Article

PDF
Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Free Article !

Annales de Dermatologie et de Vénéréologie
Volume 141, n° 4
pages 325-326 (avril 2014)
Doi : 10.1016/j.annder.2014.01.001
Éruption cutanée secondaire à la prise de pristinamycine mimant un pityriasis rosé de Gibert
Skin rash mimicking pityriasis rosea Gibert secondary to pristinamycin therapy
 

J.-L. Schmutz a, , P. Trechot b
a Dermatologie, CHU de Nancy, bâtiment des spécialités médicales, allée du Morvan, 54500 Vandœuvre-Lès-Nancy, France 
b Centre de pharmacovigilance, CHU de Nancy, 29, avenue du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny, 54000 Nancy, France 

Auteur correspondant.

Plusieurs médicaments ont déjà été impliqués dans la survenue d’une éruption cutanée pouvant mimer un authentique pityriasis rosé de Gibert (PRG-like) [1, 2, 3, 4]. Il s’agit d’anti-inflammatoires non stéroïdiens, de vaccins, de l’imatinib, de l’isotrétinoïne, de la D-pénicillamine, des sels d’or, d’antihypertenseurs, d’antibiotiques, du bismuth, du benfluorex…

Mokni et al. rapportent le premier cas de PRG-like en relation probable avec la prise de pristinamycine [5].

Une patiente de 28ans, sans antécédents pathologiques notables ni traitement médicamenteux, était hospitalisée dans un service de dermatologie pour érysipèle de la face antérieure de la cuisse gauche. Un traitement par pristinamycine (Pyostacine®) à la posologie de 2g/j était débuté. Au 10e jour de traitement survenait brutalement une éruption à type de taches ovalaires, érythémateuses, finement squameuses et prurigineuses, prédominant au tronc avec de rares lésions de la racine des membres évoquant un PRG. Alors que le prurit était de plus en plus intense et que les antihistaminiques étaient inefficaces, ces lésions apparaissaient en vagues successives sans tendance à la régression. L’ensemble du bilan clinico-biologique était normal y compris la numération formule sanguine avec absence d’hyperéosinophilie. À l’examen histologique d’une biopsie cutanée, on notait un épiderme acanthosique avec une hyperkératose focalement parakératosique. Le derme superficiel était œdémateux et comportait un infiltrat périvasculaire fait de lymphocytes, d’histiocytes et d’éosinophiles en faveur d’un PRG. Malgré tout la présence de nombreux polynucléaires éosinophiles et de kératinocytes nécrotiques orientait le diagnostic vers une toxidermie PRG-like induite par la pristinamycine, seul médicament imputable. L’évolution à l’arrêt du traitement était totalement favorable en deux semaines. Avec un recul de 6 mois, la patiente ne présentait plus de manifestations cutanées tandis que les patch-tests pratiqués à distance étaient négatifs.

Pour Atzori et Drago [1, 2], la fréquence des toxidermies PRG-like correspondrait à 2 % de l’ensemble des toxidermies avec, comme caractères distinctifs par rapport à un PRG authentique, les éléments suivants :

l’absence du médaillon initial ;
l’inflammation marquée des plaques ;
la sévérité du prurit qui ne répond pas aux antihistaminiques ;
la présence d’une hyperéosinophilie sanguine ;
une inflammation avec éosinophiles et présence parfois de kératinocytes nécrotiques à l’histologie cutanée.

L’étiopathogénie de cette toxidermie est inconnue, mais le fait qu’elle soit induite par de nombreux vaccins (diphtérie, hépatite B, BCG, variole, pneumocoque), suggère que la stimulation de l’immunité pourrait déclencher la réactivation d’agents infectieux dormants [2].

Déclaration d’intérêts

Laboratoires Amgen, Pfizer, Léo.

Références

Atzori L., Pinna A.L., Ferreli C., Aste N. Pityriasis rosea-like adverse reaction: review of the literature and experience of an italian drug-surveillance center Dermatol Online J 2006 ;  12 : 1
Drago F., Broccolo F., Rebora A. Pityriasis rosea: an update with a critical appraisal of its possible herpesviral etiology J Am Acad Dermatol 2009 ;  61 : 303-318 [cross-ref]
Hanjani N.M., Rencic A., Whitmore S.E. Pityriasis rosea-like eruption due to bismuth Cutis 2006 ;  77 : 166-168
Loche F., Thouvenin M.D., Bazex J. Pityriasis rosea-like eruption due to benfluorex Dermatology 2000 ;  201 : 75
Mokni S., Belhadjali H., Alkhalifa J., Njim L., Youssef M., Chaabène A., and al. Toxidermie pityriasis rosé de Gibert-like induite par la pristinamycine Therapie 2013 ;  68 : 326-327



© 2014  Elsevier Masson SAS. All Rights Reserved.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline