Article

Access to the text (HTML) Access to the text (HTML)
PDF Access to the PDF text
Advertising


Access to the full text of this article requires a subscription.
  • If you are a subscriber, please sign in 'My Account' at the top right of the screen.

  • If you want to subscribe to this journal, see our rates

  • You can purchase this item in Pay Per ViewPay per View - FAQ : 30,00 € Taxes included to order
    Pages Iconography Videos Other
    5 0 0 0


Revue du rhumatisme
Volume 77, n° 2
pages 139-143 (mars 2010)
Doi : 10.1016/j.rhum.2009.09.009
accepted : 23 September 2009
Analyse critique du déficit en vitamine D
 

Maurice Audran a, , Karine Briot b
a Inserm U 922, service de rhumatologie, pôle ostéoarticulaire, faculté de médecine et UNAM, CHU d’Angers, 4, rue Larrey, 49933 Angers cedex 9, France 
b Service de rhumatologie, hôpital Cochin, 27, rue du Faubourg–Saint-Jacques, 75014 Paris, France 

Auteur correspondant.
Résumé

La vitamine D connaît aujourd’hui un regain d’intérêt, non seulement en raison de ses effets osseux intéressants dans la prévention des fractures ostéoporotiques que de ses effets extra-osseux protéiformes (réduction du risque de cancer, de maladies inflammatoires et même de taux de mortalité…) observés dans larges études observationnelles. La mesure du taux de la 25-hydroxy-vitamine D est aujourd’hui une méthode très fiable pour évaluer les réserves à l’échelon individuel. Néanmoins, des questions demeurent dans la pratique clinique quotidienne. Elles concernent les seuils considérés comme normaux ou plus exactement « souhaitables ». Le seuil de 75nmol/l est actuellement proposé comme une référence en termes de bénéfice osseux, mais des taux supérieurs pourraient être nécessaires pour l’obtention de certains effets extra-osseux. La forme naturelle de la vitamine D est de loin la plus largement utilisée pour corriger une insuffisance (et les dérivés hydroxylés n’ont que des indications très limitées et spécifiques…), mais ses modalités de prescription restent débattues. Des interrogations persistent en effet quant à la forme à administrer (vitamine D2 ou D3 ?), quant au rythme de prescription (quotidienne ou plus espacée, voie orale ou injectable…). Une posologie minimale de 800 UI/j de vitamine D3 apparaît nécessaire « en entretien » pour protéger l’os ; des doses plus fortes (100000 à 200000 UI tous les deux mois, pendant six mois par exemple) peuvent en revanche être requises pour corriger un déficit franc. Dans ces cas, un contrôle du taux de 25-hydroxy-vitamine D à quatre ou six mois permet de s’assurer de la correction de l’insuffisance et d’adapter la supplémentation ultérieure. Mais au-delà de ces considérations pratiques, le message actuel est de prendre en compte la fréquence du déficit en vitamine D, tant dans la population générale que plus spécifiquement chez les patient(e)s à risque d’ostéoporose, d’en vérifier l’intensité et de la corriger. Un apport quotidien minimal de 800UI/j apparaît aujourd’hui comme un pré-requis utile et sûr en termes de santé publique.

The full text of this article is available in PDF format.

Mots clés : Vitamine D, Dosage 25-hydroxy-vitamine D, Effets osseux de la vitamine D, Effets extra-osseux, Recommandations de supplémentation en vitamine D



 Ne pas utiliser, pour citation, la référence française de cet article, mais sa référence anglaise dans le même volume de Joint Bone Spine (doi: 10.1016/j.spin.2009.12.003).



© 2009  Société Française de Rhumatologie@@#104156@@
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline