Article

PDF
Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Free Article !

Annales de Dermatologie et de Vénéréologie
Vol 133, N° 5-C1  - mai 2006
p. 500
Doi : AD-05-2006-133-5-C1-0151-9638-101019-200518581
Note de pharmacovigilance

Phototoxicité à la dacarbazine (Deticene®) non réinduite par le témozolomide (Temodal®)
Phototoxicity of dacarbazine (Deticene®) not reinduced by temozolomide (Temodal®)
 

J.-L. Schmutz [1], A. Barbaud [1], P. Trechot [2]
[1] Service de Dermatologie, Hôpital Fournier, 36, quai de la Bataille, 54035 Nancy Cedex
[2] Service de Pharmacovigilance, Hôpital Central, 54000 Nancy.

Tirés à part : J.-L. Schmutz, à l'adresse ci-dessus.

La dacarbazine est un antinéoplasique cytostatique utilisé par voie parentérale. Inactive par elle même, cette substance donne naissance par déméthylations successives au diazométhane, agent alkylant.

Les réactions phototoxiques à la dacarbazine (imidazole-carboxamide ou DTIC) sont maintenant connues comme pouvant nécessiter l'arrêt du traitement en cas d'atteinte sévère. Ces réactions seraient probablement dues à la 2-azahypoxanthine, une des substances issues de la photodécomposition (in vitro et in vivo) du DTIC.

Deux hypothèses pourraient être envisagées pour expliquer le mécanisme de cet effet indésirable : une accumulation dans la peau, au cours du traitement, des produits de photodégradation ou, dans le cadre d'un polymorphisme génétique particulier, une baisse des enzymes responsables de l'activation du DTIC en MTIC (monométhyl-triazéno-imidazole-carboxamide) conduisant alors à une augmentation de la quantité de substances potentiellement photodégradables.

Treudler et al. [1] ont exploré 10 patients traités pour mélanome métastatique et ayant présenté une réaction phototoxique dans les suites d'une administration de DTIC. Les phototests réalisés chez 5 patients ont montré une baisse de la DEM aux UVA chez ceux-ci. Six patients ont eu des photopatchtests, 2 à 10 semaines après l'éruption, avec une solution diluée à 1/1 000, 1/100 et 1/10 de dacarbazine. Ceux-ci sont restés totalement négatifs. Chez 5 patients, le traitement a été remplacé par du témozolomide (Temodal® 150 mg/m2 ; 5 jours par mois). Celui-ci a été bien supporté sans aucune réaction après un maximum de 10 cures.

Le témozolomide est un nouvel antinéoplasique actif par voie orale agissant de la même façon que le DTIC. Ce dérivé triazène subit à pH physiologique une conversion chimique en MTIC, composé actif.

Pour les auteurs [1], le témozolomide pourrait être une alternative thérapeutique chez les patients ayant présenté une réaction phototoxique à la dacarbazine.

Top of the page
Références

[1]
Treudler R, Georgieva J, Geilen CC, Orfanos CE. Dacarbazine but not temozolomide induces phototoxic dermatitis in patients with malignant melanoma. J Am Acad Dermatol 2004 ; 50 : 783-5.


Top of the page


© 2006 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline