Article

PDF
Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Free Article !

Gynécologie Obstétrique & Fertilité
Volume 34, n° 9
page 874 (septembre 2006)
Doi : 10.1016/j.gyobfe.2006.08.002
Lettre à la rédaction

Lettre à la rédaction : Réponse de C. Dhainaut au courrier de H. Roman
 

C. Dhainaut
Service de gynécologie-obstétrique, maternité Aline-de-Crépy, hôpital Bichat-Claude-Bernard, 46, rue Henri-Huchard, 75018 Paris, France 

Je suis flattée de constater que notre série de 243 hystérectomies chez des patientes nullipares vaginales fait encore couler de l'encre plus d'un an après sa parution [1].

Je rappelle l'objectif principal de cette publication qui était de montrer que le fait de ne pas avoir accouché par voie basse n'est pas, loin s'en faut, une contre-indication à la voie vaginale.

Je rappelle la moyenne des poids utérins qui était de 371 g par voie vaginale pure, 369 g par voie vaginale coelioassistée (NS) et 943 g par voie laparotomique.

H. Roman cite en référence une publication de A.Wattiez [2] comparant de manière rétrospective les hystérectomies coelioscopiques pratiquées entre 1989 et 1995 d'une part et entre 1996 et 1999 d'autre part. Je tiens à souligner que dans cette publication, les poids utérins sont respectivement de 180 et 292 g. Je pense par conséquent que les populations des deux publications ne sont pas comparables, le propos de A. Wattiez étant de montrer que l'hystérectomie coelioscopique est de plus en plus sûre grâce aux progrès technologiques et à l'expérience des opérateurs. De plus cette population ne sélectionne pas les patientes nullipares vaginales.

Pour ce qui concerne l'artifice technique qui consiste à dévasculariser l'utérus en pratiquant l'hémostase du pédicule utérin à son origine, je ne suis pas certaine que ce geste soit dénué de risque, en particulier urétéral, quand l'utérus est très volumineux et peu mobile, ce qui est souvent le cas des patientes nullipares vaginales.

Venons-en au temps opératoire : H. Roman écrit que la durée de l'hystérectomie coelioscopique est de l'ordre de deux à trois heures quand l'utérus est volumineux, ce qui correspond, à quelques détails près, à la durée d'un Wertheim coelioscopique. Je rappelle que dans notre série, la durée moyenne de l'hystérectomie vaginale est de 81 contre 173 minutes quand on utilise l'assistance coelioscopique (p <0,001). De plus est-il raisonnable, en dehors du souci de la performance personnelle, d'annoncer des temps opératoires aussi longs pour l'extraction d'utérus bénins, quand on sait le coût de fonctionnement de nos structures de soins ?

Notre objectif n'était pas de relancer la sempiternelle polémique coelioscopie — voie vaginale, la bonne technique étant celle que l'on maîtrise le mieux.

Force est de constater que l'assistance coelioscopique à l'hystérectomie vaginale allonge le temps opératoire. Ses seules indications sont les pathologies péri-utérines [3]. On peut ajouter, qu'en dehors de quelques équipes, l'essentiel des services français actifs en chirurgie gynécologique a pris le parti de la voie vaginale exclusive pour pratiquer une hystérectomie classique.

Soulignons également que les améliorations techniques servent la coeliochirurgie comme la chirurgie vaginale ; la thermofusion permet de gagner du temps et de faciliter les hémostases pour les deux voies d'abord. Un morcellateur vaginal commercialisé par Storz serait en cours d'évaluation : il permettra peut-être d'aller encore plus loin dans l'extraction vaginale des utérus volumineux.

Top of the page
Références

Dhainaut C., Salomon L.J., Junger M., Marcollet A., Madelenat P. Les hystérectomies chez les patientes n'ayant jamais accouché par voie basse. Une étude de 243 cas Gynecol. Obstet. Fertil. 2005 ;  33 : 11-16 [cross-ref]
Wattiez A., Soriano D., Cohen S.B., Nervo P., Canis M., Botchorishvilli R., and al. The learning curve of total laparoscopic hysterectomy: comparative analysis of 1647 cases J. Am. Assoc. Gynecol. Laparosc. 2002 ;  9 : 339-345 [cross-ref]
Cosson M., Lucot J.P. Les hystérectomies chez les patientes n'ayant jamais accouché par voie basse. Une étude de 243 cas Gynecol. Obstet. Fertil. 2005 ;  33 : 835-841[Lettre].  [inter-ref]


Top of the page

© 2006  Published by Elsevier Masson SAS.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline
@@#110903@@