Article

PDF
Access to the PDF text
Advertising


Free Article !

Revue du rhumatisme
Volume 70, n° 12
page 1130 (décembre 2003)
Doi : 10.1016/S1169-8330(03)00332-6
Received : 25 February 2003 ;  accepted : 23 April 2003
Lettres à la rédaction

Imagerie par résonance magnétique et pathologie lombaire dégénérative : expérience bretonne à partir de 105 cas
Magnetic resonance imagery and degenerative disease: an experience from britany about 105 patients

Antoine  Martin a * ,  Bertrand  Catroux b
aService de rhumatologie, hôpital Yves-Le-Foll, rue Marcel-Proust, 22000 Saint-Brieuc, France 
bService d'imagerie médicale, hôpital Yves-Le-Foll, rue Marcel-Proust, 22000 Saint-Brieuc, France 

*Auteur correspondant.

Nous avons lu avec intérêt le travail de Hourcade et Trèves [1] et rapportons un travail similaire consacré à la place de l'imagerie par résonance magnétique (IRM) dans la pathologie lombaire dégénérative.

L'étude a eu lieu dans un hôpital général et a duré 5 mois en 1998 [2]. Elle concernait 105 patients.

Le recueil des données était fait au moment de la réalisation de l'examen : fiche remplie par le patient concernant le type et la durée de la douleur, les examens d'imagerie et les traitements proposés avant l'IRM. Quatre à 9 mois après l'examen 96 patients ont été recontactés soit par courrier, soit par téléphone : modifications de prise en charge suite à l'IRM, devenir fonctionnel.

La population comportait 53 femmes et 52 hommes de 48 ans d'âge moyen (17 à 78 ans). La demande de l'examen était dans 72 % des cas faite par un spécialiste, essentiellement un rhumatologue, et dans 28 % par un médecin généraliste.

La symptomatologie était une lombalgie chez 24 % des patients et une lombosciatique dans 76 % des patients. La durée de la douleur était supérieure à 4 semaines chez 94 % des patients. Elle durait depuis plus de 6 mois chez 62 % des patients.

La totalité des patients avaient eu d'autres examens d'imagerie : radiographies standards (100 %) ; scanner (62 %) ; scintigraphie (11 %) ; une première IRM chez 5 patients.

Le repos et les médicaments sont les seuls traitements chez 52 % des patients. Les constatations de l'IRM étaient les suivantes : 47 patients avaient une hernie discale, 21 patients des discopathies dégénératives étagées, 12 patients un canal lombaire étroit, 8 des pathologies diverses ; 13 étaient IRM normales.

L'analyse du devenir des patients amène les renseignements suivants : 27 % des patients ont été opérés suite à l'IRM ; le traitement médical a été poursuivi chez les autres sans grand résultat puisque 55 % de ces patients gardent des douleurs identiques et que 44 % des patients restent en arrêt de travail. Chez les 13 patients dont l'IRM est normale 6 patients sont toujours en arrêt au suivi.

La confrontation de ces résultats avec les règles officielles de bonne conduite (RMO - ANAES) montre que dans 53 % des cas la réalisation de l'IRM ne respectait pas celles-ci : 3 patients dont la pathologie évoluait depuis moins de 4 semaines ; 53 patients dont le traitement était incomplet. L'IRM est souvent un examen redondant : par exemple dans le groupe des patients avec hernie discale, celle-ci était déjà mise en évidence par un scanner chez 12 de ces 47 patients.

Cette étude date de 5 ans mais les choses ont-elles véritablement changé : on constate en fait une fuite en avant dans l'imagerie confirmée par le travail de Hourcade et Trèves avec 75 % de scanners demandés hors référentiels. Il faut sans doute voir là les conséquences de notre éducation médicale : opposition trop marquée entre organique et fonctionnel ; cartésianisme ancien de la réflexion médicale avec la classique démarche lésion douleur diagnostic traitement.

L'attente des patients est finalement conforme à cette conduite, le désir d'imagerie et de visualisation des lésions légitimant leur plainte.

@@#101529@@

[1]Hourcade S., Trèves R. Étude rétrospective concernant le scanner lombaire dans les lombalgies et lombosciatiques dans le département de l Haute-Vienne, à propos de 132 cas. Rev Rhum 2002 ; 69 : 1226-1234 [interref]
[2]Grosset V. Imagerie par résonance magnétique et rachis lombaire dégénératif : expérience d'un hôpital général sur 105 cas.   1997-8 (Thèse Médecine Rennes)

1  Pour citer cet article, utiliser ce titre en anglais, référence parue dans Joint Bone Spine 2003, vol. 70


Top of the page


© 2003  Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. All Rights Reserved.

EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline