Article

PDF
Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Free Article !

Annales de Dermatologie et de Vénéréologie
Vol 128, N° 1  - février 2001
p. 87
Doi : AD-02-2001-128-1-0151-9638-101019-ART51
Notes de pharmacovigilance
 

J.-L. Schmutz, A. Barbaud, Ph. Trechot, J.-L. Schmutz, A. Barbaud, Ph. Trechot, J.-L. SCHMUTZ
Service de Dermatologie, Hôpital Fournier, Hôpital Central, 54000Nancy.
Centre de Pharmacovigilance, Hôpital Central, 54000 Nancy.
Service de Dermatologie, Hôpital Fournier, Hôpital Central, 54000Nancy.
Centre de Pharmacovigilance, Hôpital Central, 54000 Nancy.

Alopécie et indinavir (Crixivan®)

Alopecia and indinavir (Crixivan®)

,

,

Sur une période d'un an, Bouscarat

et al.

[ [1]] rapportent chez 10 patientshomosexuels (âge moyen 40 ans ; extrêmes de 30 à 51 ans), séropositifs pour leVIH, une alopécie lors d'une trithérapie incluant à chaque fois de l'indinavir.

Touchant initialement les membres inférieurs, cet effet iatrogénique s'est toujoursmanifesté durant les 6 premiers mois de traitement.

Une dépilation quasi complète était notée au niveau des jambes (10 patients), descuisses (8 patients), du pubis (5 patients), des régions thoraciques et axillaires (3patients) et à un degré moindre au niveau du cuir chevelu (2 patients).

On constatait d'autre part une sécheresse de la peau (8 patients), une cheilite (6patients), une paronychie des gros orteils (4 patients), enfin une lipodystrophie (2patients).

Dans les 4 mois suivant l'arrêt de l'indinavir et sa substitution par un autreantirétroviral, une repousse progressive était constatée chez les 10 patients.L'évolution était aussi favorable pour les autres effets secondaires associés, àl'exception de la lipodystrophie.

Lichen buccal après thalidomide

Buccal lichen after thalidomide

,

,

Tirés à part :

, à l'adresse ci-dessus.

Le thalidomide a été utilisé avec succès dans le traitement de certains cas delichens érosifs buccaux, dans la réaction du greffon contre l'hôte (GVH) mais

acontrario

il peut être en cause dans le développement de lésions lichénoïdes.

Bez

et al.

[ [1]]rapporte le cas d'une femme de 33 ans, greffée de moelle pour leucémie myéloïdechronique. Un traitement par thalidomide (200 mg/j) a été débuté pour une hépatitechronique entrant dans le cadre d'une GVH. Après quelques jours, un examen de la cavitébuccale, qui était normal jusqu'alors, a mis en évidence une réaction lichénoïdeconfirmée histologiquement. Cet effet indésirable a disparu complètement à l'arrêt dutraitement.

Références

[1]
Bouscarat F, Prevot MH,Matheron S. Alopecia associated with indinavir therapy. N Engl J Med 1999;341:618.
[1]
Bez C, Lodi G, SardellaA, Della Volpe A, Carrassi A. Oral lichenoid lesions after thalidomide treatment.Dermatology 1999;199:195.




© 2001 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline