Article

PDF
Access to the PDF text
Advertising


Free Article !

La revue de médecine interne
Volume 30, n° S4
page 427 (décembre 2009)
Doi : 10.1016/j.revmed.2009.10.283
Abstracts

Arthrite inflammatoire révélatrice d’une infection à VIH
 

H. Khibri, A. Boukhrissa, Z. Khammar, R. Berrady, L. Lamchachti, M. Ouazzani, S. Rabhi, W. Bono
Service de médecine interne, CHU Hassan II-Fès, Fès, Maroc 

Introduction .– Les principales manifestations musculosquelettiques décrites au cours de l’infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) sont des poly- ou oligo-arthrites, des arthrites réactionnelles, septiques, des myosites ou des spondylarthropathies. Leur prévalence varie selon les auteurs entre 7 et 16 %. L’arthrite inflammatoire peut survenir surtout au cours des stades avancés et présente 80 % des manifestations articulaires au cours de l’infection à VIH selon une étude congolaise mais elle reste un mode rare de révélation de cette infection rétrovirale.

Patients et méthodes .– Nous rapportons une observation illustrant la révélation d’une infection par le VIH par une arthrite liée à cette infection rétrovirale.

Observation .– Patient de 38 ans, agriculteur, ayant une notion de rapports sexuels non protégés, multiples, sans abus de substances. Il présente depuis 3 mois une altération de l’état général, un amaigrissement de 16 % et apparition d’une arthrite bilatérale des 2 genoux sans syndrome fébrile, ni tumoral, notamment pas d’adénopathies ou de manifestations systémiques. Une ponction articulaire a retrouvé un liquide jaune citrin, signe de fil positif, exsudatif, contenant peu de leucocytes à prédominance lymphocytaire, sans germes, ni microcristaux. Le bilan biologique a montré un syndrome inflammatoire avec une VS à 70 mm et une lymphopénie à 800 éléments/mm3. La recherche étiologique tumorale et systémique est négative. Le bilan infectieux a montré une sérologie VIH1 positive, confirmée au western blot. Le taux de CD4 est à 128 éléments/mm3 et la charge virale est de 4 millions. Le patient est mis sous anti-inflammatoires et traitement antirétroviral à base de AZT+3TC+Effavirenz suivi de la disparition de l’arthrite et amélioration de la charge virale.

Conclusion .– L’arthrite inflammatoire reste un mode rare de révélation de l’infection à VIH. Elle peut être associée ou réactionnelle à cette infection rétrovirale. Dans l’arthrite associée au VIH, on peut avoir une mono- ou polyarthrite touchant les genoux, sans atteinte cutanéo-muqueuse ou enthésopathie. Le liquide synovial est stérile avec un nombre de leucocyte bas et l’ évolution est limitée à 4–8 semaines sous anti-inflammatoires non stéroïdiens. Les corticoïdes par voie générale ou locale ne sont pas plus efficaces. Par contre, une arthrite réactionnelle au VIH peut se manifester par un tableau inverse avec une association avec le HLA B27 dans 70–80 % des cas de la population caucasienne et un liquide qui reste stérile. L’absence d’étiologie d’une arthrite inflammatoire et la présence d’une lymphopénie chez un patient altéré ayant des facteurs de risque de transmission des infections sexuellement transmissibles incitent à réaliser une sérologie VIH.


Top of the page

© 2009  Published by Elsevier Masson SAS.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline
@@#110903@@