Article

PDF @@113110@@
Advertising


Free Article !

Soins Aides-Soignantes
Vol 3, N° 8  - février 2006
pp. 16-17
Doi : SAS-02-2006-00-8-1770-9857-101019-200602903
Questions-réponses sur le nouveau référentiel de formation aide-soignante
 


Une réforme n’est pas annoncée sans susciter de nombreuses questions auprès des personnes concernées. Voici une sélection des questions et inquiétudes manifestées par les aides-soignants, avec des réponses précises qui aident à comprendre les rouages de la réforme.

Je suis auxiliaire de puériculture (AP) et je souhaite m’inscrire prochainement en institut de formation aides-soignants (Ifas) pour les six mois de formation complémentaire. Est-ce encore possible ?

Isabelle, AP depuis 8 ans.

Oui, il sera toujours possible pour les auxiliaires de puériculture d’obtenir le diplôme d’aide-soignant. La formation est désormais organisée autour de 8 modules correspondant à 8 domaines de compétences. Certains de ces domaines sont évidemment communs aux AP et aux AS (modules 2, 4, 5, 6, 7, 8). Une AP diplômée n’aura donc à valider en école que les modules spécifiques aux AS :

le module 1 (accompagnement d’une personne dans les activités de la vie quotidienne) et le module 3 (les soins). La formation complémentaire pour une AP est de 21 semaines.

J’ai entendu dire que la formation aide-soignante allait être raccourcie. Je ne comprends pas pourquoi !

Sophie, élève AS en fin de formation.

La formation n’est ni raccourcie ni allégée, mais organisée différemment dans le temps. La nouvelle réforme prévoit moins de vacances et supprime un stage.

Cependant, le temps de cours théoriques est identique (595 heures de formation en institut de formation aide-soignant).

Cette organisation permet de mieux adapter les sorties d’école avec les besoins des services de soins, ainsi les étudiants qui rentrent en septembre sont diplômés fin juin.

Je suis inquiète car j’ai entendu dire qu’il n’y aura plus d’épreuve pour obtenir le diplôme d’aide-soignant. Comment va-t-on évaluer les connaissances des élèves

Ophélie, AS depuis 5 ans.

Dans le nouveau référentiel de formation, sont prévues des épreuves de validation à la fin de chaque module de formation (épreuves écrites et/ou orale ou pratique, ou mise en situation professionnelle, selon les modules).

La moyenne est exigée pour valider chacune de ces épreuves.

Le diplôme professionnel d’aide-soignant (DPAS) sera donc obtenu après validation des 8 modules de formation.

Je suis diplômée depuis 20 ans. Mon Certificat d’aptitude aux fonctions d’aide-soignant (CAFAS) obtenu en 1985 est devenu Diplôme professionnel d’aide-soignant (DPAS) en 1996. Mais aujourd’hui, que va-t-il se passer avec cette nouvelle réforme ? Mon diplôme sera-t-il toujours reconnu ?

Nathalie, AS depuis 20 ans.

Cette réforme ne concerne pas les aides-soignants anciennement diplômés.

Votre formation et votre diplôme sont et seront pleinement reconnus.

Cependant, si vous le souhaitez, il est possible de solliciter, dans le cadre de la formation continue, un stage d’actualisation de vos connaissances.

J’ai entendu dire qu’il fallait valider des modules pour obtenir le diplôme. Que se passe-t-il si un ou deux modules ne sont pas validés ?

Stéphane, titulaire d’un BEP carrières sanitaires et sociales, candidat à l’entrée en institut de formation aide-soignant (Ifas).

En cas de non-validation d’un ou plusieurs modules, des épreuves de rattrapage sont organisées avant la fin de la formation. En cas de nouvel échec lors des épreuves de rattrapage, l’élève dispose d’un délai de 5 ans, après décision d’un jury, afin de valider les modules manquants. Il devra donc suivre à nouveau la formation de chaque compétence non validée.

Au-delà des 5 ans, l’élève perd le bénéfice des compétences déjà validées et des épreuves de sélection.

Je suis aide-soignante depuis 15 ans et j’aime particulièrement travailler avec les élèves en stage. Dans le cadre de ce nouveau référentiel de formation, pourrai-je devenir formatrice ?

Nadine, AS en médecine, diplômée depuis 15 ans.

Une aide-soignante ne peut pas prétendre à un poste de formateur, car le niveau exigé est le diplôme d’État d’infirmier plus au moins trois ans d’expérience. D’une façon générale, le niveau minimal requis pour l’enseignement est un niveau licence. En revanche, vous pouvez ponctuellement faire des interventions dans le cadre d’un sujet précis en institut de formation aide-soignant (Ifas), afin de partager votre expérience.

Je souhaite devenir aide-soignante. J’ai 40 ans et mes enfants sont grands. J’ai envie de me consacrer enfin au métier qui m’intéresse depuis toujours. Le problème est que je n’ai aucun diplôme. Est-il possible de présenter les épreuve de sélection ?

Évelyne, 40 ans, demandeur d’emploi

Aucune condition de diplôme n’est requise pour se présenter à l’épreuve écrite d’admissibilité. Celle-ci comporte deux parties. Le candidat doit dégager les idées principales et commenter un texte portant sur un sujet d’actualité d’ordre sanitaire et social, et répondre à dix questions courtes portant sur les opérations numériques de base, des exercices mathématiques et des notions élémentaires de biologie.

Tout candidat ayant obtenu la note de 10/20 à cette épreuve écrite est déclaré admissible, et est convoqué pour l’épreuve orale d’admission.

Je présente les épreuves de sélection pour la prochaine rentrée, mais je ne suis pas sûre d’être financée par mon employeur. Que faut-il faire ?

Élodie, 30 ans, agent hospitalier

En cas d’admission sur la liste principale dans un institut de formation aides-soignants (Ifas) et de refus de financement (rejet d’une demande de congé individuel de formation ou congé de formation professionnelle, ou encore d’une promotion professionnelle ou sociale), le candidat peut bénéficier d’un report d’admission, renouvelable deux fois. Ce report est valable uniquement dans l’institut de formation dans lequel il avait été admis.

Transfert des capacités en compétences, mode d’emploi

Aide-soignante depuis 9 ans, je suis référente dans l’accueil et le suivi des élèves AS en stage dans notre service. J’ai entendu parler de l’entrée par les compétences dans le nouveau référentiel de formation. Je ne sais pas à quoi cela correspond.

Isabelle, AS en chirurgie. À l’institut du Centre hospitalier de Pontarlier (25), nous avons œuvré depuis l’année 2002 pour améliorer dans les diverses formations initiales délivrées (infirmière, AS, AVS) le transfert des capacités en compétences et, plus particulièrement, nous avons décidé en équipe de mettre en œuvre une “entrée par les compétences”.

Cette entrée par les compétences, en ce qui concerne les élèves aides-soignants, consiste, entre autres, à construire un apprentissage en spirale. Il s’agit de greffer sur les connaissances antérieures, acquises lors des stages, des expériences de vie personnelles… un savoir qui va s’élaborer par la confrontation avec les compétences des pairs et des soignants en exercice. Le rôle du formateur est essentiellement celui d’un animateur qui induit le raisonnement, l’analyse des stratégies, celui qui conduit vers la découverte des règles, des principes abstraits.

Cette méthode en spirale a l’avantage d’une approche de la théorie plus naturelle.

Un autre avantage est de stimuler la motivation des élèves. De nombreuses recherches sur le concept de motivation montrent que celle-ci se manifeste si l’apprenant conçoit de l’intérêt pour l’apprentissage, a le sentiment de pouvoir contrôler cet apprentissage, et a confiance en sa capacité de réussir donc à “être compétent”.

La pratique d’entrée par les compétences correspond à ces trois critères, car l’élève peut faire plus facilement le lien avec ses activités antérieures et les compétences attendues dans un futur proche.

Liliane Sauvageot, directrice, G. Toulet, formatrice, Ifsi de Pontarlier (25)





© 2006 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline