Article

PDF
Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Free Article !

Annales de Dermatologie et de Vénéréologie
Volume 135, n° 6-7
page 537 (juin-juillet 2008)
Doi : 10.1016/j.annder.2008.04.005
Note de pharmacovigilance

Hyperpigmentation cutanée péri-oculaire après application de travoprost
Periocular hyperpigmentation following travoprost application
 

J.-L. Schmutz a, , A. Barbaud a, P. Tréchot b
a Service de dermatologie, hôpital Fournier, 36, quai de la Bataille, 54035 Nancy cedex, France 
b Service de pharmacologie, hôpital Central, 29, avenue du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny, 54035 Nancy cedex, France 

Auteur correspondant.

Le travoprost (Travatan® et Duotrav® spécialité en association avec du timolol), analogue de la prostaglandine F2-alpha, est un agoniste des récepteurs prostanoïdes FP indiqué dans le traitement du glaucome à angle ouvert et de l’hypertonie intraoculaire.

Il est responsable de modifications des cils en augmentant leur longueur, leur épaisseur et/ou leur nombre.

Chez la souris, des récepteurs aux prostaglandines, identifiés dans la papille dermique et la gaine épithéliale externe du follicule pileux, joueraient un rôle régulateur dans le développement et la repousse des poils.

Les analogues de la prostaglandine prolongeraient la phase anagène des cils. C’est pourquoi, travoprost a été proposé comme un possible traitement de la pelade des cils.

Feletti et al. [1] rapportent trois cas d’hyperpigmentation cutanée péri-oculaire après application biquotidienne sur le bord libre des paupières de travoprost pour une pelade des cils.

Dans le premier cas, il s’agissait d’une enfant de 12ans qui présentait une hyperpigmentation des paupières six mois après la mise en route d’un traitement par travoprost. En raison de l’inefficacité du produit, le traitement était arrêté et l’évolution favorable en cinq mois.

Dans le deuxième cas, une femme de 45ans constatait une repousse des cils des paupières supérieures, alors qu’elle était traitée par travoprost depuis sept mois. Elle observait aussi l’apparition d’une pigmentation bleu-grise de ses paupières qui prédominait sur les paupières inférieures. À l’arrêt du traitement, la pigmentation régressait progressivement en trois mois tandis que l’effet recherché perdurait. Une légère coloration brunâtre persistait à quatre mois sur le bord des paupières inférieures.

Dans le dernier cas, il s’agissait d’une femme de 32ans, atteinte d’une pelade universelle, qui notait, six mois après la mise en route d’un traitement par travoprost, un assombrissement de ses paupières sans repousse des cils. Cette coloration s’amendait dans les mois suivant l’arrêt du médicament.

Dans les trois cas, une hyperpigmentation péri-oculaire familiale étant exclue, la peau mate des patients était considérée, par les auteurs, comme un cofacteur prédisposant à cet effet indésirable.

Top of the page
Référence

Feletti F., Vincenzi C., Pazzaglia M., Tosti A. Periocular pigmentation associated with use of travoprost for the treatment of alopecia areata of the eyelashes J Eur Acad Dermatol Venereol 2007 ;  21 : 421-423 [cross-ref]


Top of the page

© 2008  Elsevier Masson SAS. All Rights Reserved.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline
@@#110903@@