Article

PDF
Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Free Article !

Annales de Dermatologie et de Vénéréologie
Volume 141, n° 12
pages 815-816 (décembre 2014)
Doi : 10.1016/j.annder.2014.09.014
Effets secondaires du Sutent® : pseudoporphyrie et nécrose scrotale
Adverse effects of Sutent®: Pseudoporphyria and scrotal necrosis
 

J.-L. Schmutz
 Département de dermatologie et allergologie, bâtiment des spécialités médicales, allée du Morvan, 54500 Vandœuvre-lès-Nancy, France 

De nombreux médicaments peuvent être responsables de pseudoporphyrie notamment les anti-inflammatoires non stéroïdiens comme le diclofénac [1] mais aussi des antibiotiques (acide nalidixique, fluoroquinolone, tétracycline), le furosémide, l’amiodarone, la ciclosporine, etc.

Les inhibiteurs de tyrosine kinase ont été incriminés, comme l’imatinib (Glivec®) où l’inhibition de c-Kit a été tenu comme responsable du tableau clinique [2].

Sanz-Motilva V. et al. [3] rapportent le 1er cas de pseudoporphyrie avec le sunitinib (Sutent®). Un patient de 55ans atteint de tumeur stromale gastro-intestinale, réfractaire à un traitement par imatinib est traité en 2e ligne avec du sunitinib par voie orale à la dose de 50mg/jour pendant 4 semaines suivies de 2 semaines d’arrêt. Six mois après le début du traitement, le patient est vu en consultation pour des érosions superficielles multiples avec fragilité cutanée sur le dos des mains et des avant-bras. Il ne prend aucun autre médicament. L’histologie d’une biopsie cutanée montre une bulle à la jonction dermo-épidermique avec un léger infiltrat inflammatoire et des dépôts hyalins périvasculaires, PAS positifs, localisés dans le derme superficiel. L’immunofluorescence directe est négative. Le bilan biologique est normal avec absence de porphyrines dans le sang, les urines et les selles et absence d’anticorps anti-peau et anticorps antinucléaires. La fonction rénale est normale.

Le diagnostic de pseudoporphyrie est donc retenu et un traitement par bêta-carotène (5mg) et extrait de thé vert (50mg) est débuté permettant une amélioration de l’état cutané malgré la poursuite du traitement.

Le sunitinib inhibe plusieurs récepteurs à tyrosine kinase impliqués dans la croissance tumorale, la néo-angiogenèse pathologique et la progression métastatique du cancer. Il a été identifié comme un inhibiteur des récepteurs du facteur de croissance plaquettaire (PDGFR alpha et PDGFR bêta), des récepteurs du facteur de croissance endothéliale vasculaire (VEGFR1, VEGFR2 et VEGFR3) du récepteur de facteur de cellule souche (KIT) du récepteur Fms like tyrosine kinase 3 (FLT3), du récepteur du facteur stimulant la formation de colonies (CSF-1R) et du récepteur du facteur neurotrophique de la lignée gliale (RET).

Les effets secondaires cutanés sont fréquents. Les plus caractéristiques sont les troubles de la pigmentation notamment la survenue d’une coloration jaune de la peau et des muqueuses. Les érythrodysesthésies palmoplantaires sont également classiques. Plus rarement, mais à connaître, a été rapportée une toxicité cutanée scrotale avec quelques publications récentes [4, 5] qui décrivent un érythème et une desquamation du scrotum qui seraient présents dans 12,5 % des cas avec apparition des lésions en moyenne 66jours après le début du traitement (17 jours–115 jours) [6].

Il s’agit du 1er cas de pseudoporphyrie avec le sunitinib alors que plusieurs publications récentes attirent l’attention sur l’imatinib qui serait cause d’une fragilité cutanée (2 cas) et de pseudoporphyrie (3 cas). Pour les auteurs, il est possible que l’imatinib et le sunitinib soient responsables des mêmes effets car ils ont des cibles communes.

Le sunitinib est à ajouter à la liste des médicaments responsables de pseudoporphyrie, ceci justifiant une photoprotection adéquate lors de la mise en route d’un tel traitement.

Déclaration d’intérêts

L’auteur déclare ne pas avoir de conflits d’intérêts en relation avec cet article.

Références

Turnbull N., Callan M., Staughton R.C. Diclofenac-induced psudoporphyria; an under-recognized condition? Clin Exp Dermatol 2014 ;  39 : 348-350 [cross-ref]
Perez N.O., Esturo S.V., Viladomiu-Edel A., Moreno A.J., Valls A.R. Pseudoporphyria induced by imatinib mesilate Int J Dermatol 2014 ;  53 : e143-e144[143-4].
Sanz-Motilva V., Martorell-Calatayud A., Llombart B., Requena C., Serra-Guillén C., Nagore E., and al. Sunitinib-induced pseudoporphyria JEADV 2014 ; 10.1111/jdv.12539[Epub ahead of print].
Gupta V., Rao A., Gupta S. Scrotal cutaneous toxicity: an uncommun but important side-effect of sunitinib JEADV 2014 ; 10.1111/jdv.12615[Epub ahead of print].
Chou C.Y., Wang K.H., Lin Y.H., Tsai H.H. Sunitinib-induced scrotal cutaneous side-effect J Dermatol 2013 ;  40 : 67-68 [cross-ref]
Billemont B., Barette S., Rixe O. Scrotal cutaneous side effects of sunitinib N Engl J Med 2008 ;  359 : 975-976 [cross-ref]



© 2014  Elsevier Masson SAS. All Rights Reserved.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline