Article

PDF
Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Free Article !

Journal Français d'Ophtalmologie
Volume 33, n° 1
pages 50.e1-50.e3 (janvier 2010)
Doi : 10.1016/j.jfo.2009.11.008
Received : 16 Mars 2009 ;  accepted : 7 October 2009
Cas cliniques électroniques

Occlusion de branche artérielle rétinienne comme manifestation oculaire isolée d’une maladie de Takayasu
Branch retinal artery occlusion as the sole ocular manifestation of Takayasu arteritis
 

K. Balaskas , D. Potamitou, A. Spastri
Service d’Ophtalmologie, Hôpital Général “Archevêque Makarios III”, Nicosie, Chypre 

Auteur correspondant. 27 rue Dimitsanis, 1040, Nicosie, Chypre.
Résumé

Nous rapportons un cas d’occlusion de branche artérielle rétinienne chez une jeune patiente atteinte d’une maladie de Takayasu. Une femme de 35 ans, avec une anamnèse de maladie de Takayasu révélée il y a 5 ans, consulta en urgence pour une baisse soudaine de l’acuité visuelle et une amputation du champ visuel de l’œil gauche depuis une heure. L’examen a révélé une occlusion de la branche supérieure temporale de l’artère centrale rétinienne, en absence d’autres signes classiques d’ischémie oculaire associés à une maladie de Takayasu. Trois des six critères introduits par le Collège Américain de Rhumatologie pour le diagnostic de la maladie de Takayasu ont été constatés. Trois mois plus tard, l’acuité visuelle était stabilisée à 7/10e, avec correction, grâce à l’existence d’une artère ciliorétinienne. La manifestation d’une occlusion de branche artérielle rétinienne chez une femme si jeune est suffisamment rare. Une recherche de la littérature a révélé un seul rapport de maladie de Takayasu ayant comme manifestation oculaire une occlusion artérielle. Ce qui rend notre cas exceptionnel est l’absence d’autres signes d’ischémie oculaire et le fait que les artères sous-clavières et carotides étaient atteintes à un degré modéré.

The full text of this article is available in PDF format.
Summary

We report a case of branch retinal artery occlusion in a young woman suffering from established Takayasu arteritis. A 35-year-old woman with a previous history of Takayasu arteritis, diagnosed 5 years before, presented to the emergency department reporting sudden visual loss in her left eye and restriction of the visual field for the past hour. On ophthalmologic examination, occlusion of the superior temporal branch of the central retinal artery was revealed. However, no other classic signs of ocular ischemia associated with Takayasu arteritis were observed. Three out of the six criteria set out by the American College of Rheumatology for the diagnosis of Takayasu disease were met. Visual acuity recovered to 7/10e, corrected, with the presence of a patent cilioretinal artery. The occurrence of retinal artery occlusion at such a young age is exceptional, justifying a thorough examination to reveal the underlying pathology. There is only one other report in the literature of a case of branch retinal artery occlusion as a manifestation of Takayasu arteritis. The case reported here is exceptional because of the absence of more typical signs of ocular ischemia and the moderate degree of involvement of the major cervical arteries.

The full text of this article is available in PDF format.

Mots clés : Occlusion de branche artérielle rétinienne, Maladie de Takayasu, Scanographie, Ischémie oculaire

Keywords : Branch retinal artery occlusion, Takayasu arteritis, Computed Tomography, Ocular ischemia


Observation

Une femme de 35 ans et d’origine grecque chypriote consulte en urgence en raison d’une baisse de l’acuité visuelle à gauche depuis une heure. L’examen ophtalmologique montre une acuité visuelle de 5/10e non améliorable et l’examen du champ visuel par confrontation révèle une amputation inférieure. L’examen à la lampe à fente est normal tandis que celui du fond de l’œil gauche met en évidence une occlusion de la branche supérieure temporale de l’artère centrale de la rétine. Les réflexes pupillaires sont normaux mais une atteinte relative des afférences pupillaires est notée du côté gauche. La colonne de sang est interrompue et la rétine du quadrant supérieur apparaît blanc gris à cause de l’œdème. Aucun embol n’est observé, ni des signes d’ischémie oculaire chronique en dehors de deux microanévrysmes en moyenne périphérie. La zone perfusée par l’artère ciliorétinienne, qui comprend la fovéa, apparaît normalement vascularisée. L’acuité visuelle de l’œil adelphe est de 10/10e et son examen ne révèle aucune pathologie du segment antérieur ou postérieur. La pression intraoculaire est de 15 mmHg aux 2 yeux. Le traitement en urgence consiste en massages oculaires et injection intraveineuse d’acétazolamide. Une angiographie en fluorescéine démontre une prolongation du temps bras-rétine de plus d’une minute et un remplissage tardif de la branche supérieure temporale de l’artère centrale rétinienne avec un déficit de transmission du territoire concerné (Figure 1).



Figure 1


Figure 1. 

Imagerie angiographique révélant un remplissage tardif de la branche supérieure temporale de l’artère centrale rétinienne.

Zoom

Le recueil de l’anamnèse révèle une maladie de Takayasu dont le diagnostic a été porté il y a 5 ans. Lors des examens cliniques effectués durant l’hospitalisation courante de la patiente, on constate une différence des pressions artérielles systoliques humérales de plus de 10 mmHg et un souffle de l’artère sous clavière gauche. Le bilan biologique révèle un état inflammatoire avec VS à 36 à la première heure et PCR à 12 mg/L. Aucun facteur de risque cardiovasculaire n’est noté.

Dans le cadre de la recherche étiologique des pathologies pouvant être à l’origine d’une occlusion de branche artérielle rétinienne, le bilan sanguin complet effectué révèle les taux suivants : plaquettes sanguines 250 G/L, cholestérol 153 mg/dl (LDL 102 mg/dL, HDL 38 mg/dL), triglycérides 85 mg/dL, temps de prothrombine 12,5 sec, temps activé de thromboplastine partielle 26 sec, protéine C 74 %, protéine S 83 %, antithrombine III 0,32 mg/mL, facteur V de Leiden 2,43, anticorps antiphospholipidique négatif, anticorps antinucléaire < 1 :40, Ds DNA 6 IU/mL. Un examen par échocardiographie ne montre aucune pathologie cardiaque.

Les manifestations inaugurales de la maladie consistaient en une faiblesse des extrémités supérieures, surtout à gauche, et un malaise général de longue durée. Une aortographie effectuée il y a 5 ans montre une sténose à 40 % de la carotide gauche et à 70 % de l’artère sous clavière gauche à sa troisième partie, témoignant d’une maladie de Takayasu de type IIa, d’après la classification angiographique de la maladie proposée par l’Étude Coopérative Internationale. Une scanographie thoraco-abdominale ordonnée par notre service confirme l’épaississement circonférentiel modéré de l’arc aortique et des artères carotide commune et sous-clavière gauche, sans atteinte de l’aorte abdominale. La patiente a reçu un traitement de longue durée de prednisone à dose de 5 mg par jour per os . Trois mois plus tard, l’acuité visuelle était remontée à 7/10e.

Discussion

La maladie de Takayasu est une pathologie inflammatoire progressive d’étiologie inconnue touchant l’aorte et ses branches majeures, ainsi que les artères pulmonaires, qui affecte surtout les femmes. Du point de vue histopathologique l’atteinte artérielle est caractérisée par un épaississement et une infiltration cellulaire de la tunica media, avec prolifération des myofibroblasts suivie par fibrose de la tunica media et intima aboutissant à une sténose et une thrombose artérielle [1]. L’inflammation initiale affecte les vasa vasorum qui constituent la voie de diffusion des cellules inflammatoires dans la paroi vasculaire. Bien que les vaisseaux de petite largeur soient touchés, l’atteinte des vaisseaux rétiniens n’est pas observée [2].

Les manifestations inaugurales de la maladie sont non spécifiques, comprenant une altération de l’état général avec arthralgies, fièvre, céphalées et perte de poids, suivies d’une phase occlusive ischémique des branches majeures de l’aorte. Le diagnostic de la maladie nécessite la présence d’au moins 3 des 6 critères du Collège américain de rhumatologie :

-
un âge d’apparition de moins de 40 ans ;
-
une différence de tension systolique de plus de 10 mmHg entre les deux bras ;
-
une claudication des membres supérieurs ou inférieurs ;
-
une diminution du pouls huméral ;
-
un souffle des artères sous clavières ou de l’aorte abdominale ;
-
une aortographie compatible [3].

Dans une phase précoce, les critères sont rarement remplis, ce qui conduit à un diagnostic tardif. Chez cette patiente, trois signes étaient présents. L’atteinte des artères supra-aortiques ne s’accorde pas avec l’origine caucasienne de la patiente. Une localisation de la maladie à l’aorte abdominale est plus répandue en dehors du Japon.

La rétinopathie hypertensive constitue la manifestation oculaire la plus répandue de la maladie de Takayasu, suivie en fréquence par la rétinopathie de Takayasu [4]. L’apparence des signes oculaires ischémiques est habituellement précédée par une sténose importante des artères majeures cervicales. D’après Uyama et Asayama [5], la rétinopathie de Takyasu est classée en quatre stades:

-
Stade 1- Dilatation des veines rétiniennes ;
-
Stade 2- Micro anévrysmes rétiniens au pôle postérieur et puis en périphérie rétinienne ;
-
Stade 3- Shunts artério-veineux rétiniens ;
-
Stade 4- Complications secondaires associées avec une ischémie oculaire étendue (néovascularisation rétinienne, hémorragie intravitréenne, rubéose irienne).

Dans la littérature, des manifestations oculaires rares de la maladie de Takayasu sont rapportées telles que la neuropathie optique ischémique antérieure unilatérale ou bilatérale [6], l’occlusion d’une branche veineuse rétinienne [7], la neuropathie optique de forme glaucomateuse [8], la présence des embols artériels [9]. Chez cette patiente, l’absence des signes oculaires ischémiques est justifiée par la sténose modérée des troncs supra-aortiques. On ne peut pas affirmer la relation causative de la maladie de Takayasu avec l’occlusion artérielle. Cependant, le jeune âge et l’absence de facteurs favorisant les atteintes cardiovasculaires amènent à mettre en cause la maladie de Takayasu. En absence d’embol visible, la condition est attribuable à une occlusion de la branche artérielle rétinienne, secondaire à l’atteinte des artères majeures cervicales.

Conclusion

Une occlusion de branche artérielle rétinienne isolée dans le cadre d’une maladie de Takayasu chez une jeune patiente est une manifestation suffisamment rare. Une recherche de la littérature sur MEDLINE a révélé un seul rapport semblable [10]. La gravité modérée de la maladie et l’absence du bilan oculaire ischémique rendent notre cas exceptionnel.


 Le texte de cet article est également publié en intégralité sur le site de formation médicale continue du Journal français d’Ophatalmologie – www.e-jfo.fr-, sous la rubrique « Cas clinique » (consultation gratuite pour les abonnés).

Références

Hotchi M. Pathological studies on Takayasu’s arteritis Heart Vessels 1992 ; 11-17 [cross-ref]
Skaria A.M., Ruffieux P., Piletta P., Chavaz P., Saurat J.H., Borradori L. Takayasu’s arteritis and cutaneous necrotizing vasculitis Dermatology 2000 ;  200 : 139-143 [cross-ref]
Arend W.P., Michel B.A., Bloch D.A., Hunder G.G., Calabrese L.H., Edworthy S.M. The American College of Rheumatology 1990 criteria for the classification of Takayasu arteritis Arthritis Rheum 1990 ;  33 : 1129-1134
Chun Y.S., Park S.J., Park I.K., Chung H., Lee J. The clinical and ocular manifestations of Takayasu arteritis Retina 2001 ;  21 : 132-140
Uyama M., Asayama K. Retinal vascular changes in Takayasu disease (pulseless disease), occurrence and evaluation of the lesion Doc Ophthalmol Proc Ser 1976 ;  9 : 549-554
Koz O.G., Ates A., Numan Alp M., Gultan E., Karaaslan Y., Kural G. Bilateral ocular ischemic syndrome as an initial manifestation of Takayasu’s arteritis associated with carotid steal syndrome Rheumatol Int 2007 ;  27 : 299-302
Conrath J., Hadjadj E., Serratrice J., Ridings B. Occlusion de branche veineuse rétinienne révélatrice d’une maladie de Takayasu J Fr Ophtalmol 2004 ;  27 : 162-165 [inter-ref]
Kapran Z., Atmaca L.S., Albayrak Z., Uyar M., Eltutar K. Bilateral glaucomatous optic neuropathy in Takayasu’s disease without cervical arterial stenosis Eur J Ophthalmol. 2001 ;  11 : 93-96
Karam E.Z., Muci-Mendoza R., Hedges T.R. Retinal findings in Takayasu’s arteritis Acta Ophthalmol Scand 1999 ;  77 : 209-213
Kaushik S., Gupta A., Gupta V., Jain S., Lal V. Retinal arterial occlusion in Indian J Ophthalmol 2005 ;  53 : 194-196



© 2009  Elsevier Masson SAS. All Rights Reserved.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline