Article

PDF
Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Free Article !

Annales de Dermatologie et de Vénéréologie
Volume 137, n° 12
page 857 (décembre 2010)
Doi : 10.1016/j.annder.2010.04.007
Note de pharmacovigilance

Phénylbutazone et DRESS
Phenylbutazone and DRESS syndrome
 

J.-L. Schmutz a, , A. Barbaud a, P. Trechot b
a Service de dermatologie, hôpital Fournier, 36, quai de la Bataille, 54000 Nancy, France 
b Service de pharmacovigilance, hôpital central, 29, avenue de Lattre-de-Tassigny, 54000 Nancy, France 

Auteur correspondant.

La phénylbutazone (Butazolidine®) est un anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS) qui appartient au groupe des pyrazolés dont les principaux effets indésirables sont hématologiques et cutanés.

Valade et al. [1] rapportent un cas de DRESS en relation très probable avec la prise de cet AINS.

Une femme de 57 ans était hospitalisée pour une éruption maculopapuleuse ayant débuté au niveau du visage pour s’étendre ensuite à la partie supérieure du thorax. Cette patiente avait présenté, 15 jours avant l’hospitalisation, un syndrome pseudogrippal avec asthénie, énanthème buccal, odynophagie et présence d’adénopathies cervicales.

Dans l’hypothèse d’une angine, son médecin traitant avait alors débuté un traitement antibiotique par azithromycine. Cependant, trois jours après le début de cette antibiothérapie, les premiers signes étaient toujours présents tandis que se développait une éruption cutanée.

L’examen clinique mettait en évidence un exanthème polymorphe, maculopapuleux, avec présence de placards infiltrés ainsi qu’un énanthème buccal avec purpura du voile du palais et de la luette. À la biologie, on notait une hyperéosinophilie à 2 Giga/L sans syndrome mononucléosique mais avec de rares plasmocytes présents ainsi qu’une cholestase biologique sans ictère avec cytolyse hépatique à 40N. L’azithromycine était arrêtée.

Si le tableau clinique et biologique était compatible avec un DRESS, le délai d’introduction de l’azithromycine ne correspondait en aucun cas aux critères de cette toxidermie. Un nouvel interrogatoire révélait alors, pour des douleurs de hanche récidivantes, la prise de phénylbutazone un mois auparavant, soit deux semaines avant le début des premiers signes et ce jusqu’à l’hospitalisation.

Une échographie hépatique, une histologie d’une biopsie cutanée et les sérologies virales écartaient les autres diagnostics. L’évolution rapidement favorable avec disparition complète de l’ensemble de la symptomatologie en cinq semaines étaient donc en faveur d’un DRESS induit par la phénylbutazone.

Conflit d’intérêt

Les auteurs n’ont pas transmis de conflit d’intérêt.

Référence

Valade S., Toledano C., Tiev K., Gain M., Josselin L., Cabane J., and al. DRESS syndrome à la phénylbutazone Rev Med Int 2009 ;  30 : 708-710 [cross-ref]



© 2010  Elsevier Masson SAS. All Rights Reserved.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline