Article

PDF
Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Free Article !

Journal Français d'Ophtalmologie
Volume 36, n° 1
pages 19-22 (janvier 2013)
Doi : 10.1016/j.jfo.2012.04.016
Received : 8 October 2011 ;  accepted : 10 April 2012
Résultats fonctionnels de la chirurgie de la cataracte de l’adulte
Visual outcome of cataract surgery in adults
 

N. Guirou , A. Napo, A. Dougnon, S. Bakayoko, F. Sidibé, M.-K. Sidibé, I. Conaré, L. Traoré, J. Traoré
CHU-IOTA, BP 248, Bamako, Mali 

Auteur correspondant.
Résumé
Introduction

Le traitement de la cécité par cataracte est chirurgical permettant ainsi de restaurer la vision. Le but de notre étude était d’évaluer les résultats fonctionnels de la chirurgie de la cataracte de l’adulte dans un centre de troisième Référence.

Patient et méthodes

Étude prospective ayant portée sur 2012 yeux opérés de cataracte de l’adulte entre le 1er septembre 2009 et le 31 août 2010 (12 mois). Les résultats ont été analysés à l’aide du logiciel Monitoring « Cataract Surgical Outcome (MCSO) ». Les données fonctionnelles postopératoires et les causes de mauvais résultats ont été précisées.

Résultats

Au total 1044 femmes (51,9 %) et 968 hommes (48,1 %) ont subi une chirurgie de la cataracte. L’âge moyen était de 65ans. L’extraction extracapsulaire et la phacoalternative manuelle sans suture, avec implantation en chambre postérieure dans 98 %, ont été les principales techniques chirurgicales. Les résultats fonctionnels indiquent que 45,5 % des patients avaient une bonne acuité visuelle (≥3/10) avec la correction portée, 33 % avaient une acuité visuelle limite (1/10–2/10), et 21,6 % avaient une mauvaise acuité visuelle (<1/10). La proportion des patients avec de bons résultats augmente avec la meilleure correction à 63 % ; 22,9 % d’acuité visuelle limite et 14,1 % de mauvais résultats. Les mauvais résultats étaient principalement liés aux complications chirurgicales (42,1 %) et aux erreurs de réfraction (34,8 %).

Discussion

Ces résultats sont inferieurs aux normes de l’OMS qui recommandent une valeur supérieure ou égale à 80 % pour le bon résultat et une valeur inferieure à 5 % pour le mauvais résultat.

Conclusion

L’identification des causes de mauvais résultats attire l’attention sur l’amélioration des compétences chirurgicales et la nécessité d’une réfraction postopératoire.

The full text of this article is available in PDF format.
Summary
Introduction

The treatment of cataract blindness is surgical, allowing restored vision. The purpose of this study was to evaluate the functional results of cataract surgery in adults in a tertiary care referral center.

Patients and methods

Prospective study of 2012 eyes operated for adult cataract from September 1, 2009 to August 31, 2010 (12 months). The results were analyzed by the Monitoring Cataract Surgical Outcomes software (MCSO). The postoperative functional data and the causes of poor outcomes were identified.

Results

A total of 1044 women (51.9%) and 968 men (48.1%) underwent cataract surgery. Mean age was 65 years. Extracapsular cataract extraction (ECCE), and manual sutureless small incision cataract surgery (SICS) with posterior chamber IOL implantation in 98%, were the main surgical techniques. Functional results indicated that 45.5% of our patients had good visual acuity (≥3/10) with current spectacles, 33% had limited visual acuity (1/10–2/10), and 21.6% had poor visual acuity (<1/10). The proportion of patients with good results improved with best spectacle correction to 63%, vs. 22.9% with limited visual acuity and 14.1% with poor outcomes. The causes of poor outcomes were mainly related to surgical complications (42.1%) and refractive errors (34.8%).

Discussion

These results are inferior to WHO standards, which recommend a rate greater than or equal to 80% for good outcomes and a rate below 5% for bad outcomes.

Conclusion

The identification of the causes of poor outcomes underscores the importance of improving surgical skills and the need for postoperative refraction.

The full text of this article is available in PDF format.

Mots clés : Cataracte, Adulte, Chirurgie, Résultats, Acuité visuelle, Réfraction

Keywords : Cataract surgery, Adult, Visual acuity, Refraction


Introduction

La cécité par cataracte constitue l’un des plus grands défis de santé publique du xxie siècle. Lutter contre la cécité par cataracte implique non seulement une couverture chirurgicale suffisante, mais aussi de bons résultats chirurgicaux. L’inquiétude croissante existe sur les résultats de la chirurgie de la cataracte dans les pays en développement [1]. Dans ces pays en développement, les résultats chirurgicaux rapportés par des enquêtes récentes sont nettement inferieurs à ceux réalisés dans des pays développés [2]. Nous avons mené une étude pour évaluer les résultats fonctionnels de la chirurgie de la cataracte de l’adulte et identifier les causes de mauvais résultats dans un centre de troisième référence au Mali (CHU-IOTA).

Matériel et méthodes

Étude prospective ayant portée sur 2012 yeux opérés de cataracte de l’adulte entre le 1er septembre 2009 et le 31 août 2010 (12 mois). Tous les patients ont bénéficié d’un calcul préalable de la puissance de l’implant intraoculaire. Les résultats ont été analysés à l’aide du logiciel « Monitoring Cataract Surgical Outcome (MCSO) ». Les données fonctionnelles postopératoires et les causes de mauvais résultats ont été précisées après 30jours de suivi postopératoire.

Résultats

Au total 1044 femmes (51,9 %) et 968 hommes (48,1 %) ont subi une chirurgie de la cataracte. L’âge moyen était de 65ans. L’acuité visuelle préopératoire était inférieure à 1/10 chez 1883 patients soit 93,6 %. Les comorbidités préopératoires étaient présentent chez 141 patients dont 80 (56,7 %) opacités cornéennes, 18 (12,8 %) glaucomes. L’extraction extracapsulaire (EEC) et la phacoalternative manuelle sans suture (Phaco A), avec implantation en chambre postérieure (ICP) dans 98 %, ont été les principales techniques chirurgicales. L’implant calculé était indisponible dans 1 % des cas. Les résultats fonctionnels indiquent que 45,5 % des patients avaient une bonne acuité visuelle (≥3/10) avec la correction portée, 33 % avaient une acuité visuelle limite (1/10–2/10), et 21,6 % avaient une mauvaise acuité visuelle (<1/10). Avec la meilleure correction au trou sténopeïque (TS), la proportion des patients avec de bons résultats augmente à 63 % ; 22,9 % d’acuité visuelle limite et 14,1 % de mauvais résultats. Les résultats fonctionnels avec les différents variables sont représentés dans le Tableau 1.

Type de chirurgie

Un bon résultat avec la correction portée a été obtenu dans 35,7 % en EEC et 56,3 % en Phaco A ; contre 28,3 % de mauvais résultat en EEC et 14 % en Phaco A. Avec la meilleure correction, ces résultats sont respectivement de 52 et 75,3 % ; 19 et 8,5 %.

Sexe

Les hommes ont représenté 65 % du bon résultat avec la meilleure correction contre 61,2 % pour les femmes. Il n’y avait pas de différence significative entre les deux sexes dans tous les cas.

Âge

Soixante-trois pour cent de bon résultat avec la correction portée ont été obtenu avant 50ans et 31,3 % après 80ans.

Chirurgien

Les bons résultats avec la correction portée et avec la meilleure correction sont respectivement de 51,2 % chez les ophtalmologistes et 34,9 % chez les DES ; contre 17,2 et 29,6 % de mauvais résultats. Avec la meilleure correction ces résultats sont respectivement de 69,3 et 11 % chez les ophtalmologistes ; 51,3 et 19,7 % chez les DES. Les mauvais résultats (Tableau 2) étaient principalement liés aux complications chirurgicales (42,1 %) et aux erreurs de réfraction (34,8 %). Sur les 2012 cas, 63 patients, soit 3,1 %, ont présenté une complication peropératoire dont 37 cas d’issue de vitré, soit 58,7 % de toutes les complications peropératoire. L’EEC a été la plus pourvoyeuse d’issue de vitré soit 20 cas.

Discussion

Ces résultats sont inférieurs aux normes de l’OMS qui recommandent une valeur supérieure ou égale à 80 % pour le bon résultat et une valeur inférieure à 5 % pour le mauvais résultat. Nos résultats bons avec la correction portée sont inférieurs à ceux de Lindfield et al. [3] qui obtiennent 81 % au Bangladesh, 75 % aux Philippines et 65 % au Kenya. Ils sont supérieurs à ceux de Rupert et al. [4] au Pakistan avec 29,5 %. Nos résultats mauvais avec la correction portée sont semblables à ceux de Lindfield et al. [3] avec 19 % aux Philippines et 20 % au Kenya.

Des résultats insuffisants (selon les normes de l’OMS) ont été noté dans plusieurs études dans des pays en développement [3, 4, 5]. En revanche, dans plusieurs pays développés [2] les normes de l’OMS ont été atteintes. Cela s’explique par le fait des techniques chirurgicales utilisées. La phacoémulsification est la technique privilégiée pour la chirurgie de la cataracte dans ces pays développés, car plusieurs études [6, 7] ont montré que la phacoémulsification donne de meilleurs résultats visuels. Cela est attribuable en partie à un faible astigmatisme postopératoire en raison de l’absence de points de suture et une plus petite taille de l’incision [8].

La phacoalternative manuelle sans suture ou Phaco A, une alternative à la phacoémulsification, est une technique de plus en plus utilisée dans les pays en développement comme le Mali. Dans notre étude nous avons retrouvé 75,3 % de bons résultats avec la meilleure correction en Phaco A, et seulement 8,5 % de mauvais résultats. Certains auteurs ont retrouvé de meilleurs résultats en Phaco A par rapport à l’EEC [9, 10] ; avec moins de complications, nettement plus rapide, moins coûteux et nécessite moins de technologie [8, 9, 10, 11].

Les causes de mauvais résultats sont principalement liées aux complications chirurgicales (42,1 %) et aux erreurs de réfraction (34,8 %). Il n’y avait pas de différence significative entre l’âge, le sexe, la technique de chirurgie, l’opérateur et les mauvais résultats. Les principales causes de mauvais résultats au Kenya, aux Philippines et au Pakistan ont été les erreurs de réfraction soit respectivement 37, 49 et 53,4 % ; et les comorbidités préopératoires, respectivement 26, 27 et 23,5 %, tandis qu’au Bangladesh, les comorbidités préopératoires et les complications chirurgicales sont les principales causes soit respectivement 58 et 21 % [3, 4]. Dans tous ces pays, l’étude n’a pas révélé de lien significatif entre l’âge, le sexe, l’alphabétisation, la pauvreté, le type de chirurgie et les mauvais résultats.

Conclusion

Au terme de cette étude, les résultats fonctionnels sont inférieurs aux recommandations de l’OMS. L’identification des causes de mauvais résultats attire l’attention sur l’amélioration des compétences chirurgicales (formation et acquisition de nouvelles techniques : Phaco A et phacoémulsification) et la nécessité d’une réfraction postopératoire.

Déclaration d’intérêts

Les auteurs déclarent ne pas avoir de conflit d’intérêt en relation avec cet article.

Références

Geoffrey Tabina, Michael Chenb, Ladan Espandar Cataract surgery for the developing world Curr Opin Ophthalmol 2008 ;  19 : 55-59
Norregaard J.C., Bernth-Petersen P., Alonso J., Andersen T.F., Anderson G.F. Visual functional outcomes of cataract surgery in the United States, Canada, Denmark, and Spain: report of the International Cataract Surgery Outcomes Study J Cataract Refract Surg 2003 ;  29 : 2135-2142 [cross-ref]
Lindfield R., Kuper H., Polack S., Eusebio C., Mathenge W., Wadud Z., and al. Outcome of cataract surgery at one year in Kenya, the Philippines and Bangladesh Br J Ophthalmol 2009 ;  93 : 875-880 [cross-ref]
Rupert Bourne, Brendan Dineen, Zahid Jadoon, Lee Pak S., Khan A., Johnson Gordon J., and al. Outcomes of cataract surgery in Pakistan: results from The Pakistan National Blindness and Visual Impairment Survey Br J Ophthalmol 2007 ;  91 : 420-426
Fanny A., Keita C.T., Adjorlolo A.C., Konan-Toure M.L., Gbe K., Coulibaly Berete F., and al. Accessibilité à l’intervention chirurgicale de la cataracte dans les pays en développement : résultats de 120 cas de cataracte opérés en 6 mois au CHU de Treichville, Abidjan, Côte-d’Ivoire Med Afr Noire 2001 ;  48 :
Bourne R.R., Minassian D.C., Dart J.K., Rosen P., Kaushal S., Wingate N. Effect of cataract surgery on the corneal endothelium: modern phacoemulsification compared with extracapsular cataract surgery Ophthalmology 2004 ;  111 : 679-685 [cross-ref]
Minassian D.C., Rosen P., Dart J.K., Reidy A., Desai P., Sidhu M., and al. Extracapsular cataract extraction compared with small incision surgery by phacoemulsification: a randomized trial Br J Ophthalmol 2001 ;  85 : 822-829 [cross-ref]
Gogate P.M., Kulkarni S.R., Krishnaiah S., Deshpande R.D., Joshi S.A., Palimkar A., and al. Safety and efficacy of phacoemulsification compared with manual small-incision cataract surgery by a randomized controlled clinical trial: six-week results Ophthalmology 2005 ;  112 : 869-874 [cross-ref]
Oye J.E., Kuper H., Dineen B., Befidi-Mengue R., Foster A. Prevalence and causes of blindness and visual impairment in Muyuka: a rural health district in South West Province, Cameroon Br J Ophthalmol 2006 ;  90 : 538-542 [cross-ref]
Schemann J.F., Inocencio F., de Lourdes Monteiro M., Andrade J., Auzemery A., Guelfi Y. Blindness and low vision in Cape Verde Islands: results of a national eye survey Ophthalmic Epidemiol 2006 ;  13 : 219-226 [cross-ref]
Gogate P., Deshpande M., Nirmalan P.K. Why do phacoemulsification? Manual small-incision cataract surgery is almost as effective, but less expensive Ophthalmology 2007 ;  114 : 965-968 [cross-ref]



© 2012  Elsevier Masson SAS. All Rights Reserved.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline