Article

PDF
Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Free Article !

Annales de Dermatologie et de Vénéréologie
Vol 133, N° 5-C1  - mai 2006
p. 495
Doi : AD-05-2006-133-5-C1-0151-9638-101019-200518578
Chronique génomique

Hypotrichose localisée autosomique récessive et délétion intragénique récurrente du gène de la desmogléine 4
Une bonne adhésion intercellulaire est nécessaire au développement du follicule pileux
Localised autosomal recessive hypotrichosis and recurrent intragenic deletion of the desmoglein 4 gene : good intercellular adhesion is a prerequisite for development of hair follicles
 

O. DEREURE [1]
[1] Service de Dermatologie, Hôpital Saint-Eloi, 80, avenue Augustin Fliche, 34295 Montpellier Cedex 5.

Tirés à part : O. DEREURE, à l'adresse ci-dessus.

L'hypotrichose localisée autosomique récessive est une variété d'alopécie héréditaire de description récente. Elle affecte principalement le scalp, les sourcils, les cils, le tronc et les extrémités mais épargne largement la pilosité faciale, pubienne et axillaire. Les cheveux et poils atteints sont fragiles et se cassent facilement en laissant des cheveux résiduels épars et courts d'aspect assez caractéristique. Il s'y associe souvent une hyperkératose folliculaire donnant un aspect « rugueux », un érythème et un état squameux et prurigineux prédominant sur l'extrémité céphalique. Les individus affectés naissent souvent sans cheveux et le développement de ces derniers est lent et peu important aboutissant à l'aspect caractéristique décrit ci-dessus. Il n'y a en revanche ni papules ni kératodermie palmoplantaire ni anomalie des dents, des ongles ou de la sudation ce qui permet d'écarter respectivement une atrichie congénitale avec lésions papuleuses liée à des mutations du gène hairless et une dysplasie ectodermique.

Sur le plan génétique, cette génodermatose, surtout décrite jusqu'à présent dans des familles d'origine pakistanaise, est liée au chromosome 18 et, par une technique utilisant des marqueurs génétiques polymorphes, il a été plus récemment démontré qu'elle est caractérisée par une anomalie génétique récurrente commune à tous les patients qui correspond donc très probablement à un « effet fondateur » c'est-à-dire à une anomalie précise apparue chez un individu unique dans le passé et qui s'est ensuite répandue au fil des générations successives. Cette anomalie est une délétion intragénique homozygote, située dans le gène codant pour une cadhérine, la desmogléine 4, délétion qui fait disparaître une large portion du gène (exons 5 à 8) aboutissant à une protéine tronquée qui a perdu une partie de son domaine extra-membranaire (une partie du domaine EC1, le domaine EC2 en totalité et une partie du domaine EC3) [1]. Cette anomalie gêne sans doute beaucoup la dimérisation et l'interaction cadhérine-cadhérine de cette molécule d'adhésion exprimée dans la couche épithéliale interne du follicule pileux, ce qui démontre a contrario l'importance d'une adhésion intercellulaire efficace dans le développement du follicule pileux. Cette dernière notion est d'ailleurs bien illustrée par l'implication d'anomalies d'autres molécules d'adhésion dans des génodermatoses avec anomalies des cheveux, telles les mutations de la plakoglobine et de la desmoplakine dans le syndrome de Naxos autosomique récessif qui associe cheveux laineux et épars, kératodermie palmoplantaire et cardiomyopathie, de la cadhérine P dans le syndrome hypotrichose avec cheveux « perlés » et fragiles-dystrophie maculaire ou encore les mutations de la plakophiline 1 dans une variété de dysplasie ectodermique avec fragilité cutanée et des cheveux [2].

Enfin, plus récemment la possibilité d'anomalies plus limitées du gène en cause ont été rapportées (mutation faux-sens sur le domaine extra-cellulaire EC4), aboutissant quand même à des modifications fonctionnellement significatives du site d'interaction cadhérine-cadhérine et donc des capacités d'adhésion intercellulaire en raison de la modification spatiale induite de cette région cruciale de la molécule [3].

Top of the page
Références

[1]
Moss C, Martinez-Miz A, Lan H, Taddin-Strapps M, Kljuic A, Christiano AM. A recurrent intragenic deletion in the desmoglein 4 gene underlies localized autosomal recessive hypotrichosis. J Invest Dermatol 2004 ; 123 : 607-10.
[2]
Zheng R, Bu DF, Zhu XJ. Compound heterozygosity for new splice site mutations in the plakophilin 1 gene (PKP1) in a Chinese case of ectodermal dysplasia-skin fragility syndrome. Acta Derm Venereol 2005 ; 85 : 394-99.
[3]
Messenger AG, Bazzi H, Parsleur R, Shapiro L, Christiano AM. A missense mutation in the cadherin interaction site of the desmoglein 4 gene underlies localized autosomal recessive hypotrichosis. J Invest Dermatol 2005 ; 125 : 1077-9.


Top of the page


© 2006 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline