Article

PDF
Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Free Article !

Annales d'Endocrinologie
Vol 58, N° 5  - novembre 1997
p. 393
Doi : AN-11-1997-58-5-0003-4266-101019-ART65
Etude des paramètres biologiqueset histologiques d'autoimmunité thyroïdienne dans les goitresdiffus avec hyperthyroïdie
 
Etude des paramètres biologiqueset histologiques d'autoimmunité thyroïdienne dans les goitresdiffus avec hyperthyroïdie

F. LEPRAT (1), E. FELICIE-DELLAN (1), H. TROUETTE (2), M.J. LATAPIE (3),B. MASSON (4), A. DE MASCAREL (2), J.L. LATAPIE (1), P. ROGER (1)

(1) Service d'Endocrinologie et Maladies Métaboliques, (2)Pathologie, (3) Médecine Nucléaire, (4) Chirurgie Endocrinienne,Hôpital Haut-Lévèque, CHU Bordeaux, F 33604 Pessac.

SUMMARY - Study of peripheral and histological criteria of thyroidautoimmunity in case of diffuse goiter with hyperthyroidism.

Hyperthyroidism is usually classified as follows : with diffuse orwith toxic plurinodular goiter, respectively considered as autoimmune andnon-autoimmune thyroid disorders. This classification seems partially inadequateas signs of thyroid immunity may be found in some plurinodular toxic goiterand alternatively may by lacking in some cases of Graves' disease. Theseobservations led us to study the intensity of intrathyroidal autoimmuneprocess (IAP) and the levels of TBIAb, TPO- and Thyroglobulin-antibodiesin 105 cases with diffuse goiter, hyperthyroidism and elevated RAIU (92women and 13 men, age 34 ± 11, mean ± SD). The intensity ofintrathyroidal autoimmune process (IAP) was determined by one pathologist(HT) by semi quantitative method applicable to routine clinical use. Subtotalthyroidectomy was performed because of a large goiter (n = 29), a concomitantcold nodule (n = 20), a recurrent disease (n = 18), intolerance to antithyroiddrugs (n = 5) or because patients chose surgical treatment (n = 33). Allcases were rendered euthyroid at the time of surgery using antithyroid drugsor iodine. The results show a lack of IAP and undetectable levels of TBIAb,TPO- and Thyroglobulin-antibodies in 10 %, 11 %, 25 % and 47 % respectively.The intensity of IAP was not different in case of first episode or recurrenceof hyperthyroidism and was not related to type or duration of medical treatment.Comparison of patients with or without IAP show higher levels of TPO- andthyroglobulin-antibodies but not of TBIAb in the former group (P < 0.005).TBIAb were higher when ophthalmopathy and/or dermopathy were present vsabsent (p < 0.05) and were correlated with FT4 levels (p < 0.05).The negative predictive value of TBIAb, TPO- and thyroglobulin-antibodiesto predict the lack of significant IAP was 42 %, 65 % and 64 %. The totalabsence of clinical, biological and histological signs of thyroid autoimmunitywas found in only one case (female aged 35 whith first epsiode of hyperthyroidismand no family history of thyroid disease) (0.9 %).

These results suggest that routine available criteria of thyroid immunity(including IAP) have a low specificity. It follows that they are probablyinadequate to screen cases of hereditary toxic familial hyperplasia, a rareentity of still unknown prevalence.

RÉSUMÉ - La classification habituelle des hyperthyroïdiesopposant les formes diffuses autoimmunes et nodulaires toxiques non autoimmunesest simpliste. Les paramètres d'autoimmunité (infiltrat lymphoïdeet anticorps circulants) qui peuvent manquer dans certaines maladies deBasedow sont parfois observés en cas de nodules toxiques hyperfixantsen scintigraphie. Ces observations nous ont conduit à évaluerl'infiltrat lymphoïde intrathyroïdien (ILI), les anticorps anti-récepteurde la TSH (TBIAb), anti-thyroglobuline (TG), et anti-thyropéroxydase(TPO) chez 105 patients opérés pour goitre diffus avec hyperthyroïdie(92 femmes et 13 hommes, âge 34 ± 11, moyenne ± ds).La thyroidectomie subtotale était indiquée pour goitre volumineux(n = 29), nodule froid associé (n = 20), hyperthyroïdie récidivante(n = 18), intolérance aux antithyroïdiens de synthèse(ATS) (n = 5) ou pour convenance personnelle (n = 33). Tous les patientsétaient opérés en euthyroïdie (ATS ou iode). L'ILIa été analysé par le même anatomopathologiste(HT) par méthode semi quantitative.

Les résultats montrent une absence d'ILI et des taux plasmatiquesindétectables de TBIAb, anti-TPO et anti-TG chez 10 %, 11 %, 25 %et 47 % des patients respectivement. L'intensité de l'ILI n'est pasdifférent selon qu'il s'agit d'un premier épisode ou d'unerécidive d'hyperthyroïdie ni selon le type ou la duréedu traitement médical. Les anti-TPO et anti-TG (mais pas les TBIAb)sont significativement plus élevés en présence qu'enl'absence d'ILI (p < 0.005). Les TBIAb sont plus élevésen présence qu'en l'absence d'ophtalmopathie et/ou dermopathie (p< 0.05) et sont corrélés aux taux de FT4 (p < 0.05).La valeur prédictive négative des TBIAb, anti-TG, anti-TPOen faveur d'un ILI absent est respectivement de 42 %, 65 % et 64 %. L'absencetotale de stigmate d'immunité clinique, biologique et anatomopathologiquen'est retrouvée que dans un cas (35 ans, 1° épisode d'hyperthyroïdieet absence d'antécédent familial thyroïdien) (0.9%).

Ces résultats suggèrent que les outils immunologiques disponiblesen routine en pathologie thyroïdienne (y compris histologiques) sontpeu spécifiques. Ils semblent notamment inadaptés àun dépistage des cas rares d'hyperplasie toxique diffuse familiale,entité dont la prévalence reste inconnue.

Key-words :

Auto immunity. Thyroid.

Lymphocytic infiltration.

Multiple anto antibodies

Mots-clés :

Auto immunité. Thyroïde.

Lymphocytes intrathyroïdiens.

Anticorps antithyroïdiens

Tirés à part :

F. Leprat,

adresse ci-dessus.

INTRODUCTION

Les paramètres d'autoimmunité thyroïdienne (goitrevasculaire, oculo- et dermopathie, anticorps circulants et infiltrat lymphoïdeintrathyroïdien-ILI) sont diversement associés voire parfoisabsents dans la maladie de Basedow (1, 6, 9, 10). Inversement, des tauxsignificatifs d'anticorps antithyroïdiens et la présence d'unILI sont observés dans certains cas de goitre multinodulaire toxique(13).

Ces observations de formes frontières entre les hyperthyroïdiesconsidérées classiquement comme autoimmunes et non autoimmunesnous ont conduit à étudier systématiquement les stigmatesbiologiques et histologiques d'autoimmunité thyroïdienne encas de goitre diffus avec hyperthyroïdie.

PATIENTS, MÉTHODES

Nous avons étudié 105 patients (92 femmes et 13 hommes)d'âge moyen de 34 ± 11 ans. Les critères d'inclusionont été l'existence d'une hyperthyroïdie clinique etbiologique (IRMA-TSH < 0.01 U/l avec élévation des homonémieslibres thyroïdiennes) associée à un goitre diffus hyperfixanten scintigraphie. Tous les patients ont été opérésen euthyroïdie après traitement médical (iode minéral: 24 femmes et 3 hommes, iodure de potassium 750 mg par jour/ antithyroïdiensde synthèse : 68 femmes et 10 hommes, Carbimazole 40 à 60mg ou Propylthiouracile 200 à 300 mg par jour). L'indication de thyroïdectomiesubtotale (BM) reposait sur l'existence d'un goitre estimé àplus de 40 gr à l'échographie (n = 29), d'un nodule froidde plus de 1.5 cm de diamètre (n = 20), d'une récidive d'hyperthyroïdie(n = 18), d'une intolérance au traitement médical (n = 5)ou pour convenance personnelle (n = 33).

Nous avons colligé pour chaque cas les antécédentspersonnels et familiaux d'hyperthyroïdie et les signes initiaux dedysimmunité soit cliniques (score coté 0 à 3 selonla présence -1- ou l'absence -0- du goitre vasculaire, de signesinflammatoires et/ou tomodensitométriques d'ophtalmopathie, ou d'unedermopathie) soit biologiques (thyrotropin binding inhibitory antibody TBIAb-RIA Immunotech, seuil de positivité > 10 U/l; anti-TG-méthodeRIA, seuil > 1/500-14-; anti-TPO-IRMA Behring, seuil > 100 U/ml).Les normes d'anticorps sont définies sur la même populationde référence indemme de toute pathologie thyroïdienneou de tout traitement à retentissement thyroïdien (donneursde sang). L'intensité de l'ILI a été mesuréeen méthode semi-quantitative par le même anatomopathologiste(HT) sur lames colorées en HES. Trois lames histologiques qui serontvues au microscope ont été sélectionnées macroscopiquement.Sont quantifiés le nombre d'îlots lymphocytaires par champ(3 25) ainsi que la proportion de centres germinatifs dans ces ilots etla présence ou non d'infiltrat diffus inflammatoire (quantifiéeschacune de 0 à 2). Le score global d'infiltrat lymphocytaire tientcompte de ces 3 critères selon l'échelle suivante : score0 (photo 1A)/ pas d'inflammation diffuse, ou îlots lymphoïdesabsents ou exceptionnels. Score 1/ inflammation diffuse cotée 1 isolée,ou moins de 2 îlots avec rares centres germinatifs (côtés0 ou 1). Score 2 (photo 1B)/ inflammation diffuse côtée 1 avecrares îlots, ou îlots moyennement nombreux avec centres germinatifs(cotés 1 ou 2). Score 3 (photo 1C)/ inflammation diffuse cotée1 avec nombreux îlots ou cotée 2 isolée, ou îlotslymphoïdes nombreux (> 10) avec centres germinatifs.

Sur le plan statistique, le test du chi-deux a comparé les scoresclinique et d'ILI selon le traitement médical. Le test de Mann-Withneya comparé les deux groupes iode/ATS selon l'âge et les paramètresbiologiques et a analysé selon les scores cliniques ou histologiquesles relations entre les critères d'activité (taux hormonaux,fixation maximale d'iode 131) et d'immunité (anticorps). Les corrélationsentre les données biologiques ou entre les masses thyroïdiennesont utilisé la méthode de régression linéaire.La normalisation des valeurs d'anti-TPO a été obtenue parleur expression en 1/x.

RÉSULTATS

Un goitre soufflant, une ophtalmopathie clinique et/ou une exophtalmieTDM, une dermatopathie prétibiale sont retrouvés dans 64 %(65/105), 22 % (23/105) et 2 % (2/105) des patients respectivement. Lesvaleurs initiales d'hormonémies, d'anticorps antithyroïdiens,d'iodurie et de fixation d'iode ne sont pas différentes selon letraitement médical considéré (iode minéral ouATS), (tableau I). La masse thyroïdienne mesurée en per-opératoireest étroitement corrélée à son estimation parl'échographie initiale (r = 0.9, p < 0.0001).

Sur le plan des paramètres d'immunité, les TBIAb sont plusélevés en présence de signes cliniques de dysimmunité(score 2-3 : 177 ± 74) qu'en leur absence (score 0-1 : 54 ±17, p < 0.05) et sont corrélés aux concentrations initialesde FT4 (r = 0.2, p < 0.05). Aucune relation n'est observée entreles TBIAb et l'ILI. L'ILI n'est pas différent selon qu'il s'agitd'un premier épisode ou d'une récidive d'hyperthyroïdie,ni selon que les patients ont été traités médicalementpar iode minéral ou par ATS (et sans corrélation àla durée du traitement). Les anti-TPO et anti-TG sont plus élevéslorsque l'ILI est présent (TPO= 8187 ± 1783 ; TG = 203925± 177242) que lorsqu'il est absent (TPO = 2550 ± 771, p =0.002 ; TG = 24650 ± 16473, p = 0.0003). Ils ne sont pas corrélésaux différents paramètres d'activité (hormonémies,fixation d'iode). Des taux circulant indétectables de TBIAb, anti-TPOet anti-TG sont retrouvés dans 11 %, 25 % and 47 % respectivement.La distribution des paramètres immunitaires chez les patients sansTBIAb (tableau II) et sans ILI (tableau III) apparaîtvariable. L'ILI est totalement absent dans 10 % (score 0) et est discretdans 50 % (score 0, 1). La valeur prédictive négative desTBIAb, TPO et TG en faveur d'un ILI absent (score 0) ou modéré(scores 0, 1) est de 18 %, 19 % et 25 % et de 36 %, 65 % et 66 % respectivement.La négativité de tous les paramètres cliniques, biologiqueset histologiques d'immunité n'est retrouvée que dans un cas(0.9 %). Il s'agit d'une femme de 35 ans avec premier épisode d'hyperthyroïdiesans antécédent familial de thyropathie.

DISCUSSION

Dans les hyperthyroïdies diffuses, l'ILI et les anti-TPO qui évoquentune maladie de Basedow manquent dans 15 % et 40 % des cas (in 20 et 22).Parmi les anticorps antithyroïdiens, ceux dirigés contre lerécepteur de la TSH sont les plus spécifiques mais restentindétectables dans 10-25 % selon la technique (in 9 et 10). Leurproduction exclusive intrathyroïdienne ou leur trapping par des récepteurssolubles (2, 9) de même qu'un autre mode d'activation thyroïdiennepar l'IL1 macrophagique (19, 26) sont autant d'hypothèses expliquantpotentiellement ces observations mais au role non démontréin vivo. Nos résultats où les TBIAb sont corrélésà la FT4 et au volume thyroïdien sont en accord avec un profild'anticorps majoritairement stimulant la voie de l'adénylate cyclaseen phase active d'hyperthyroïdie (7, 23). Notre technique d'étudehistologique semiquantitative est validée par la forte corrélationretrouvée entre l'ILI et les anticorps anti-TPO et anti-thyroglobuline.Une telle corrélation a en effet été rapportéeavec un typage des sous-populations lymphocytaires activées difficilementréalisable en routine (18). L'ILI non différent selon le traitementmédical a été étudié sur l'ensemble del'effectif. L'absence apparente d'effet immunosuppresseur des ATS (3, 4,14, 15, 16, 21, 24, 25, 26) comparé à l'iode minéralpourrait s'expliquer par la non randomisation du traitement dans notre étude.Cet effet reste cependant controversé in vivo, y compris enétudiant les concentrations intrathyroïdiennes de methimazole(17). L'absence de corrélation entre les TBIAb et l'ILI a déjàété rapportée (19), et serait due a une minoritéde cellules autoréactives sécrétant les TBIAb dansl'infiltrat (14). Dans un seul cas d'hyperthyroïdie diffuse, aucunparamètre d'immunité antithyroïdienne n'est décelable.Ce profil pose le problème des mutations activatrices du récepteurde la TSH. Outre l'absence de tout paramètre d'immunité antithyroïdienne,notamment d'ILI (22), cette entité se distingue typiquement de lamaladie de Basedow par un terrain plus jeune et par l'existence d'hyperthyroïdiechez les apparentés en cas d'hyperplasie toxique diffuse familiale(HTDF). Cependant la reconnaisance de cette forme génétiquede goitre diffus avec hyperthyroïdie est compliquée par l'existencedans la maladie de Basedow d'authentiques formes familiales ou de l'enfant,et dans l'HTDF par la possibilité d'un ILI modéré.En outre des néomutations sont possibles et à l'origine d'unphénotype apparemment sporadique (5, 11). Une quinzaine de mutationsactivatrices du récepteur de la TSH ont à ce jour étérapportées mais la prévalence de l'HTDF ou de neomutationsreste inconnue (8, 22). Notre étude peut-elle contribuer àleur dépistage ? Une sélection des cas justifiant un diagnosticmoléculaire pourrait concerner les patients dépourvus de TBIAb(11 %). Cependant ce critère préjuge mal de l'intensitéde l'ILI qui apparait diffus et incompatible avec une HTDF dans la majoritédes cas (7/12, tableau II). La sélection des cas sans ILI(10 %) représenterait l'autre critère stringent de dépistagede l'HTDF, cependant la présence d'un infiltrat modérédans d'authentiques HTDF pose un problème. Notre étude suggèrel'existence d'un continuum d'ILI rendant difficile la définitiond'un seuil, ce dernier pouvant conduire à juger compatible avec uneorigine génétique jusqu'à 48 % des pièces dethyroïdectomies. En outre si l'on ne retient que les 11 % de thyroïdesdépourvues d'ILI, les signes cliniques et biologiques d'autoimmunitérestent variables (tableau III). Il apparaît donc clairementque la négativité de tous les paramètres d'autoimmunitéthyroïdienne est plutôt à considérer dans une optiquede dépistage de mutations. Notre étude (ou ce profil ne représenteque 0.9 % et ou aucun diagnostic moléculaire n'est apparu justifiéà tort ou à raison) suggère une valeur limitéede ce critère mais a une puissance statistique insuffisante pourconclure.

En conclusion cette étude des paramètres d'autoimmunitéthyroïdienne en cas de goitre diffus avec hyperthyroïde suggère: 1/ que les paramètres d'immunité thyroïdienne les moinsinconstants sont les TBIAb et l'ILI (90 %) 2/ que les TBIAb sont corrélésà l'activité thyroïdienne (FT4) et aux signes cliniquesd'immunité, tandis que l'ILI est corrélé aux taux circulantsd'anticorps (TPO et anti-thyroglobuline) 3/ que les paramètres biologiqueset histologiques d'immunité paraissent peu spécifiques, cequi rend leur valeur dans le dépistage d'éventuelles mutationsactivatrices du récepteurs de la TSH incertaine.

A

B

C

Figure 1 : - Infiltrat lymphoïde intrathyroïdien (3 25).

A : très faible inflammation, exceptionnels îlots lymphocytairesretrouvés sur quelques champs seulement et sans infiltration diffuse(cas N° 90 : score ILI = 0, score clinique = 2, TBII = 177, TPO = 473,anti-TG = 0).
B : inflammation modérée, quelques îlots lymphocytairesretrouvés dans le parenchyme avec parfois centres germinatifs maissans infiltration diffuse (cas N° 76 : score ILI = 2, score clinique= 0, TBII = 27, TPO = 295, anti-TG = 0). C : intense inflammation diffuseavec quelques renforcements en îlots, remaniements fibreux secondairesimportants (cas N° 12 : score ILI = 3, score clinique = 1, TBII : 37,TPO = 32098, anti-TG = 1/2500).

Figure 1 : - Intrathyroidal autoimmune process -IAP (3 25).

A : scattered lymphocytic infiltration with rare lymphoid folliclesfound on few visual fields (case N° 90 : IAP = 0, clinical score = 2,TBII = 177, TPO = 473, anti-TG = 0).
B : moderate lymphocytic infiltration with some lymphoid follicles and germinalcenters (case N° 76 : IAP = 2, clinical score = 0, TBII = 27, TPO =295, anti-TG = 0). C : diffuse lymphocytic infiltration with lymphoid folliclesand secondary fibrosis (case N° 12 :
IAP = 3, clinical score = 1, TBII = 37, TPO = 32098, anti-TG = 1/2500).

.Tableau I : - Caractéristiques des patients selon le traitementmédical.

Table I : - Characteristics of patients according to medical treatment.

(Les tableaux sont exclusivement disponibles en format PDF).

* moy ± ds, ATS : traitement anti-thyroïdien de synthèse.TableauII : - Paramètres immunitaires chez les patients à TBII indétectables(n = 12) (ILI : infiltrat lymphoïde intrathyroïdien) (* absencetotale d'immunité anti-thyroïdienne, noter la discordance entrel'ILI massif et l'absence de paramètre clinicobiologique périphériqued'immunité chez le cas N° 7).

Table II : - Criteria of thyroid-specific dysimmunity in patientslacking detectable levels of TBII (n = 12) (ILI : intrathyroidal autoimmuneprocess) (* no detectable feature of thyroid autoimmunity, note the concomitenthigh score of intrathyroidal autoimmune process and lack of any peripheralcriteria of thyroid autoimmunity in case N° 7).

(Les tableaux sont exclusivement disponibles en format PDF).

Tableau III : - Paramètres immunitaires chez les patients àILI indétectable (n = 13) (ILI : infiltrat lymphoïde intrathyroïdien)(* absence totale d'immunité anti-thyroïdienne, noter la discordanceentre les signes cliniques - N° 24 - ou biologiques - N° 86 - sévèresde dysimmunité et l'absence d'ILI).

Table III : - Criteria of thyroid-specific dysimmunity in patientswithout detectable intrathyroidal autoimmune process (n = 13) (ILI : intrathyroidalautoimmune process) (* no detectable feature of thyroid autoimmunity, notethe concomitant high clinical score - N° 24 - or high levels of antibodiesand lack of intrathyroidal autoimmune process).

(Les tableaux sont exclusivement disponibles en format PDF).



REFERENCE(S)

1. Bahn RS.The fibroblast is the target cell in the connective tissuemanifestations of Graves' disease. Int Arch Allergy Immunol 1995; 106 : 213-8.

2. Baker JR, Saunders NB, Warkofsky L, Tseng YL, Burman D. SeronegativeHashimoto thyroiditis with thyroid autoantibody production localized tothe thyroid. Ann Int Med 1988 ; 108 : 26-30.

3. Beck JS, Gray ES, Mitchie W, Nichol AG, Pegg CAS, Young R.J. Lymphoidtissue in the thyroid gland and thymus of patients with primary thyrotoxicosis.Br J Surg 1973 ; 60 : 76.

4. Cohen S.B, Weetman A.P. Antithyroid drugs ameliorate thymectomy-inducedexperimental autoimmune thyroiditis. Autoimmunity 1988 ; 1: 51-8. PubMed

5. De Roux N, Polak M, Couet J, Leger J, Czernichow P, Milgrom E, MisrahiM. A Neomutation of the thyroid-stimulating hormone receptor in a severeneonatal hyperthyroidism. J Clin Endocrinol Metab 1996 ; 81: 2023-6. PubMed

6. Doullay F, Ruf J, Codaccioni J, Carayon P. Prevalence of autoantibodiesto thyroperoxydase in patients with various thyroid and autoimmune diseases.Autoimmunity 1991 ; 9 : 237-24. PubMed

7. Ducornet B, Duprey J. Maladie de Hashimoto et hyperthyroïdie.Ann Med Intern 1991 ; 142 (3), 181-96.

8. Duprez L, Parma J, Van Sande J. et al. Germline mutations inthe thyrotropin receptor gene cause non autoimmune autosomal dominant hyperthyroidism.Nat Genet 1994 ; 7 : 1009-20.

9. Ilicki A, Gamstedt A, Anders Karlsson F. Hyperthyroid Graves' diseasewithout detectable thyrotropin receptor antibodies. J Clin EndocrinolMetab 1995 ; 74 : 1090-4.

10. Kawai K, Tamai H, Mori T, Morita T, Matsubayashi S, Katayama S, KumaK, Kumagai LF. Thyroid histology of hyperthyroid Graves' disease with undetectablethyrotropin receptor antibodies. J Clin Endocrinol Metab 1993 ; 77: 716-9. PubMed

11. Kopp P, Van Sande J, Parma J. Duprez L, Gerber H, Joss E, JamesonJL, Dumon JE, Vassart G. Congenital hyperthyroidism caused by a mutationin the thyrotropin-receptor gene. N Engl J Med 1995 ; 332 (3) : 150-4.

12. Lefort G, Lanet MJ, Ducassou D, Latapie JL. Dosage des anticorpsantithyroglobuline par une méthode radio-immunologique utilisantla protéine staphylococcique comme agent de séparation. PathBiol 1981 ; 29 (5) : 286-91.

13. Leclère J, Béné MC, Aubert V, Hadjadj S, WeryhaG, Faure G. Nouveaux aspects nosologiques des thyrotoxicoses. Rev FrançEndocrinol Clin 1996 ; 37 : 4-5.

14. McLahan SM, Proud G, Pegg CAS, Clark F. Functional analysis of Tand B cells from blood and thyroid tissue in Hashimoto's disease. ClinExp Immunol 1985 ; 59 : 585-92.

15. Mitchie GB, Fowler EF, Honein RG, Mahaffey WJ, Swanson Beck. Quantitativeradiological and histological studies of the thymus in thyroid disease.Lancet 1967 ; 1 : 691-5. PubMed

16. Orgiazzi J, Millot L. Traitement médical de la maladie deBasedow par antithyroïdiens de synthese : aspects théoriquesdu traitement par les antithyroïdiens. Ann Endocrinol (Paris)1994 ; 55 : 1-5.

17. Paschke R, Vogg M, Kristoferitsch R, Aktuna D, Wawschinek, Eber O,Usadel KH. Methimazole has no dose-related effect on the intensity of theintrathyroidal autoimmune process in relapsing Graves' disease. J ClinEndocrinol Metab 1995 ; 80 : 2470-4.

18. Paschke R, Vogg M, Swillens S, Usadel KH. Correlation of microsomalantibodies with the intensity of the intrathyroidal autoimmune process inGraves' disease. J Clin Endocrinol Metab 1993 ; 77 : 939-43. PubMed

19. Paschke R, Bruckner N, Schmeidl R, Pfeiser P, Usakel KH. Predominantintraepithelial localisation of primed T-cell and immunoglobulin-producinglymphocytes in Graves'disease. Acta Endocrinol (Copenh) 1991 ; 124: 630-6.

20. Rasmussen AK, Kayser L, Bech K, Felt-Rasmussen U, Perrid H, BendtzenK. Differential effects of interleukin 1 alpha and 1 beta on cultured humanand rat thyroid epithelial cells. Acta Endocrinol (Copenh) 1990 ;122 : 520-6.

21. Ratanachaiyavong S, McGregor AM. Immunosuppressive effects of antithyroiddrugs. Clin Endocrinol Metab 1985 ; 14 : 449-66. PubMed

22. Thomas JL, Leclere J, Hartemann P, Duheille J, Orgiazzi J, PetersenM, Janot C, Guedenet JC. Familial hyperthyroidism without evidence of autoimmunity.Acta Endocrinol 1982 ; 100 : 512-8. PubMed

23. Vassart G, Parma J, Van Sande J, Dumont JE. The thyrotropin receptorand the regulation of thyrocyte function and growth : Update. EndocrinRev 1994 ; 3 (1) : 77-80.

24. Weetman AP, Gunn C, Hall R, McGregor AM. The Accumulation of 35Smethimazole by monocytes and macrophages. Acta Endocrinol (Copenh.)1984 ; 107 : 366-70.

25. Weetman AP. Immunological Effects of Graves' disease therapy. BiomedPharmacother 1989 ; 43 : 587-92.

26. Weetman AP, Holt ME, Campbell AK, Hall R, McGregor AM. Methimazoleand generation of oxigen radicals by monocytes : potential role in immunosuppression.Br Med J 1984 ; 288 : 518-20.

27. Westermark K, Nilsson M, Karlson FA. Effects of interleukin-1 onporcine thyroid cells in suspension cultures. Acta Endocrinol (Copenh)1990 ; 122 : 505-12.


© 1997 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline
@@#110903@@