Article

Access to the text (HTML) Access to the text (HTML)
PDF Access to the PDF text
Advertising


Access to the full text of this article requires a subscription.
  • If you are a subscriber, please sign in 'My Account' at the top right of the screen.

  • If you want to subscribe to this journal, see our rates

  • You can purchase this item in Pay Per ViewPay per View - FAQ : 30,00 € Taxes included to order
    Pages Iconography Videos Other
    6 0 0 0


Revue du rhumatisme
Volume 81, n° 1
pages 29-34 (janvier 2014)
Doi : 10.1016/j.rhum.2013.02.024
accepted : 28 February 2013
Pathogénie des hyperostoses : rôle clé des cellules mésenchymateuses ?
 

Jean-Marie Berthelot , Benoît Le Goff, Yves Maugars
 Service de rhumatologie, Hôtel-Dieu, CHU de Nantes, 44093 Nantes cedex 01, France 

Auteur correspondant.
Résumé

La ressemblance entre les diffuse interskeletal hyperostosis (DISH) et certaines spondylarthrites ankylosantes suggère des points communs dans la pathogénie des deux entités. La vitesse de progression des ossifications des enthèses est d’ailleurs la même dans les deux cas et des diagnostics de spondyloarthrite ont été évoqués à tort dans plusieurs familles avec transmission génétique de DISH à début précoce. Les DISH semblent toutefois des entités hétérogènes, car dans certaines familles, des calcifications périphériques ont aussi été remarquées : la pathogénie de ces cas pourrait se rapprocher de celle de plusieurs modèles animaux où co-existent aussi enthésopathies ossifiantes et calcifications périphériques, ainsi que de celles des hypophosphatémies familiales liée à l’X ou à des mutations de la dentin matrix protein (DMP). Dans les bien plus fréquentes hyperostoses sans calcifications, l’ossification des enthèses pourrait être liée à la différentiation ostéoblastique anormale de cellules souches mésenchymateuses physiologiquement présentes à la périphérie des disques, dans le périoste vertébral et les ligaments pré- et rétrovertébraux. Parmi les nombreux facteurs suspectés de favoriser cette différentiation, outre les BMP, les rétinoïdes et divers facteurs hormonaux, les adipokines, dont la leptine, sont l’objet d’un intérêt croissant, eu égard à l’association bien démontrée entre DISH et excès pondéral. La confirmation du rôle de cellules mésenchymateuses dans les DISH devrait inciter à étudier aussi l’implication de ces cellules mésenchymateuses dans la pathogénie des enthésites des spondyloarthrites. Elles jouent normalement un rôle immunosuppresseur, lequel pourrait être subverti lors des spondyloarthrites, en particulier par une sous-population de lymphocytes T ayant un homing spécifique pour les enthèses.

The full text of this article is available in PDF format.

Mots clés : Hyperostose, Maladie de Forestier, DISH, Diffuse interskeletal hyperostosis, Calcifications, Adipokines, Leptine, Adiponectine, Cellules mésenchymateuses, Enthèse



 Ne pas utiliser, pour citation, la référence française de cet article, mais la référence anglaise de Joint Bone Spine avec le DOI ci-dessus.



© 2013  Société Française de Rhumatologie@@#104156@@
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline