Article

PDF
Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Free Article !

Journal Français d'Ophtalmologie
Volume 34, n° 3
pages 188.e1-188.e4 (mars 2011)
Doi : 10.1016/j.jfo.2010.10.012
Received : 6 July 2010 ;  accepted : 12 October 2010
Cas cliniques électroniques

Fusobacterium nucleatum isolé chez un patient présentant une canaliculite
Fusobacterium nucleatum isolated from a patient presenting lachrymal canaliculitis
 

E. Borsali a, P. Goldschmidt a, , F. Mann b, M. Sterkers a, A. Le Bouter a, N. Ailem b, P. Legrand c, T. Gaujoux d, L. Batellier e, M.-L. Sullam-Rea a, T. Bouaziz e, J.A. Sahel b, C. Chaumeil a
a Laboratoire de biologie, centre hospitalier national d’ophtalmologie des Quinze-Vingt, 28, rue de Charenton, 75012 Paris, France 
b Service d’ophtalmologie IV, centre hospitalier national d’ophtalmologie des Quinze-Vingt, 28, rue de Charenton, 75012 Paris, France 
c Laboratoire de microbiologie, hôpital Henri-Mondor, 51, avenue du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny, 94010 Créteil cedex, France 
d Service d’ophtalmologie V, centre hospitalier national d’ophtalmologie des Quinze-Vingt, 28, rue de Charenton, 75012 Paris, France 
e Service d’ophtalmologie II, centre hospitalier national d’ophtalmologie des Quinze-Vingt, 28, rue de Charenton, 75012 Paris, France 

Auteur correspondant.
Résumé

Une femme âgée de 68 ans s’est présentée aux urgences de l’hôpital avec une canaliculite (tuméfaction indolore de la paupière supérieure droite) qui avait débuté plusieurs semaines auparavant. Lors de la canaliculotomie postérieure, des concrétions solides ont été extraites, leur culture a permis l’isolement du Fusobacterium nucleatum sp. nucleatum (bactérie anaérobie). L’extraction chirurgicale des concrétions, associée à un traitement per os par amoxicilline+acide clavulanique et tobramycine topique, ont permis une régression des signes cliniques en deux semaines et leur disparition complète deux mois après.

The full text of this article is available in PDF format.
Summary

A 68-year-old woman presented with a painless inflammation of the right superior eyelid that had started several weeks before. The clinical diagnosis concluded in canaliculitis and the solid concretions were surgically extracted from the superior canalicula. The anaerobic bacteria Fusobacterium nucleatum sp. nucleatum was isolated. Signs dramatically regressed two weeks after surgery followed by one course of oral amoxicillin and clavulanic acid associated with topical tobramycin. The clinical signs had disappeared two months later.

The full text of this article is available in PDF format.

Mots clés : Canaliculite, Fusobacterium nucleatum , Canaliculotomie, Antibiothérapie

Keywords : Canaliculitis, Fusobacterium nucleatum , Canaliculotomy, Antibiotherapy


Introduction

Les canaliculites à concrétions sont caractérisées par un larmoiement unilatéral persistant secondaire à un obstacle intracanaliculaire. Cette inflammation palpébrale, localisée à l’angle interne, s’accompagne parfois de formations folliculaires qui peuvent présenter de petits points jaunâtres avec des sécrétions relativement abondantes, sans adénopathies pré-auriculaires. La tuméfaction qui se produit à la suite des obstructions canaliculaires est généralement indolore et peut atteindre la taille d’une noisette, elle peut résister à la thérapeutique topique administrée au cours des conjonctivites ou des blépharites. La pression du canalicule peut parfois évacuer les concrétions. Un tableau évoluant depuis plusieurs semaines impose une recherche étiologique (bactériologique aérobie et anaérobie et mycologique) et l’extraction des concrétions pour permettre le drainage des canalicules. Les Actinomyces ont été retrouvés chez plusieurs patients atteints de canaliculite alors que la présence de Fusobacterium a été suspectée dans un cas plus de 30 ans auparavant [1] et confirmée seulement dans un cas il y a presque 40 ans [2].

Observation clinique et examens complémentaires

Une femme, âgée de 68 ans, sans antécédents ophtalmologiques s’est présentée à l’hôpital avec une tuméfaction de la paupière supérieure droite (Figure 1) associée à des sécrétions intermittentes. L’examen à la lampe à fente montrait une inflammation sévère du point lacrymal supérieur avec des sécrétions. Un tissu d’aspect granuleux faisant issue à travers le méat lacrymal supérieur était également observé.



Figure 1


Figure 1. 

Aspect inflammatoire du canalicule à j0.

Zoom

L’exploration canaliculaire sous anesthésie générale a montré des parois canaliculaires non fibrosées et indemnes de toute lésion. Une sonde bicanaliculaire nouée dans le nez sous contrôle endoscopique a été posée lors de l’évacuation de plusieurs concrétions de couleur jaunâtre de 3 à 8mm de diamètre (Figure 2).



Figure 2


Figure 2. 

Vue macroscopique de quatre concrétions.

Zoom

Après extraction des concrétions, un traitement antibiotique par amoxicilline+acide clavulanique (2g/j pendant cinq jours) per os a été administré ainsi qu’un collyre à la tobramycine à raison d’une goutte quatre fois par jour pendant deux semaines. Une nette amélioration clinique a été observée 15 jours après l’intervention. Toutefois, une kératite ponctuée superficielle en regard de la sonde (sans gêne fonctionnelle) est alors apparue. Les signes cliniques ont disparu deux mois après l’intervention et la sonde bicanaliculaire a alors été retirée.

Les examens anatomo-cytopathologique de plusieurs concrétions, d’environ 3mm de diamètre, incluses puis colorées à l’hématoxyline éosine safran (HES) et au Gram, ont montré que certains fragments du prélèvement étaient constitués exclusivement de polynucléaires plus ou moins altérés avec, par endroits, un fragment d’épithélium, d’autres, colorés par l’HES, montraient un tissu anhiste d’apparence filamenteuse. La coloration de Gram a mis en évidence de bacilles à Gram négatif (Figure 3).



Figure 3


Figure 3. 

Vue microscopique : Fusobacterium (Gram ×50).

Zoom

L’examen direct des concrétions a permis de retrouver de nombreux bacilles fins, aux extrémités effilées, évoquant l’Actinomyces (Figure 3, Figure 4, Figure 5, Figure 6). La culture sur gélose-chocolat-PolyViteX en anaérobiose a montré après 48 heures la présence de petites colonies. Les tests biochimiques les ont caractérisés comme Fusobacterium nucleatum sp. nucleatum . Cette souche anaérobie était sensible aux bêtalactamines, à la tobramycine, à la clindamycine et à la pristinamycine, ainsi qu’au métronidazole et à la moxifloxacine.



Figure 4


Figure 4. 

Examen microscopique d’une concrétion au May-Grünwald-Giemsa, pH:7.4 (MGG) (×10).

Zoom



Figure 5


Figure 5. 

Examen microscopique d’une concrétion au MGG (×50).

Zoom



Figure 6


Figure 6. 

Examen microscopique d’une concrétion au Gram (×100).

Zoom

Des aliquotes des colonies ont été adressés au laboratoire de microbiologie de l’hôpital Henri-Mondor qui a confirmé l’identification de la souche isolée de la canaliculite.

Discussion

Le diagnostic des canaliculites à concrétions s’appuie sur l’aspect clinique. Toutefois, lors des surinfections bactériennes, surtout anaérobies, les résultats du laboratoire permettent d’administrer la thérapeutique appropriée. De plus, l’examen microscopique peut permettre d’établir le diagnostic différentiel avec le chalazion, le canaliculocèle [3] et le carcinome sébacé [4].

Les Actinomyces sont les anaérobies le plus souvent isolées des concrétions [5, 6, 7, 8, 9], alors qu’un seul cas publié il y a plus de 30 ans avait associé les Fusobacterium à cette pathologie. Ces derniers sont des bactéries anaérobies de la flore saprophyte buccale et des voies aériennes supérieures, souvent associées à des infections parodontales, des pneumopathies et des endocardites [10, 11, 12, 13, 14]. Les caractères tinctoriaux des Fusobacterium sont moins marqués que ceux des Actinomyces , et l’examen microscopique peut montrer de similitudes morphologiques avec les mycobactéries, ce qui complique leur identification lors des examens directs de prélèvements.

Sur le plan thérapeutique, les Fusobacterium sont majoritairement sensibles aux bêtalactamines [15] alors que leur sensibilité vis-à-vis des fluoroquinolones est variable [16]. Cependant, la diffusion des bêtalactamines, administrées par voie topique ou systémique dans les concrétions, est insuffisante, aussi leur intérêt est-il limité pour le traitement des canaliculites sans une intervention chirurgicale pour extraire les concrétions surinfectées [17, 18]. La stratégie thérapeutique au cours d’une canaliculite sévère a consisté en une canaliculotomie postérieure, suivie d’un curetage et de la mise en place d’une sonde bicanaliculaire. La sonde a eu pour objectif de maintenir la perméabilité des voies lacrymales et de moduler la fibrose canaliculaire autour de la sonde. La chirurgie associée à un traitement amoxicilline+clavulanique orale à raison de 2g/j, et topique par la tobramycine collyre à raison de quatre gouttes par jour (pour diminuer la charge bactérienne au site de l’inflammation), a permis une réduction des signes cliniques en deux semaines et leur disparition deux mois après.

Conclusion

La prise en charge d’une canaliculite sévère a nécessité l’extraction chirurgicale des concrétions, un curetage et la mise en place d’une sonde bicanaliculaire, suivie de l’administration d’un traitement antimicrobien basé sur les résultats de l’identification d’un Fusobacterium et de l’étude de la sensibilité aux antibiotiques de cette espèce anaérobie rarement isolée (un cas en 1977) dans cette pathologie. L’inflammation et la surinfection du canalicule ont rapidement régressé et une guérison clinique a été observée deux mois après.

Conflit d’intérêt

Aucun.


 Le texte de cet article est également publié en intégralité sur le site de formation médicale continue du Journal français d’ophtalmologie www.e-jfo.fr/, sous la rubrique « Cas clinique » (consultation gratuite pour les abonnés).

Références

Weinberg R.J., Sartoris M.J., Buerger G.F., Novak J.F. Fusobacterium in presumed Actinomyces canaliculitis Am J Ophthalmol 1977 ;  84 : 371-374
Huysmans J.H. Chronic canaliculitis caused by fusobacterium Plaut-Vincenti and Borrelia Vincentii Ophthalmologica 1962 ;  144 : 309
Kim J.C., Ko Y.H., Woo K.I., Kim Y.D. Canaliculocele presenting as a medial canthal mass Ophthal Plast Reconstr Surg 2009 ;  25 : 236-238 [cross-ref]
Doxanas M.T., Green W.R. Sebaceous gland carcinoma. Review of 40 cases Arch Ophthalmol 1984 ;  102 : 245-249
Levecq L., Eloy P., Nollevaux M.C., Kozyreff A., Guagnini A.P., Collet S. Actinomycotic lachrymal canaliculitis: a case report J Fr Ophtalmol 2006 ;  29 : 47-50 [inter-ref]
Hussain I., Bonshek R.E., Loudon K., Armstrong M., Tullo A.B. Canalicular infection caused by Actinomyces Eye (Lond) 1993 ;  7 : 542-544
McKellar M.J., Aburn N.S. Cast-forming Actinomyces israelii canaliculitis Aust N Z J Ophthalmol 1997 ;  25 : 301-303
Bronner A., Flament J.P., Lasserre J.P., Hecker J., Simony N. L’actinomycose lacrymale canaliculaire : problèmes diagnostiques et thérapeutiques Bull Soc Ophtalmol Fr 1982 ;  5 : 703-705
Hussain I., Bonshek R.E., Loudon K., Armstrong M., Tullo A.B. Canalicular infection caused by actinomyces Eye 1993 ;  7 : 542-544
Cionca N., Giannopoulou C., Ugolotti G., Mombelli A. Microbiologic testing and outcomes of full-mouth scaling and root planing with or without amoxicillin/metronidazole in chronic periodontitis J Periodontol 2010 ;  81 : 15-23 [cross-ref]
Coulibaly G., Touraine F., Clavel M., Denis F., Melloni B., Bonnaud F. Pulmonary infection caused by Fusobacterium nucleatum Rev Mal Respir 1997 ;  14 : 397-398
Su C.P., Huang P.Y., Yang C.C., Lee M.H. Fusobacterium bacteremia: clinical significance and outcomes J Microbiol Immunol Infect 2009 ;  42 : 336-342
Weber G., Borer A., Riesenberg K., Schlaeffer F. Infective endocarditis due to Fusobacterium nucleatum in an intravenous drug abuser Eur J Clin Microbiol Infect Dis 1999 ;  18 : 655-657 [cross-ref]
Stefániková L., Freibergerová M., Husa P., Kerkovský M. Multiple brain abscesses of odontogenic origin caused by Fusobacterium nucleatum Klin Mikrobiol Infekc Lek 2008 ;  14 : 149-153
Kuriyama T., Williams D.W., Yanagisawa M., Iwahara K., Karasawa T. Antimicrobial susceptibility of 800 anaerobic isolates from patients with dentoalveolar infection to 13 oral antibiotics Oral Microbiol Immunol 2007 ;  22 : 285-288 [cross-ref]
Jacinto R.C., Montagner F., Signoretti F.G., Almeida G.C., Gomes B.P. Frequency, microbial interactions, and antimicrobial susceptibility of Fusobacterium nucleatum and Fusobacterium necrophorum isolated from primary endodontic infections Brazil J Endod 2008 ;  34 : 1451-1456 [cross-ref]
Vecsei V.P., Hubert-Spitzy V., Arocker-Mettinger E., Steinkogler F.J. Canaliculitis: difficulties in diagnosis, differential diagnosis and comparison between conservative and surgical treatment Ophthalmologica 1994 ;  208 : 314-317 [cross-ref]
Pavilack M.A., Frueh B.R. Thorough curettage in the treatment of chronic canaliculitis Arch Ophthalmol 1992 ;  110 : 200-202



© 2010  Elsevier Masson SAS. All Rights Reserved.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline