Article

PDF
Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Free Article !

Annales de Dermatologie et de Vénéréologie
Volume 138, n° 5
page 456 (mai 2011)
Doi : 10.1016/j.annder.2010.12.013
Note de pharmacovigilance

Quatre épisodes de PEAG avec trois médicaments différents chez une même patiente
Four recurrences of acute generalized exanthematous pustulosis (AGEP) with three different drugs in the same patient
 

J.-L. Schmutz a, , A. Barbaud a, P. Trechot b
a Service de dermatologie, hôpital fournier, 36, quai de la Bataille, 54000 Nancy, France 
b Pharmacovigilance, hôpital central, 29, avenue de Lattre-de-Tassigny, 54000 Nancy, France 

Auteur correspondant.

Coquart et al. rapportent le cas d’une femme de 79 ans aux antécédents d’érysipèle, de psoriasis inversé, de diabète et d’hypertension artérielle, ayant développé une pustulose exanthématique aiguë généralisée (PEAG) à quatre reprises et ce avec trois médicaments différents [1].

Le premier épisode remonte à 1996 et apparaît deux semaines après la prise de terbinafine prescrit par son médecin généraliste pour intertrigo.

Huit ans plus tard, en 2004, la PEAG récidive alors que la patiente est à nouveau traitée par terbinafine.

En 2006, âgée de 89 ans, elle se voit prescrire une aminopénicilline pour un érysipèle alors qu’elle a déjà bénéficié de différents traitements antibiotiques (aminopénicilline et pristinamycine entre autres) sans notion d’effet indésirable. Deux jours plus tard, elle développe une PEAG.

En 2007, le même événement se reproduit dans un délai de deux jours après le début d’un traitement par pristinamycine.

L’étude EuroSCAR [2] a précisé en 2007 les médicaments les plus souvent imputés dans la survenue de PEAG. En l’occurrence : pristinamycine, aminopénicillines, quinolones, chloroquine, sulfamides, terbinafine et diltiazem.

La patiente a ainsi été exposée à trois de ces médicaments.

Les cas de récidive de PEAG sont rarement décrits. Pour les auteurs, ce cas de PEAG pourrait correspondre à une réaction inflammatoire non spécifique induite par des médicaments et favorisée par un terrain psoriasique. En revanche, si la PEAG devait être médiée par des lymphocytes T, cela sous-entendrait la survenue de trois périodes consécutifs de sensibilisation ou bien alors l’existence de réactions croisées.

Conflit d’intérêt

Les auteurs n’ont pas déclaré de conflit d’intérêt.

Références

Coquart N., Kupfer-Bessagueti I., Staroz F., Plantin P. Acute generalized exanthematous pustulosis (AGEP) induced by terbinafine and two different antibiotics: four recurrences Eur J Dermatol 2010 ;  20 : 638-639
Sidoroff A., Dunant A., Viboud C., Halevy S., Bavinck J.N., Naldi L., and al. Risk factors for acute generalized exanthematous pustulosis (AGEP)–results of a multinational case-control study (EuroSCAR) Br J Dermatol 2007 ;  157 : 989-996 [cross-ref]



© 2011  Elsevier Masson SAS. All Rights Reserved.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline