Article

PDF
Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Free Article !

Journal Français d'Ophtalmologie
Vol 31, N° 6-C2  - juillet 2008
pp. 29-33
Doi : JFO-07-2008-31-6-0181-5512-101019-200810093
La mesure de la pression intra-oculaire au travers des lentilles à renouvellement fréquent
 

J. Touboul
[1] Cabinet d’ophtalmologie, 1, boulevard Clemenceau, 38100 Grenoble, France.

@@#100979@@
La mesure de la pression intra-oculaire au travers des lentilles à renouvellement fréquent

La pression intra-oculaire (PIO) peut être mesurée au travers des lentilles à renouvellement fréquent (LRF) à l’aide d’un tonomètre à air. Cette mesure semble fiable pour les lentilles de faibles puissances négatives. Pour les lentilles de puissances positives, cette mesure surestime la PIO. La mesure de la PIO au travers des lentilles de contact ne se conçoit en pratique clinique que dans le cadre du dépistage. Pour des patients glaucomateux ou avec une hypertonie oculaire, la mesure de la PIO doit se faire sans lentille de contact, la technique de référence étant la tonométrie de Goldmann.

Abstract
IOP measurement through frequent-replacement soft contact lenses

Intraocular pressure (IOP) can be measured through soft contact lenses with an air-puff tonometer. These measurements seemed accurate for low-power negative lenses. For positive soft contact lenses, IOP is overestimated. The measurement of IOP through a soft contact lens is acceptable in clinical practice only for glaucoma screening. In glaucomatous patients or patients with ocular hypertension, IOP measurements should be performed without a contact lens. The main technique for IOP measurement remains Goldmann applanation tonometry.


Mots clés : Pression intra-oculaire , lentilles de contact souples , dépistage , tonomètre à air

Keywords: Intraocular pressure , soft contact lenses , screening , air-puff tonometer


INTRODUCTION

Pouvoir gagner du temps dans des consultations surchargées en mesurant la pression intra-oculaire (PIO) sans faire enlever aux patients leurs lentilles de contact et vérifier la fiabilité de ces mesures, tels étaient les objectifs de cette étude.

Des études similaires ont été réalisées auparavant, essentiellement avec des lentilles souples traditionnelles et sur un petit nombre de sujets. En 2004, Patel et Illani [1], sur 8 sujets porteurs de lentilles souples hydrophiles (LSH) à 70 %, concluaient à une fiabilité de la mesure à condition que la lentille soit d’une puissance inférieure ou égale à – 3 dioptries et d’une épaisseur centrale inférieure à 0,30 mm. En 1997, Hehn et Trufier [2] ont démontré qu’il n’y avait pas de différence significative entre les valeurs de PIO obtenues avec et sans lentille mince au tonomètre à air, mais également qu’il était possible de mesurer le tonus oculaire, sur des cornées pathologiques (sclérocornées vascularisées ou déformées) en appliquant le principe de l’applanation optique forcée (interposition d’une lentille souple mince de puissance 6 0,50 dioptries avec ou sans Goniosol®).

ÉTUDES PERSONNELLES

Dans ces quatre études, n’ont été considérées que les lentilles hydrophiles à renouvellement fréquent (LRF) qui représentent la grande majorité des équipements en contactologie. Le matériel utilisé pour mesurer la PIO était le tonomètre à air (NIDEK NT 2000).

Quatre études ont été effectuées :

  • une étude globale incluant toutes les LRF de toutes puissances ;
  • une étude ciblée avec des lentilles de puissance – 3 (seule puissance dont le paramètre « épaisseur centrale » est fourni par les laboratoires) ;
  • une étude avec quelques lentilles de différentes puissances dont l’épaisseur était connue ;
  • enfin, la dernière étude avait comme objectif d’expliquer la sous-évaluation de la PIO observée avec les lentilles de puissances négatives en analysant les propriétés biomécaniques de la cornée.

PREMIÈRE ÉTUDE

Dans cette étude, ont été inclus 229 yeux de 119 patients (81 femmes et 38 hommes, âge moyen : 34 ans). Les différents types de LRF, sphériques (156 patients), toriques (50 patients) ou multifocales (23 patients) ont été analysés en fonction de la réfraction. Les lentilles en silico-hydrogel ont été testées séparément. Pour chaque groupe (lentilles de puissance positive ou négative), des catégories en fonction de la puissance ont été déterminées : de 0 à 2,75 ; de 3 à 5,75 ; supérieur ou égal à 6 dioptries. Les résultats sont présentés dans le Tableau I.

L’écart de mesure (mmHg) de la PIO avec et sans LRF était négligeable avec les lentilles négatives (< 1 mmHg), alors qu’il était significativement plus important avec les LRF de puissances positives (+ 4 mmHg, en moyenne). Ces résultats étaient observés quel que soit le type de LRF (sphériques, toriques ou multifocales) et le matériau. La surestimation observée avec les lentilles de puissance positive augmentait avec la puissance de ces lentilles (+ 2,75 mmHg pour les puissances entre 0 et 2,75, + 4 mmHg entre 3 et 5,75, + 6,16 mmHg pour > 6). Inversement, l’écart observé diminuait avec l’augmentation de la puissance des lentilles négatives (+ 0,34 mmHg pour les puissances entre 0 et – 2,75, – 0,07 mmHg entre – 3 et – 5,75, et -0,75 mmHg pour < – 6).

Conformément à ce que l’on attendait, une surestimation de la mesure (allant jusqu’à + 9 mmHg) a été observée avec les lentilles positives qui sont plus épaisses et augmentent le coefficient de rigidité du bloc cornée-lentille. Cependant, pour les lentilles négatives plus fines, l’écart moyen semblait être négligeable (+ 0,067 mmHg). Pour les fortes puissances, il faut néanmoins se méfier de cette mesure, car la PIO peut être parfois sous estimée de 3-4 mmHg. Dans ces cas, pour des chiffres de PIO dans les limites supérieures, il semble être prudent de revérifier la PIO sans lentille.

DEUXIÈME ÉTUDE

Dans cette deuxième étude, n’ont été étudiés que les patients porteurs de LRF d’une puissance de – 3 dioptries pour lesquelles l’épaisseur est connue. Les résultats sont présentés dans le Tableau II.

L’écart entre la PIO mesurée avec et sans LRF était négligeable pour ses lentilles (épaisseur < 0,2 mm). Le plus souvent, cet écart était légèrement négatif (PIO sous-évaluée avec la LRF). Parmi les lentilles testées, seule la Purevision Toric® (Baush et Lomb) surévaluait la PIO, probablement en raison d’une rigidité plus importante. En comparant des lentilles d’hydrophylie différente (Tableau III), mais de même puissance (– 3 dioptries) et de même épaisseur 0,07, on observait un écart légèrement négatif (sous-évaluation de la PIO avec les lentilles), mais non significatif pour les lentilles les plus hydrophiles.

TROISIÈME ÉTUDE

Dans cette étude, la PIO a été mesurée chez quelques patients porteurs de lentilles de différentes puissances (épaisseur connue), mais de module d’élasticité identique (même matériau). Les résultats sont présentés dans les Tableaux IV et V.

On observait de manière évidente, l’influence de l’épaisseur des lentilles sur l’écart de mesure de la PIO avec et sans LRF. Cet écart augmentait proportionnellement à la puissance des lentilles positives et diminuait avec les négatives.

QUATRIÈME ÉTUDE

Il semblerait logique qu’en augmentant l’épaisseur totale de la cornée par interposition d’une lentille, aussi fine soit-elle, on observe une surévaluation de la PIO. Cette dernière étude avait comme objectif d’expliquer la sous-évaluation de la PIO observée avec les lentilles de puissances négatives).

L’Ocular Response Analyser (ORA) Reichert Ophthalmic Instruments, Buffalo, NY) est un appareil récemment commercialisé qui analyse les propriétés biomécaniques de la cornée : la viscoélasticité et la rigidité. Il est utilisé dans la détection des kératocônes et des cornées à risque d’ectasie en chirurgie réfractive. Dans le glaucome, il permettrait de mesurer la PIO intrinsèque de l’œil [3]. L’appareil mesure en effet deux pressions d’applanation successives (en mmHg) : P1 en pression croissante du jet d’air et P2 en pression décroissante.

Le logiciel de l’appareil propose quatre index d’analyse :

  • CH, ou hystérèse cornéenne. Cette valeur qui correspond à P1-P2 est proportionnelle au degré de viscosité de la cornée et inversement proportionnelle à son degré d’élasticité (valeur moyenne normale : 11 mmHg ± 1,22) ;
  • CRF, ou facteur de résistance cornéen qui représente la résistance mécanique de la cornée, c’est-à-dire la densité de son maillage en collagène (normale : 11 mmHg ± 1,45) ;
  • IOPg, ou calcul corrélé de la PIO par rapport au tonomètre de Goldmann, soit (P1 + P2)/2 ;
  • IOPcc, ou PIO compensée par rapport aux propriétés viscoélastiques de la cornée (PIO intrinsèque de l’œil).

En étudiant des lentilles identiques (même modèle et même matériau et donc même module d’élasticité), mais de puissances et donc d’épaisseurs différentes, on constatait que les index CH et CRF diminuaient avec les lentilles minces pour myopes. Ces lentilles semblent donc s’aplatir plus vite (diminution de l’écart entre P1 et P2), ce qui explique l’écart négatif ou la sous-évaluation de la PIO observée avec ces lentilles (études précédentes). À l’inverse, ces deux index CH et CRF augmentent avec les lentilles épaisses pour hypermétropes (fig. 1 et 2). Cela revient en réalité à mesurer les index de la lentille « LH et LRF ». Les résultats sont présentés dans le Tableau VI.

Le module d’élasticité des lentilles qui rend compte de la résistance à la déformation d’un matériau sous l’effet d’une compression, semble aussi avoir une influence sur les index. La figure 3 montre l’effet du module d’élasticité en comparant le CH ou véritable « LH » de lentilles de même puissance (– 3 dioptries) et de même épaisseur (0,07 mm), mais de module différent : Acuvue Oasys® (Johnson & Johnson) : 0,72, Acuvue Advance® (Johnson & Johnson) : 0,43, Hydrofeel® (Ophtalmic) : 0,40, Biomedics XC® (Coopervision) : 0,20.

CONCLUSION

Les résultats de ces différentes études montrent qu’avec les LRF de puissance négatives, la mesure de la PIO au tonomètre à air semble fiable quel que soit le matériau (hydrogel ou silicone hydrogel), la correction (sphérique, torique ou multifocale) avec un écart moyen de PIO < 1 mmHg. Il convient néanmoins de se méfier d’une sous-estimation importante de la PIO avec des lentilles de forte puissance négative. Pour les LRF de puissances positives, il semble exister une surestimation de la PIO et il vaut mieux les enlever pour mesurer la PIO (écart moyen global : + 4,00 mmHg).

Ces mesures de la PIO au travers de la lentille de contact ne se conçoivent évidemment que dans le cadre du dépistage. Pour les patients glaucomateux ou suspects de glaucome et les patients avec une hypertonie oculaire, la mesure de PIO doit être réalisée sans lentille, au mieux à l’aide du tonomètre de Goldmann.

L’auteur de cet article n’a déclaré aucun conflit d’intérêts.

RÉFÉRENCES

[1]
Patel S, Illahi W. Non-contact tonometry over soft contact lenses: effect of contact lens power on the measurement of intra-ocular pressure. Cont Lens Anterior Eye, 2004;27:33-7.
[2]
Hehn F, Trufier F. Étude prospective comparant la tension oculaire avec et sans lentilles souples hydrophiles au tonomètre à air TM 2000. Application aux cornées pathologiques. Visions Internationales n° 81, décembre 1997 (pages 47-49).
[3]
Medeiros FA, Weinreb RN. Evaluation of the influence of corneal biomechanical properties on intraocular pressure measurements using the ocular response analyser. J Glaucoma, 2006: 15;364-70.




© 2008 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline