Article

PDF
Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Free Article !

Journal Français d'Ophtalmologie
Volume 38, n° 4
pages 365-367 (avril 2015)
Doi : 10.1016/j.jfo.2014.09.017
Évolution précoce des signes OCT d’une épithélite pigmentaire rétinienne aiguë
OCT course in acute retinal pigment epithelitis
 

D. Garcia, L. Mahieu, V. Soler
 Centre de la rétine, hôpital Paule-de-Viguier, CHU de Toulouse, 30, avenue de Grande-Bretagne, TSA 70034, 31059 Toulouse cedex 9, France 

Auteur correspondant.

Nous présentons le cas d’une patiente de 29ans qui s’est présentée en urgence au CHU de Toulouse pour un scotome central et paracentral droit d’apparition récente. Il existait un contexte de virose avec un épisode fiévreux accompagné de myalgies dans la semaine précédente.

Les antécédents se résumaient à une myopie bilatérale avec une réfraction à la limite de la myopie forte (–5,75 aux deux yeux). En particulier, il n’existait pas d’antécédent familial d’atteinte rétinienne.

L’acuité visuelle était de 10/10 P2 avec correction. L’examen du segment antérieur était normal. L’examen du fond d’œil montrait un aspect tigroïde ainsi qu’une petite tache jaunâtre centrofovéolaire (Figure 1A). L’angiographie rétinienne à la fluorescéine ne permettait pas de retrouver une hyperfluorescence ou une hypofluorescence pathologique (Figure 1B). Les images en autofluorescence étaient normales.



Figure 1


Figure 1. 

Aspects rétinographique et angiographique chez une patiente de 29ans présentant une épithélite pigmentaire rétinienne aiguë. L’examen du fond d’œil montre une petite tache jaunâtre centrofovéolaire (A). L’angiographie rétinienne à la fluorescéine ne montre pas d’hyper- ou d’hypofluorescence pathologique (B).

Zoom

L’OCT maculaire (spectralis) retrouvait la présence de lésions centrales et parafovéolaires temporales d’interruption de la ligne ellipsoïde et de la zone d’interdigitation avec hyperréflectivité de la couche nucléaire externe (Figure 2A). En imagerie infrarouge, ces lésions correspondaient à des zones sombres (Figure 3A). Le champ visuel montrait des scotomes relatifs paracentraux.



Figure 2


Figure 2. 

Évolution de l’aspect OCT chez une patiente de 29ans présentant une épithélite pigmentaire rétinienne aiguë. Il existe une interruption de la ligne ellipsoïde et de la zone d’interdigitation avec hyperréflectivité de la couche nucléaire externe lors de la première consultation (A). Un suivi précoce, motivé par une aggravation des signes fonctionnels, montre une extension de la lésion en surface et en épaisseur de la lésion trois jours plus tard (B). Une restitution ad integrum de la couche ellipsoïde est progressivement observée lors du suivi à 7jours (C), un mois (D) et trois mois (E).

Zoom



Figure 3


Figure 3. 

Image infrarouge chez une patiente de 29ans présentant une épithélite pigmentaire rétinienne aiguë. Les lésions sont sombres initialement (A) ; à 3 mois, l’aspect se normalise avec une diminution en nombre et en surface des lésions sombres (B).

Zoom

Acuité visuelle, fond d’œil et OCT maculaire de l’œil gauche étaient normaux. Il n’existait pas de prise de toxique (poppers).

Le diagnostic d’épithélite pigmentaire rétinienne aiguë a été retenu sur le contexte de virose chez cette jeune femme et sur l’aspect iconographique et notamment de l’OCT. La prise en charge a consisté en une surveillance simple.

Trois jours plus tard, devant une majoration de la symptomatologie, la patiente a consulté à nouveau. L’acuité visuelle était chiffrée à 8/10 avec correction. Le fond d’œil était identique au précédent examen. À l’OCT, on retrouvait un élargissement de l’interruption centrale de la ligne ellipsoïde et de la zone d’interdigitation ; cette interruption était remplacée par une zone d’hyperréflectivité mal délimitée (Figure 2B).

Sept jours après la première consultation, nous avons revu la patiente en contrôle. La symptomatologie n’avait pas évolué. Il existait à l’OCT une amélioration de l’aspect des couches externes rétiniennes avec reconstitution partielle des couches ellipsoïdes et d’interdigitation (Figure 2C).

À un mois, la couche ellipsoïde était quasi reconstituée (Figure 2D). Le champ visuel montrait une diminution de la profondeur des scotomes paracentraux dont la taille était peu modifiée. À trois mois, l’aspect OCT était revenu à la normale (Figure 2E) et l’image infrarouge se normalisait (Figure 3B).

Le diagnostic d’épithélite pigmentaire rétinienne aiguë (ARPE) est un diagnostic rare. La maladie a été décrite par Krill et Deutman [1]. Elle touche les sujets jeunes et se manifeste par une baisse d’acuité visuelle unilatérale, le plus souvent, ou par un scotome central. Les signes fonctionnels se résolvent spontanément en quelques semaines en l’absence de traitement. L’association fréquente à un épisode pseudo-grippal fait évoquer une origine virale [2] et l’hypothèse étiologique inflammatoire réactionnelle est la plus probable [3]. L’angiographie rétinienne à la fluorescéine peut être normale, comme dans notre cas, ou montrer une hyperfluorescence par effet fenêtre [4]. L’angiographie au vert d’indocyanine montre une lésion hypofluorescente avec une hyperfluorescence en cocarde [4]. D’un point de vue anatomique, les signes OCT sont une réflectivité anormale de la couche ellipsoïde qui peut s’étendre vers les couches les plus internes. La récupération visuelle dépend de l’acuité visuelle initiale et, à l’OCT, de l’atteinte des couches les plus externes, en particulier membrane limitante externe et couche nucléaire externe [5].

L’OCT est un élément indispensable du diagnostic et du suivi évolutif.

Déclaration d’intérêts

Les auteurs déclarent ne pas avoir de conflit d’intérêt en relation avec cet article.

Références

Krill A.E., Deutman A.F. Acute retinal pigment epitheliitus Am J Ophthalmol 1972 ;  74 : 193-205 [cross-ref]
Deutman A.F. Acute retinal pigment epitheliitis Am J Ophthalmol 1974 ;  78 : 571-578 [cross-ref]
Hsu J., Fineman M.S., Kaiser R.S. Optical coherence tomography findings in acute retinal pigment epitheliitis Am J Ophthalmol 2007 ;  143 : 163-165 [inter-ref]
Baillif S., Wolff B., Paoli V., Gastaud P., Mauget-Faysse M. Retinal fluorescein and indocyanine green angiography and spectral-domain optical coherence tomography findings in acute retinal pigment epitheliitis Retina 2011 ;  31 : 1156-1163 [cross-ref]
Cho H.J., Han S., Cho S.W., Lee D.W., Lee T.G., Kim C.G., and al. Acute retinal pigment epitheliitis: spectral domain optical coherence tomography findings in 18 cases Invest Ophthalmol Vis Sci 2014 ;  55 : 3314-3319 [cross-ref]



© 2015  Elsevier Masson SAS. All Rights Reserved.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline