Article

PDF
Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Free Article !

Journal de Gynécologie Obstétrique et Biologie de la Reproduction
Volume 38, n° 8
pages 689-692 (décembre 2009)
Doi : 10.1016/j.jgyn.2009.03.016
Received : 19 December 2008 ;  accepted : 12 Mars 2009
Prolapsus utérin post-traumatique chez l’enfant. À propos d’un cas
Post-trauma uterine prolaps in infant. A case report
 

H. Hamada a, , A. Zazi b
a Service de gynécologie-obstétrique, hôpital El Idrissi, Kénitra, Maroc 
b Service de gynécologie-obstétrique, hôpital militaire, Rabat, Maroc 

Auteur correspondant.
Résumé

Nous rapportons le cas d’un prolapsus utérin chez une fillette de sept ans, survenu suite à une chute en califourchon. La réduction manuelle du col extériorisé sous sédation profonde suivie de la mise en place d’une sonde de Foley no 8 gonflée en intravaginale a permis la réintégration du col utérin avec une bonne évolution clinique. Le prolapsus génital post-traumatique de l’enfant reste une situation rare dont le mécanisme étiopathogénique fait intervenir une fragilité du tissu conjonctif et dont le traitement conservateur doit être privilégié sur le traitement chirurgical.

The full text of this article is available in PDF format.
Summary

We report on one case of genital prolaps that happened after an astride fell in a girl aged 7-year-old. The manual reducing of the cervix followed by putting a blown Foley catheter no 8 intravaginally for 1 week has allowed good results. Post-trauma uterine prolaps in infant is a rare condition supposed to be due to connective tissue weakness. Conservative treatment should be as possible applied at this age.

The full text of this article is available in PDF format.

Mots clés : Prolapsus génital chez la fillette, Réduction manuelle, Sonde de Foley intravaginale

Keywords : Genital prolaps in infant, Manual reducing of cervix, Vaginal, Foley catheter


Introduction

Le prolapsus utérin est une condition rare chez l’enfant. La majorité des cas publiés dans la littérature font état de cas congénitaux associés à des anomalies de fermeture du tube neural. Le prolapsus utérin secondaire post-traumatique reste exceptionnel, un terrain prédisposant sous-jacent de fragilité des tissus conjonctifs est incriminé. Nous présentons ainsi le cas d’une jeune enfant de sept ans qui, suite à une chute en califourchon, présente un saignement génital avec extériorisation du col utérin. Un traitement conservateur avec réduction manuelle et mise en place d’une sonde de Foley gonflable en intravaginal pendant une semaine a donné de bons résultats.

Observation

H.H., enfant de sept ans née par voie basse à terme avec un poids de naissance de 2kg et sans antécédent particulier, consulte pour un saignement génital. Celui-ci est survenu suite à une chute en califourchon sur un sol accidenté pierreux. Cette jeune enfant qui habite dans une zone rurale loin de l’hôpital consulte trois jours après l’incident. L’examen à son admission trouve qu’elle est en bon état général avec une tension artérielle normale, pesant 20kg pour une taille de 1m30. L’examen général est sans particularité notamment pas de signes oculaires ou cardiovasculaires. L’examen gynécologique montre un prolapsus utérin avec un col extériorisé à travers l’anneau hyménéal distendu (Figure 1), le col étant ecchymotique avec une fausse membrane vers le rayon de midi. La cervicocèle s’accentue avec l’effort de toux (Figure 2).



Figure 1


Figure 1. 

Cervicoptose spontanée avec aspect nécrotique du col vers 12 heures.

Spontaneous cervicoptosis with necrosis at 12 h.

Zoom



Figure 2


Figure 2. 

La cervicoptose s’accentue avec l’effort de toux.

Cervicoptosis increasing with cough.

Zoom

Après avoir rassuré la patiente et sa mère, nous avons procédé à la réalisation d’une réduction manuelle du col sous sédation profonde. Cette réduction a été obtenue difficilement par l’auriculaire de l’opérateur et cela au bout de 15 minutes, cette difficulté étant due à la récidive immédiate du prolapsus dès le retrait du petit doigt. Pour pallier à cette problématique, nous avons mis en place une sonde pédiatrique de Foley no 8 en intravaginal pour sustendre le col réintégré, gonflée par 5cm3 de sérum physiologique. La sonde est fixée aux petites lèvres (Figure 3) pour éviter son arrachement ultérieur par la fillette (compromettant ainsi la virginité et le résultat de l’intervention). L’hymen est surdistendu sans être déchiré. Un délai arbitraire de dix jours a été fixé avant de faire l’ablation de la sonde, cependant celle-ci est tombée spontanément au bout de sept jours (Figure 4). On a jugé le résultat satisfaisant (Figure 5, Figure 6) ce qui nous a poussés à ne pas remettre la sonde. Le contrôle trois mois plus tard montre un résultat stationnaire (Figure 7).



Figure 3


Figure 3. 

Aspect en fin d’intervention après fixation de la sonde de Foley aux petites lèvres.

Genital appearance after foley catheter fixation to labia minora.

Zoom



Figure 4


Figure 4. 

Aspect des organes génitaux externes après chute de la sonde.

Genital appearance after foley catheter fall.

Zoom



Figure 5


Figure 5. 

Aspect après écartement des petites lèvres.

Genital appearance after spreading labia minora.

Zoom



Figure 6


Figure 6. 

Après effort important de toux, le col affleure le vestibule sans le dépasser.

After a tenacious cough, the cervix don’t exceed the vestibule.

Zoom



Figure 7


Figure 7. 

Aspect après trois mois.

After three months.

Zoom

Discussion

Le prolapsus génital est une affection qui touche souvent la femme multipare et la femme ménopausée, favorisé par le traumatisme périnéal lors des accouchements et la carence œstrogénique [1]. Le prolapsus post-traumatique chez la fillette est extrêmement rare. À notre connaissance, il s’agit du premier cas publié.

Les rares cas publiés concernent des prolapsus congénitaux diagnostiqués et traités à la naissance et qui sont souvent associés à des malformations notamment le spina-bifida dans 86 % des cas [2, 3]. Malpas [4] subdivise les prolapsus génitaux néonataux en des cas primaires (anomalie congénitale et faiblesse des tissus pelviens) et en des cas secondaires (stress anormal comme un travail prolongé dans les présentations de siège, traumatisme à la naissance ou anomalie du col utérin). L’interrogatoire minutieux de la mère de notre enfant ne retrouve pas la notion de prolapsus à la naissance. On ne retrouve que la grande taille de cette enfant qui est supérieure à deux déviation standard (2DS) de l’âge par opposition au poids légèrement inférieur à la moyenne de l’âge (cependant sa mère est aussi grande de taille 1m72). S’agit-il alors d’un terrain prédisposé d’anomalie du tissu collagène et qui a été révélé précocement à cet âge par un prolapsus génital à l’occasion de la chute ?

Dans ce cadre et selon une étude russe [5], une perte du collagène type 1–3 dans la substance interstitielle est responsable d’une dysplasie du tissu conjonctif : ainsi, 52,4 % des femmes ayant une hypermobilité articulaire développent un prolapsus génital sévère dans les trois ans suivant un accouchement.

Les autres causes de saignement génital chez la fillette font discuter en dehors de tout abus sexuel le prolapsus uréthral, la présence d’un corps étranger, une tumeur vaginal notamment un sarcome botryoïde, un polype cervical, une vulvovaginite ou une puberté précoce [6, 7, 8]. Et c’est l’examen clinique qui vient redresser le diagnostic.

La réduction manuelle sous sédation, maintenue par une sonde de Foley gonflée en intravaginale est une alternative intéressante et simple à réaliser en comparaison au traitement chirurgical. Celui-ci doit être réservé aux cas d’échec du traitement conservateur ou en cas de récidives et consiste en une ventrosuspension utérine (fixation de l’utérus à la vessie par plusieurs points au fil non résorbable à travers une petite incision sus-pubienne), cervicopexie sacrale, ou encore une hystérectomie ou une amputation du col dans les cas extrêmes [4]. Dans notre cas, la durée de mise en place de la sonde est de sept jours, ce délai varie dans la littérature entre cinq et 60 jours [4].

Des conseils d’hygiène sont donnés à cette enfant comportant l’éviction de port de poids lourds ou la pratique de sports violents. Le risque de récidive existe nécessitant ainsi une surveillance au long cours avec la programmation d’une césarienne en cas de survenue ultérieure de grossesse.

Conclusion

La réduction manuelle du prolapsus utérin post-traumatique maintenue par une sonde de Foley intravaginale est une bonne alternative à la chirurgie agressive chez l’enfant présentant un prolapsus utérin post-traumatique. Cette condition reste exceptionnelle, favorisée par un terrain de fragilité du tissu conjonctif.


Remerciements

Je remercie le Dr Jean-Philippe Bault pour la lecture de cet article.

Références

Crépin G., Cosson M., Lucot J.P., Collinet P. Genital prolapse in young women: a topical issue Bull Acad Natl Med 2007 ;  191 : 827-836
Loret de Mola J.R., Carpenter S.E. Management of genital prolapse in neonates and young women Obstet Gynecol Surv 1996 ;  51 : 253-260
Prasad A.N. Images in clinical practice: Neonatal genital prolaps Indian Pediatr 2006 ;  43 : 917
Abdelsalam S.A., Desouki N.M., Abd alaal N.A. Use of foley catheter for management of neonatal genital prolapse: case report and review of literature J Pediatr Surg 2006 ;  41 : 449-452
Smol’nova TIu, Savel’ev S.V., Grishin V.L., Iakovleva N.I. Genital prolapse in women and articular hypermobility syndrome in connective tissue dysplasia Ter Arkh 2004 ;  76 : 83-88
Agarwal S., Lall A., Bianchi A., Dickson A. Uro-genital bleeding in pre-menarcheal girls: dilemmas of child abuse Pediatr Surg Int 2008 ;  24 : 745-746 [cross-ref]
Imai A., Horibe S., Tamaya T. Genital bleeding in premenarcheal children Int J Gynaecol Obstet 1995 ;  49 (1) : 41-45 [cross-ref]
Perelman R., Boralevi C., Reinert P., Desbois J.C., Hambourg M., Momenzadeh A. A rare cause of “genital” hemorrhage in a little girl: prolapse of the urethral mucosa. Estrogen theapy Ann Pediatr (Paris) 1969 ;  16 : 457-459



© 2009  Elsevier Masson SAS. All Rights Reserved.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline