13] et Chakrabarti et al. [20] qui ont rapporté une acuité visuelle corrigée supérieure ou égale à 8/10e dans respectivement 96,16 % et 93,9 % des cas.

Le caractère anodin du bleu trypan a été signalé par plusieurs auteurs. Cependant, quelques complications ont été rapportées telles que l’œdème maculaire cystoïde [21], la coloration bleue de l’implant [22], la baisse significative du test à l’éblouissement [23], la coloration de la capsulaire postérieure chez les yeux vitrectomisés [24] et l’altération de la densité et de la viabilité des cellules épithéliales du cristallin [25]. Toutes ces complications nécessitent d’être confirmées par des études randomisées.

CONCLUSION

Le bleu trypan permet une excellente visualisation de la capsule antérieure et la réalisation du capsulorhexis dans les cataractes blanches. La phacoémulsification dans ces cas peut ainsi être pratiquée avec de bons résultats fonctionnels en dépit de quelques difficultés peropératoires.

Références

[1]
Melles G, Waard P, Pameyer J, Beekhuis H. Trypan blue capsule staining to visualize the capsulorhexis in cataract surgery. J Cataract Refract Surg 1999;25:7-9.
[2]
Brazitikos PD, Tsinopoulos IT, Papadopoulos NT, Fotiadis K, Stangos N. Ultrasonographic classification and phacoemulsification of white senile cataracts. Ophthalmology 1999;106:2178-83.
[3]
Mansour AM. Anterior capsulorhexis in hypermature cataracts. J Cataract Refract Surg 1991;109:642-7.
[4]
Hoffer KJ, McFarland JE. Intracameral subcapsular fluorescein staining for improved visualization during capsulorhexis in mature cataracts. J Cataract Refract Surg 1993;19:19-20.
[5]
Unlü K, Askünger A, Söker S, Kilinç N, Karaca C, Erdinc M. Gentian violet solution for staining the anterior capsule. J Cataract Refract Surg 2000;26:1228-32.
[6]
Ozturk F, Osher Rh. Capsular staining: recent developments. Curr Opin Ophthalmol 2006;17:42-4.
[7]
Horiguchi M, Miyake K, Ohta I, ItoY. Staining of the lens capsule for circular continuous capsulorhexis in eyes with white cataract. Arch Ophthalmol 1998;116:535-7.
[8]
Dada V, Sharma N, Sudan R, Sethi H, Dada T, Pangtey M. Anterior capsule staining for capsulorhexis in cases of white cataract: Comparative clinical study. J Cataract Refract Surg 2004;30:326-33.
[9]
Nodarian M, Feys J, Sultan G, Salvanet-Bouccara A. Utilisation du bleu trypan pour la réalisation du capsulorhexis dans la chirurgie de la cataracte blanche. J Fr Ophtalmol 2001;24:274-6.
van Dooren BTH, de Waard PWT, van Nouhuys HP, Beekhuis WH, Melles GRJ. Corneal endothelial cell density after trypan blue capsule staining in cataract surgery. J Cataract Refract Surg 2002;28:574-5.
Chung CF, Liang CC, Lai JSM, LO ESF, Lam DSC. Safety of trypan blue 1% and indocyanine green 0.5% in assisting visualization of anterior capsule during phacoemulsification in mature cataract. J Cataract Refract Surg 2005;31:938-42.
San Laureano J, Coroneo MT. Crystalline lens capsule staining with trypan blue. J Cataract Refract Surg 2004;30:2046-9.
Soosan J, Agarwal A. Trypan blue as an adjunct for safe phacoemulsification in eyes with white cataract. J Cataract Refract Surg 2002; 28:1819-25.
KayikiçiogFILE=":Table_1.eps">lu Ö, Erakgün T, Güler C. Trypan blue mixed with sodium hyaluronate for capsulorhexis. J Cataract Refract Surg 2001;27:1341-2.
Dada V, Sudan R, Sharma N, Dada T. Trypan blue with a viscoelastic agent. J Cataract Refract Surg 2002;28:2005-6.
Wong VW, Lai TY, Lee GK, Lam PT, Lam DS. A prospective study on trypan blue capsule staining under air vs under viscoelastic. Eye 2006;20:820-5.
Pandey S K, Werner L, Escobar-Gomez M, Roig-Melo EA, Apple D J. Dye-enhanced/ White cataract. Part 1: Anterior capsule staining for capsulorhexis in advanced white cataract. J Cataract Refract Surg 2000;26:1052-9.
Vasavada A, Singh R, Desai J. Phacoemulsification of white mature cataracts. J Cataract Refract Surg 1998;24:270-7.
Rozot P, Hamon F, Sommer S, Reynal C, Ketema AM, Fau J. Particularités de la phacoémulsification des cataractes totales. Ophtalmologie 1997;11:255-7.
Chakrabarti A, Singh S, Krishnadas R. Phacoemulsification in eyes with white cataract. J Cataract Refract Surg 2000;26:1041-7.
Gouws P, Merriman M, Goethals S, Simocock, Greenwood, Wright G. Cystoid macular edema with trypan blue use. Br J Ophthamol 2004;88:1348-55.
Saini JS, Jain AK, Sukhija J, Gupta P. Anterior and posterior capsulorhexis in pediatric cataract surgery with or without trypan blue dye: randomized prospective clinical study. J Cataract Refract Surg 2003; 29:1733-7.
Tiago B, Renta A, Jaim G. Effect of blue staining of expandable hydrophilic intraocular lenses on contrast sensitivity and glare vision. J Cataract Refract Surg 2004;30:1732-5.
Birchall W, Raynor M, Turner G. Inadvertent staining of the posterior lens capsule with trypan blue dye during phacoemulsification. Arch Ophthalmol 2001;119:1082-3.
Nanavaty MA, Johar K, Sivasankaran MA, Vasavada AR, Praveen MR, Zetterstrom Effect of trypan blue staining on the density and viability of lens epithelial cells in white cataract. J Cataract Refract Surg 2006;32:1483-8.




© 2007 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline