Article

PDF
Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Free Article !

Annales de Dermatologie et de Vénéréologie
Volume 139, n° 12S
pages B68-B69 (décembre 2012)
Doi : 10.1016/j.annder.2012.10.045
Résumés des communications orales

L’analyse comparative des nævus et le signe du vilain petit canard (partie 2) : validité et pertinence du signe du vilain petit canard
 

C. Gaudy-Marqueste , Y. Bruneu, Y. Wazaefi, M.-F. Avril, R. Triller, L. Thomas, S. Monestier, S. Hesse, G. Pellacani, J. Malvehy, M.-A. Richard, B. Fertil, J.-J. Grob
Dermatologie, Aix-Marseille université, AP–HM, Marseille, France 

Auteur correspondant.

Mots clés : « Vilain petit canard », Analyse différentielle, Mélanome, Nævus


Introduction.– Le signe du « Vilain petit canard » (VPC) est reconnu comme important pour la détection précoce du mélanome reposant sur l’analyse comparative des nævi d’un patient.

Matériel et méthodes.– Notre objectif était de valider le concept de VPC et de comprendre le processus cognitif qui le sous-tend. Nous avons demandé à 18 examinateurs (neuf experts dermatologues internationaux et neuf naïfs), de classer des photographies de l’intégralité des nævus de 80 patients qui leur ont été soumises à l’échelle clinique (2089 nevus) et pour 30 d’entre eux aussi à l’échelle dermoscopique (766 nævus). L’expérience comportait une première étape d’identification du ou des VPC, et des étapes de classement des images en groupes de similarité perçue (discuté dans la partie 1).

Résultats.– À l’échelle clinique les dermatologues ont une bonne concordance entre eux pour identifier un VPC (moyenne des kappas 0,53 ; 0,33–0,87) meilleure que les naïfs (moyenne 0,31, 0,03–0,51). Les experts et naïfs ont néanmoins une tendance individuelle à considérer plus ou moins de nævus comme des VPCs, et cette tendance s’exprime parallèlement à l’échelle clinique et dermoscopique. Parmi les 254 nævus considérés comme VPC par au moins un expert à l’échelle clinique, 54 l’étaient par au moins cinq experts, et 20 d’entre eux par les neuf experts. Les 20 VPCs consensuels englobaient tous les mélanomes de la série (7/7) (sensibilité pour le mélanome : 100 %). À l’échelle dermoscopique, tous les examinateurs tendaient à voir plus de VPCs qu’à l’échelle clinique, avec une plus faible concordance entre eux.

Conclusion.– Malgré un seuil variable selon les individus à percevoir un nævus comme « différent des autres », la concordance entre examinateurs montre que le VPC est un concept robuste à l’examen clinique, mais beaucoup moins à l’échelle dermoscopique. Il découle d’un processus cognitif naturel, puisque l’identification du VPC est assez concordante même pour les naïfs. Le signe du VPC permet, chez chaque individu, de repérer intuitivement et immédiatement avec une grande sensibilité pour le mélanome, le(s) nævus sur le(s)quel(s) focaliser son attention.

Déclaration d’intérêts .– Aucun.


Top of the page

© 2012  Published by Elsevier Masson SAS.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline
@@#110903@@