Article

PDF
Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Free Article !

Journal Français d'Ophtalmologie
Vol 31, N° 6-C2  - juillet 2008
pp. 65-68
Doi : JFO-07-2008-31-6-0181-5512-101019-200810100
Place de la micronutrition dans la prise en charge du glaucome
 

C. Creuzot-Garcher, A. Bron
[1] Service d’Ophtalmologie, CHU Dijon - Unité Œil et nutrition, INRA Dijon, France.

@@#100979@@
Place de la micronutrition dans la prise en charge du glaucome

La micronutrition est un domaine en plein essor en ophtalmologie. À l’instar des maladies cardio-vasculaires, il semblerait que la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), mais aussi les maladies de la surface oculaire puissent bénéficier de modifications du régime alimentaire. Le glaucome fait partie des domaines en cours d’évaluation. Parmi les différents éléments fondamentaux de notre alimentation, le rôle des lipides et des acides gras essentiels semble particulièrement intéressant.

Abstract
The place of micronutrition in glaucoma management

The field of micronutrition is currently being developed in ophthalmology. As observed in cardiovascular diseases, age-related macular degeneration (AMD) and ocular surface diseases, and even glaucoma could benefit from dietary modifications. Among the different fundamental dietary elements, the role of lipids and essential fatty acids seems particularly interesting.


Mots clés : Micronutrition , acides gras , oméga-3 , oméga-6 , glaucome

Keywords: Micronutrition , fatty acids , omega-3 , omega-6 , glaucoma


INTRODUCTION

La micronutrition est un domaine en plein essor en ophtalmologie. Après la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), il semblerait que la surface oculaire et peut-être aussi le glaucome puissent bénéficier de modifications du régime alimentaire. Parmi les très nombreux éléments fondamentaux qui composent notre régime, les lipides, et en particulier les acides gras, sont de plus en plus étudiés en recherche clinique comme en recherche fondamentale. À l’instar des maladies cardio-vasculaires où le rôle bénéfique de certains acides gras essentiels a été démontré, certaines études tendent à prouver l’influence de ces éléments nutritionnels sur la pression intra-oculaire (PIO), mais aussi sur le risque de développer un glaucome.

LES ACIDES GRAS DITS ESSENTIELS

Les acides gras polyinsaturés (AGPI), dits essentiels, sont des constituants indispensables de notre organisme. Sources d’énergie et constituants des membranes cellulaires, les AGPI sont également précurseurs des AG polyinsaturés à longue chaîne et participent à la régulation des gènes.

Il existe deux grands types d’acides gras essentiels, les AGPI de type oméga-3 et oméga-6 (fig. 1). Les AGPI de type oméga-6 proviennent de la viande et des graisses saturées comme l’huile de tournesol, ils sont absorbés sous forme d’acide linoléïque (LA) et de l’acide gamma linolénique (GLA), et participent, entre autres, au métabolisme des prostaglandines. Les AGPI de type oméga-3 proviennent de l’huile de colza, de noix ou noisette, et du poisson, ils sont absorbés sous forme d’acide alpha-linoléïque (ALA) pour être transformés de manière prédominante en EPA (acide éicosapentaénoïque), puis DHA (acide docosaexaénoïque).

Bien que ces deux acides gras n’aient pas les mêmes effets, ils empruntent des voies enzymatiques communes, ce qui explique l’existence d’une compétition entre ces cascades (fig. 2) [1]. En pratique, favoriser la consommation de l’un de ces acides gras, revient à pénaliser l’autre. Il convient, pour combiner leurs effets bénéfiques, de restituer un régime adapté en donnant plus d’oméga-3 et moins d’oméga-6. En effet, plus qu’une quantité absolue en l’une ou l’autre de ces deux catégories, c’est surtout le ratio entre oméga-3 et oméga-6 qui doit être privilégié pour tendre idéalement vers 1/5, alors que les chiffres retrouvés dans notre alimentation se situent entre 1/16 et 1/20 [2].

LES PREUVES CLINIQUES DU RÔLE DES OMÉGA-3

En fonction des régimes alimentaires, et en particulier en fonction de la consommation de ces AGPI, on a pu observer les effets sur la santé des individus. L’effet bénéfique des oméga-3 a été retrouvé en cardiologie. Dans une étude qui a analysé et suivi des patients victimes d’infarctus du myocarde, un régime enrichi en oméga-3, en DHA et en EPA, a permis de diminuer le risque relatif de mort subite, de mortalité cardio-vasculaire et de mortalité totale [3].

L’influence des oméga-3 a été évoquée de façon plus ou moins spéculative dans des études épidémiologiques ou interventionnelles portant sur plusieurs affections dégénératives et en particulier dans la DMLA. Une vaste étude épidémiologique de Seddon et al. en 2001 a étudié l’association entre la DMLA et la consommation de différentes graisses. Ces auteurs ont pu observer qu’une consommation importante d’oméga-3, et faible en oméga-6, permettait de diminuer le risque relatif de développer une DMLA [4]. Dans la Blue Mountains Eye Study, Smith retrouve un effet protecteur des oméga-3 contre les formes tardives de DMLA si on compare le quintile consommant la plus forte consommation d’oméga-3 à celui qui a la consommation la plus faible [5]. De même, Chua et al. retrouvaient une diminution du risque de DMLA précoce associée à la consommation de poisson une fois par semaine et de DMLA tardive, en cas de consommation de poisson trois fois par semaine [6].

Les études où se rejoignent les aspects génétiques et épidémiologiques sont encore plus intéressantes. Chez des jumeaux, il a été possible d’étudier conjointement ces deux aspects, et il est apparu que plus on consommait d’oméga-3, plus on diminuait le risque de développer une DMLA [7].

À partir de ces résultats, on est arrivé à des recommandations dans le domaine de la DMLA. Pour la population générale, il convient de favoriser l’équilibre du régime oméga-3/oméga-6 à 1/5. Pour la population à risque, l’équilibre doit se faire autour du même rapport et doit s’associer à la suppression des autres facteurs de risque comme le tabac. Enfin, pour les patients avec une DMLA avérée, en plus des éléments précédents, l’étude AREDS a également montré l’intérêt d’autres apports micronutritionnels [8], [9].

Enfin, les pathologies de la surface oculaire semblent également pouvoir bénéficier de la micronutrition [10]. Compte tenu du rôle de ces acides gras dans la voie des prostaglandines, leur rôle anti-inflammatoire pourrait être à l’origine de ces effets.

GLAUCOME ET ACIDES GRAS ESSENTIELS

Le glaucome est une pathologie complexe pour laquelle les cliniciens ont rapidement constaté que la tension n’était pas, et de loin, le seul facteur expliquant la neuropathie. Parmi les facteurs de risque acquis du glaucome, l’inflammation et le stress oxydant jouent probablement un rôle non négligeable.

Les patients glaucomateux auraient une diminution de la concentration en antioxydants dans l’humeur aqueuse [11]. Il semble par ailleurs exister un parallélisme entre l’importance du stress oxydant au niveau du trabéculum et des cellules neuronales rétiniennes, l’augmentation de la PIO et le déficit du champ visuel [12].

Dans le glaucome à angle ouvert, une étude rapporte des taux de DHA et d’EPA diminués [13], ces substances pourraient réguler la circulation et le flux sanguin par leur implication dans le métabolisme des prostaglandines. Leur rôle peut également se concevoir dans l’effet neuroprotecteur de certaines cytokines en inhibant le TNF-. Les AG à longues chaînes, l’acide arachidonique (AA) et le DHA jouent également un rôle dans la fluidité des cellules sanguines, leur déformabilité, l’agrégabilité, la viscosité sanguine et les taux sanguins de molécules d’adhésion [14].

Dans une étude expérimentale, des rats Sprague Dawley ont été soumis à des régimes plus ou moins riches en oméga-3. Au bout de 5 mois, il a été observé une PIO plus basse ainsi qu’une augmentation du DHA dans le corps ciliaire après un régime normal comparé au régime carencé en oméga-3. Les oméga-3 diminueraient la PIO par augmentation de l’évacuation de l’humeur aqueuse [15]. Ces résultats semblent également se confirmer en clinique. Dans la Tajimi Study, étude consacrée à la prévalence du glaucome dans une population de patients japonais âgés de plus de 40 ans, il a été retrouvé des chiffres de PIO inférieurs à ceux observés en Occident, alors qu’on sait que leur consommation de poisson est importante [16].

Les effets sont en fait probablement plus subtils : lorsque l’on analyse les effets du régime lipidique (ratio oméga-3/oméga-6) sur le glaucome primitif à angle ouvert (GPAO), on observe qu’une augmentation des oméga-3 et donc une diminution des oméga-6, augmente le risque de GPAO (élément pressionnel). La part inflammatoire serait donc certainement plus importante sur l’aspect pressionnel du glaucome. Dans le cas du glaucome à pression normale (GPN), où l’aspect vasculaire est plus important, si on augmente l’apport en oméga-3, on diminue le risque de GPN. Le régime en agissant sur le ratio oméga-3/oméga-6 pourrait jouer à la fois sur la part inflammatoire et sur la part vasculaire du glaucome [17] (Tableau I).

MODÈLES EXPÉRIMENTAUX

L’utilisation de modèles expérimentaux est indispensable pour la compréhension de l’implication de la micronutrition dans le glaucome. Grâce à ces modèles, mais aussi grâce à des instruments de mesure précis (fig. 3), il est possible d’évaluer les effets de tel ou tel régime micronutritif. Parmi ces méthodes d’analyse, et de manière très récente, l’apoptose des cellules ganglionnaires peut être étudiée in vivo grâce à l’HRA (Heidelberg Engineering) et après injection d’annexine dans le vitré (fig. 4 et 5).

CONCLUSION

La micronutrition et en particulier les acides gras essentiels semblent avoir une influence sur la PIO et sur le développement du glaucome. Vouloir résoudre de façon exclusive le problème de la neuropathie optique glaucomateuse par une amélioration du régime alimentaire n’est, bien entendu, pas sérieux : il s’agit plutôt d’une amélioration globale du régime alimentaire visant à corriger des éléments pro-oxydants et pro-inflammatoires pour revenir à un équilibre adapté. Retrouver un meilleur ratio oméga-3/oméga-6, plus qu’un avis uniquement thérapeutique, est un véritable conseil de santé publique.

Les laboratoires Théa, Bausch & Lomb et Horus versent des sommes substantielles au budget d’une institution dont Catherine Creuzot-Garcher et Alain Bron sont responsables.

RÉFÉRENCES

[1]
Barham JB, Edens MB, Fonteh AN, Johnson MM, Easter L, Chilton FH. Addition of eicosapentaenoic acid to gamma-linolenic acid-supplemented diets prevents serum arachidonic acid accumulation in humans. J Nutr, 2000;130:1925-31.
[2]
Martin A, éd. Apports nutritionnels conseillés pour la population française. Paris : Tec & Doc ; 2001.
[3]
von Schacky C. Omega-3 fatty acids and cardiovascular disease. Curr Opin Clin Nutr Metab Care, 2007;10:129-35.
[4]
Seddon JM, Rosner B, Sperduto RD, Yannuzzi L, Haller JA, Blair NP. Dietary fat and risk for advanced age-related macular degeneration. Arch Ophthalmol, 2001;119:1191-9.
[5]
Smith W, Mitchell P, Leeder SR. Dietary fatand fish intake and age-related maculopthy. Arch Ophthalmol, 2000;118:401-4.
[6]
Chua B, Flood V, Wang JJ, Smith W, Mitchell P. Dietary fatty acids and the 5-year incidence of age-related maculopathy. Arch Ophthalmol, 2006;124:981-6.
[7]
Seddon JM, George S, Rosner B. Cigarette smoking, fish consumption, omega-3 fatty acid intake, and associaion with age-related macular degeneration. Arch Ophthalmol, 2006;124: 995-1001.
[8]
Sangiovanni JP, Chew EY, Clemons TE, Ferris III FL, Gensler G, Lindblad AS, et al. The relationship of dietary carotenoid and vitamin A, E and C intake with age-related macular degeneration in a case-control study: AREDS Report No. 22. Arch Ophthalmol, 2007;125:1225-32.
[9]
Sangiovanni JP, Chew EY, Clemons TE, Ferris III FL, Gensler G, Lindblad AS, et al. The relationship of dietary lipid intake and age-related macular degeneration in a case-control study: AREDS Report No. 20. Arch Ophthalmol, 2007;125:671-9.
Creuzot C, Passemard M, Viau S, Joffre C, Pouliquen P, Elena PP, et al. Amélioration de la symptomatologie chez des patients atteints de sécheresse oculaire et traités oralement par des acides gras polyinsaturés. J Fr Ophthalmol, 2006;29:868-73.
Ferreira SM, Lerner SF, Brunzini R, Evelson PA, Llesuy SF. Oxidative stress markers in aqueous humor of glaucoma patients. Am J Ophthalmol, 2004;137:62-9.
Sacca SC, Pascotto A, Camicione P, Capris P, Izzotti A. Oxidative DNA damage in the human trabecular meshwork: clinical correlation in patients with primary open-angle glaucoma. Arch Ophthalmol, 2005;123:458-63.
Izzotti A, Bagnis A, Sacca SC. The role of oxidative stress in glaucoma. Mutat Res, 2006;612:105-14.
Eschen O, Christensen JH, De Caterina R, Schmidt EB. Soluble adhesion molecules in healthy subjects: a dose-response study using n-3 fatty acids. Nutr Metab Cardiovasc Dis, 2004;14:180-5.
Nguyen CT, Bui BV, Sinclair AJ, Vingrys AJ. Dietary omega-3 fatty acids decrease intraocular pressure with age by increasing aqueous outflow. Invest Ophthalmol Vis Sci, 2007;48:756-62.
Iwase A, Suzuki Y, Araie M. The prevalence of primary open-angle glaucoma in Japanese: the Tajimi Study. Ophthalmology, 2004; 111:1641-8.
Kang JH, Pasquale LR, Willett WC, et al. Dietary fat consumption and primary open-angle glaucoma. Am J Clin Nutr, 2004;79: 755-64.




© 2008 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline