Article

PDF
Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Free Article !

Journal Français d'Ophtalmologie
Volume 33, n° 5
pages 350-354 (mai 2010)
Doi : 10.1016/j.jfo.2010.03.004
Received : 29 June 2009 ;  accepted : 3 Mars 2010
Anomalies oculaires fœtales : apport de l’imagerie anténatale en résonance magnétique
Fetal ocular anomalies: The advantages of prenatal magnetic resonance imaging
 

D. Brémond-Gignac a, b, , H. Copin c, M. Elmaleh d, S. Milazzo a
a Service d’ophtalmologie, centre Saint-Victor, CHU d’Amiens, université Picardie Jules-Verne, 354, boulevard de Beauvillé, 80054 Amiens, France 
b Inserm UMRS 972, institut de la Vision, université Paris V1, 75012 Paris, France 
c Service d’histologie–embryologie–cytogénétique, centre gynécologie-obstétrique, CHU d’Amiens, université de Picardie Jules-Verne, 80054 Amiens, France 
d Service d’imagerie, hôpital Robert-Debré, AP–HP, 75019 Paris, France 

Auteur correspondant.
Résumé

Bien que les malformations oculaires congénitales soient rares, leur dépistage anténatal est souhaitable. Les anomalies sévères sont le plus souvent mises en évidence par les équipes entraînées alors que les anomalies mineures plus difficiles à identifier doivent être systématiquement recherchées en particulier devant un contexte polymalformatif ou certains antécédents familiaux. L’examen de dépistage de référence est l’échographie anténatale mais l’imagerie fœtale en résonance magnétique (IRM) réalisée en seconde intention apporte des éléments complémentaires diagnostiques. Les dysmorphies oculaires fœtales peuvent résulter de plusieurs mécanismes de dysfonction du développement embryofœtal et le dépistage anténatal doit en reconnaître les conséquences. Après l’échographie morphologique effectuée à titre systématique, les différentes anomalies dépistées sont précisées par l’IRM fœtale. Les mesures classiques échographiques comme en IRM portent sur les écartements interoculaire et interorbitaire et la taille du bulbe oculaire qui permettent de définir hypertélorismes, hypotélorismes et microphtalmies. Les anomalies oculaires à type de cataracte, anophtalmie, colobome sont aussi régulièrement décrites. Le dépistage précoce de malformations oculaires anténatales doit s’accompagner de la recherche d’anomalies associées. L’apport de l’IRM fœtale pour compléter l’échographie de dépistage est encore ici essentiel en cas d’anomalies générales et en particulier cérébrales. L’interprétation des anomalies oculaires fœtales implique un interrogatoire détaillé des antécédents familiaux avec réalisation d’un arbre généalogique, le prélèvement de liquide amniotique ou éventuellement de villosités choriales pour établir le caryotype fœtal et réaliser des analyses biochimiques, génétiques et autres. Chaque cas doit faire l’objet d’une discussion multidisciplinaire pour aboutir à un conseil génétique adapté. Selon l’importance et la gravité des malformations ophtalmologiques, pouvant se traduire par une cécité, et éventuellement la gravité des malformations cérébrales ou systémiques associées, une prise en charge précoce à la naissance peut être programmée ou une interruption de grossesse peut être acceptée. Ainsi, le dépistage anténatal permet de prendre en charge au plus tôt les cataractes congénitales qui nécessitent un traitement chirurgical. Ou encore, certains syndromes incluant des signes oculaires font appel à un bilan pédiatrique complet qui peut aboutir à un traitement urgent.

The full text of this article is available in PDF format.
Summary

Congenital ocular malformations are uncommon and require prenatal diagnosis. Severe anomalies are more often detected by trained teams and minor anomalies are more difficult to identify and must be systematically sought, particularly when multiple malformations or a family and maternal history is known. The prenatal diagnosis-imaging tool most commonly used is ultrasound but it can be completed by magnetic resonance imaging (MRI), which contributes crucial information. Fetal dysmorphism can occur in various types of dysfunction and prenatal diagnosis must recognize fetal ocular anomalies. After systematic morphologic ultrasound imaging, different abnormalities detected by MRI are studied. Classical parameters such as binocular and interorbital measurements are used to detect hypotelorism and hypertelorism. Prenatal ocular anomalies such as cataract microphthalmia, anophthalmia, and coloboma have been described. Fetal MRI added to prenatal sonography is essential in detecting cerebral and general anomalies and can give more information on the size and morphology of the eyeball. Fetal abnormality detection includes a detailed family and maternal history, an amniotic fluid sample for karyotype, and other analyses for a better understanding of the images. Each pregnancy must be discussed with all specialists for genetic counseling. With severe malformations, termination of pregnancy is proposed because of risk of blindness and associated cerebral or systemic anomalies. Early prenatal diagnosis of ocular malformations can also detect associated abnormalities, taking congenital cataracts that need surgical treatment into account as early as possible. Finally, various associated syndromes need a pediatric check-up that could lead to emergency treatment.

The full text of this article is available in PDF format.

Mots clés : Diagnostic anténatal, Microphtalmie, Cataracte congénitale, Anophtalmie, Colobome, Imagerie par résonance magnétique fœtale, Échographie, Caryotype

Keywords : Prenatal diagnosis, Microphthalmia, Congenital cataract, Anophthalmia, Coloboma, Fetal magnetic resonance imaging, Ultrasound, Cytogenetic analysis


Les malformations oculaires congénitales sont rares et se présentent sous des formes diverses. Elles entraînent un handicap visuel soit unilatéral soit bilatéral qui peut s’avérer majeur pour le nourrisson et mérite donc une attention particulière afin de les dépister et le cas échéant de les prendre en charge précocement. Le dépistage de ces anomalies passe par l’imagerie anténatale qu’elle soit échographique ou échographique complétée par une imagerie en résonance magnétique (IRM).

Ces deux types d’imagerie permettent d’obtenir des coupes détaillées axiales, sagittales et coronales du fœtus. L’échographie fœtale peut être limitée par la position du fœtus, l’ombre des points ossifiés ou encore l’épaisseur du pannicule adipeux abdominal maternel. L’IRM permet souvent une meilleure interprétation en focalisant l’image sur les anomalies suspectées et/ou dépistées en échographie. Les séquences les plus utilisées sont de type images fast spin écho pondérées en T2. Les coupes axiales permettent d’apprécier la morphologie des orbites et globes et de mesurer les distances interoculaires et interorbitaires. Dès 1995, Achiron et al. [1] ont précisé les mesures échographiques sous forme de nomogrammes oculaires (vitré et cristallin) allant de 12 semaines d’aménorrhée à la naissance. Par la suite, des mesures en IRM de la croissance oculaire ont permis l’établissement d’abaques soit de longueur axiale, soit de surface selon un plan de référence, cela selon l’âge du fœtus [2, 3]. L’approche anténatale et le conseil génétique passe par l’interrogatoire détaillé portant sur les antécédents familiaux, l’arbre généalogique, les analyses de sang, les résultats du caryotype fœtal et analyses génétiques établis sur liquide amniotique ou villosités choriales et autres paramètres liés à la situation, l’échographie et le cas échéant l’IRM fœtale. Ce n’est qu’en possession de tous ces éléments que le staff anténatal composé d’une équipe multidisciplinaire pourra dispenser en conformité avec l’éthique médicale, un conseil génétique et si nécessaire accepter une demande d’interruption de grossesse. Par ailleurs, la prise en charge médicale et chirurgicale précoce permet d’éviter pour certains enfants une cécité encourue lors d’une découverte tardive de la malformation oculaire.

Malformations oculo-orbitaires

Les dysmorphies fœtales peuvent résulter de plusieurs types de dysfonction portant sur le développement embryofœtal. Il peut s’agir de processus malformatifs (anomalies de formation des tissus), de déformation (forces de tension inhabituelles sur les tissus), de défaut de formation tissulaire (absence de tissu normal sur une certaine zone) ou de dysplasie (organisation anormale du tissu) [4].

L’IRM réalisée permet de préciser les anomalies du globe oculaire mais aussi cérébrales et ou systémiques associées.

Hypertélorismes et hypotélorismes

Les mesures standard en échographie et en IRM, réalisées par les spécialistes de l’imagerie anténatale, portent sur les distances interoculaires et interorbitaires [5]. Les malformations incluant un hypertélorisme regroupent diverses anomalies dont certaines aberrations chromosomiques. Les syndromes craniofronto-nasaux, les fentes faciales paramédianes sont aussi fréquemment associés aux hypotélorismes. Outre une fente faciale, une microcéphalie, une ectopie rénale ou rein en fer à cheval et une syndactylie sont à rechercher devant un hypertélorisme. Parmi les syndromes associant un hypertélorisme, la trisomie 21 constitue une association fréquente [6]. Les hypotélorismes sont eux associés aux différentes variétés d’holoprosencéphalie et/ou à plusieurs anomalies chromosomiques telles la trisomie 13. Les malformations associées sont à rechercher pour établir le diagnostic précis. Rosati et Guariglia [7] rapportent un cas d’hypotélorisme associé à une trisomie 13 mis en évidence par échographie transvaginale réalisée durant le premier trimestre de grossesse.

Microphtalmies et anophtalmies

La mesure de la taille du globe ou bulbe oculaire est essentielle pour détecter les microphtalmies que nous rapprocherons des anophtalmies. En IRM fœtale, un modèle de courbe de croissance du globe oculaire in utero a été établi de façon à détecter ses différentes anomalies de taille et de morphologie [3]. Les microphtalmies peuvent se manifester soit par un globe de petite taille isolé soit associé à un kyste orbitaire de type kyste colobomateux [8, 9]. La prévalence de la microphtalmie est estimée à 30 pour 100 000 naissances et est responsable de près de 11 % des cécités de l’enfant [10]. Les anophtalmies comme les microphtalmies peuvent se présenter soit isolées soit intégrées à un syndrome chromosomique (syndrome de Patau ou trisomie 13) ou autre dans environ un tiers des cas. L’étiologie de ces anophtalmies ou de ces dernières est complexe, de nature diverse, chromosomique, monogénique et/ou environnementale. Des anomalies chromosomiques à type de duplication, translocation ou délétion ont été décrites. Les anomalies de SOX2  ont été identifiées comme les principales causes monogéniques. D’autres gènes, comme PAX6 , OTX2, CHX10  et RAX ont aussi été impliqués. Les facteurs environnementaux retrouvés de façon évidente sont les déficits en vitamine A, l’exposition aux rayons X et la prise de thalidomide durant la grossesse. Parmi les diagnostics différentiels on compte la cryptophtalmie, la cyclopie, la synophtalmie et l’œil kystique congénital [11]. Une anophtalmie plus ou moins associée à une microphtalmie controlatérale a été décrite en prénatal soit isolée [12, 13] soit combinée à un kyste colobomateux [8, 9, 13]. Certaines ont été diagnostiquées comme étant associées à différents syndromes polymalformatifs comme le syndrome oculo-auriculovertébral, [14], le syndrome acrocallosal [15], le syndrome oculocérébrosquelettique [16], le syndrome de Peters + [17], une monosomie 21 complète [18], un syndrome de Franceschetti [19]. Les syndromes associant des anomalies de taille du globe oculaire sont parfois diagnostiqués en anténatal par la mise en évidence d’une anomalie associée comme le signe de la molaire en IRM, traduisant des malformations du cervelet et du tronc cérébral chez le fœtus dans le syndrome de Joubert [20]. Le pronostic visuel est fortement compromis dans ce syndrome auquel s’associe une rétinopathie de Leber, alors que la répercussion intellectuelle est très variable allant d’une intelligence normale à un déficit sévère.

Malformations oculaires
Cataractes

La cataracte congénitale correspond à une opacité cristallinienne qui survient dans moins de 0,5 % des cas de naissances vivantes et entraîne 10 % des cécités des enfants en âge préscolaire [21, 22]. Environ un tiers de ces cataractes sont idiopathiques alors qu’il existe de nombreuses formes familiales [23]. Environ un tiers sont associées à des malformations systémiques dans des syndromes. Une prise en charge précoce des cataractes congénitales est capitale pour une bonne récupération de la fonction visuelle [24]. Le dépistage anténatal des cataractes congénitales est bien décrit depuis la fin des années 1980 par plusieurs équipes [25, 26, 27, 28, 29, 30, 31] et devient de plus en plus performant avec la meilleure résolution des appareils d’échographie et l’expertise des opérateurs. Devant une cataracte anténatale dépistée à l’échographie, une IRM fœtale est réalisée car elle permet de préciser l’état du globe oculaire et de rechercher des malformations oculaires et générales associées. Ces cataractes dépistées peuvent être associées à d’autres anomalies oculaires, telle une persistance du vitré primitif décrite par Katorza et al. [32] (Figure 1), ou associées à des syndromes polymalformatifs. Un cas de cataracte a été détecté dans le cadre d’un syndrome de Lowe [31] ou certains cas ont été décrits dans le cadre d’anomalies chromosomiques telle une trisomie 13 [33]. Dans tous les cas la découverte d’une cataracte in utero doit faire rechercher une association avec un syndrome malformatif.



Figure 1


Figure 1. 

Dépistage anténatal d’un kyste colobomateux orbitaire avec microphtalmie à l’imagerie en résonance magnétique.

Zoom

Colobomes

Les colobomes sont des malformations rares qui résultent d’une anomalie embryonnaire de fermeture de la fissure fœtale. Les colobomes peuvent atteindre l’iris, et sont alors le plus souvent associés à une microphtalmie dans le cadre d’une microphtalmie colobomateuse, ou peuvent atteindre la choriorétine ou le nerf optique. Righini et al. [28] ont récemment décrit in utero un colobome du nerf optique isolé alors que Brémond-Gignac et al. [34] ont rapporté un cas de colobome du nerf optique et choriorétinien détecté en association avec un syndrome polymalformatif constitutif d’une anomalie de la ligne médiane.

Buphtalmies et kystes oculo-orbitaires

La mise en évidence d’une augmentation du volume du globe oculaire in utero est simple lorsqu’elle est majeure. Cette situation est en particulier observée quand la buphtalmie s’associe à un kyste colobomateux ou un kyste orbitaire [9]. L’aspect peut être comparé à un œil kystique, malformation rare, et correspond à un volumineux kyste de la cavité orbitaire bordé par du tissu neuroglial. Aucune structure cornéenne, cristallinienne et rétinienne n’est reconnaissable à l’inverse d’une microphtalmie avec un tératome kystique [11]. Pour ces différents kystes le diagnostic anténatal permet une prise en charge précoce et de prévoir au plus tôt le traitement chirurgical du nouveau-né [35]. La buphtalmie pure (augmentation de volume d’un globe oculaire de morphologie normale) in utero est toujours associée à un glaucome congénital et est plus difficile à détecter. Elle ne se révèle en général que tardivement dans la grossesse. Son diagnostic anténatal pourrait être optimisé dans un contexte familial de glaucome congénital [36] et permettre ainsi très utilement une prise en charge chirurgicale précoce.

Conclusion

L’imagerie fœtale des anomalies oculo-orbitaires devient de plus en plus performante. L’échographie anténatale qui reste l’examen de référence permet la mise en évidence d’anomalies précisées par l’IRM anténatale pratiquée en complément. Des anomalies de plus en plus fines sont dépistées et celles-ci de plus en plus précocement. La recherche de malformations cérébrales ou générales associées permet de dépister des syndromes polymalformatifs. Une meilleure compréhension des mécanismes génétiques et moléculaires permettra un diagnostic plus précis et plus pertinent, et ainsi le conseil génétique sera réalisé au mieux pour les patientes enceintes.

Conflit d’intérêt

Les auteurs n’ont pas transmis de conflit d’intérêt.

Références

Achiron R., Gottlieb Z., Yaron Y., Gabbay M., Gabbay U., Lipitz S., and al. The development of the fetal eye: in utero ultrasonographic measurements of the vitreous and lens Prenat Diagn. 1995 ;  15 : 155-160 [cross-ref]
Robinson A.J., Blaser S., Toi A., Chitayat D., Pantazi S., Keating S., and al. MRI of the fetal eyes: morphologic and biometric assessment for abnormal development with ultrasonographic and clinicopathologic correlation Pediatr Radiol. 2008 ;  38 : 971-981 [cross-ref]
Brémond-Gignac D.S., Benali K., Deplus S., Cussenot O., Ferkdadji L., Elmaleh M., and al. In utero eyeball development study by magnetic resonance imaging Surg Radiol Anat 1997 ;  19 : 319-322
Robson C.D., Barnewolt C.E. MR imaging of fetal head and neck anomalies Neuroimaging Clin N Am. 2004 ;  14 : 273-291[viii].  [cross-ref]
Mayden K.L., Tortora M., Berkowitz R.L., Bracken M., Hobbins J.C. Orbital diameters: a new parameter for prenatal diagnosis and dating Am J Obstet Gynecol 2001 ;  18 : 289-297
Copin H., Brémond-Gignac D. Manifestations oculaires et aspects cytogénétiques de la trisomie 21 J Fr Ophtalmol. 2004 ;  27 : 958-959 [inter-ref]
Rosati P., Guariglia L. Early transvaginal fetal orbital measurements: a screening tool for aneuploidy? J Ultrasound Med 2003 ;  22 : 1201-1205
Brémond-Gignac D., Lassau J.P., Elmaleh M., Vuillardd-Aron-Rosa E. Anatomie oculo-orbitaire et résonance magnetique nucléaire : application à la croissance oculaire et la pathologie fœtale Rev Stomatol Chir Maxillofac. 1994 ;  95 : 359-362
Porges Y., Gershoni-Baruch R., Leibu R., Goldscher D., Zonis S., Shapira I., and al. Hereditary microphthalmia with colobomatous cyst Am J Ophthalmol. 1992 ;  15 (114) : 30-34
Verma A.S., Fitzpatrick D.R. Anophthalmia and microphthalmia Orphanet J Rare Dis. 2007 ;  26 (2) : 47 [cross-ref]
Guthoff R., Klein R., Lieb W.E. Congenital cystic eye Graefes Arch Clin Exp Ophthalmol. 2004 ;  242 : 268-271 [cross-ref]
Elejalde M.M., Elejalde B.R. Ultrasonographic visualization of the fetal eye J Craniofac Genet Dev Biol. 1985 ;  5 : 319-326
Shulman L.P., Gordon P.L., Emerson D.S., Wilroy R.S., Elias S. Prenatal diagnosis of isolated bilateral microphthalmia with confirmation by evaluation of products of conception obtained by dilation and evacuation Prenat Diagn. 1993 ;  13 : 403-409 [cross-ref]
Castori M., Brancati F., Rinaldi R., Adami L., Mingarelli R., Grammatico P., and al. Antenatal presentation of the oculo-auriculo-vertebral spectrum (OAVS) Am J Med Genet A. 2006 ;  140 : 1573-1579 [cross-ref]
Christensen B., Blaas H.G., Isaksen C.V., Roald B., Orstavik K.H. Sibs with anencephaly, anophthalmia, clefts, omphalocele, and polydactyly: hydrolethalus or acrocallosal syndrome? Am J Med Genet. 2000 ;  91 : 231-234 [cross-ref]
Paladini D., D’Armiento M., Ardovino I., Martinelli P. Prenatal diagnosis of the cerebro-oculo-facio-skeletal (COFS) syndrome Ultrasound Obstet Gynecol. 2000 ;  16 : 91-93 [cross-ref]
Boog G., Le Vaillant C., Joubert M. Prenatal sonographic findings in Peters-plus syndrome Ultrasound Obstet Gynecol. 2005 ;  25 : 602-606 [cross-ref]
Mori M.A., Lapunzina P., Delicado A., Núñez G., Rodríguez J.I., de Torres M.L., and al. A prenatally diagnosed patient with full monosomy 21: ultrasound, cytogenetic, clinical, molecular, and necropsy findings Am J Med Genet A. 2004 ;  127 (15) : 69-73 [cross-ref]
Cohen J., Ghezzi F., Gonçalves L., Fuentes J.D., Paulyson K.J., Sherer D.M. Prenatal sonographic diagnosis of Treacher Collins syndrome: a case and review of the literature Am J Perinatol. 1995 ;  12 : 416-419 [cross-ref]
Fluss J., Blaser S., Chitayat D., Akoury H., Glanc P., Skidmore M., and al. Molar tooth sign in fetal brain magnetic resonance imaging leading to the prenatal diagnosis of Joubert syndrome and related disorders J Child Neurol. 2006 ;  21 : 320-324 [cross-ref]
Kohn B.A. The differential diagnosis of cataracts in infancy and childhood Am J Dis Child. 1976 ;  130 : 184-192
Nelson L.B. Diagnosis and management of cataracts in infancy and childhood Ophthalmic Surg. 1984 ;  15 : 688-697
Merin S., Crawford J.S. The etiology of congenital cataracts A survey of 386 cases Can J Ophthalmol. 1971 ;  6 : 178-182
Roche O., Beby F., Orssaud C., Dupont Monod S., Dufier J.L. Cataracte congénitale : revue générale J Fr Ophtalmol. 2006 ;  29 : 443-455 [inter-ref]
Monteagudo A., Timor-Tritsch I.E., Friedman A.H., Santos R. Autosomal dominant cataracts of the fetus: early detection by transvaginal ultrasound Ultrasound Obstet Gynecol. 1996 ;  8 : 104-108
Rosner M., Bronshtein M., Leikomovitz P., Berkenstat M., Barkai G., Barishak R.Y. Transvaginal sonographic diagnosis of cataract in a fetus Eur J Ophthalmol. 1996 ;  6 : 90-93
Drysdale K., Kyle P.M., Sepulveda W. Prenatal detection of congenital inherited cataracts Ultrasound Obstet Gynecol. 1997 ;  9 : 62-63
Righini A., Avagliano L., Doneda C., Pinelli L., Parazzini C., Rustico M., and al. Prenatal magnetic resonance imaging of optic nerve head coloboma Prenat Diagn. 2008 ;  28 : 242-246 [cross-ref]
Bronshtein M., Zimmer E., Gershoni-Baruch R., Yoffe N., Meyer H., Blumenfeld Z. First- and second-trimester diagnosis of fetal ocular defects and associated anomalies: report of eight cases Obstet Gynecol. 1991 ;  77 : 443-449
Zimmer E.Z., Bronshtein M., Ophir E., Meizner I., Auslender R., Groisman G., and al. Sonographic diagnosis of fetal congenital cataracts Prenat Diagn. 1993 ;  13 : 503-511 [cross-ref]
Gaary E.A., Rawnsley E., Marin-Padilla J.M., Morse C.L., Crow H.C. In utero detection of fetal cataracts J Ultrasound Med. 1993 ;  12 : 234-236
Katorza E., Rosner M., Zalel Y., Gilboa Y., Achiron R. Prenatal ultrasonographic diagnosis of persistent hyperplastic primary vitreous Ultrasound Obstet Gynecol. 2008 ;  32 : 226-228 [cross-ref]
Nicolaides K.H., Salvesen D.R., Snijders R.J., Gosden C.M. Fetal facial defects: associated malformations and chromosomal abnormalities Fetal Diagn Ther. 1993 ;  8 : 1-9 [cross-ref]
Brémond-Gignac D., Copin H., Elmaleh M., Bault J.P., Duplicy M., Leto M., and al. Anomalies oculaires fœtales : apport de l’imagerie anté-natale Communication SFO 2008 ;
Yen M.T., Tse D.T. Congenital orbital cyst detected and monitored by prenatal ultrasonography Ophthal Plast Reconstr Surg. 2001 ;  17 : 443-446 [cross-ref]
Strom C.M., Strom S., Redman Ms J., Sun W. Prenatal diagnosis for primary congenital glaucoma (bupthalmous) Prenat Diagn. 2006 ;  26 : 877



© 2010  Elsevier Masson SAS. All Rights Reserved.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline