Article

PDF
Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Free Article !

Journal Français d'Ophtalmologie
Volume 36, n° 10
pages e207-e212 (décembre 2013)
Doi : 10.1016/j.jfo.2012.12.009
Received : 5 September 2012 ;  accepted : 12 December 2012
Cas cliniques électroniques

Panuvéite bilatérale associée à un carcinome papillaire de la thyroïde
Panuveitis associated with papillary carcinoma of the thyroid
 

A. Pierru a, N. Tieulie b, P. Gastaud a, S. Baillif a,
a Service d’ophtalmologie, centre hospitalo-universitaire de Nice, hôpital Saint-Roch, 5, rue Pierre-Dévoluy, 06000 Nice, France 
b Service de médecine interne, service d’ophtalmologie, centre hospitalo-universitaire de Nice, hôpital l’Archet, 151, route Saint-Antoine-de-Ginestière, 06000 Nice, France 

Auteur correspondant.
Résumé

L’atteinte oculaire est rare au cours des tumeurs thyroïdiennes. Il s’agit principalement de métastases uvéales, puis, plus rarement, d’un syndrome paranéoplasique. Nous rapportons le cas d’une patiente de 64ans présentant une panuvéite bilatérale sévère avec vascularite veineuse, associée à une hyperthyroïdie secondaire à un goitre multi-hétéro-nodulaire compliqué d’un carcinome papillaire. Une corticothérapie générale fut initiée. La disparition des signes cliniques oculaires fut obtenue après réalisation d’une thyroidectomie totale. Le bilan à la recherche d’un diagnostic différentiel fut négatif. La chronologie des événements plaide en faveur de la responsabilité de la pathologie thyroïdienne dans la survenue de l’atteinte uvéitique. Un mécanisme paranéoplasique est suspecté.

The full text of this article is available in PDF format.
Summary

Ocular involvement secondary to thyroid carcinomas is uncommon. Uveal metastasis may occur. More rarely, they can be responsible for paraneoplastic syndromes. We report the case of a 64-year-old woman who presented with a severe bilateral panuveitis with venous vasculitis associated with hyperthyroidism from a multinodular goiter, complicated by papillary carcinoma. Systemic steroid therapy was initiated; ocular symptoms resolved completely after total thyroidectomy. Other causes of panuveitis with venous vasculitis were ruled out. This is the first reported case of panuveitis associated with papillary thyroid carcinoma. The occurrence of the ocular symptoms with hyperthyroidism and their remission after surgery supports the possibility that this association may not be coincidental. A paraneoplastic phenomenon is suspected.

The full text of this article is available in PDF format.

Mots clés : Carcinome papillaire de la thyroïde, Goitre multi-nodulaire, Hyperthyroidie, Panuvéite, Vascularite veineuse

Keywords : Hyperthyroidism, Multinodular goiter, Papillary thyroid carcinoma, Panuveitis, Venous vasculitis


Introduction

Le carcinome papillaire de la thyroïde est la tumeur thyroïdienne la plus fréquente [1]. Son pronostic est excellent avec une survie globale supérieure à 90 % à 20ans [1]. Cependant, le carcinome papillaire de la thyroïde envahit les ganglions lymphatiques satellites dans 42 % des cas, métastase par voie hématogène dans 14 % des cas [2] et plus rarement, est responsable de syndromes paranéoplasiques [3, 4, 5]. Nous rapportons le cas d’une patiente de 64ans présentant une probable panuvéite bilatérale paranéoplasique menant à la découverte d’un carcinome papillaire de la thyroïde.

Cas clinique

Une patiente caucasienne, âgée de 64ans, est adressée par son médecin généraliste suite à une baisse d’acuité visuelle bilatérale rapidement progressive évoluant depuis une semaine. Des douleurs oculaires sont associées. Un traitement par collyres corticoïdes a été instauré par le médecin traitant (dexaméthasone, 1 goutte 3 fois par jour). Lors de l’examen initial, l’acuité visuelle corrigée est de 10/10e au niveau des 2 yeux. L’examen biomicroscopique du segment antérieur est normal à droite et retrouve un tyndall cellulaire à 2 croix avec une membrane cyclitique au niveau de l’aire pupillaire à gauche. Il n’y a ni nodules iriens, ni précipités rétrocornéens. La patiente est normotone. Le fond d’œil met en évidence, de façon bilatérale, un tyndall vitréen postérieur de grade 1, une vascularite veineuse bilatérale et un discret œdème papillaire. L’angiographie à la fluorescéine et au vert d’indocyanine confirment l’existence de la vascularite veineuse, ainsi que de l’œdème papillaire (Figure 1). Ils ne mettent pas en évidence de lésions choroïdiennes ou rétiniennes associées. La tomographie à cohérence optique (SD-OCT) ne retrouve pas d’œdème maculaire (Figure 2).



Figure 1


Figure 1. 

Angiographie à la fluorescéine (A) (3 min 08) et au vert d’indocyanine (B) (11 min 40) lors de la consultation initiale. Une vascularite veineuse diffuse est notée.

Zoom



Figure 2


Figure 2. 

Tomographie à cohérence optique de l’œil droit (A) et gauche (B) lors de la consultation initiale. Aucun œdème maculaire n’est présent. La hyalite postérieure diagnostiquée cliniquement est visualisable sous la forme d’hyperréflectivités punctiformes dans le vitré postérieur.

Zoom

Les antécédents médicaux de la patiente sont marqués par un tabagisme actif évalué à 40 paquets-années, un diabète non insulino-dépendant bien équilibré, une hypertension artérielle. La patiente présente aussi une hyperthyroïdie évoluant depuis 6 mois résistant aux traitements conservateurs (carbimazole per os), en rapport avec un goitre multi-hétéro-nodulaire. Une hospitalisation en médecine interne est programmée afin de réaliser un bilan complet. La patiente se présente 48heures plus tard, avec une baisse profonde bilatérale de l’acuité visuelle, évaluée alors à « voit bouger la main ». À l’examen biomicroscopique, il existe un tyndall cellulaire à 3 croix bilatéral, des synéchies irido-cristalliniennes, ainsi que des précipités rétro-descemétiques non granulomateux. La pression intraoculaire est normale. La hyalite est de grade 2 associée à des œufs de fourmis. Aucun foyer rétinochoroidien ne semble présent. Les différentes sérologies infectieuses (VIH, Syphilis, HTLV1, cytomégalovirus [CMV], herpès virus [HSV], Epstein-Barr virus [EBV]…), l’intradermoréaction à la tuberculine, le dosage de l’enzyme de conversion de l’angiotensine, le typage HLA B27/A29, le bilan immunologique (complément, ACAN, ANCA, anticorps de type lupique, facteur rhumatoïde, anticorps anti-peptide cyclique citrulliné [CCP], cryoglobuline…), la ponction lombaire, ainsi que l’imagerie cérébrale reviennent négatifs. La fonction rénale est normale. La vitesse de sédimentation, ainsi que l’électrophorèse des protéines sériques sont normales. La CRP est à 14mg/L. La numération formule sanguine montre une hyperlymphocytose modérée. Les marqueurs tumoraux LDH, αFP, CA19,9 et calcitonine sont normaux. Sur le plan morphologique, un scanner cervico-thoraco-abdomino-pelvien met en évidence une thyroïde hétérogène multi-nodulaire avec en particulier un nodule de 35 millimètres de grand axe suspect dans le contexte. Les anticorps anti-thyroglobulines reviennent fortement élevés (1285 mUI/L). Les anticorps anti-thyroperoxydase, ainsi que les anticorps anti-récepteur de la TSH sont négatifs. La patiente est traitée par bolus intraveineux de corticoïdes (solumédrol 500mg par jour pendant 3jours) avec un relai per os par de la prednisone à la dose d’1 milligramme/kg par jour, associé à un traitement local par corticoïdes et mydriatiques. Vingt jours après l’initiation de la corticothérapie, l’acuité visuelle est de 6/10e à droite et de 4/10e à gauche. Le tyndall vitréen, la hyalite, ainsi que la vascularite veineuse s’atténuent. La thyroïdectomie est effectuée 1 mois après l’initiation de la corticothérapie. L’examen anatomopathologique de la pièce opératoire conclut à un goitre multi-hétéro-nodulaire avec un nodule prévalent médio-lobaire droit pédiculé de 4,5cm de diamètre présentant en son sein un micro-carcinome papillaire. Sept jours après l’intervention, l’amélioration ophtalmologique est franche avec une récupération visuelle complète, une normalisation du fond d’œil et de l’imagerie rétinienne. La décroissance de la corticothérapie est accélérée avec un arrêt complet 1 mois et demi après la thyroïdectomie. Aucun signe de récidive oculaire ou carcinologique ne fut à constater au cours des 3 années de suivi.

Discussion

Notre patiente a présenté une panuvéite bilatérale sévère avec vascularite veineuse survenue de façon concomitante avec un goitre multi-hétéro-nodulaire compliqué d’un carcinome papillaire. La responsabilité de la pathologie thyroïdienne dans la survenue de l’atteinte uvéitique est difficile à prouver. Cependant, la chronologie des événements est en faveur d’une association non fortuite. En effet, les signes cliniques ont débuté alors que la pathologie thyroïdienne était avancée. Ils se sont amandés complètement, très rapidement après la chirurgie d’exérèse thyroïdienne. La corticothérapie générale avait déjà permis une amélioration partielle de l’atteinte oculaire.

Le carcinome thyroïdien papillaire est la plus fréquente des tumeurs thyroïdiennes. Il est présent dans 70 % des cas, suivi par le carcinome folliculaire (15 %), le carcinome anaplastique (3 %) ou médullaire (1 %) [6]. Le goitre multi-nodulaire, ainsi que l’hyperthyroïdie sont considérés comme des facteurs de risque de néoplasie thyroïdienne [7, 8]. Ces carcinomes sont cependant parfois découverts de façon accidentelle au cours de l’analyse histologique après thyroïdectomie.

L’atteinte oculaire est rare au cours de l’évolution des tumeurs thyroïdiennes [9]. Il s’agit principalement de métastases uvéales secondaires à un carcinome thyroïdien folliculaire ou papillaire [9, 10].

L’atteinte oculaire paranéoplasique semble encore plus rare. Seuls deux cas ont été décrits en association avec un carcinome thyroïdien. Le premier cas concerne une patiente de 51ans présentant une rétinopathie paranéoplasique ou carcinoma associated retinopathy (CAR syndrome ) associé à une hypothyroïdie [11]. Le champ visuel, ainsi que l’électrorétinogramme étaient sévèrement altérés. Des anticorps dirigés contre des protéines rétiniennes furent mis en évidence (45kDa, 62 et 63kDa). L’imagerie retrouvait une thyroïde pluri-nodulaire [11]. Une chirurgie d’exérèse diagnostiquait un carcinome thyroïdien. Cependant, le type histologique exact du carcinome n’est pas mentionné.

Le second cas de syndrome paranéoplasique oculaire est décrit avec un carcinome papillaire de la thyroïde (Figure 3). Il s’agit d’une névrite optique auto immune à anticorps anti collapsin response-mediator protein-5 [CRMP]-IgG positifs [12].



Figure 3


Figure 3. 

Coupe histologique représentant le carcinome papillaire thyroïdien d’expression vésiculaire présent dans le pôle inférieur droit de la thyroïde. Coloration Hématéine-Eosine-Safran. Grossissement×20.

Zoom

Notre patiente ne présentait pas de symptômes (cécité nocturne, éblouissement prolongé, perturbation de la vision des couleurs) ou de signes cliniques (rétrécissement artériolaire, altérations de l’épithélium pigmentaire) évocateurs de CAR ou de névrite optique. Aucune dysfonction des cônes ou des bâtonnets n’a été mise en évidence.

Le tableau dominant chez notre patiente était celui d’une vascularite veineuse bilatérale. Les vascularites paranéoplasiques représentent 2 à 5 % de toutes les vascularites [13]. Leur mécanisme physiopathologique exact n’est pas connu [13]. La présence de complexes immuns circulants, d’auto-anticorps ou de cytokines altérant les parois endothéliales et entraînant une hyperpermeabilité vasculaire est évoquée [14]. Cependant, la recherche de ces éléments est parfois décevante et leur absence ne remet pas en cause l’hypothèse paranéoplasique [15]. Ainsi, chez notre patiente, nous avons recherché les principaux anticorps associés aux vascularites paranéoplasiques (ANCA, cryoglobuline…). Ceux-ci furent négatifs.

Un bilan complet à la recherche des autres causes de pan uvéite associée à une vascularite veineuse (sarcoïdose, collagénose, angéite nécrosante, syphilis…) a bien évidement été effectué pour notre patiente (Tableau 1). Aucune autre pathologie n’a pu être décelée et, lors des 3 années de suivi post opératoire, aucun signe clinique permettant d’évoquer un autre diagnostic n’a été relevé.

Un diagnostic de tubulo interstitial nephritis and uveitis syndrome (TINU) a été recherché, ce d’autant plus que des cas associés à une hyperthyroïdie ont été décrits [16, 17, 18]. Cette pathologie associe une néphrite tubulo-interstitielle aiguë à éosinophiles, des granulomes épithélioïdes médullaires et ganglionnaires à une uvéite volontiers bilatérale [19]. Mais notre patiente n’a pas présenté d’altération de l’état général avec fièvre et douleurs abdominales précédant le début de ses symptômes. La description clinique de son uvéite n’était pas en faveur d’un TINU. En effet, l’uvéite y est généralement antérieure dans 80 % des cas [20]. Seulement deux cas d’atteinte postérieure avec hyalite et vascularite veineuse ont été décrits [20]. D’autre part, notre patiente ne présentait aucun signe biologique de souffrance rénale (insuffisance rénale à diurèse conservée, protéinurie tubulaire, leucocyturie, glycosurie et aminoacidurie), ni de syndrome inflammatoire biologique constant dans cette pathologie.

Le diagnostic de thyroïdite compliquant une uvéite associée au virus HTLV-1 a aussi été écarté chez notre patiente du fait d’une sérologie HTLV-1 négative. Ce virus peut en effet être responsable de pan uvéite bilatérale, avec une atteinte vitréenne prédominante et une vascularite rétinienne avec aspect de périphlébite [21, 22]. Une thyroïdite ou une maladie de Basedow est fréquemment retrouvée (jusqu’à 13 % des cas en fonction des séries [23], renforçant l’hypothèse de l’origine immunitaire de l’uvéite associée au virus HTLV-1). Il est à noter que, pour notre patiente, une hyperthyroïdie immunologique a été écartée devant la négativité des anticorps anti-thyroperoxydase et anti-récepteur de la TSH.

Nous avons aussi évoqué, puis écarté la possibilité d’une vascularite médicamenteuse secondaire à la prescription de son traitement antithyroïdien. En effet, la chronologie pouvait être compatible avec une étiologie toxique, le traitement ayant été interrompu au même moment que la chirurgie d’exérèse thyroïdienne. Cependant, l’occurrence d’une vascularite secondaire à la prise d’un traitement antithyroïdien est rare. Il s’agit en général de vascularites avec ANCA positifs associées au propylthiouracil [24]. Cette complication est encore plus rare avec le carbimazole avec seulement 9 cas décrits dans la littérature [25]. Aucun de ces cas ne présentait d’atteinte oculaire. Il s’agissait d’atteinte dermatologique à type de vascularite leucocytoclasique [26, 27, 28], ou de microvascularite révélée suite à un examen anatomopathologique d’une pièce musculaire ou nerveuse [26].

Ce cas clinique évoque la possible association entre un carcinome papillaire de la thyroïde et une panuvéite bilatérale. Un mécanisme métastatique a été écarté du fait de l’absence d’envahissement des ganglions de drainage thyroïdiens, et d’un bilan métastatique négatif. De même, aucune lésion irienne ou choroïdienne suspecte n’a été retrouvée [9]. Du fait de l’apparition de l’inflammation oculaire avant la découverte de la tumeur thyroïdienne et de sa disparition après la chirurgie d’exérèse thyroïdienne, un mécanisme paranéoplasique semble plus probable.

Déclaration d’intérêts

Les auteurs déclarent ne pas avoir de conflit d’intérêt en relation avec cet article.


 Ce cas a fait l’objet d’un poster à la Société française d’ophtalmologie.
☆☆ Le texte de cet article est également publié en intégralité sur le site de formation médicale continue du Journal français d’ophtalmologie www.e-jfo.fr/, sous la rubrique « Clinique » (consultation gratuite pour les abonnés).

Références

Caron N.R., Clark O.H. Papillary thyroid cancer Curr Treat Options Oncol 2006 ;  7 : 309-319 [cross-ref]
Franssila K.O. Is the differentiation between papillary and follicular thyroid carcinoma valid? Cancer 1973 ;  32 : 853-864 [cross-ref]
Beier F., Moleda L., Guralnik V., Hahn P., Schardt K., Andreesen R., and al. A Papillary thyroid cancer associated with syndrome of inappropriate antidiuresis: a case report J Med Case Rep 2010 ;  4 : 110 [cross-ref]
Yazdi S., Saadat P., Young S., Hamidi R., Vadmal M.S. Acquired reactive perforating collagenosis associated with papillary thyroid carcinoma: a paraneoplastic phenomenon? Clin Exp Dermatol 2010 ;  35 : 152-155 [cross-ref]
Attarian H., Applebee G., von Lepel A. Paraneoplastic myoclonus with papillary thyroid carcinoma Eur Neurol 2007 ;  58 : 182-183 [cross-ref]
Wartofsky L. Thyroid diseases Harrison's principles of internal medicine New York: McGraw-Hill (1998).  2030-2033
Vaiana R., Cappelli C., Perini P., Pinelli D., Camoni G., Farfaglia R., and al. Hyperthyroidism and concurrent thyroid cancer Tumori 1999 ;  85 : 247-252
Botrugno I., Lovisetto F., Cobianchi L., Zonta S., Klersy C., Vailati A., and al. Incidental carcinoma in multinodular goiter: risk factors Am Surg 2011 ;  77 : 1553-1558
Arat Y.O., Boniuk M. Red lesions of the iris, choroid, and skin secondary to metastatic carcinoma of the thyroid: a review Surv Ophthalmol 2007 ;  52 : 523-528 [cross-ref]
Ahmadi M.A., Nicholes D., Esmaeli B. Late choroidal metastasis secondary to papillary thyroid carcinoma Am J Ophthalmol 2001 ;  132 : 796-798 [inter-ref]
Mahdi N., Faia L.J., Goodwin J., Nussenblatt R.B., Sen H.N. A case of autoimmune retinopathy associated with thyroid carcinoma Ocul Immunol Inflamm 2010 ;  18 : 322-323 [cross-ref]
Cross S.A., Salomao D.R., Parisi J.E., Kryzer T.J., Bradley E.A., Mines J.A., and al. Paraneoplastic autoimmune optic neuritis with retinitis defined by CRMP-5-IgG Ann Neurol 2003 ;  54 : 38-50[Review].  [cross-ref]
Park H.J., Ranganathan P. Neoplastic and paraneoplastic vasculitis, vasculopathy, and hypercoagulability Rheum Dis Clin North Am 2011 ;  37 : 593-606 [inter-ref]
Garcia-Porrua C., Gonzalez-Gay M.A. Cutaneous vasculitis as a paraneoplastic syndrome in adults Arthritis Rheum 1998 ;  41 : 1133-1135 [cross-ref]
Buggiani G., Krysenka A., Grazzini M., and al. Paraneoplastic vasculitis and paraneoplastic vascular syndromes Dermatol Ther 2010 ;  23 : 597-605 [cross-ref]
Yasuda K., Sasaki K., Yamato M., Rakugi H., Isaka Y., Hayashi T. Tubulointerstitial nephritis and uveitis syndrome with transient hyperthyroidism in an elderly patient Clin Exp Nephrol 2011 ;  15 : 927-932
Iwamoto S., Kakei S., Tanaka H., Fujii T., Toda T., Matsui N. [Adult male with tubulointerstitial nephritis and uveitis syndrome complicated with thyroiditis] Nihon Jinzo Gakkai Shi 2010 ;  52 : 523-528
Ebihara I., Hirayama K., Usui J., Seki M., Higuchi F., Oteki T., and al. Tubulointerstitial nephritis and uveitis syndrome associated with hyperthyroidism Clin Exp Nephrol 2006 ;  10 : 216-221 [cross-ref]
Dobrin R.S., Vernier R.L., Fish A.L. Acute eosinophilic interstitial nephritis and renal failure with bone marrow-lymph node granulomas and anterior uveitis: a new syndrome Am J Med 1975 ;  59 : 325-333 [cross-ref]
Mandeville J.T., Levinson R.D., Holland G.N. The tubulointerstitial nephritis and uveitis syndrome Surv Ophthalmol 2001 ;  46 : 195-208 [cross-ref]
Yoshimura K., Mochizuki M., Araki S., Miyata N., Yamaguchi K., Tajima K., and al. Clinical and immunologic features of human T-cell lymphotropic virus type I uveitis Am J Ophthalmol 1993 ;  116 : 156-163
Takahashi T., Takase H., Urano T., Sugita S., Miyata K., Miyata N., and al. Clinical features of human T-lymphotropic virus type 1 uveitis: a long-term follow-up Ocul Immunol Inflamm 2000 ;  8 : 235-241 [cross-ref]
Sarui H., Sano A., Maruyama T., Nakashima K., Takeda N., Yasuda K. Severe graves ophthalmopathy accompanied by HTLV-1-associated uveitis (HAU) and anti-neutrophil cytoplasmic antibody-related vasculitis: a case report and a review of the literature of HAU with Graves disease Am J Med Sci 2002 ;  324 : 109-114 [cross-ref]
Gunton J.E., Stiel P., Clifton-Bligh P., Wilmshurst E., McElduff A. Prevalence of positive anti-neutrophil cytoplasmic antibody (ANCA) in patients receiving anti-thyroid medication Eur J Endocrinol 2000 ;  142 : 587-590
Das G., Stanaway S.E., Brohan L. Carbimazole induced pleural effusion: a case report Case Report Endocrinol 2012 ;  2012 : 94124110.1155/2012/941241[Epub 2012 Mar 29].
Day C., Bridger J., Rylance P., Jackson M., Nicholas J., Odum J. Leukocytoclastic vasculitis and interstitial nephritis with carbimazole treatment Nephrol Dial Transplant 2003 ;  18 : 429-431 [cross-ref]
Miller R.M., Savige J., Nassis L., Cominos B.I. Antineutrophil cytoplasmic antibody (ANCA)-positive cutaneous leucocytoclastic vasculitis associated with antithyroid therapy in Graves’ disease Aus J Dermatol 1998 ;  39 : 96-99 [cross-ref]
Yazbeck R., Francoual J., Benoit P., Tauveron I., Tchen C., Thieblot P. Carbimazole and leukocytoclastic vasculitis: apropos of a case Rev Med Interne 1999 ;  20 : 350-352 [cross-ref]



© 2013  Elsevier Masson SAS. All Rights Reserved.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline