Article

PDF
Access to the PDF text
Advertising



Journal de radiologie
Vol 91, N° 9-C2  - septembre 2010
pp. 935-949
Doi : JR-09-2010-91-9-C2-0221-0363-101019-201002350
le point sur…
Approche didactique de la moelle osseuse en IRM
 
Figure 01

Figure 1a

Figure 1b

Figure 02

Figure 2a

Figure 2b

Figure 2c

Tableau 1

Tableau 1

Figure 1

Hémangiome vertébral typique en coupe sagittale pondérée T1. Lésion arrondie de T6, en hypersignal T1 franc (témoignant de son contenu graisseux), avec discret liseré de sclérose périphérique. Les travées osseuses verticales typiques étaient facilement individualisables au scanner. Noter que l’hypersignal T1 peut être moins marqué.
Figure 2

Figure 2a

Figure 2b

Remaniements dégénératifs de type Modic 2 : coupes sagittales. En L5-S1, remaniements de type graisseux, en bande, de part et d’autre d’un disque dégénératif.a T1 : hypersignalb T2 fat-sat : signal effacé.
Figure 3

Figure 3a

Figure 3b

Figure 3c

Lésions de remplacement médullaire focales et multiples (contexte de mésothéliome). Elles intéressent les corps vertébraux de T9, L2, L5 et S1 et l’arc postérieur de T10 sur ces coupes sagittales.a T1 : lésions focales en hyposignal inférieur ou égal au disque.b T2 fat-sat : hypersignal intense ou intermédiaire en fonction des lésions.c T1 gado fat-sat : rehaussement variable en fonction des lésions, le plus souvent important.
Figure 4

Figure 4a

Figure 4b

Figure 4c

Infiltration diffuse et hétérogène de la moelle chez une patiente porteuse d’un cancer du sein. Rachis dorso-lombaire en coupes sagittales.a T1 : hyposignal inférieur au disque intervertébral, intéressant l’ensemble de la moelle osseuse.b T2 fat-sat : hypersignal hétérogène correspondant.c T1 gado fat-sat : rehaussement intense et hétérogène.
Figure 5

Figure 5a

Figure 5b

Figure 5c

Figure 5d

Signe de l’auréole.a Signe de l’auréole en T1 (angélique) : coupe coronale en pondération T1 sur le bassin. Lésion de remplacement médullaire focal ayant diminué de volume sur l’examen de contrôle (métastase de cancer du sein). L’hypersignal T1 périlésionnel témoigne de la présence de graisse cicatricielle autour de la lésion résiduelle.b-e Signe de l’auréole en T2 (démoniaque) sur métastase ostéocondensante. Coupes sagittales (b-e). b : au scanner : nodule ostéocondensant du corps vertébral de T12 ; le caractère nodulaire (non spiculé) et discrètement flou des contours est en faveur du diagnostic. c : en T1, hyposignal inférieur au disque intervertébral. d : en T2 fat-sat, nodule en hyposignal, présentant un liseré périphérique en hypersignal intense (auréole T2).
Figure 6

Figure 6a

Figure 6b

Angiome atypique. Coupes sagittales sur la charnière dorso-lombaire.a En T2-Fat-sat : lésion arrondie de T12 en hypersignal franc.b En T1 gado fat-sat : le nodule se rehausse, témoignant de son caractère angiomateux. Le nodule présentait une composante graisseuse faible, et était en hyposignal T1. C’est la mise en évidence des travées verticales épaissies en hyposignal sur le T2 (confirmées au scanner où il était typique) qui permet de confirmer le diagnostic.
Figure 7

Figure 7a

Figure 7b

Figure 7c

Figure 7d

Tassement vertébral bénin typique. Coupes sagittales. Anomalie de signal de type inflammatoire, en bande, adjacente au plateau inférieur de L4, tassé (rachialgies basses dans un contexte de carcinome hépatocellulaire).a Hyposignal T1 intermédiaire.b Hypersignal T2 Fat-sat.c Rehaussement intense après injection de gadolinium.d Zone linéaire en hyposignal T1 plus marqué, correspondant à la zone d’impaction maximale, typique du tassement bénin. En faveur du tassement bénin : la topographie des anomalies de signal en bande, le respect du mur postérieur, l’atteinte limitée au sein du corps vertébral, l’absence de tuméfaction des tissus mous paravertébraux ou d’épidurite. Les anomalies de signal inflammatoire témoignent du caractère récent du tassement.
Figure 8

Figure 8a

Figure 8b

Figure 8c

Figure 8d

Tassement vertébral malin typique de T7. Anomalies de signal de type remplacement médullaire intéressant l’ensemble du corps vertébral et l’arc postérieur, avec bombement du mur postérieur, tuméfaction des tissus mous paravertébraux (bombement du mur antérieur de la vertèbre en coupes sagittales) et épidurite. Lésion non isolée (infiltration médullaire diffuse et hétérogène de la moelle par ailleurs).a Coupe sagittale ; hyposignal T1 inférieur au disque.b Coupe sagittale ; hypersignal T2 Fat-sat.c Rehaussement important et relativement homogène après injection de gadolinium. L’injection visualise au mieux l’épidurite, en regard de T6, T7 et T10.d Coupe axiale en T1 gado fat-sat ; extension tumorale épidurale antérieure, contiguë à l’atteinte osseuse, typique « en embrases de rideaux » limitée par le ligament longitudinal postérieur en axial. Tuméfaction des tissus mous paravertébraux (symétrique ici).
Figure 9

Lymphome diffus à grandes cellules B : infiltration du sacrum par contiguïté. Le lymphome apparaissait sous la forme d’une infiltration du rétropéritoine médian se prolongeant en présacré. Coupe sagittale T1 ; lésion en hyposignal T1 inférieur au disque (remplacement médullaire), infiltrant par contiguïté le sacrum. Respect relatif des corticales entre l’atteinte vertébrale et l’atteinte des tissus mous adjacents assez caractéristique du lymphome. Il existe également une atteinte épidurale. L’atteinte osseuse était strictement invisible au scanner.
Figure 10

Remaniements post-radiothérapeutiques de la charnière dorso-lombaire, en coupes sagittales T1 (radiothérapie puis cimentoplastie d’une lésion vertébrale menaçante de T12 dans le cadre d’un myélome). On visualise bien la déplétion médullaire locale sous la forme d’une région à limites nettes définie par le champ d’irradiation, en hypersignal T1 franc (conversion graisseuse).
Figure 11

Figure 11a

Figure 11b

Reconversion médullaire intense (stimulation de l’hématopoïèse par facteurs de croissance avant autogreffe, dans le cadre d’un myélome de stade III). Reconversion hématopoïétique des épiphyses et diaphyses des humérus, bilatérale et symétrique, homogène, présentant le signal de la moelle hématopoïétique normale (hyposignal intermédiaire T1 supérieur au disque et aux muscles, hypersignal T2 modéré).a Coupe coronale T1 (2e palier IRM squelette).b Coupe correspondante en STIR.
Figure 12

Figure 12a

Figure 12b

Figure 12c

Ostéonécrose aseptique de hanche et infarctus osseux. Aspect spécifique en IRM. Liseré serpigineux circonscrivant la région médullaire infarcie en zone physiologiquement moins vascularisée (moelle jaune).a Coupe coronale T1 bassin. Liseré en hyposignal T1 signant l’ostéonécrose aseptique de stade 1. Topographie épiphysaire typique, bilatérale, en faveur d’une origine systémique (contexte de syndrome myélodysplasique sous traitement corticoïdes).b-c Coupes coronales T2 Fat-sat de la jambe gauche : infarctus osseux avec liseré de contours typiquement serpigineux en hypersignal T2 (double contour), de topographie métaphysaire (découverte fortuite dans le bilan d’une myosite focale chez un éthylique).
Figure 13

Figure 13a

Figure 13b

Figure 13c

Fracture par insuffisance de l’aileron sacré gauche. Douleur de la fesse gauche dans un contexte de cancer du poumon. Zone d’œdème médullaire focale, en bande parallèle à la sacro-iliaque gauche, donc aux contraintes mécaniques, avec trait vertical visible en hyposignal sur toutes les séquences, correspondant à la zone d’impaction maximale. Équivalent à minima de la fracture en H.a Coupe coronale T1 centrée sur le sacrum. Œdème en hyposignal T1 intermédiaire supérieur aux muscles.b Coupe coronale T2 Fat-sat correspondante (le trait apparaît peu visible).c Coupe coronale T1 gado-fat-sat. Le trait est bien visible, comme en T1 spontané.
Figure 14

Figure 14a

Figure 14b

Fracture de stress. Enfant de six ans.a Radiographie de face jambe droite : apposition périostée unilamellaire de type active, visible au bord médial de la partie proximale du tibia droit. Coupe coronale T2 Fat-sat : vaste région d’œdème médullaire en hypersignal de la partie proximale de la diaphyse et les parties molles adjacentes.b Coupe axiale scanographique passant par la diaphyse en fenêtres osseuses. Le scanner redresse le diagnostic, en montrant une fissure corticale longitudinale post-traumatique avec cal osseux débutant.
Figure 15

Figure 15a

Figure 15b

Figure 15c

Figure 15d

Remaniements dégénératifs de type Modic 1 : remaniements de type inflammatoire en bande ou en miroir de part et d’autre du disque pincé.a-c en L5-S1, anomalies en bandes en rapport avec de la discarthrose érosive. Les corticales sont bien visibles sur toutes les séquences (différentiel atteinte d’origine infectieuse). a : coupe sagittale T1 : hyposignal intermédiaire supérieur au disque (disque normal pris en référence). b : coupe sagittale T2 fat-sat ; hypersignal T2. c : coupe sagittale T1 gado-fat-sat ; important rehaussement après injection. Noter une lésion de remplacement médullaire focale avec œdème périlésionnel dans le corps vertébral de L4.d Autre patient. 2e palier IRM squelette, coupe coronale en STIR. En L4-L5, remaniements de type inflammatoire en hypersignal T2 franc, en miroir de part et d’autre de la zone de pincement maximal (concavité de la lordose). Ostéophytose associée.


EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline