Article

PDF
Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Free Article !

Annales de Dermatologie et de Vénéréologie
Volume 139, n° 12S
page B83 (décembre 2012)
Doi : 10.1016/j.annder.2012.10.076
Résumés des communications orales

Faut-il biopsier systématiquement les métastases de mélanome pour la recherche de la mutation BRAF ?
 

C. Piech a, , S. Mansard a, V. Hospital a, P. Déchelotte b, M. D’Incan a
a Dermatologie, France 
b Anatomie pathologique, CHU Estaing, Clermont Ferrand, France 

Auteur correspondant.

Mots clés : Mélanome, Métastases, Mutation BRAF


Introduction.– Le vemurafenib est indiqué comme traitement de première ligne des mélanomes métastatiques ou non résécables chez les patients porteurs de mutations V600 de Braf. Nous rapportons trois cas de mélanomes métastatiques avec statuts mutationnels Braf différents sur primitif et métastases.

Observations .– Un homme de 66ans était atteint d’un mélanome plantaire de type ALM, Breslow 4mm diagnostiqué en 2011. Les mutations Braf et ckit étaient présentes sur la tumeur primitive. Neuf mois plus tard, le patient récidivait localement de manière inopérable. Le bilan d’extension était négatif. Un traitement par vemurafenib était débuté. L’évaluation à trois mois montrait une progression locale ; la mutation Braf sur les métastases cutanées était absente. Le patient a été inclus dans le protocole NILOMEL en raison de la mutation ckit présente sur le primitif, et est actuellement en échappement thérapeutique. Une femme de 52ans avait un mélanome cervical de type SSM, Breslow 1,2mm depuis 2002.Le bilan d’extension initial était négatif. Neuf ans plus tard, la patiente avait des signes d’hypertension intracrânienne (HIC), révélant de multiples métastases cérébrales, associées à des lésions hépatiques et pulmonaires. Une corticothérapie générale à forte dose était débutée, sans efficacité sur l’HIC. La mutation Braf était absente sur le mélanome primitif, mais présente sur les métastases pulmonaires. Un traitement par vemurafenib était débuté, permettant un contrôle rapide de l’HIC. L’évaluation à trois et six mois montrait une réponse partielle sur l’ensemble des métastases. Une femme de 63ans était atteinte en 2005 d’un mélanome thoracique de type SSM, Breslow 2,3mm, non muté Braf sur la tumeur primitive avec bilan d’extension initial négatif. En 2012, elle récidivait au niveau hépatique et pulmonaire. La mutation Braf étant positive sur les métastases hépatiques, le vemurafenib était débuté. Elle n’a pas encore été évaluée.

Discussion.– Ces trois cas illustrent la possibilité de statuts mutationnels Braf dissociés entre primitif et métastases, posant des problèmes thérapeutiques chez les patients métastatiques ayant une mutation Braf absente sur primitif. L’absence de mutation Braf dans les métastases d’un mélanome primitif Braf muté pourrait s’expliquer par l’hétérogénéité de la tumeur initiale, et expliquer en partie l’inefficacité du vemurafenib.

Conclusion.– Il nous paraît important, chez les patients non mutés sur tumeur primitive, de rechercher les mutations V600 sur les métastases, afin de pouvoir traiter par vemurafenib en cas de positivité.

Déclaration d’intérêts .– Aucun.


Top of the page

© 2012  Published by Elsevier Masson SAS.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline
@@#110903@@