Article

PDF
Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Free Article !

Gynécologie Obstétrique & Fertilité
Volume 31, n° 3
page 316 (mars 2003)
Doi : 10.1016/S1297-9589(03)00052-3
Lettres à la rédaction

Métaplasie et CIN de haut grade. Difficultés diagnostiques
P. Tranbaloc Gynécol Obstét Fertil 2002; 30: 845-849

J.C.  Boulanger * a ,  H.  Sevestre b
a Centre de gynécologie-obstétrique, CHU Amiens, 124, rue Camille-Desmoulins, 80054 Amiens cedex 1, France 
b Service d'anatomopathologie, CHU Amiens, 124, rue Camille-Desmoulins, 80054 Amiens cedex 1, France 

* Auteur correspondant.

L'article de P. Tranbaloc est déroutant pour les cliniciens et frustrant pour les pathologistes, tant il est admis par tous en pathologie cervicale que : « le frottis donne l'alerte, la colposcopie localise la lésion et la biopsie fait le diagnostic ».

Certes des travaux documentés [1][2] ont bien montré le manque de reproductibilité du diagnostic dans les néoplasies intra-épithéliales cervicales en précisant la variabilité inter-observateur et même intra-observateur. Mais nous pensions que ce manque de certitude s'appliquait aux lésions de bas grade et que le diagnostic de CIN de haut grade était fiable, ou tout au moins que le diagnostic pouvait hésiter entre bas grade et haut grade mais pas entre haut grade et métaplasie, processus physiologique.

Il aurait été intéressant que P. Tranbaloc étaye ses assertions par des chiffres. En l'absence, nous pouvons fournir les nôtres. Dans notre fichier de pathologie cervicale, lorsque le diagnostic préopératoire est CIN de haut grade, il est vrai que parfois l'examen en coupes sériées de la pièce opératoire ne retrouve qu'une métaplasie. Cela représente 3,9 % des cas lorsque le diagnostic de la biopsie initiale est CIN2 (11/281), 0,99 % lorsque le diagnostic initial est CIN3 (5/503). Mais il ne s'agit probablement pas toujours d'une erreur par surévaluation initiale des lésions puisque de nombreux auteurs ont insisté sur la possibilité de régression après biopsie, surtout lorsque les lésions sont petites et les biopsies importantes et a fortiori multiples.

On reprochera aussi à P. Tranbaloc plusieurs affirmations qui nous paraissent discutables :

  • qui a pu prouver que la métaplasie secondaire au développement des cellules de réserve sous cylindriques assure le tiers de la transformation malpighienne de la muqueuse glandulaire ? C'est bien loin de l'impression des cliniciens pour qui la métaplasie directe par glissement semble représenter bien plus des deux tiers du processus de réparation ;
  • il nous paraît également étonnant de lire qu'au cours des CIN de haut grade, il existe parfois des mitoses anormales. Nous pensions que c'était une constatation habituelle ;
  • enfin nous ne partageons pas son avis sur la recherche de l'ADN viral. Certes l'incidence du portage viral de l'HPV est extrêmement élevée, puisque nous avons montré dans une étude récente, non encore publiée, que le portage était de 14,7 % dans la population tout venant. Ce test est néanmoins intéressant en cas d'incertitude diagnostique car sa valeur prédictive négative est proche de 100 % [3].

Nous sommes d'accord avec P. Tranbaloc qui rejette le terme de métaplasie atypique qui a été proposé pour désigner des lésions dont on n'est certain ni du caractère métaplasique ni du caractère néoplasique. Rappelons toutefois qu'elles ont été décrites sous le nom de « métaplasie immature atypique ». Crum et al. ont eu la prudence de désigner cette lésion comme atypical immature metaplasia-like proliferations of the cervix [4].

@@#101529@@

[1]Ismail S.M., Colclough A.B., Dinnen J.S., Eakins D., Evans D.M., Gradwell E., O'Sullivan J.P., Summerell J.M., Newcomber R.G. Observer variation in histopathological diagnosis and grading of CIN. BMJ 1989 ; 298 : 707-710 [crossref]
[2]Robertson A.J., Munderson J., Swansonbeck J.S., Burnett R.A., Howatson S.R., Lee F.D., Lesiels A.M., Mac Laren K.M., Moss S.M., Simpson J.G., Smith G.D., Tavadia H.B., Walker F. Observer variability in histopathological reporting of cervical biopsy specimens. J Clin Pathol 1989 ; 42 : 231-238 [crossref]
[3]Clavel C., Masure M., Bory J.P., Putaud I., Maujeanjean C., Lorenzato M., Nazeyrollas P., Gabriel R., Quereux C., Birembaut P. HPV testing in primary screening for the detection of high grade cervical lesions: a study of 7932 women. Br J Cancer 2001 ; 84 : 1616-1623 [crossref]
[4]Park J.J., Genest D.R., Sun D., Crum C.P. Atypical immature metaplastic-like proliferation of the cervix: diagnostic reproducibility and viral (HPV) correlates. Hum Pathol 1999 ; 30 (11)  : 61-65 [crossref]

Top of the page


© 2003  Published by Elsevier Masson SAS.

EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline