Article

3 Iconography
Access to the text (HTML) Access to the text (HTML)
PDF Access to the PDF text
Advertising


Access to the full text of this article requires a subscription.
  • If you are a subscriber, please sign in 'My Account' at the top right of the screen.

  • If you want to subscribe to this journal, see our rates

  • You can purchase this item in Pay Per ViewPay per View - FAQ : 30,00 € Taxes included to order
    Pages Iconography Videos Other
    8 3 0 0


Revue du rhumatisme
Volume 77, n° 2
pages 161-168 (mars 2010)
Doi : 10.1016/j.rhum.2010.01.002
accepted : 11 December 2009
Fréquence de prescription et tolérance du traitement antituberculeux effectué selon les recommandations nationales pour prévenir le risque de tuberculose induite par un traitement anti-TNF⍺
 

Marie-Gaëlle Bray , Cécile Poulain, Maxime Dougados, Laure Gossec
UPRES-EA 4058, service de rhumatologie B, hôpital Cochin, AP–HP, université René-Descartes, Paris, France 

Auteur correspondant. Service de rhumatologie, hôpital La Pitié Salpêtrière, 47-83, boulevard de l’Hôpital, 75651 Paris cedex 13, France.
Résumé
Introduction

Les anti-TNF⍺ augmentent le risque de résurgence de la tuberculose latente. Les recommandations internationales incluent, en cas de dépistage positif, la prescription de rifampicine (RIF) et d’isoniazide (INH) pendant trois mois. Cependant, la toxicité de cette association est méconnue chez les patients atteints de rhumatismes inflammatoires.

Objectifs de l’étude

Établir la fréquence, les motifs de prescription et la fréquence d’hépatotoxicité de l’association INH/RIF.

Matériels et méthodes

Il s’agissait d’une étude systématique rétrospective des dossiers médicaux des patients, suivis en rhumatologie, de 2002 à 2007, traités par INH/RIF avant l’introduction d’un anti-TNF⍺. Les caractéristiques démographiques, les motifs de prescription, les traitements reçus, les taux de transaminases ont été collectés. L’analyse a été descriptive.

Résultats

Parmi 1028 patients traités par anti-TNF⍺ entre 2002 et 2007, 216 (21,1 %) ont reçu l’association INH/RIF. Sur 93 patients ayant des données complètes, 17 (18,2 %) ont eu une hépatotoxicité. Un patient a eu une cytolyse hépatique supérieure à dix fois la normale. Les facteurs de risque d’hépatotoxicité établis dans l’étude étaient le taux d’alanine aminotransferase élevé avant traitement et un traitement concomitant par léflunomide.

Conclusion

Cette étude systématique montre une fréquence élevée de traitement préventif par INH/RIF due en particulier à la positivité de l’intradermoréaction (IDR) à la tuberculine. Les cas d’hépatotoxicité sont fréquents mais bénins. À l’avenir, les tests in vitro de diagnostic de la tuberculose permettront peut-être de mieux dépister les cas de tuberculose latente et de restreindre les indications du traitement antituberculeux.

The full text of this article is available in PDF format.

Mots clés : Hépatotoxicité, Isoniazide, Rifampicine, Anti-TNF, Tuberculose



 Ne pas utiliser, pour citation, la référence française de cet article, mais sa référence anglaise dans le même volume de Joint Bone Spine (doi:10.1016/j.jbspin.2009.10.012).



© 2010  Published by Elsevier Masson SAS.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline