Article

Access to the text (HTML) Access to the text (HTML)
PDF Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Access to the full text of this article requires a subscription.
  • If you are a subscriber, please sign in 'My Account' at the top right of the screen.

  • If you want to subscribe to this journal, see our rates

  • You can purchase this item in Pay Per ViewPay per View - FAQ : 30,00 € Taxes included to order
    Pages Iconography Videos Other
    2 0 0 0


Annales de Dermatologie et de Vénéréologie
Volume 141, n° 12S
pages 241-242 (décembre 2014)
Doi : 10.1016/j.annder.2014.09.052
Forte prévalence du polyomavirus des cellules de Merkel (MCPyV) dans les lésions cutanées inflammatoires ou tumorales pilaires et dans les dermatoses lichénoïdes
 

E. Frouin a, , V. Foulongne b, A. Du Thanh c, J. Marchant d, V. Costes e, O. Dereure c
a Anatomie et cytologie pathologiques, hôpital Jean-Bernard, Poitiers, France 
b Laboratoire de virologie, hôpital Saint-Éloi, Montpellier, France 
c Dermatologie, hôpital Saint-Éloi, Montpellier, France 
d Laboratoire d’anatomie et de cytologie pathologique, hôpital Gui-de-Chauliac, CHU de Montpellier, Montpellier, France 
e Laboratoire d’anatomie et de cytologie pathologiques, hôpital Gui-de-Chauliac, CHU de Montpellier, Montpellier, France 

Auteur correspondant.
@@#100979@@
Introduction

Le polyomavirus des cellules de Merkel (MCPyV) joue un rôle majeur dans le carcinome à cellules de Merkel. Ce virus a également été identifié par biologie moléculaire dans d’autres tumeurs cutanées épithéliales (carcinomes basocellulaires et épidermoïdes), et plus récemment avec une fréquence particulière dans le sous-groupe pilotrope du mycosis fongoïde (MFp) par rapport aux formes « classiques » (MFc). Ces données de biologie moléculaire (BM) n’ont pas été réellement confirmées en immuno-histochimie tandis que la localisation des protéines virales reste incertaine. Notre étude a analysé la présence de ce virus dans diverses dermatoses inflammatoires ou tumorales à l’aide de ces 2 techniques (BM et IHC).

Matériel et méthodes

L’étude a porté sur 102 biopsies fixées en formol et incluses en paraffine provenant de psoriasis (10 cas), eczéma (10 cas), pemphigoïde bulleuse (PB) (10 cas), lichen plan (LP) (10 cas), toxidermies (10 cas), lupus érythémateux (LE) (10 cas), folliculite (10 cas), MFc (10 cas) et MFp (22 cas). Chaque cas a été analysé en immuno-histochimie (IHC) avec l’anticorps Ab3 reconnaissant la fraction N-terminale de l’antigène T du MCPyV. Cent un de ces cas ont été analysés en parallèle en biologie moléculaire à l’aide de 2 couples d’amorces spécifiques de MCPyV.

Résultats

Vingt-cinq prélèvements étaient positifs en IHC, 1 psoriasis, 6 LP, 7 LE, 1 folliculite, 3 toxidermies, 2 MFc, 5 MFp sous forme d’un croissant supra-nucléaire ou de dots cytoplasmiques. Les cellules positives étaient toujours épithéliales à l’exception d’un cas où de rares cellules inflammatoires étaient faiblement marquées : cellules épidermiques (9 cas), des follicules pileux (9 cas), épidermiques et pilaires (4 cas) et porales et acrosyringiales eccrines (3 cas). Vingt-sept prélèvements étaient positifs en BM : 1 psoriasis, 1 PB, 3 LP, 5 folliculites, 3 eczémas, 2 toxidermies, 3 MFc, 9 MFp. Une concordance entre IHC et BM n’étaient notée que dans 7 cas : 2 LP, 1 folliculite, 1 toxidermie, 1 MFc, 2 MFp.

Discussion

L’étude en BM souligne la plus forte prévalence du MCPyV dans les lésions pilotropes (folliculites, MFp), tandis que l’IHC souligne une plus forte prévalence dans des lésions cutanées inflammatoires lichénoïdes (toxidermies, lichen, LE) par rapport aux autres « patterns » inflammatoires. Le pattern d’expression, avec une positivité dans l’épiderme des dermatoses épidermiques (LE, LP, toxidermie, MFc) ou préférentiellement dans les follicules pileux dans les dermatoses pilotropes (MFP, LE), semble indiquer une interaction entre les cellules inflammatoires impliquées dans ces dermatoses et l’expression épithéliale du MCPyV. Les discordances entre BM et IHC pourraient être expliquées par des différences de concentration de virus dans les prélèvements. L’expression en croissant supra-nucléaire est inédite et pourrait correspondre à un marquage golgien.

The full text of this article is available in PDF format.

Mots clés : Lichénoïde, MCPyV, Mycosis fongoïde



 Iconographie disponible sur CD et Internet.



© 2014  Published by Elsevier Masson SAS.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline